UA-65882359-1

22/06/2017

Galéjade: à 10h du matin , elle rouspète de ne pouvoir dormir!

Tant que l'on cite de genre d'anecdote- somme toute fort superficielle - et que l'on ne parle pas d'attentats, c'est le le cours normal de la vie continue...

Une amie  repeint consciencieusement ses balcons au coeur d'un sympathique village provençal: La Cadière d'Azur.

Exercice qui inévitablement attire l'élément masculin.

Un premier voisin la félicite ( une femme qui bricole en pleine chaleur en plus...)

Un passant lui signale qu'il a ses propres volets à repeindre...(c'est de l'humour)

Bon, dans le sud, cela discutaille facile.

Quand soudain une furie sort de l'encadrement de la fenêtre de l'immeuble, de l'autre côté de la rue.

Fenêtre qui était ouverte évidemment.

La furie se plaint du bruit de la discussion. Argument choc : "vous m'empêchez de dormir." et ô diantre : "je vais en référer aux autorités"

Tous les arguments qui sont opposés à cette furieuse en retour :

1) sa  fenêtre est ouverte

2) à 10 heures du matin une conversation de rue ne peut être un "bruit"

3) d'autres éléments sonores sont audibles au même moment (école, voiture qui passe, chien qui aboie) qu'elle ne distingue pas.

...Rien à faire la brave dame continue à aboyer, sûre de son bon droit.

Certain(e)s n'ont pas grand chose à faire de leur vie. Juste à  pourrir celle des autres, alors que tout va bien.

La dame -pour se calmer-  pourrait...peindre ? Bon exercice.

A ...10 heures du matin surtout.

 

                                                                   Sylvie Neidinger

 

  

 

                                                  

 

 

 

13:58 Publié dans J- Vu Entendu Personnellement, L-Scandale | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : la cadière d'azur, #var, dormir à 10h | |  Facebook | | | |

02/12/2016

Merci... Franck !

Belle histoire.

Mercredi  soir, engoncée dans mes deux manteaux (il fait froid...) j'ai perdu mon iphone dans le tram en le reposant dans la poche à la va vite.

Sans du tout m'en apercevoir.smiley gai.JPG...

Le lendemain tout était  réglé.

Il a été trouvé par une personne qui a 1) cherché à savoir à qui il appartenait. A attendu que j'appelle. Il a rappelé de son téléphone 2) il a perdu du temps à me donner RV, puis 3) à s'y rendre.

sddds.JPGL'inconnu  se nomme Franck, un grand costaud bien brave.

Tout le monde  n' a pas cette humanité. Certains auraient même gardé l'appareil.

Ou, en toute indifférence, auraient laissé tomber l'affaire.

En discutant deux secondes, il me dit qu'il vient lui, de se faire  fracasser l'intérieur de sa voiture. Récemment. 

De la méchanceté gratuite. Carton rouge à ceux là. Des inhumains.

           Merci Franck.  Et tous ceux comme lui...

                           Sylvie Neidinger

06:28 Publié dans J- Vu Entendu Personnellement | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humanite, perdre son telephone | |  Facebook | | | |

25/08/2016

Décès de Michel BUTOR, ce VICTOR HUGO moderne. Amoureux de Genève

Michel Butor écrivain majeur de la langue française, inventeur du Nouveau Roman (avec Alain Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute, Claude Simon etc.) s'éteint aujourd'hui dans l'indifférence médiatique générale plutôt tournée vers le burkini....michel butor,mrl,genève,charles méla,michel jeanneret,fondation bodmer

On a les débats que l'on mérite.

Auteur de La Modification (1957) il adorait la ville calviniste où il enseigna avec son ami Jean Starobinski. Lui pendant 17 ans.

Deux héros de tout étudiant en lettres qui se respecte.

J'eus l'occasion de le "rencontrer" en 2013 à la MRL Maison  de Rousseau et de la Littérature au 40, Grand Rue lors d'un débat plutôt intime dans la salle relativement exiguë du 1er étage. Une vingtaine de personnes en ce 23 avril 2013 en contact direct.

