UA-65882359-1

02/07/2017

M Chat est installé galerie Bel Air Fine Art

Miaou.Aapturezz.GIF

M Chat -après quelques batailles de rues mémorables à Paris où il a même été envoyé en justice par la ....SNCF-  vient ronronner à Genève, rue de la Corraterie..

J'avais déjà évoqué  Bel Air Fine Art en 2013 alors qu'elle avait installé un méga Sumo devant sa porte.

IMG_6502.JPG

 

 

 

La Galerie propose aussi du street art.

Dont, actuellement le sympathique matou franco-suisse et jaune soleil.

Mais pas seulement.

 

Sylvie Neidinger

 

 

 

 

 

fine art.GIF

 

 

 

 

 

 

 

02/05/2017

Paris le bronx

Il y a trente ans, le prototype de la rue dangereuse était représenté par New-York, Bronx....

On disait à l'époque qu'une voiture arrêtée au feu rouge pouvait même subir un car jaking.

Paris aujourd'hui pose problème. Certes pas la seule ville dangereuse au monde. Mais le niveau n'est plus à "tranquille".

Une américaine photographiait des fresques de street-art à Montreuil.

Elle en est décédée, poignardée par un SDF visiblement en délire psychiatrique. Il a été immédiatement arrêté.

La photographe n'a pas survécu.

Comme dans le bronx de la belle époque.

Touristes chinois agressés...

On fait quoi ?? On continue à marcher dans les rues et admirer le street-art?

                                                   Sylvie Neidinger

 

 

12/12/2016

M.CHAT n'ira pas en prison

Thoma Vuille, street-artiste  franco-suisse (il est né à Boudry) ne dormira pas derrière les barreaux.M CHAT, sncf, street-art

M CHAT  était carrément menacé de prison ferme par la SNCF (pas moins... et pour un graph sur une cloison ...temporaire de carton-plâtre!!)

Il n' en continuait pas moins de rire à large  dents déployées face à cette réquisition exhorbitante du procureur : 3 mois fermes !

 "Le 15 septembre, Thoma Vuille, plus connu sous le nom de « Monsieur Chat », alias du joyeux personnage jaune qu'il aime à peindre un peu partout, comparaissait devant la 29e chambre correctionnelle du TGI de Paris pour délit de dégradation d'un bien appartenant à am chat,sncf,street-artutrui. En l'occurrence, une cloison temporaire de carton-plâtre posée gare du Nord, sur laquelle l'artiste avait dessiné - au feutre - son chat sautillant, cerné de quelques roses et d'un oiseau. Peu de temps après, la paroi avait été recouverte d'un parement métallique qui accueille depuis une paroi métallique coulissante."(in Le Parisien)

 

 

L'artiste internationalement connu échappe du pire. Il écope d'une amende basique.

Ce jugement évite à la société ferroviaire le ridicule absolu et M.CHAT finalement y a gagné en visibilité. Miaou.

                                                 Sylvie Neidinger

21:20 Publié dans C-C'est chat, U-Miroir de l'urbain-Graph'-Street Art | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : m chat, sncf, street-art | |  Facebook | | | |

08/10/2016

Serval et Kalonji en expérimentation demain dimanche au musée MAH

Depuis le 17 avril dernier   le Musée d'Art et d'Histoire accueille deux artistes genevois plutôt street art (graffiti artist) et/ou illustrateur, ici  en dialogue avec les oeuvres classiques.serval,mah,genève,kalonji

L'opération  se nomme "rendez vous d'artiste": ouverture sur l'art vivant.

Dans la foulée du Muséomix genevois...

Demain premier  dimanche d'octobre, les deux complices Serval et Kalonji vont  expérimenter cette fois avec un artiste tatoueur genevois Christian Nguyen sur la thématique de l" l'armée des ombres."

Kalonji est l'auteur du magnifique graphisme... rouge "sang de  taureau" de l'affiche.

Une intéressante résidence d'artiste, dans un lieu prestigieux que l'apport de ces deux  contemporains va vivifier en boomerang retour.

