UA-65882359-1

17/09/2013

Saint-Ju, patrimoine Grand Genevois

Une équipe universitaire de l'UNIGE sous la direction du Professeur Leila El Wakil a porté son attention sur le patrimoine de Saint-Julien-en-genevois. Le tout dans un cadre écrit structuré signé entre les deux entités: l'Université de Genève qui a produit ce séminaire d'étude (intitulé "Inventaire et valorisation") et la dite commune.

Onze étudiants ont donc traversé la frontière, voire poussé le périple jusqu'à Annecy, aux Archives Départementales où selon  le professeur "nous avons été extrêmement bien reçus"

L'historienne d'art donnait jeudi soir dans les locaux de l'Institut National Genevois (1, Promenade du Pin) une conférence en avant première.

Fort intéressante.

Elle qualifie Saint-Julien de  "ville rue" dont le nom, en fait, pourrait être sur tout le parcours"rue de Genève" puisque c'est l'axe de direction !

Ville bien implantée dans son environnement grand genevois. Son noyau villageois présente des similitudes visuelles avec Carouge, Chêne-Bougerie, Thônex, Plan-les-Ouates.

La spécialiste a souligné lors de son intervention, son étonnement  face à la qualité intrinsèque du bâti qu'elle découvrait. Très souvent des villas d'architectes plantées sur des surfaces arborées volumineuses. Un Hôtel de ville d'une belle facture, construit en 1862 par César Pompée.

césar-auguste popée,alfred olivet,maurice novarina,journées du patrimoine,unige,institut national genevois,grand geneve,saint-ljulie-en-genevois,leila al wakil

Tout un pan de la mémoire patrimoniale  est ressorti lors de l'étude. Notamment celle des grands chefs de la cuisine urbaine, ceux qui construisaient: les architectes justement , les  César-Auguste Pompée, Alfred Olivet, Maurice Novarina...

Problème, ces belles villas d'architectes sont actuellement en grave danger de ....promotion immobilière, Grand Genève oblige. Comme cet exemple cité par un élu local, M Vielliard en 2012 :

http://portevoix.blog.tdg.ch/archive/2012/07/20/une-villa...

D'où justement l'intérêt de cette étude universitaire scientifique sur le thème. Pour donner du grain  à moudre à la réflexion. Et aux projets urbanistiques locaux.

Madame el Wakil ne s'est pas cachée derrière une langue de bois ce soir là à l'ING. Selon elle:

1- Les architectes contemporains -(et urbanistes et administratifs qui autorisent ) lorsqu'ils construisent sur de l'existant, se doivent d'une plus grande prudence vis à vis de l'existant et du respect de leurs confrères antérieurs.

2- C'est l'usage que l'on redonne  au bâtiment ancien qui va sauver le dit  bâtiment ancien.césar-auguste popée,alfred olivet,maurice novarina,journées du patrimoine,unige,institut national genevois,grand geneve,saint-ljulie-en-genevois,leila al wakil

3- Les lois cantonales genevoises sont plus protectrices que leur équivalent en France. La villa Taponier est un cas de destruction récente (2012) signalé plus haut. Dommage car  la première mention sur document   de Saint-Ju date de 1253....

 Cette moindre protection côté français a des conséquences directes que la conférence de l'érudite n'a pas manqué de souligner:

4- L'incroyable raté d'un des châteaux médiévaux de Ternier, car il n'était pas protégé !  Info cruelle: l'actuel propriétaire, un allemand, avait  les moyens financiers et la volonté de bien faire ! Mais il avait commencé la restauration dans son coin il y a plusieurs années. Ses maçons turcs  apportaient leur savoir-faire mais d'une toute autre culture. Avec des résultats catastrophiques au sens de l'histoire de l'art et de la protection...comme des mansardes type 19 ème sur le bâti austère médiéval !!

Ce propriétaire, heureux de l'attention des spécialistes genevois a  déploré de ne pas avoir rencontré Mme el Wakil et ses étudiants plus tôt. En réalité c'est un service français de protection du patrimoine qu'il aurait dû le contacter !

5- Mais le scandale  urbanistique majeur de Saint -Julien  est ailleurs: c'est bien  cette maison peinturlurée de jaune à balcons et grandes fenêtres qui pose problème. Elle est tout simplement une tour médiévale...historique majeure !!!césar-auguste popée,alfred olivet,maurice novarina,journées du patrimoine,unige,institut national genevois,grand geneve,saint-ljulie-en-genevois,leila al wakil

Elle porte cette inscription sur une des façades :césar-auguste popée,alfred olivet,maurice novarina,journées du patrimoine,unige,institut national genevois,grand geneve,saint-ljulie-en-genevois,leila al wakil

 "1603-1903. Dans cette Tour, du 11 au 21juillet 1603 a été discuté et signé le Traité de Paix de Saint-Julien qui a mis fin à une guerre longue et cruelle et ayant dévasté, ruiné  et dépeuplé toute la contrée.