Un être "abordable" tout en gardant une distance sidérale.

michel butor,mrl,genève,charles méla,michel jeanneret,fondation bodmerIl était interviewé par Charles Méla, directeur de la Fondation Bodmer et  Michel Jeanneret, commissaire de l’exposition Le Lecteur à l’oeuvre (à la Fondation Bodmer du 27 avril au 25 août 2013).

Je fis une prise de note complète sur une vingtaine de pages que j'eus la négligence de ne pas traiter, alors, en note de blog. Il notait son admiration à Sartre et Breton.

L'idéal étant alors d'inventer un fond et une forme nouvelle en un article original pour correspondre à ce que Lui transmettait comme mode d'écriture...

Puis éventuellement d'entrer en contact par ce biais. Il habitait Lucinges (Haute-Savoie) et répondait aux correspondances. michel butor,mrl,genève,charles méla,michel jeanneret,fondation bodmer

Il était  même volontairement engagé dans un dialogue avec ses lecteurs. Comme un exercice stylistique.

Pas fait, raté.

Recueillir son avis en évoquant l'écriture numérique- même celle non littéraire-  si incroyable avec ses méta-liens qui mènent partout... valait probablement la peine ?

Dommage.

Ceci dit, il était très "papier", le support de l'écriture devenant chez lui  matière artistique tout autant que le contenu. Il "textualisait" nombre de "livres de peintres...tel un artisan du langage. 

Un artisan du livre d'artiste.

Ecrivain voyageur aussi !

Restent sur les clichés pris ce jour à Genève, malgré un  banal appareil photo,  ses impressionnantes postures physiques si ....hugoliennes!

M Butor  écrivait même dans les airs avec ses mains !

(il semble que la MRL n'ait pas enregistré la séquence dommage)

Nous avions devant nous, en 2013 un Victor Hugo moderne.

Victor Hugo est d'ailleurs le titre de son ultime ouvrage, lancé opportunément à la maison de Victor Hugo (Paris) début 2016

Michel Butor a fait exploser l'intrigue du roman traditionnel.

L'histoire, les personnages ne comptent plus tant que ce qui tourne autour...dont  ce fameux NARRATEUR d'une littérature qui est devenue "consciente d'elle-même".

Le milan Butor, au regard vif,  termine sa vie en ayant accordé à la création littéraire  du bisontin, ce mythe du XIXème siècle ....son dernier ouvrage.

Dernier acte  parmi les 2000 écrits recensés par l'auteur qui dit même en avoir probablement oublié dans le compte...

L'un comme l'autre "giclaient" du texte à perte de pages.

Deux démiurges  de la littérature et du vivre dans leur siècle respectif se sont rencontrés.

Butor, ici  enregistré à LGL le 26/02/2016  :l'écouter pendant 1/4 d'heures évoquer ...Hugo.

 

                                                                   Sylvie Neidinger

 

 Genève, cette ville  où l'on peut rencontrer en toute simplicité ces auteurs majeurs. Idem Jean Starobinski "http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/tag/jean+starobinski

Michel Butor adorait   le FESTIVAL BERLIOZ

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/haute-savoie...

Magnifique portrait sur la cinq dans un excellent documentaire:

http://www.france5.fr/emission/michel-butor-lecrivain-mig...

http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2016/08/29/a...

 crédit image Sylvie Neidinger

 michel butor,mrl,genève,charles méla,michel jeanneret,fondation bodmer

 michel butor,mrl,genève,charles méla,michel jeanneret,fondation bodmer

 

 michel butor,mrl,genève,charles méla,michel jeanneret,fondation bodmermichel butor,mrl,genève,charles méla,michel jeanneret,fondation bodmer

21/03/2016

Sourire de Printemps, le... 20 mars. Terminé le 21 !

Est-ce un effet printemps ? Depuis hier je ne rencontre que des ....sourires !

Des proches et surtout ceux  des autres...printemps,sourire,relations humaines

Ceux dont on n'attend rien en fait.

 Ceux que l'on croise dans le tram, le bus, sur le parking  ou au hasard d'un rv pro.

Dans les allées du shopping ou de la balade.