La philosophie de l'opération ici précisée (source MAH) :"Ainsi, un dimanche par mois, d’avril à décembre, Serval et Kalonji tiennent des séances de travail durant lesquelles ils s’interrogent, testent, élaborent et créent, en compagnie d’autres artistes et de spécialistes d’horizons différents. Ils s’enrichissent également des échanges avec les visiteurs, invités à partager ces moments d’inspiration, où les galeries du musée deviennent un véritable laboratoire"

underground,anne de l'illustration de la ville de genève,graffiti artiste,serval,mah,genève,kalonji,christian nguyenL'opération s'inscrit dans l'année 2016 de l'illustration de la ville de Genève.

Elle permet de découvrir des artistes genevois finalement assez undergrounds.

Une opération de co-branding gagnant gagnant.

L'institution  y gagne en rajeunissement.

Le public est évidemment de la partie.

Précision: l'entrée du MAH est gratuite.

                                 Sylvie Neidinger

 

 

MAH, photos @Neidinger le 15 avril, jour de présentation du projet in situ:

 

underground,anne de l'illustration de la ville de genève,graffiti artiste,serval,mah,genève,kalonji,christian nguyen

  underground,anne de l'illustration de la ville de genève,graffiti artiste,serval,mah,genève,kalonji,christian nguyen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

crédits images: une capture d'écran du site kalonji et photos neidinger

 

 

 

14/10/2015

Les oeuvres du MAH font le mur pour s'afficher en... Street Museum Art!

Etonnante expérience inversée....

Le piéton genevois, lors de ses pérégrinations urbaines, peut désormais se trouver nez à nez avec un clone des tableaux sagement, bourgeoisement et normalement installés au Musée d'Art et d'Histoire de la ville.

outing.GIF

Un bis repetita, en version originale.

Tout simple: photographier, imprimer, découper, transporter, trouver le lieu vertical idéal,  coller, admirer, partager, discuter, écrire, rephotographier...

Une oeuvre alter ego qui va au contact.

Histoire de humer l'air du temps pour  respirer  l'hygrométrie ambiante naturelle lémanique - pas du tout contrôlée  cette fois.

Pas de capteur, ni caméra, pas  de personnel de sécurité. Libres comme l'air, quoi.

-d'ailleurs, ils flottent un peu nos deux sumos locaux ! Un peu moins gras que leurs homologues nippons toutefois.

Les lutteurs de Hodler en avaient assez de leur représentation académique.

Ils voulaient juste voir du peuple, bon sang !! Sentir les ruissellements de la pluie et les uv. Acérer leurs biscoteaux, bomber les pectoraux.

Se sentir humains, revivre, sortir de l'imaginaire du peintre qui les a créés.

Certes  ces vaillants combattants helvètes ne crachent pas dans la soupe de leur maison favorite, le MAH où ils sont  bien gâtés, bien nourris.

De véritables coqs en pâte confortablement installés dans les vastes dimensions palatiales de la  célèbre institution genevoise.

Pas compliqués, ces gros bras  ne négligent pas  du tout leurs  visiteurs, habituels déambulateurs des grandes salles, ces fans capables de s'intéresser  au moindre des petits détails de leur costume peint par ce bonhomme  de Ferdinand.

mah,outings projet,genève,julien de casabianca,street art muséal,hodlerToutefois les bateleurs s'ennuient grave, éternelles vedettes statufiée, figées.

Rien ne vaut une virée pour chercher le populo, le vrai.

 Sans oublier de boire de petites bières au passage.

Une envie urbaine, une bouffée d'air pur quoi.

Lutter et frimer un peu tout de même  devant le regard des gamins et gamines de la bonne ville. Devant le regard des genevoises girondes aussi...

Grâce au projet baptisé Outings d'un artiste corse  Julien de Casabianca.

Un projet collaboratif en mouvement sur sa durée et dans  plusieurs "Streets" de Genève avec cette  soixantaine de présentations à  découvrir de la Jonction aux Eaux-vives.

La démarche est très cadrée. Il y  a des oeuvres, des auteurs, des droits...

De fait le produit fini installé in situ est nommé un "outingsMAH", bigre.

Décidément le MAH innove avec ce que je m'autorise à baptiser le "Street Muséum Art" , ce, quelques mois après l'expérimentation Muséomix.

Magnifique idée pour laisser entrer une brise ou une bise entre les murs.

Ceux de la ville et ceux du musée en interaction, en miroir, en façade.

Murs en regards croisés "open space" de la population genevoise.