Trois cents ans après pour rappeler cet évènement mémorable le Conseil Municipal et les habitants e Saint-Julien ont érigé cette plaque le 14 juillet 1903. Fête Nationale de la République."

La maison a bien vu la signature d'un traité de paix protestant-catholique genevo-savoyard suite à la défaite des ...savoyards lors de  l' Escalade !

Verdict docteur: à une certaine époque, moderne- donc récemment !-un conseil municipal et les  Saint-Juliennois  ont bien perdu la boule pour oser transformer une Tour Médiévale mémorielle en un laid canari jaune  à plumes blanches !

                                                                                                                 Sylvie Neidinger

Architecture:

Leila El Wakil Université de Genève Unige Historienne de l'art

Saint-Julien-en-genevois : découvrir la ville

13-15 septembre: journées européennes du patrimoine

Traité de Saint-Julien-en Genevois de 1603:

http://www.savoie-archives.fr/archives73/dossiers_sabaudia/traite-st-julien/scientifique3.php

http://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9_de_Saint-Julien

http://www.savoie-archives.fr/archives73/dossiers_sabaudia/traite-st-julien/bibliographie.php

http://www.st-julien-en-genevois.fr/1/decouvrir-la-ville/1/saint-julien-et-le-genevois/10/saint-julien-hier.html

14/09/2013

Une équipe suisse reçoit l'anti-Nobel de physique: sidéral

La remise de l'anti-Nobel est finalement ultra sérieuse et pleine d'humour. 

La cérémonie qui se passe à Harvard se prononce d'ailleurs les Ig Nobel: les ignobles !

anti-nobel,ig nobel,grenobel,harvard,université pierre mendes france

Cette année une équipe suisse reçoit conjointement avec d'autres le prix de physique pour cette fantaisie lunaire:

"en physique il a été remis à des chercheurs italiens, français, russes, suisses et britanniques. Tout ces brillants esprits avaient mis leurs forces en commun pour montrer que certaines personnes seraient physiquement capables de courir sur la surface d’un étang… si celui-ci était sur la lune"

Malheureusement, au moment de la rédaction de l'article, il n'y a pas mention de quel labo universitaire suisse "joyeuse-luronne" helvète il s'agit !

PLUS ON BOIT PLUS ON SE TROUVE BEAU !

Laurent Bègue de l'Université grenobloise Pierre Mendès France, reçoit le prix de psychologie pour cette étude: plus on boit, plus on se trouve beau !

http://pourquoi-docteur.nouvelobs.com/Boire-rend-irresistible---une-equipe-francaise-recoit-l-anti-Nobel-3606.html

http://www.francetvinfo.fr/sciences/ig-nobel-cinq-prix-qui-font-rire-puis-reflechir_410697.html

Et autres lauréats qui ont étudié les ruminants : GB+Canada+Pays-Bas sur des calculs de probabilités ...bovins.

Oui, des prix Ig Nobel pas si vachards au fond, qui font bien rire. Mais aussi réfléchir !

Le monde scientifique le plus rigoureux, c'est connu, adore l'humour, cette parfaite  forme d'intelligence.

                                                                                                      Sylvie Neidinger

anti-nobel,ig nobel,grenobel,harvard,université pierre mendes france

13/09/2013

La Bâtie, festival grand genevois

Hier soir se tenait la Nuit des Bains à Genève. L'occasion de découvrir le programme de la 37ème édition du Festival La Bâtie. Au programme : théâtre, danse et musique.festival,la bâtie,genève,bonlieu,annecy

http://www.batie.ch/

Cette année la Bâtie traverse la frontière et...s'invite à Bonlieu, Annecy :

-Johann le Guillerm artiste de cirque et ses Architextures

-un safari sonore et musical avec les Zoophonies

-La Voix est libre, les Indomptables, "acrobattants et voltigistes"....

INTERESSANT FESTIVAL TRANFRONTALIER

Lu sur le document de présentation:" La Bâtie-Festival de Genève renouvelle son son ancrage dans un territoire transfrontalier dépassant les frontières culturelles Pact, pôle artistique et culturel transfrontalier, projet européen bénéficiant de FEDER (un fonds européen) avec  le programme Interreg IV A France-Suisse qui rapproche Genève à Annecy."

festival,feder,interreg iv,la bâtie,genève,bonlieu,annecyPar exemple, ce soir à 22h30, un melting pot artistique : le mélange de la voix d'Albert Jacquard, qui vient de décéder. Ce célèbre généticien jurassien indigné.