Une  particulièrement  m'a touchée ce jour. Je ne la connaissais pas avant ce matin.

Juste la bonne distance mais suffisamment humaine pour que la communication  passe.

 Question d'intelligence mais aussi de ...sourire.

Geste gratuit et si important finalement.

Tout comme l'équinoxe: la juste balance entre le jour et la nuit.

Remarque: le printemps, c'était précisément hier autour de 5 h 30+12 secondes.

Soit le 20 mars 2016.

BIZARRE PLUS DE PRINTEMPS LE 21 MARS !

Explications: 

"Une révolution de la Terre trop complexe pour notre calendrier

Cet événement [=le printemps] ne tombe pas exactement au même moment. Tout d'abord parce que l'orbite de la Terre n'est pas parfaitement circulaire. La distance Terre-Soleil varie de 147 à 152 millions de kilomètres. Aussi, les saisons ne commencent pas à date fixe et n'ont pas la même durée : l'hiver dure 89 jours et l'été 93 dans l'hémisphère nord. 

Autre raison : notre calendrier ne correspond pas exactement à la durée de la rotation de la Terre autour du soleil. Il faut 365,2422 jours pour que notre planète finisse son tour autour de l'astre alors que notre calendrier compte 365 jours. Pour ajuster cela, on a les années bissextiles comme 2016. Mais ça compense trop.

Résultat : tous les 130 ans environ, l'équinoxe tombe un jour plus tôt. En 2044, elle tombprintemps,sourire,relations humainesera même le 19 mars. Il faudra attendre 2102 pour que le printemps commence à nouveau un 21 mars"

A bon? Dommage pour le 21 mars, j'aimais cette date.

Le prochain printemps du 21 sera donc dans... 86 ans!

http://www.ouest-france.fr/societe/pourquoi-le-printemps-...

 

                               PREMIERE FEUILLE A GENEVE

 

printemps,sourire,relations humainesA Genève comme de tradition,  c'est un arbre, plus exactement la première feuille du marronnier de la Porte Baudet qui annonce la nouvelle saison.

Une fonction dévolue à Mme Le Sautier, du Grand Conseil.

Une personne fort ...souriante elle aussi.

                                                                        Sylvie Neidinger

 

Cette  bonne humeur  printanière est brusquement  annihilée par les terribles attentats du 23 mars en Belgique, à Bruxelles.

crédit images photos Neidinger

 

 

24/08/2015

Expo Universelle de Milan: 52 passe avant 51!

L'Expo Milano 2015 dure jusqu'au 31 octobre.expo universelle de milan,milan,italie

Sa visite laisse un sentiment mitigé.

Alors que son thème général est celui de "nourrir la planète une énergie pour la vie", l'arrivée dans la zone en périphérie milanaise  laisse pantois car paradoxe inouï: des hectares de plaine padane, rizicole, agrémentée de fermes ont été détruits pour bétonner cette manifestation !!!

Après les contrôles de sécurité, on est pris en charge et très canalisés. C'est relativement normal vus les flux importants de visiteurs. Et cela donne du travail aux locaux, bon point...

Il faut aussi accepter les nombreuses queues d'attente devant les pavillons....

A l'intérieur quelquefois un drôle de sentiment de "foire commerciale", une " fiera" avec des objets à acheter...

Sur le decumanus long de 1,5km, la présence visible  des pavillons de marques et produits italiens  en perturbe certains.

Mais somme toute, l'Italie profite de l'évènement sur son territoire  pour promouvoir son industrie. C'est de bonne guerre.

Une fois tout le négatif  digéré...la visite devient un paradis pour les formes architecturales  inventives: du pur bonheur pour photographes !!expo universelle de milan,milan,italie

La journée semble brusquement devenue trop courte. Et deux jours ne sembleraient pas de trop pour ceux qui le peuvent.

Pour faire les queues...

Et  découvrir finalement le  Monde en microvision...

Certains pavillons étonnent à la fois  par le contenant et le ...contenu, objet d'une réelle réflexion : Corée du Sud, Kazakhstan, Japon, formidable Slovaquie et son art moderne...

Et tous les autres  Italie,  Russie, USABrésil, Hongrie etc....