                                                                             

                                                                                           Sylvie Neidinger

 

 

 Du 10 octobre au 10 janvier avec des expos In ...à l'intérieur du musée aussi  en boomerang

crédits images captures sites web

 

 

17/05/2015

Suissses, neutres et ...armés jusqu'aux dents

C'est le titre d'un diaporama Géo ici signalé.

SNsuisses,armes

http://www.geo.fr/photos/reportages-geo/les-suisses-neutr...

suisse neutre.GIF

crédits photos= captures d'écran du site cité

22:13 Publié dans A-Helvetia, U-Miroir de l'urbain-Graph'-Street Art | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suisses, armes | |  Facebook | | | |

15/01/2014

Street Art n°10. Le bus en stand by. Genève, Boulevard Helvétique

Rubrique Miroir de l'Urbain. Graph' N°10. Lieu: Boulevard Helvétique, sous le pont Charles-GallandP1110900.JPG

Miroir de l'Urbain traite des graphs qui peuvent se rencontrer au hasard des  murs de Ville.

Pour comprendre leur histoire,  leur statut, leur sens, leur rôle entre éphémère et permanent, révolte et acceptation.

Pour la première fois,  cette rubrique s'occupe d'un ...bus. Il attire l'oeil. Il est bizarre. Car n'en est plus vraiment un. Une chimère, plutôt.

A la fois bus immobile et local urbain.

Un drôle de véhicule échoué. Mais socialement accepté en l'état au coeur de la Genève chic du boulevard Helvétique: une cohabitation intéressante à décrypter.P1110895.JPG














Etonnant contraste entre les pierres de tailles  de belle allure du quartier et le bus épave, non immatriculé. Il ne dérange personne. Très peu visible des voitures qui passent presque sans le voir. Car caché dans un interstice urbain, sous l'ombre d'un pont.

Il est très tagué, surtout coté ...piétons. P1110908.JPG

Ses graphs  ne donnent pas dans l'esthétique.  Plutôt dans  la rage. Fureur de vivre. Comme des ratures. Une volonté d'effacer. Du trash. Du dur. De la révolte.

En s'approchant, on comprend qu'il est espace social puisqu'une affiche annonce qu'il accueille les permanences d'une association: Aspasie, liée à la "prévention de nuit".P1110893.JPG

On lit : "trouver réponse sur la prostitution/santé/droit/insécurité/consommation de drogue/MST/se détendre/se réchauffer/faire une pose/parler avec quelqu'un/se refaire une beauté/prendre du matériel de prévention"

P1110896.JPGC'est le bus de l'attente.

Attente de l'arrivée des  oiseaux de nuit par les membres de cette association, très certainement.

Population de nuit visiblement en interstice social autour de la drogue et la prostitution. Elle même en attente de vie meilleure. D'une "beauté" qu'il faut refaire.

Peut être en panne aussi?

Tout comme le bus. Qui ne roule plus. Vie de chien. No futur. Présent difficile.

Alors, un signe devient très significatif: observer  les roues du véhicule. Elles ont été spécifiquement marquées d'orange fluo.

Le tagueur  souligne ainsi l' Impasse immobile dans laquelle se trouve ce bus.

A l'image  de l' Impasse probable de ceux ou  celles à qui ce "local"public  urbain  d'un genre nouveau  donne  aide.

Toit très très provisoire, comme ultime assistance sociale pour le monde de la nuit underground.

Vies taguées, en stand by...

                                                                                Sylvie Neidinger

                                              

P1110909.JPG


 

P1110907.JPG


04/11/2013

Street Art n°9. Avenue Vibert. Lancy: cri social individuel

Rubrique Miroir de l'Urbain. Graph' N°9. Lieu: avenue Vibert.  Lancy.

Proche de Servette. Espace urbain interstitiel: un passage pédestre sous voie ferrée. Uniquement à la vue des dits piétons. D'où cette permanence dans le temps sans élimination par les autorités publiques? P1110113.JPG

P1110099.JPGCertains graphs semblent très anciens (datations lisibles: 1997, 2009) certains  délavés par les intempéries.

Aucun ne ressemble à l'autre: présence de  graphs  d'une esthétique évidente et   d'autres... sans grand intérêt de ce point de vue. Comme ces signatures au feutre qui très clairement polluent le mobilier urbain.

Avenue Vibert : aucune unité d'ensemble. Juste un espace physique partagé.

Certains graffiti sont signés. Plusieurs auteurs, mais pas en unité de groupe. En individuel côte à côte. 