Un chanteur présenté comme "subversif"Fantasio, la chorégraphe allemande Andrea Sitter et d'autres dont l'équilibriste Vimala Pons, le batteur Denis Charolles..etc..

Un programme bien alléchant !                                                   Sylvie Neidinger

Suite : info 20 minutes. ch :les chiffres de fréquentation de la 37ème édition :  32300 visiteurs

11/09/2013

Paris découvre [seulement] Planet Solar

Parce que le plus grand bateau solaire du monde vient s'amarrer quelques jours à Paris, l'hexagone le découvre et commence à en parler.planet solar,paris,francophonie,bateau solaire,suisse,université de geneve

Seulement pourrait-on dire...

Plusieurs articles lui sont donc consacré aujourd'hui.

Etonnant:  tous ne citent même pas son  caractère suisse et/ou genevois !!

Certes,  n'y a pas de cocorico à en tirer....

Alors si le projet est juste d'un pays francophone, pourquoi les plumitifs français vont-ils se fatiguer à expliquer le pourquoi et le comment de l'expédition helvète  !

Ce blog avait évoqué le périple scientifique dans le Golf Stream:

http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2013/07/23/suivre-l-expedition-planetsolar-244738.html

                                                                                                      Sylvie Neidinger

 

Les infos avaient été prises au Salon du livre de Genève du 3 mai 2013 qui avait fait une pédagogie grand public avec maquette et scientifique de l'UNIGE en explication.

http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2013/05/03/salon-du-livre-2013-geneve-la-vedette-c-est-vous.html

24/08/2013

Randos... huguenotes

Découvert à l'occasion de la visite de Fort-Barraux (Isère) un chemin mémoriel international dans lequel s'insère cette place forte.surlespasdeshuguenots,huguenots,fort-barraux

Ce balisage de l'itinéraire d'émigration des huguenots en direction de la Suisse et de l'Allemagne est mis en place par l'association surlespasdeshuguenots.eu

L'association basée dans la Drôme à....Dieulefit (!) évoque même une démarche  de pèlerinage.

C'est une sorte de Saint-Jacques de Compostelle pour le monde protestant qui se met en place?

Un chemin de souffrances aussi. L'historien de garde ce jour m'expliquait que Fort-Barraux aux portes de la Savoie était une frontière relativement dure.

Ceux que le duc de Savoie attrapait étaient renvoyés côté France et partaient immédiatement aux galères.

                                Sylvie Neidinger

* A noter : Inauguration du tronçon suisse de Lenzbourg,Schafisheim, Staufen en Argovie le 29 septembre prochain

*Des garnisons suisses de Neufchâtel semblent  avoir été affectées  de Fort-Barraux. Je complèterai l'info dès qu'elle sera précisée.

 

surlespasdeshuguenots,huguenots,fort-barraux


07/08/2013

Recruteurs suisses: les français arrogants et paresseux

 Le  conducteur décédé dans le terrible accident de train survenu au nord de Lausanne était un  français de 24 ans. Ni arrogant, ni paresseux.

Décédé au travail par la faute d'un autre qui ne s'est pas plié à la signalisation.

Cette nouvelle téléscope le buzz "franco-suisse"  du week-end précédent  autour des non-recrutements spécifiques des hexagonaux par les agences hèlvétiques pour les motifs de paresse et d'arrogance. Info parue dans le Matin Dimanche du 28 juillet sous la plume de Marie Maurisse.

Cette nouvelle a tenu le haut du pavé, largement reprise dans la presse hexagonale. Mais telle qu'elle, non commentée.

France un peu surprise de cette image rendue de la part d'un pays voisin que, à vrai dire, elle met très peu, elle-même, à la une de son actualité habituellement. Si ce n'est par cliché pour franco-suissestigmatiser  l'éternel "paradis fiscal"...

Mine de rien cette info est extrêmement révélatrice si on prend le temps de l'étudier.

Commençons à différencier trois niveaux de réception: national, politicien, local. Ce pour chacun des deux  pays et avec une dualité  détectée: la nuance entre la symbolique et le réel:

*1) Côté Suisse :

Suisse/échelon national:la Confédération  entretient une politique d'immigration sélective, malgré les accords de libre -échange. Sans souci. Vu son niveau de vie très élevé, toute l'Europe voire plus loin encore, se précipite pour y travailler. On a même parlé de...londoniens frontaliers.