Vatican et Monaco (de banals conteneurs maritimes vu de l''extérieur) représentés.

 Le magnifique pavillon temple népalais complètement désert, avec comme seule sentinelle: une urne pour des dons aux sinistrés du récent tremblement de terre.

Au final beaucoup d'architectures superbes qui littéralement "dépaysent".

expo universelle de milan,milan,italieLe padiglione swizzero montre quelque chose  à l'étage des Tours semble-t-il mais il faut s'inscrire. L'accès  limité, n'a pas été prévu pour les "flux entrants massifs". Au rez-de-chaussée une intéressante salle humide pour visualiser  l'écosystème aquatique du Saint-Gothard par quatre cantons: Grisons, Uri, Tessin et Valais."acqua per l'Europa". Le million de visiteurs a été dépassé pour les Helvètes en août.

Le pavillon français est une voûte cathédrale ligneuse,  ondulée,  recyclable autour du  thème de la nourriture -normal pour ce pays agricole-qui forme le toit. Un meccano de 2600 pièces en épicéa et mélèze de Franche-Comté, sans fixation visible. Une haute couture du bois (architecte Anouk Legendre du cabinet  XTU Architects, plus original à l'intérieur qu'en vision  externe)

                         LE PIZZAIOLO NE SAIT PAS COMPTER !

Alors c'est quoi cette histoire de 52/51? De la  combinazione à trois sous!

Juste une impolitesse mineure mais significative.  Des visiteurs non italiens, levés à 4 heures du matin pour ce long voyage aller-retour dans la journée   ont décidé - alors que toutes les nourritures du monde étaient sur place!-  à midi de ....manger italien pour faire honneur au pays d'accueil

Bien qu' une pizza Margherita ...soit du très connu. Où?  Dans un resto central près de Piazza Italia. Mal leur en a pris.kazakhstan,slow food,expo universelle de milan,milan 2015,italie

Un employé officiait à l'entrée en se la jouant comedia dell'arte. Exagerato en geste et en paroles. Le pire était à prévoir.

Chacun attend patiemment et longuement  son tour.

Problème: l'individu saugrenu sert le numéro 52 (trois italiennes) avant le 51 (trois touristes non italiennes) avec un lourd clin d'oeil appuyé à ces dames. Et un rire en la direction des autres. Grotesque.

Ceux qui se sont fait griller la place avec un tel affront ne pouvaient que suggérer à ce salarié de retourner à l'école pour apprendre à compter en version internationale et acceptable par tous, polie et digne d'accueillir ceux qui viennent de loin.

expo universelle de milan,milan,italieC'est juste un  petit détail mais celui  qui tue que ce nationalisme de pacotille aux couleurs margherita, rouge, blanc, vert.

Ce monsieur certes juste un individus en solo a donné ce jour là une image désastreuse de l'Italie par ailleurs magnifique pays. 

Pas sympa pour ses compatriotes.

Petit détail mais symbolique.

Sur le moment, à  faire regretter  un aller-retour dans la journée. A couper l'envie de séjour plus longs en Italie.

 Prochaine expo universelle: au Kazakhstan. Si tout va bien d'ici là.

En effet, sa monnaie, la tenge vient de subir une chute liée à la baisse des produits pétroliers.

                                                                   Sylvie Neidinger

La visite du club de la presse 38/73/74

 

BLOG-Série n°11- Expo Universelle  Milan 2015

Expo Universelle de Milan:52  passe avant 51

Expo Universelle Milano 2015: padiglione svizzero

Japon en fleurs à l'Expo universelle Milano 2015

 

 crédits images Sylvie Neidinger

05/12/2014

Lyon, la fête des Lumières sans éclairage !

Par deux fois, j'avais participé à la Fête des Lumières, non pas selon la version traditionnelle qui consiste à poser des bougies sur les rebords de fenêtres mais la  foire aux couleurs qui fait se déplacer trois millions de visiteurs sur quatre jours début décembre.lyon ,fete des lumières

Venus de loin et pas toujours contents, les piétons!  L'année passé un groupe de munichois maugréait à haute voix derrière moi. Pourquoi?