Découverte sur place d'un curieux petit papier, tout fragile, collé sur le mur, à l'abri de la pluie. Il  indique:"Anonymous. clandestine 2013. Spray paint on wall. Looks like Leonardo, Michelangelo. Donatelo and Raphael decided to try something new. What Art?":          

Pas moins! Toutefois, l'ensemble ne fait pas très Michel Ange comme résultat...

Le Street art n'est d'ailleurs pas rangé dans la catégorie  peinture académique !

Ici on est plutôt face à du Street Art Brut de décoffrage.

Brut, "dur" au sens d'un résultat visuel général  "fouilli" sans visée esthétique d'ensemble.

Street Art Brut qui révèle des expressions libres, illégales (rappel: interdit de taguer !) mais rendues possibles dans cet interstice urbain (non visible depuis une voiture) de Lancy.

Quelquefois provoc', quelquefois en confidences: un "cri social individuel".

Comme ce très ancien message de vie qui, mine de rien, fait encore réfléchir le passant plusieurs années après sa rédaction: "sobre depuis onze jours" ... Et aujourd'hui ?

                                       Sylvie Neidinger

 

miroir de l'urbain,street art brut,cri social,lancy,graph

miroir de l'urbain,lancy,graph

miroir de l'urbain,lancy, graph

 

P1110101.JPGmiroir de l'urbain,lancy,graphP1110105.JPG

 



03/10/2013

Street Art n°8. Rue Pictet-Thellusson, Genève

Graph'Urbain N°8. Lieu: rue Pictet-Thellusson, Genève. Catégorie. Trompe-l'oeil autour d'une intégration architecturale parfaite avec les lignes liées aux  bâtiments adjacents et à la perspective de la rue.street art,graph 'urbain,rue pictet thélusson,geneve

Une manière d'avoir recréé une rue virtuelle en profondeur sur la base d'un mur plat. Par le simple fait du champ de lignes de perspectives du décor..

Il n'y  a pas d'art sans message.

Celui ci est très intéressant à décoder.

D'une part il exprime la "Genève-Mesure" précise, méticuleuse qui  dans le dessin coordonne les lignes.

D'autre part, la rue Pictet-Thelluson, perpendiculaire à la route des Acacias est celle de l'UBS.

Et ce miroir urbain du quartier Praille renvoie à la capitale mondiale de la finance  Wall-Street par son arrière-plan de gratte-ciel.

Enfin, ce gratte-ciel dessiné suggère les évolutions futures du quartier qui semble-t-il va pousser en hauteur dans les 20 années à venir.

Sylvie Neidinger

street art,graph 'urbain,rue pictet thélusson,geneve

 

 

 

 

 

 

                                                     Rue virtuelle à Genève ...street art,graph 'urbain,rue pictet thélusson,geneve

street art,graph 'urbain,rue pictet thélusson,geneve

 

                                         rubrique Miroirs  de l'Urbain/Graph'Urbain /Street Art

15/05/2013

Street Art n°7 L'Atoll: paquebot à quai à Annemasse !

 Graph'Urbain N°7. Lieu:  avenue de la gare. Dénomination: L'Atoll. Catégorie:  libre, graph non institutionnel mais "avec autorisation".

COMME UN AIR DE GRAND LARGE AVANT UNE AIRE DE GRAND GENEVE !

Un paquebot navigue à quelques encablures de la gare d'Annemasse, de  ses wagons, son chef et sa casquette....                 Bientôt à quai. Bientôt oublié. P1070094.JPG

Le bâtiment de proue  est déjà connu  de ce blog,  puisqu'il est l'autre face du Graph  simiesque, objet de la note Street Art°1 dite "miroir de l'urbain".

 

 

 

 

Renseignements pris: ce bâti est voué à la démolition pour la construction du futur pôle transport CEVA qui reliera en 2014 cette gare à Cornavin en 20 '.Voir la modélisation démo 3D

Où l'on constate que le Street Art, le vrai, est majoritairement lié à la notion d'éphèmère...

P1070122.JPG

P1070114.JPGA Annemasse, un collectif associatif a été autorisé  à donner libre court aux  alizées de l'imagination qui gonflent la voilure du visuel. Avant la dernière révérence.