Suisse/échelon politicien:

a) le message symbolique politicien: des partis de droite extrême et d'extrême droite font leur gras -comme beaucoup en Europe aujourd'hui- sur le traitement de l'étranger, du français en particulier puisque les deux pays partagent une large  frontière.

Jusqu'au très officiel Office Cantonal de l'Emploi (OCE) qui en avait tiré une caricature présentant le français baptisé "Robert" comme paresseux. Aucune réaction  politique officielle française à l'époque. Sinon chez les frontaliers, premiers concernés et leur Groupement associatif (GTE)

Caricature assumée politiquement puisqu'elle n'a pas été retirée. Isabel Rochat, conseillère d'Etat l'assume en signalant que c'est le "fraudeur" qui est visé dans la video et non le "français". Sauf que la lecture induit que le  fraudeur est systématiquement français. Et induit la logique du "français fraudeur". Jamais les autres...Dont les suisses qui vivent en France sans se signaler aux autorités.

Dans l'affaire du train, celui qui n' a pas respecté la signalisation à l'origine de l'accident n'était pas français. On parle ici de "défaillance humaine"...

Restons logiques. Aller stigmatiser un ensemble sur la base d'un cas exemplaire pris pour représenter une certaine nationalité n'a pas de sens. Cela correspond parfaitement à la définition de "nationalisme" -mais pas à celle de  racisme - car ces débats portent bien sur les nationalités et non sur  les races.

Caricaturer l'ensemble des frontaliers autour des 120 "roberts" signalés est bien réducteur.

Il s'agit de toutes façons d'un ...message politique. Les partis populistes l'entendent ainsi. Le parti d'extrême droite MCG a par exemple  pris pour cible nominativement Michel Charrat, président du Groupement qui a porté plainte, dans le cadre d'une campagne électorale d'affichage du printemps dernier.

Trouver comme cible une population étrangère  n'est d'ailleurs pas une spécialité suisse. La France est un maître dans le genre. La crise économique générale explique ces poussées de populisme.

Suisse/échelon local:

a) Suisse /local : message symbolique.

Cela fait bien longtemps (deux ans?) que le rétrécissement  du marché du travail suisse se pose spécifiquement autour des "français". Ce débat local  peut être suivi régulièrement  dans les discours des politiciens MCG, UDC et autres partis, sur les  Blogs Tribune de Genève. A savoir  "à compétences égales choisir un suisse " devient en 2013 "même à compétences inégales choisir un suisse".

De fait, choisir un suisse en Suisse semble  logique, non?

RECRUTEMENT: LE NON DIT

Remarque : chacun est tout de même  encore libre de s'organiser dans son pays et la Suisse de choisir qui elle veut en réalité.

De quelle manière  contourner la loi européenne sur le libre échange ? Tout simple.

Dans le bureau du recruteur: retirer des prétendants de nationalité française sans ouvrir les dossiers de candidature.

Il se dit  que cela se pratique aussi du côté de la fonction publique de l'Etat de Genève. Désormais, les agences privées de recrutement l'ont très officiellement signalé.

Ne pas croire toutefois que la volonté de travailler en Suisse soit immuable pour les hexagonaux. Il semble depuis deux ans également  que les  hôpitaux de Annemasse et de  Saint-Ju ne vivent plus un turn-over infernal d'infirmières qui traversent la frontière au moindre recrutement helvète. Elles se stabilisent localement et beaucoup ne veulent plus du tout travailler de l'autre côté. Les discours  entendus sont fermes : pas question. Le travail est bien un marché basé sur la loi de l'offre et de la demande !

A propos du volet  "paresse ", on est bien dans une phraséologie  à vocation ultra politique de message public.

Le réel, le terrain est bien différent :

b) Suisse/local: le réel.

LES SUISSES NE SONT PAS MASOS !!!

Ce pays libéral qui permet des licenciements soudains, dans la journée aurait déjà renvoyé  les milliers de travailleurs frontaliers s'ils étaient vraiment les  fainéants qu'une certaine  Suisse politicienne se plait à bouc-émissairiser. IIs ne seraient plus en poste, évidemment.

Dans la vraie vie. Pas dans la symbolique politicienne, qui les présente comme des éternels ...Roberts.

Si les français  sont en poste, c'est bien qu'ils assument leurs tâches !  La Suisse bonne samaritaine ne va tout de même pas jusqu'à entretenir une armée fantôme de travailleurs arrogants et paresseux, non? Que ce soit à Bâle, Genève ou Lausanne...