Tout simplement parce que si l'on annonce de la lumière, il faut allumer les feux, les phares  pour en jeter plein les mirettes!

Or, durant ces jours l'éclairage urbain normal est même mis en veilleuse...

La foule déambule dans les rues où des effets de couleurs sont projetés sur les murs. 

Les officiels ne cachent même plus l'erreur de casting.Voire s'en vantent !

ECLAIRER N'EST PAS COLOR-SCENARISER !

La photo de 20 minutes Grand Lyon datée de ce jour démontre parfaitement le paradoxe. Un titre racoleur " plein les yeux"et une basilique Notre Dame de Fourvière colorée de bleu au sein d'une pénombre.

L'article de la page 5 est édifiant. Il fait parler les organisateurs qui se gargarisent des économies de watts ! : "Des illuminations qui consomment comme un appart.

Une facture salée? Pas vraiment. A en croire les organisateurs de la Fête des lumières, la consommation d'électricité pendant les quatre jours de l'évènement n'est guère élevée. Pas plus importante que celle d'un appartement sur un an. "Elle ne dépasse  pas la consommation annuelle moyenne  (eau et chauffage) d'un ménage habitant dans un appartement de 120 m2"assurent-ils. Ainsi le montant de la facture s'élève aux environ de 5000 euros; Soit 0,01 % des dépenses en électricité de la ville de Lyon sur douze mois. La recette miracle?"les équipes artistiques sont incitées à choisir des systèmes d'éclairage basse consommation pour leurs installations " explique la municipalité "en dix ans on est passé de la vieille lampe incandescente à la LED. Ca a été une vraie révolution." indique le Mat 'Electrique l'un des partenaires de l'évènement" Pendant cette période on réduit également l'éclairage public du centre ville afin de mieux mettre en valeur les oeuvres proposées indique Jea-François Zurawik en charge des grands évènements de Lyon.

Je confirme, la fête des Lumières de Lyon est bien sans lumière. Problème majeur. Notamment pour ceux qui se déplacent de loin sur la base d'un programme présenté comme lumineux. Ceux qui eux, ont consommé de l'énergie pour se déplacer à Lyon en venant souvent de loin !

 

                                              Sylvie Neidinger

11/11/2014

Première expérimentation de Live blogging: nouvelle rubrique

Avec "Blog Live": ouverture d'une nouvelle rubrique du blog Neidinger. (.... 69ème) blog neidinger,blog lve,tiwitter,mah;geneve,cellule communication live blogging,#museomix

Une nouvelle "catégorie" pour y consigner le premier "Live blogging" expérimenté.

La première, vécue en  "direct" -pour parler français plutôt que live! -  lors  de #museomix, le week-end dernier, ici à Genève au Musée des Arts et de l'Histoire, l'un des trois plus grands musées de Suisse.

blog neidinger,blog lve,tiwitter,mah;geneve,cellule communication live blogging,#museomixMAH  étant lui même  connecté à cinq homologues de par le monde à cette occasion.

Façon nouvelle  de créer des modes d'interaction numérique entre un musée, son public physique proche, celui lointain sinon  virtuel.

Ce  Live blogging (donc n°1) a démarré au matin du 7 novembre, avant l'ouverture, par un article de  présentation du Museomix, l'évènement genevois de la journée qui s'annonce.

Puis, sur place, à 9H, franchir la magnifique porte en fer travaillé, entrer, chercher la salle dédiée (le Lab!) saluer. Puis participer comme tous les mixeurs.

Positionnement précis: la blogueuse est associée géographiquement à la Cellule Com de l'évènement.

Mais sans agir sur les réseaux sociaux et le  blog spécifiques de MAH. Un blog participant, museoblogmixeur lui aussi. L'info produite partira vers son lectorat spécifique, sa "communauté".

                                        MUSEOBLOGMIXEUR

Incontournable et essentielle visite du musée pour commencer. Puis observer la séance des  idées- très colorées- jetées sur post-it autour des thématiques. Six équipes se composent naturellement autour du choix retenu.

Le coup de gong retentit: museomixons  gaiement !