Comme un adieu au bâtiment par les  couleurs flashy. Apothéose avant élimination :hublots, cheminée, gouvernail, drapeaux...même les oiseaux -les vrais - jouent le jeu et se posent sur les bastingages !

Comme un air du Grand large avant l'aire du Grand Genève....

Le résultat plait visiblement puisqu'une carte postale est éditée et diffusée.

Souvenir avant démolition. Démarche mémorielle ...tout à fait..hyper accompagnée donc... Institutionnelle !

                                                                                                 Sylvie Neidinger

Rubrique Graph'Urbain-Street Art

P1070100.JPGP1070098.JPG

 P1070130.JPGP1070126.JPGP1070129.JPGP1070133.JPGP1070135.JPG

ceva singe 001.jpg

 

19:50 Publié dans A-GeneVie, U-Miroir de l'urbain-Graph'-Street Art | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ceva, grand genève, l'atoll, annemasse | |  Facebook | | | |

14/04/2013

Street Art n°6. Street Park, Genève: modèle théorique!

 Lieu: Genève face au Stade Servette/centre commercial La Praille.  Dénomination: Street Park. Expression: plurielle. Catégorie: modèle "théorique"...parfait !

Rubrique Street Art, du blog Neidinger.

geneve,servette,praille,street park,street art
Dans Street Art, il y a Street, la rue..... RUE.













Pourquoi devant le stade Servette/centre Praille (Genève) le Street Park peut-il être qualifié de "modèle théorique"?

P1060718.JPGParce qu'il  il a fallu pas moins de 8 voies routières pour donner structure à cet espace !

Deux double-voies "en plafond" ( autoroute d'accès au Quartier Praille) et un  double-voies de chaque côté.

Espace enchassé, construit par tous ces accès routiers.

Les graphs de cet univers dédié aux sports urbains sont plaqués  sur les PILIERS qui supportent  structurellement  la 4 voies.geneve,servette,praille,street park,street art

P1060724.JPGAucun graph ne ressemble à l'autre. Expressions plurielles, artistes divers.


P1080036.JPG

Sur un pilier : une expression personnelle  révoltée.


De celui qui, taguant illégalementent,  se voit infliger des travaux d'intérêt général. Il rédige autour du drapeau suisse:"pour avoir fait un peu trop à fond 3 mois de peinture illégal petit séjour à chandollon et travail d'intérêt général"*

Ce qui pose le problème du Street Art, qui s'immisce dans les interstices fonctionnels urbains - ici un drôle d'espace  difficilement aménageable.

  Interstices également entre légalité et illégalité.

Visiblement au Street Park, pas  de problème d'autorisation, c'est ok ! 

                                     Sylvie Neidinger

Champ-Dollon= prison.Le grapheur qui s'exprime a dû y aller fort ....


P1080041.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1080023.JPG 

 

 

 

 

 P1080015.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 P1060726.JPG

P1060729.JPG

 

P1060720.JPG

P1060719.JPG

 

P1060721.JPG

P1060730.JPG

P1060727.JPG

04/03/2013

Street Art N°5. Grande Rue. Saint-Julien-en-genevois

 Lieu: St-Ju. Catégorie: fresque .Technique: trompe l'oeil.street art,saint-julien-en-genevois

Ce mural élaboré en 2012 n'est pas spontanément à ranger dans la rubrique du Street Art. street art,saint-julien-en-genevoisIl en serait même un contre-exemple. 

Ou de "l'art-décor "de rue ? A débattre !!!

C'est un visuel commandé par une municipalité, institutionnel donc,  qui embellit un mur fortement dégradé à l'origine.

Et situé  l'épicentre de la ville de Saint-Ju.

 

 

La technique choisie est celle du trompe-l'oeil qui créé un effet de surprise.

street art,saint-julien-en-genevois

Surtout concernant la  fausse dame qui ouvre ses faux volets. Car spontanément, instinctivement on cherche à s'approcher pour décoder le message visuel.street art,cité création,art-décor de rue,saint-julien-en-genevois

 

 

 

 

 

 

 

Un faux Salève imite le... vrai, en arrière plan!street art,saint-julien-en-genevois

 

 

 

 

 

Sur le devant:   une scène musicale chantante (un peu  surjouée?) comme pour donner un coup de gaité..permanent.

street art,saint-julien-en-genevois

Ce travail de commande publique est immense en surface et intéressant à analyser.