Voire même dans la vraie vie -pas celle fantasmée- de certaines entreprises, certains  employés suisses  quittent quelquefois  leur boulot pile à l'heure horlogère. Pas une minute de plus. Alors que les autres collègues-  de toutes autres nationalités d'ailleurs -assurent le suivi du client retardataire, du surplus de travail.  Ces retours du terrain réel existent. Il est plus intelligent ici, de ne pas porter de jugement hâtif autour des nationalités. Idem, certains suisses choisissent de manger leur sandwich sorti du sac  quand les collègues français dépensent le resto. Contrairement à la caricature inverse généralement rapportée. Il s'agit bien de  comportements individuels. Point barre.

 Or, les recruteurs qui ont fait la Une de  Matin Dimanche ont bien raisonné "nationalités". Ils signalent par exemple que dans le BTP, on préfère les portuguais et espagnols aux français. Problème: cette info date.... d'un demi-siècle !!!!!!! Depuis les années 60, le BTP embauche nombreux  portuguais et espagnols que ce soit en Suisse ou en France.

Remarque: on trouve peu de suisses dans les travaux pénibles du BTP et de la restauration. Peu de français dans le BTP. Doit-on en conclure qu'ils sont paresseux? Non évidemment. Cela tiendrait d'un jugement hâtif, là encore.

 Une chose est certaine sur le terrain: la Finance suisse se ferme aux français.

Jusqu'alors ils y étaient relativement bien vus. La France produit effectivement des matheux et des informaticiens de l'ingéniérie financière de très haut vol. Combien de traders français à Londres ou New-York ....

La donne a changé.

L'article du Matin Dimanche repris par les nombreux médias en explique les raisons :"
"Le journal prend en exemple un poste proposé sur l'Internet dans une banque genevoise pour un collaborateur dont la mission consiste notamment à ouvrir et fermer des comptes de clients. "Les patrons craignent d'engager des Falciani ou des Condamin-Gerbier en puissance", fait valoir le journal. Pierre Condamin-Gerbier est un ancien collaborateur de la banque Reyl & Cie qui est actuellement en prison à Berne pour son témoignage dans l'affaire Cahuzac. Des critiques similaires avaient également refait surface en 2009 lorsqu'Hervé Falciani, un ancien informaticien de la banque HSBC en Suisse, avait vendu un fichier volé comportant une liste d'évadés fiscaux."

Et de citer deux noms au coeur des faits divers: Falciani et Condamin-Gerbier.

Ces deux individus ont fermé la porte de leurs compatriotes à la carrière bancaire.

Les Suisses ne sont pas masos. Pourquoi embaucheraient-ils ceux qui vont voler des listings au profit d'un tiers ??? La confiance est entâmée.

Et cette fois, il faut porter l'analyse de l'autre côté de la frontière :

*2.Côté France

France/échelon national

a) France /national: message symbolique. La  France "des Lumières" adore qu'on la regarde plutôt qu'elle même ne regarde ses voisins. Le monde entier doit connaitre la date du 14 juillet. Peu  d'hexagonaux sont capables de citer les dates de fêtes nationales helvètes. On frise la caricature avec la Suisse vue comme  pays du bon chocolat. Du dépôt bancaire. Du chalet de montagne.

 Tout comme sa voisine, la France est par tradition une contrée d'immigration. Au XIXème siècle, l'immigré est intérieur: un breton, corrézien ou savoyard qui monte à Paris.

Immigrés désormais mondialisés avec lesquels elle n'est pas tendre du tout, non plus...

Un exemple daté des années 1990 à  propos de l'"importation" de médecins étrangers. L'administration avait inventé  le concept de FFI: " faisant fonction d'interne" Des médecins totalement diplômés dans leur pays,  ultra employés à faire des heures dans les hôpitaux publics. Mais sous payés car n'étant statutairement que des "faisant fonction de" des erzatz, quoi. Plusieurs ont finalement quitté la France à force d'attendre un vrai statut. Certains ont fait de belles carrières aux...USA.

b) France/ national: le réel. Les français   apprennent avec surprise par le Matin que des compatriotes peuvent  aussi  être les ..immigrés d'un autre ![ Une mauvaise langue a suggéré que ce retour  remet quelques egos en place !]

Cette information du Matin les inquiète (d'où sa diffusion dans toute la presse hexagonale)  car elle les renvoie aux problèmes structurels d'une économie en berne, un chômage massif. L'image donnée par les suisses des "français revendicatifs et arrogants" les ramène  à  une économie chancelante. Eux de se poser pour eux mêmes -et pas tant pour ce que les suisse peuvent penser en réalité!- la question des congés, des   RTT, des  grèves (ex:dockers de Marseille) de la civilisation du loisir, des retraites à 55 ans pour certaines catégories  (ex: cheminots  etc...)

