30/05/2018

Starbucks, KFC: ségrégation, racisme, formation

Suite à l'incident jugé raciste de Philadelphie survenu dans un Starbuck, contre deux personnes noires demandant à utiliser les toilettes et n'ayant pas encore commandé, l'entreprise a fermé ses portes hier après midi pour une formation de son personnel. L'incident rappelle les heures sombres de la ségrégation.

8000 cafés fermés pour formation!

Les entreprises de fast-food se font remarquer actuellement.

A l'époque où elle pouvait bloguer, on se souvient de l'anecdote  de Meghan Markle il y a une année:

" si elle est aujourd'hui contrainte par sa condi­tion à une certaine réserve, s'est distin­guée par le passé pour son enga­ge­ment fémi­niste et anti-raciste. Sur son blog, il y a un an, elle racon­tait une anec­dote que lui avait rapporté son grand père mater­nel, au moment où sa mère n'avait que 7 ans :« Meggie, durant ce trajet, nous nous sommes arrê­­tés au KFC.En ces temps-là, il fallait que les gens « de couleur » aillent à l'arrière du restau­­rant. Les cuisi­­niers me donnaient le repas par la porte de derrière et nous devions manger sur le parking.C'est comme ça que ça se passait." Celle qui est deve­nue duchesse du Sussex expliquait :  »Cette histoire me hante encore.Cela me rappelle combien notre pays est jeune, que l'on vient de loin et combien il nous reste encore à accom­­plir.Cela me rappelle les trop nombreuses blagues racistes que les gens ont raconté devant moi, sans réali­­ser que j'étais métisse."

Doria Raglan, mère de la désormais duchesse, née en 1956 a donc vécu l'incident ségrégationiste en 1963. Effectivement la ségrégation raciale va officiellement cesser en 1967 aux USA.

On apprend avec surprise et d'une façon inopinée par cette histoire vraie   que le  principe du "drive à l'américaine" part de cette optique de faire manger les personnes de couleurs dehors  sur le parking après avoir pris la nourriture d'une porte arrière du magasin!

                                                      EXCES

KFC étonne toujours en 2018. L'entreprise compte une clientèle de couleur très  importante. Mais rien, rien n'en transparaît dans sa pub. Des problèmes de positionnement marketing  en Europe où elle n'imprime pas  (Suisse, pays où les partis de gauche s'opposent à une implantation à LausanneFrance où l'image du colonel Sanders arrive à la rescousse d'un déficit de notoriété.) Une pub raciste est retirée récemment de KFC Australie . 

Dans l'affaire Starbuck, le comportement de la police US qui choisit d' interpeller deux clients noirs voulant juste aller aux toilettes pose problème. Il est peu probable que cela soit un motif d'interpellation en Europe où la police en général semble avoir  plus de recul

Au delà des fast-food, dans le registre des excès policiers aux USA on visionne

cette semaine une vidéo  montrant un contrôle d'identité musclé, violent et sans réel  motif d'une jeune mère   sur une plage : 

Les bavures policières se produisent toujours. A la différence, aujourd'hui  les téléphones mobiles filment, les réseaux sociaux diffusent.

Ce n'est pas toujours une preuve car de tels incidents doivent absolument supporter une enquête sérieuse avec toutes les données matérielles   et tous les avis.

Mais cela décrit une réalité certaine peu reluisante.

Et les clients - si les incidents  se produisent dans les lieux commerciaux-...réagissent mal face à ces enseignes type KFC ou Starbucks ou autres.

 

                                                                          Sylvie Neidinger

 

 

police us,plage,ségrégation #racisme,#usa,kfc,starbucks,drive,doria ragland,meghan markle

 

23/05/2018

La photo officielle du mariage de Harry

Rubrique Sémiologie de l'Image. Photo officielle. Analyse

 

photo royale crédit kensington palace.PNG

 

La famille royale à Windsor. Photographe Alexi Lubomirski / Kensington Palace

Clignes royales.PNG

 

 

Le cliché d'Alexi Lubomirski, pris à l'intérieur du palais de Kensington, au coeur du lieu de la vie monarchique est très équilibré.

LES AXES/

L'axe gauche/ droite de la photo se situe entre le marié et la mariée.

La magnifique robe blanche et sa traîne  structurent la centralité du cliché.