  Il s'agit juste d'un autre genre: de l' Art de décor urbain plutôt que du  Street brut. Une fresque décrétée..

Le critère si puissant du Street Art, à savoir le caractère rebelle et éphémère voire illégal du Graph' n'intervient strictement  pas ici.

On est dans un style déco plus consensuel au niveau d'une population évidemment moins provoc'.

Une passante interrogée m'a dit fort apprécier la reprise des volets en trompe l'oeil qui a redonné une intégration urbanistique à   l'ensemble traditionnel de la rue, en similarité avec les maisons voisines.

Ce qui est même accentué par le recours au mobilier urbain: de... vraies lampes ont été réintégrées au mural.

Effectivement, cette fresque fait réfléchir puisque le trompe l'oeil va jusqu'à mettre en scène un couple enlacé, de dos qui la regarde, habillé de jeans comme Monsieur et Madame Tout le monde: un rendu très scénarisé !

Oeuvre d'un choix politique municipal, elle fut même  inaugurée. Elle  fit l'objet d'une commande publique à une entreprise CITE CREATION, qui se présente comme leader mondial  avec plus de 600 fresques murales  à leurs actif. 80 peintres mobilisables sous statut coopératif. Un champs d'action internationale avec des réalisations dans le monde entier.

SCANDALE PATRIMONIAL

COMBAT PERDU  ENTRE FRESQUE DE COMMANDE ET MAGNIFIQUE STRUCTURE MURALE PATRIMONIALE

La réalisation de Saint-Julien-en-genevois a fait l'objet d'une crise....patrimoniale majeure.

En cours de réfection du mur de l'ancienne maison , les ouvriers découvrent un magnifique mur en boulets et molasse. Les historiens du patrimoine de Saint-Julien ont évoqué à chaud  la nécessité de laisser cet extraordinaire  mur ancien à découvert.

Ces questionnements de l'époque sont  lisibles sur un blog dit soleil:
"Les travaux de préparation avant la réalisation de la fresque imposant d'enlever le crépi existant pour en mettre un nouveau sur lequel exécuter la peinture, quelle ne fut pas la surprise des passants et voisins de découvrir le mercredi que sous cet horrible crépi se cachait un magnifique mur de pierre en boulets avec des encadrements en molasse et en pierre de taille magnifiques .

C'est alors que Mr Jean-Luc Daval, historien émérite et connaisseur de l'histoire de l'art, après en avoir parlé avec Claude MEGEVAND, Président de la Salevienne ( Société d'histoire savante de Savoie) prit immédiatement langue avec le maire de St. Julien, Mr Thenard, pour lui demander de faire suspendre les travaux. Suspension que le maire accepta alors que les travaux avaient, entre-temps, continué et que les ouvriers avaient déjà recouvert du nouveau crépi le tiers supérieur de la façade.

Face à ce mur d'une grande beauté dont il était urgent de déterminer la valeur historique et patrimoniale,  il paraissait en effet évident qu'un court délai de réflexion s'imposait avant de décider de la suite à donner aux travaux, une fois conseil pris auprès d'un architecte ou historien reconnu".

Au final: le maire a tranché en faveur de la fresque. Il s'est dit être lié au contrat commercial passé avec la société d'art déco. Au profit d'une peinture artificielle...

Décidément Saint-Julien n'aime pas son patrimoine!

Ce mur est situé juste en face de la Tour historique qui vit la signature du Traité de Saint-Julien mettant un terme aux guerres avec Genève. Lequel monument a lui aussi été massacré au plan architectural !Un article de ce blog a été consacré au sujet.

La zone de la découverte du mur était en plus classée archéologiquement !

A Saint-Julien l'art de rue a tué un magnifique appareil mural. Terrible. Pour une fausse gaité permanente colorée, de la musique muette en lieu et place d'un extraordinaire mur chargé d'histoire  comme plus personne aujourd'hui ne sait les faire...

Un pan de vieille Savoie détruit au profit d'une mascarade hyper maquillée de faux Street art car de commande non réversible !


Sylvie Neidinger

street art,cité création,art-décor de rue,saint-julien-en-genevois

 

street art,saint-julien-en-genevois

15/02/2013

Street Art N°4. Eco-quartier, Jonction. Genève

Rubrique Graph'Urbain.

Rue des Gazomètres, Boulevard Saint Georges,  Genève.  