Le  temps initial de visite /observation fut vécu comme  "un peu long" pour un Direct' (3h, pause de midi compris) car je n'avais encore rien pu  produire ces trois heures durant,  piaffant d'impatience.

Normalement,  l'info  doit vite être envoyée sur le web, par principe !

Sauf qu'il ne s'agit pas des 140 lignes d'un twittos. Mais bien d'articles.

Même en live il faut  le temps de rédiger, photographier, "embeder"....

Ces trois heures furent même essentielles pour comprendre un évènement somme toute compliqué.

Aidé en cela par le très utile  livret du participant .Ce document genevois très clair fut d'une aide précieuse.

Matin = temps utile pour:

1) répondre aux basiques questionnements du journalisme afin de comprendre l'évènement. En résumé,  répondre aux  5 W de base de l'info( who, when, why...)"qui, quand, où, comment, pourquoi"

2) angler. Choisir les angles des articles.

3) un listing précis de sujets émerge, avec une chronologie précise. Il sera toutefois modifié par le vécu, les rencontres. Telle celle de  Christelle Fritz et ses dessins sur tablette a priori naifs, simplissimes qui m'intriguent et m'intéressent au plus haut point. Un article sera produit.

Par cette "mixeuse plutôt BD" j'apprends qu'une des personnes fondatrices du concept museomix est présente à Genève. Je  rencontrerai Stéphanie Bacquere Un article sera produit.

LIVE BLOGGING: ARTICLES EN RAFALE DE MITRAILLETTEblog neidinger,blog lve,tiwitter,mah;geneve,cellule communication live blogging,#museomix

A mi-journée commencent les choses sérieuses, la rédaction en Live Blogging.

Six articles parus de 13 H pour le premier à 19h pour le dernier.  Soit un par heure.  Mal au dos vers 17H.

Chaque parution est signalée par un tweet conjoint. Lequel est retwité par les personnes ou organismes concernés.

Des tweets en rafale donc au fur et à mesure. Jusqu'au soir.

*Samedi, dimanche : je ne peux participer sur place. Mais vais produire des articles lié au bouquet  final de  16h, à Genève autour de  la présentation officielle des prototypes. Infos partagées reçues  en direct par Twitter.

Comment améliorer un live blogging? En préparant quelques textes d'info froide à insérer dans le "chaud" ? Pas très logique. Direct signifie direct.

User de réseaux sociaux supplémentaires ? Type Pinterest ?

Poster des vidéos au format court  1' ou 2' max ?A voir.

A Genève je suis en tous cas devenue "museoblogmixeuse". 

En attendant  un futur Live blogging...

                                                                        Sylvie Neidinger


 Blog-Série n°9  Blog Live #museomixleman du #BlogNeidinger:

1-Muséomixez !

2-Blog Live #museomix n°1- Le gong retentit !

3-Blog Live#museomix n°2-Incontournable visite initiale du MAH

4-Blog Live #museomix n°3-Flasher, choisir, agir

5-Blog Live #museomixleman n°4- International: six musées connectés

6-Blog Live #museomixleman n°5- Métier: facilitateur...graphique

7-Blog Live #museomix n°6- Muséomixture geek !

8-Blog Live #museomix n°7- Dimanche 15 H Les prototypes sont prêts !

 9-Blog Live #museomix n°8- People make museum: les fondateurs

10-Blog Live #museomix n°9 Stéphanie Bacquere, un des fondateurs

11-Première expérimentation de Live blogging: nouvelle rubrique


 

 

30/10/2014

Vélo maso

Désolée pour le caractère perso de la note mais la thématique est générale.

Hier 29 je me rendais vers un "boutduborddulac" qui m'était inconnu, celui d'Yvoire pour la très intéressante expo Défilé alpin Mode et Montagne du XIXème à nos jours juste avant qu'elle ne ferme au 31 octobre.

En mode écolo-économique-développement durable. Donc programme: train+vélo (en tout état de cause, les transports publics pour se rendre à Yvoire sont presque inexistants)

Sur mappy: arriver en gare de Perrignier, traverser une forêt, arriver à Sciez puis longer le lac aux eaux sublimes du côté d'un rivage au nom imprononçable Excenevex puis Domaine la Rovorée (Yvoire).