 France/échelon local. 

a) France/local: symbolique. Tous les expatriés en Helvétie seraient arrogants et fainéants ??Non. La généralisation est évidemment abusive et populiste.

b) France/local: le réel. Deux cas nets sont  à distinguer. Entre ceux qui travaillent déjà en Suisse et ceux qui comptent le faire et candidatent.

Rappel: l'article du Matin est basé sur l'opinion d'un cabinet de recrutement précisément.

-Oui les français qui sont déjà en interaction professionnelle avec la Suisse la connaissent, l'apprécient, en respectent  les codes, les us. Ils n'importent pas leur fonctionnement "français" et se plient aux usages de leurs employeurs locaux, avec qui les relations sont souvent excellentes. Très peu sont  concernés par l'esprit de revendication. Ils sont   ponctuels. Cela concerne des milliers d'individus. Bien évidemment des cas de revendications prud'hommales existent par les employés français ou autres ....comme dans toute démocratie. Il s'agit alors de mise en oeuvre du droit du travail (identique pour tous suisses et non suisses) et non du code des nationalités.

 -L'opinion du cabinet se base, elle,  sur ceux qui ne sont pas intégrés et se présentent. Exemple : à Genève, un responsable d'agence de recrutement me disait récemment que les jeunes ingénieurs français sont impossibles et "les parisiens encore pires que les autres" ! selon lui  : ils arrivent avec leur préjugés hexagonaux sur leur propre valeur, leurs prétentions,  car sortant de telle école très côtée et avec tel classement. Le recruteur lui veut savoir ce qu'ils peuvent  apporter et comment ils pourraient se caler dans le moule suisse. D'où effectivement ces jugements  intempestifs "d'arrogance"?

France/échelon politique

a) France/politique: le réel

Etienne Blanc, le député de la 3ème circonscription de l'Ain, basé à Divonne-les-bains est un véritable député frontalier. A Paris, il ne cesse d'évoquer tous les contacts  positifs entre Suisse et France. A tel point que ses confrères l'ont raillé d'être si ...suissophile !!!( rapporté par lui dans la presse)franco-suisse,suisse-bashing,grand geneve,etienne blanc,gte,oce

Il est tout simplement comme tous ceux de la zone frontalière, ceux  du Grand Genève,en lien bien compris avec le pays voisin devenu partenaire sur bien des projets. Partenaire: cela se respecte !

Echanges trans-frontaliers de tous ordres: dont celui des  travailleurs, entre autres. Cela ne date pas d'aujourd'hui . Combien de panneaux ou de raisons sociales avec la terminologie " franco-suisse"?

 b) France/politique : le symbolique

A ce stade de l'analyse, on touche du doigt la nature des relations avec la Suisse telles que vues de Paris: de la quantité négligeable?

 Eveline Widmer-Schlumpf avait attendu un certain temps avant d'être reçue par l'actuel Président. L'ancien Sarkozy n'était pas plus pressé pour s'exposer avec tout ce qui de près ou de loin touche à la Confédération. 

Question d'image !! En effet s'afficher avec ces riches de suisses et leur système bancaire, cela vous plombe une communication politique , semble-t-il..Cela fait mauvais genre, n'est-ce pas ??

Aujourd'hui les relations s'enveniment carrément  Lire aujourd'hui : Widmer-Sclumpf face à Moscovici : le conflit Suisse-France se complique

 A ce stade, on ne comprend plus rien. Le Qatar non francophone a été accepté comme membre de la francophonie par la France qui elle depuis quelques années joue la danse du ventre devant le richissime émirat jusqu'à lui offrir une fiscalité spécifique avantageuse.

Les politiciens à Paris ( Gouvernement, Assemblée, Sénat) vilipendent  sans complexe  la Suisse francophone, ce voisin de longue amitié ancestrale. Ce"vieux couple" (cf mon article infra)

Pays avec certes son système bancaire qui hérisse le poil de plusieurs autres nations.

Mais aussi Suisse qui  permet des importations bénéfiques pour le PIB français: la manne salariale des milliers de frontaliers qui ont le courage de s'engager professionnellement en  territoire étranger dans des situations de précarité structurelle (possibilité de licenciement rapide et salaire qui dépend d'un taux de change qui varie chaque jour et peut chuter, sécu coûteuse)

La relation politique  franco-suisse est aujourd'hui  crispée. On parle même de ....conflit !!