Catégorie: "urbanisme en mutation" Lié à Chantier en cours. Mention sur site :  "écoquartier"par lettres découpées, positionnnées en hauteur. C'est la dénomination très officielle du  futur... Eco-quartier.P1060518.JPG

Support: provisoire, sur   palissade de chantier. Pas de datation.  street art,rue des gazomètres,neidinger,bd saint georges,genève

P1060520.JPG


 




la signalétique de chantier et les panneaux de signalisation (interdiction de stationner) sont intégrés  à la fresque naïve

 P1060526.JPG

L'envers des palissades..


Plusieurs expressions : du naif enfantin au style bédéiste...P1060549.JPGP1060541.JPG

P1060562.JPG

 

P1060538.JPG

 

P1060530.JPG

street art,rue des gazomètres,jonction,écoquartier,neidinger,bd saint georges,genève

 

P1060546.JPG

 

P1060548.JPG


23/01/2013

Street Art: l'Appel de Genève. Rue Savoises.

Rubrique Graph'Urbain. N°3. Rue des Savoises, au coeur de Genève, zone Plainpalais. Datation lue: 2006.  Catégorie: expression militante.

street art,rue savoises,genève

street art,rue savoises,genève

Ici contre les mines antipersonnel. Convention d'Ottawa. L'Appel de Genève. Geneva Call Remarque:  le graph, vieux de 6 ans n'est pas sur-tagué.Il a été respecté sur une durée  importante....En raison de la nature (pacifiste) du message politique exprimé? SN

(nota : "antipersonnel" est un  invariable)


 

 

 






street art,rue savoises,genève

street art,rue des savoises,genève









"des bombes contre les mines. Un projet  de la campagne suisse contre les mines antipersonnel de l'Appel de Genève et de la Fondation Suisse d'aide aux victimes  des mines avec le soutien de la Confédération Suisse.street art,appel de genève,convention d'ottawamines antipersonnelles,jazy,jag,seral,22 septembre 2006,rue des savoises,genève Une fresque réalisée par Jag, Jazy et Seral dans le cadre de la 7ème conférence des Etats,  parties de la convention d'Ottawa pour l'interdiction de l'usage des mines antipersonnel.      Genève, le 22 septembre 2006."

 

 

street art,appel de genève,convention d'ottawamines antipersonnelles,jazy,jag,seral,22 septembre 2006,rue des savoises,genève

street art,appel de genève,convention d'ottawamines antipersonnelles,jazy,jag,seral,22 septembre 2006,rue des savoises,genève

 

street art,appel de genève,convention d'ottawamines antipersonnelles,jazy,jag,seral,22 septembre 2006,rue des savoises,genèvestreet art,appel de genève,convention d'ottawamines antipersonnelles,jazy,jag,seral,22 septembre 2006,rue des savoises,genève

street art,appel de genève,convention d'ottawamines antipersonnelles,jazy,jag,seral,22 septembre 2006,rue des savoises,genève

30/11/2012

Coulures de sang. Konny Steding, Paris

La rubrique Graph'Urbain ouverte récemment était supposée ne s'intéresser qu'aux visuels du Grand Genève. Cela n'a pas été tenable. Il  est des "rencontres de rue"  chocs à faire...partout. Ici , Impasse Guéménée, Paris. Rue calme, chic. Et pourtant...

Art éphémère. Précisément Street Art avec Konny Steding.

Galerie Moretti Moretti

Graph N°2

P1050742.JPG

P1050743.JPG

 

P1050744.JPG

P1050746.JPG

P1050748.JPG

P1050750.JPG

 

P1050752.JPG

P1050753.JPG

P1050754.JPG

P1050755.JPG

P1050759.JPG

P1050758.JPG

P1050757.JPG

La galerie Moretti Moretti - 700 mètres carrés dans un espace historique parisien, fondations du château des Tournelles entre Bastille et Place des Vosges.

En surface, une artiste s'en donne à coeur joie!  Librement. Konny Steding avait commencé à 14 ans en envoyant directement des pots de peinture sur le mur de Berlin.

Activiste, toujours rebelle  elle n'hésite pas à perturber la FIAC avec ses projections intempestives! Par principe l'artiste du Street Art ne demande pas les autorisations nécessaires. Pour exposer ses coulures préférées, elle pratique la technique mixte sur support papier avec pochoir, peinture.