  Harry, homme du jour, est placé au sommet d'une pyramide qui à droite du cliché intègre la tête  de  son épouse, puis  de Doria Ragland, mère de Meghan, celle de Kate, de George de Cambridge et d'une petite fille.

De l'autre côté, l'axe équivalent passe par la tête de son grand père et de deux enfants.

De cette pyramide familiale dépassent d'un côté Charles et son épouse -(futur roi de rang 1) et de l'autre William (futur roi de rang 2)

L'épouse et sa mère Doria sont collées l'une à l'autre. Comme pour se rassurer dans ce monde nouveau et tellement différent de leurs codes.

Egalement, comme un geste de tendresse, commun à tous les mortels. Sauf aux monarques et aristocrates qui visiblement tiennent leurs distances physiques avec leurs proche sur une photo et en public, par principe.

LES ABSENTS/ L'enfant nouveau-né  Louis n'est pas convoqué pour le cliché. Diana, elle....reste dans les têtes. Présente par des objets: la bague de l'épousée à base de pierres de la collection de sa défunte belle-mère. 

Camilla  eut la bonne idée de poser un immense  gâteau rose en guise de chapeau qui lui mangeait le visage et de fait, la cachait. Non pas qu'elle devait se cacher. Mais vis à vis du fantôme de  Diana et de l'histoire  lourdingue autour de Charles et son  ménage à trois...pas plus mal!

 

COULEUR VERTE/ 

Les habits sont classiquement blancs ou noirs (avec nuances tel l'ivoire pour Kate et le gris de Charles, le rose pour Camilla) 

Les deux "mères" principales ont adopté la même couleur: la reine Elisabeth est vêtue d'un tailleur vert-jaune,  la mère de Meghane, vert clair.

Un code couleur se dessine avec également  les tentures de soie vert soutenu entourées de boiseries dorées. Ce vert bien aimé semble symbolique d'un art de vivre typiquement anglais. De la pelouse au gardening.

SYMBOLIQUE / La reine et son époux,  duc d'Edinbourg, âgés et fatigués sont assis. Mais pas n'importe où! 

Dans la perspective de couloirs en enfilade ouverte. Ce n'est pas un  hasard. La symbolique est ici très forte C'est bien Elisabeth qui dirige le mouvement, "les entrées et les sorties".

Elle règne dans les couloirs de ce palais. Elle règne, tout court. 

Charles et Camilla sont positionnés, debout,  pile  juste au dessus de Elisabeth et le prince Philippe, duc d'Edinbourg, au même  endroit ouvert. Comme futur roi. Déjà dans la perspective de la fonction. La photo le suggère.

De l'autre côté, William et son fils George  sont placés devant une porte fermée. Mais une porte tout de même. Qui s'ouvrira un jour.

A chacun à la fois son rang et... son heure. C'est le principe de la transmission royale.

Chacun  attend son tour pour régner. Après Elisabeth:  Charles, William, George. Normalement...

Harry a, lui, peu de perspective de régner. Derrière lui (sur la photo): le mur  certes décoré de dorures et de vert mais qui symboliquement le "bloque".

Ce n'est de toutes façons pas un problème. Il  est sixième dans l'ordre successoral actuel. Il vit dans un palais. 

Il a surtout épousé qui il a voulu! "Sa" Meghan a intégré la famille royale.

Les jeunes mariés rayonnent. Bonheur.

 

            REVOLUTION INTERNE  DE PALAIS

 

Par le  photographe Alexi Lubomirski, toute la structure familiale  est finement représentée à sa juste place actuelle  et ...future.

Dans cet univers attendu,  immuable, de la monarchie britannique, lovée dans ses palais, une révolution humaine est pourtant passée.

Des histoires de coeur !

Charles vit avec Camilla, femme avec  qui il voulait impérativement vivre au point de divorcer de Diana (après le fameux couple à trois...)

Harry épouse qui il a voulu: Meghan une américaine de 36 ans, actrice de série, divorcée, dite "métisse" fille d'une maman black-américaine.

Doria Ragland, sobre, digne, pudique assumant totalement cette expérience. Dont l'adresse réelle aux USA est curieusement à "Windsor-Hills", cela ne s'invente pas !

Un vent de modernité  secoue la vieille monarchie british avec des airs de gospel. Chacun à sa place.

 

                                                             Sylvie Neidinger

 

 

                     Rubrique Sémiologie de l'image