Je ne comprends pas cette approche des politiciens basés à Paris. L'arrogance française se situe probablement ....à leur échelon ?

Ils ne sont pas d'extrême-droite seulement. Le suisse-bashing se pratique de tous bords de la gauche à la droite. C'est devenu carrément "politiquement correct "sur les bords de la Seine !

Alors que des milliers de français traversent chaque jour la frontière....

La Suisse semble s'en moquer. Elle  tourne son regard  vers les zones germanophones de l'Europe.

                                                                                                Sylvie Neidinger

 Articles du blog ayant déjà traité du sujet:

-caricature: les pendulaires frontaliers

-Le vieux couple franco-suisse

 

 

 

01/08/2013

Le Musée de Penthes...reste vivant. Joie partagée

Excellente nouvelle. Ici, le communiqué intégral issu du Musée de Penthes qui finalement perdure !!

Les enjeux étaient mortels pour le site :

Je  laisse l'annonce  dans sa couleur d'origine, le rouge, signe de l'importance du message.musée de penthes; etat de geneve,charles beer

Magnifique lieu. Magnifique mémoire de la Suisse.

Tous les amateurs éclairés qui font leur maximum pour ce lieu, le personnel, l'Association des amis du musée et son Directeur Anselme Zurfluh....  acceuillent certainement cette info avec joie. Partagée.

                                         Sylvie Neidinger



"CHERS AMIS DE PENTHES,

NOUS L'AVONS DIT DEPUIS TOUJOURS MAIS C'EST DESORMAIS OFFICIEL: LE MUSEE DES SUISSES DANS LE MONDE NE DISPARAITRA PAS DANS LA NOUVELLE CONFIGURATION DU DOMAINE DE PENTHES VOULUE PAR L'ETAT DE GENEVE. BIEN AU CONTRAIRE, LE MUSEE EST PARTIE INTEGRANTE DU PROJET ET AURA COMME VOCATION D'ETRE LE LIEN PRIVILEGIE ENTRE LA GENEVE INTERNATIONALE ET LE CITOYEN - UN GRAND DEFI QUE NOUS ENTENDONS RELEVER EN PLANIFIANT LE "NOUVEAU MUSEE DE PENTHES" ... A L'HORIZON 2018.

Le Temps, 30 juillet 2013, Charles Beer, président du Conseil d'Etat :
Que tous les amoureux du patrimoine se rassurent, "le Musée des Suisses dans le Monde n’est pas condamné"...

Pour voir l'article en entier, cliquer sur le lien ci-dessous :

https://www.facebook.com/pages/Mus%C3%A9e-des-Suisses-dans-le-Monde-Museum-of-the-Swiss-Abroad/71211861047

Pour tous ceux qui n'ont pas Facebook, vous pouvez cliquer sur:

http://www.penthes.ch/fr/news/bonne-nouvelle-pour-penthes/page:1

Meilleures pensées de Penthes"

crédit image photo neidinger

                                                            

23/07/2013

Suivre l'expédition Planetsolar Deepwater

Campagne unique de mesures biologiques et physiques. Le plus grand catamaran solaire jamais conçu, le MS Tûranor PlanetSolar est devenu labo flottant. Logique. "Son absence d’émissions polluantes garantit que les mesures atmosphériques ne sont pas faussées par les résidus liés à la combustion de carburant". université de geneve,ms tûranor planetsolar,planetsolar deepwateruniversité de geneve,ms tûranor planetsolar,planetsolar deepwater

L'expédition Planet Solar Deepwater actuellement en voyage met en interraction le Grand Public, les scolaires et les scientifiques pluri-disciplinaires de l'Université de Genève.

Ces études sont menées par l'ISE Institut des Sciences de l'environnement pour mieux comprendre les changements climatiques et leurs impacts.

Des scientifiques de l'Université de Genève sur le Golf Stream dont le professeur Martin Beniston sont à l'origine du projet. Les objectifs scientifiques de cette chaire en efficience énergétique

Une maquette du "bateau à multi capteurs solaires" avait été présentée lors du Salon du Livre de Genève.

 

jusqu'au 31 août une expo liée au voyage scientifique est visible dans la rade aux bains des Pâquis. Intitulée : un iceberg dans la rade

université de geneve,ms tûranor planetsolar,planetsolar deepwaterSur le  blog de l'expédition : les dernières  infos de voyage, à  Halifax;

Deux challenges Suisses liés aux technologies solaires sont eu lieu en même temps. On a beaucoup parlé de l'avion Solar Impuls, dans lees infos mondiales, notamment enr aison du survol des USA. Et moins de Planet Solar. Dommage.