Découverte d'un très beau texte de Jacques Bouzerand sur le Street Art (à trouver dans l'onglet sur l'artiste après être entré sur le site web de la galerie Moretti-Moretti)

Sylvie Neidinger


Reproduction du texte de Jacques Bouzerand, Paris septembre 2012 sur le Street Art:


"Pourquoi depuis qu’ils vivent en société les hommes ( et les femmes )

ont-ils décidé de couvrir les parois ou les murs qui les entourent

d’images ou de signes mystérieux ? Pourquoi ? C’est en tout cas ainsi

d’Altamira à la Chapelle Sixtine, de Pech-Merle aux murs de la Sorbonne

en 1968 et au Mur de Berlin (jusqu’en 1989). Partout, en tous lieux, la

muraille, la cloison, le panneau sert de support aux icones des

civilisations qui passent. Ce n’est pas un hasard si notre siècle en

surfant sur ces modèles et en les démultipliant a donné vie à une des

formes d’art les plus inventives et vivaces : le street art.

 

Peut être, parce que les civilisations se savent mortelles, veulent-elles

laisser sur la coquille de leurs habitacles les traces de leurs rêves, de

leurs cauchemars, de leurs passades ou de leurs aspirations. Le bison,

le cheval, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, les Lüftimalereien,

ces trompe l’oeiI sur le Mur ouvrant l’espace à la liberté… tout fait

toujours sens sur les murs et appelle à la réflexion…

 En associant dans sa pratique artistique le souci de plus en plus

contemporain de la préservation, du sauvetage de la Planète et la soif

généralisée d’évasion vers des paradis artificiels, Konny Steding s’est

fait une belle réputation internationale. Du Mur de Berlin à la Rockefeller

University, puis à Cologne, à Berlin, à Paris, ) New-York, à Londres, à

Toronto…, Konny Steding , née à Stuttgart, a en effet ponctué ses

séjours de performances et d’affichages remarqués. Double jeu. Double

je. Ses performances tournent autour de la notion de déchet, de gâchis,

de destruction, de pollution… Dans les couloirs des métros, dans les

galeries, sur les trottoirs des villes, cette « activiste urbaine » fait de la

poubelle l’alpha et l’omega de la société. C’est, pour elle, le symbole à la

fois honni et adulé de la consommation poussée jusqu’à ses extrêmes

et, qui sait, jusqu’à la perte de la civilisation. Mais, les interventions de

Konny Steding ont aussi, à côté, en même temps, en outre, des aspects

plus intrinsèquement artistiques et surtout moins fugaces. À grands traits

sur de vastes surfaces, Konny Steding peint des portraits de vedettes

de la culture punk, dont le plus mythique Sid Vicious ( 1957-1979), le

chanteur des Sex Pistols… Ces portraits -et aussi, sans doute, le sien -

qu’elle réalise le plus souvent sur de grandes toiles ou des affiches avant

de les coller sur les murs des capitales qu‘elle traverse constituent un

extravagant capital de visions contemporaines, avec leurs coulures,

leurs graffitis surajoutés, leurs larmes ce sang de peinture… Ces images

construisent la vaste exposition que consacre à Konny Steding « la

galerie Moretti & Moretti » ( 6, Cour Bérard dans l’impasse Guéménée

près de la Bastille). La galerie donne une grande place aux jeunes

artistes du Street Art, persuadée, non sans raison, que c’est là que se

nichent les valeurs de demain."

 

19/10/2012

Miroirs de l'Urbain. Graph n°1

 Nouvelle rubrique : Graph'Urbain

Aire  de la rubrique : Grand Genève -Vaud, Genève, Genevois.

Localisation du tag-graph/: avenue Zola (gare) Annemasse Photos Neidinger.

 

tags,murs,urbain

 

tags,murs,urbain

tags,murs,urbain

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(même lieu-octobre 2012)

tags,grapitti,grand genève,murs,urbain

 

tags,grapitti,grand genève,murs,urbain

tags,grapitti,grand genève,murs,urbain

tags,graphitti,grand genève,murs,urbain

tags,grapitti,grand genève,murs,urbain

tags,graphitti,grand genève,murs,urbain

14:29 Publié dans U-Miroir de l'urbain-Graph'-Street Art | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tags, graphitti, grand genève, murs, urbain | |  Facebook | | | |