Une quinzaine de kms, trente aller retour: jouable.

Y aller ou pas?

La dernière  fois que j'avais roulé sur une départementale en bicyclette remonte à l'adolescence, un bail...Choix d'essayer à nouveau.

Problème: le trajet réel  fut  immédiatement inquiétant. Sur ces routes souvent larges et droites, donc magnifiques, les véhicules roulent à la vitesse autorisée souvent 90km /h.

Voitures et camions,  surtout si rien ne vient  en face, doublent donc à cette vitesse juste en se déportant  un peu à gauche.

Et frôlent le cycliste  à un mètre à peine ...à 90 km/h, voire moins (80,70..) s'ils sont prudents. Mais cela fait encore beaucoup.

                                              ROULETTE RUSSE

Quelle inquiétude d'entendre arriver un engin mobile et de se dire à chaque fois: j'espère que le conducteur est bien là, qu'il ne regarde pas sur sa gauche ou son portable.

Tension...alors que la route était bucolique: arbres et champs puis sublimes vues sur le lac.

Sentiment de mettre sa propre sécurité dans les mains d'inconnus dont on ne peut préjuger du comportement. Roulette russe.

La cycliste que j'étais se tenait le plus à droite possible sans embardée évidemment dans la stricte attitude du "partage de route" et sans atteinte au code de la route.

Bien à la droite de la chaussée également  en pleine  ville à Sciez. Pourtant dans cette agglomération, une automobiliste (une "furieuse" au sens hoolywoodien du terme des Furious, à la "orange mécanique") descend sa vitre et hurle que je dois rouler sur le ...trottoir. Sympa! L'idéal évidemment est la piste cyclable quand elle existe.

Sur ce trajet de bord de Léman, je traverse par deux fois des chantiers routiers, des travaux en cours dont les panneaux annoncent  des aménagements d'une  vélo route que le département 74 t les collectivités locales mettent en place.

vélo,vélo maso,cyclisme,cg74,rhône,danger,sciez,excenex,chemin de halage,léman,route,véloroute du sud léman  Enfin à destination, je fais part aux chargées d'accueil du lieu culturel La Rovorée de cette difficulté vécue  à avoir "testé" le mode de transport vélo sur route normale.

Par le plus grand des hasards,  arrive sur ces lieux une employée, visiblement en  retard. " Il vient d'y avoir un gravissime accident, dit-elle- vélo,cyclisme,danger,sciez,excenex,chemin de halage,léman,route,véloroute du sud lémanil y a 10mn: une cycliste renversée".

Exactement là où j'étais 10 mn avant. Sur la vélo route dit " internationale" et  "verte".

Toutes mes intuitions n'étaient pas vaines. La roulette russe est bien tombée... sur une autre cycliste.

Cette dame inconnue  touchée, fauchée, c'est nous tous en fait. Tous ceux qui prennent le vélo sur route ordinaire.

                                        VELO ROUTE INTERNATIONALE

 

Renseignements pris, cette  voie est bien  dédiée au vélo mais "en partage": un peu ambigu comme programme..!

Elle se nomme la Vélo route du Sud Léman. Elle est à caractère international, car  se connectant à la Suisse  pour un futur tour complet du lac. Donc connectée au Valais.

 "La véloroute du Sud Léman est en cours de réalisation et s’étendra sur environ 80 km. Elle a pour vocation de prolonger l’itinéraire du Léman à la mer par la rive sud du Lac Léman et rejoindre la Route du Rhône Suisse dans le Valais

Un tel itinéraire à pour ambition de proposer un bouclage du tour du lac Léman certes, mais surtout un grande véloroute internationale le long du Fleuve Rhône (de sa source en Suisse jusqu’à la méditerranée) Celle-ci pourrai faire l’objet d’une inscription au Schéma des véloroutes européen Eurovélo.

 

vélo,cyclisme,danger,route,véloroute du sud léman

Je m'intéresse à cette vélo route et son aménageur qui indique sur site évidemment sa non responsabilité:
"Vous vous engagez sur ces parcours sous votre propre responsabilité. Les collectivités et voiesvertes.com ne peuvent être tenus responsables des accidents qui pourraient survenir sur les itinéraires décrits dans ces pages. Bonne balade à tous."

Cette phrase est exacte: le CG74 investit et améliore le réseau. Il ne peut gérer les comportements individuels comme ici, dans l'accident, celui du  premier chauffeur qui aurait évité le vélo en toute dernière minute, le second véhicule derrière n'ayant pas pu éviter lui car n'ayant rien vu, son champ visuel étant pris par la première voiture.

Tout au plus l'aménageur public  peut-il  faire un affichage spécifique  signalant  spécifiquement une mixité vélo/route ?

Et tout de même, gérer ce problème de communication majeur? Signaler que ces routes ne sont pas dédiées au cyclotourisme  pur car elles sont, en réel  hyper fréquentées par voitures et camions.

A savoir le Chablais, enclavé, souffre de ses routes. Il y manque une voie rapide.

De tout cela, je ne tire aucune conclusion à caractère général. Et très certainement aucune  contre l'opérateur public qui investit pour améliorer les routes, pour tenter de rendre les paysages de bord de lac faciles aux cyclos. Juste suggérer de faire attention à la communication sur la réalité de la densité et nature de la circulation.

Une conclusion à titre privé toutefois : mon auto-promesse de ne jamais plus emprunter un vélo sur voie publique nulle part. Et pas spécialement en bord de lac !

Donc plus jamais  en mode écolo-économique-développement durable.

Juste garder l'aspect vélo loisir. Mais alors il faut aller le chercher le long de pistes cyclables spécifiques si elles existent.

Comme sur les anciens chemins de halage (Rhône, Isère et autres fleuves) garantis hors circulation moteur. Car c'est bien  en proximité  du mode fluvial que la bicyclette trouve sa sécurité maximale.

Historiquement, les bords du Léman  n'étaient pas concernés par le halage. Le lac étant  traversé toutes voiles dehors par de vrais coursiers rapides. Les chemins spécifiques n'existent pas.

Il faut donc faire avec la mixité   si l'on veut malgré tout jouer à la roulette russe sur les routes bucoliques dites vertes (!!) ou noires. Cela se nomme le vélo maso.


                                                               Sylvie Neidinger


*Où rouler dans le "grand grand Genève"? Nombreux venant de Suisse ou France  s'arrêtent en gare de Bellegarde (Ain) et suivent les voies de halage du Rhône à bicyclette.


18/08/2013

Tri sélectif rom

Scène surprenante observée-de visu sinon cet article ne serait pas rédigé- récemment, vendredi 9 août, côté France: la dame rom, la BMW et les conteneurs de poubelles.

Elle s'était introduite tranquillement dans une résidence.

Procède au dépouillement de déchets  auparavant bien organisés.

Elle ouvre les sacs de détritus- bien ficelés- sans ménagement et répand sur le sol les contenus.

Mon regard attiré car à proximité immédiate est stationnée une berline grise de marque allemande.

Brusquement, la "collecteuse" quitte son champ de bataille laissant derrière elle des conteneurs au départ bien rangés et propres  devenus  bidonvilles malpropres.

Elle n'emporte rien ce jour là. Recherche infructueuse.

La scène brusquement devient insolite car  contre toute attente  elle...monte dans le véhicule.

Certes une voiture pas de prime jeunesse,   mais très correcte d'allure. Où l'attendait un homme pouvant être son fils. Habituellement, la bicyclette est de mise.

Une question...écologique se pose: de  quels trésors nos poubelles regorgent -elles qui incitent à un tel déploiement d'énergie ? A savoir : le temps de deux personnes ( la fouilleuse et...son chauffeur)+ une voiture donc une assurance, un amortissement sans compter l'essence.

Bizarre tri sélectif des poubelles avec, après le passage, le reliquat étendu sur le sol !

                                                                                                 Sylvie Neidinger

10:14 Publié dans J- Vu Entendu Personnellement | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : tri selectif, rom | |  Facebook | | | |