L'intitulé du titre était peut-être un peu long en termes de communication "planetsolar deepwater"

Solar Waters aurait suffi..Mais qu'est ce qu'un nom un peu long  face à cette magnifique machine scientifique de rêve?

Le bateau est sublime à voir.

                                                        Sylvie Neidinger

 *tout est "solar" cette année dont le roman Solarsystem de Laurent Schweitzer !

photo: capture site ISE et Planet Solar

                                                                      

22/07/2013

Suisse: le scandale des enfants parias

Enfants pris dans une "anormale norme sociale" les concernant.

La Suisse a encore bien du mal à regarder dans son passé proche....

Helvétie moderne limite sidérée par des pratiques d'un autre âge relativement récentes puisque des individus en témoignent !romain rosso,suisse,enfants parias

 On parle tout de même de stérilisation de femmes!!

Comme un  retweet, on signale  le très bon article de Romain Rosso et du photographe : Jean Claude Guilloteau paru hier sur l'Express

Suisse: le scandale des enfants parias


Cette manière dont le pays avait maltraité une partie de sa jeunesse et surtout la difficulté à reconnaitre les faits fut l'objet de plusieurs articles de ce blog:

 *Note du 7/03/2012 Enfants misés: le Conseil Fédéral interpellé par un... roman ! Le chemin sauvage, du fribourgeois Jean Fançois Haas

*Note du 10/03/2012   Enfances suisses perdues : le livre documentit

*Note du 20/04/2012 L'enfance volée. Maintenant le film de Marcus Imboden en français.

                                                                                                Sylvie Neidinger

                                          Rubrique Helvétie

20/07/2013

Les statistiques: un jeu d'enfants !!

En cette période estivale de vacances scolaires, on signale une sympathique brochure bilingue publiée par l'Office Fédéral de la Statistique OFS.office fédéral de la statistique,stati,ofs,confédération suisse,enfants,statistiques

Elle tend a familiariser les plus jeunes aux outils statistiques.

Leur faire comprendre, en toute simplicité combien graphiques et camembers de chiffres ne sont qu'une phase structurée de leur propre vie.

Les enfants y  découvrent  des réponses à des  usages de très concrets.

Du type: "quelle est la taille moyenne d'une classe?

Quels sont le prénoms préférés ?

Qui s'occupe de la garde des enfants?

Combien de personnes vont au cinema? Etc.

 

 Un éclairage accompagné qui dévient  ludique.

C'est l'été, le moment de découvrir les chiffres avec amusement.

 

office fédéral de la statistique,stati,ofs,confédération suisse,enfants,statistiquesLe bonhomme Stati  lance même un appel :

 

"Alors, que penses-tu du monde des statistiques?

Souhaites-tu encore plus de jeux?

Si tu veux me contacter tu peux m'envoyer un courriel à l'adresse suivante:

STATI@BFS.ADMIN.CH"


Courriel pour savoir aussi comment se procurer la brochure.

 

A bientôt. Bis bald!

 

           

                       Sylvie Neidinger

 

 

 Office Fédéral de la Statistique Neuchatel

www.statistik.ch  

 

 

RUBRIQUE HELVETIE

office fédéral de la statistique,stati,ofs,confédération suisse,enfants,statistiques

office fédéral de la statistique,stati,ofs,confédération suisse,enfants,statistiques

04/07/2013

La Maison Tavel en ferveur médiévale: une expo trans !

La Maison Tavel, plus ancienne demeure privée genevoise, désormais Musée accueille jusqu'au 22 septembre une expo autour de la représentation des Saints dans les Alpes occidentales.image jpg alpes 001.jpg

couple alpes sculpture 001.jpgBaptisée "Ferveurs Médiévales", la démarche muséale est évidemment intéressante en elle-même.

Visite des   images et  sculptures dédiées à Saint Pierre, protecteur de Genève et du diocèse de la ville, à Madeleine, Catherine, Barbe et Marguerite, dames spécialement vénérées dans les Alpes.

Où? Au 6 de la rue bien nommée...

Une expo hors norme à plusieurs titres:

1-Il n'est pas si courant de voir exposés en cette bonne ville calviniste les saints catholiques antérieurs à la Réforme, du XVème et du XVIème siècles.

2-La présentation s'inscrit dans une démarche "Trans " entre Suisse, Italie et France, pas moins!

Avec une documentation commune: Sion, Genève, Aoste, Chambéry et Annecy, Susa sur un même flyer.

Original: encore plus large que le Grand Genève !

 En effet, plusieurs musées trans-alpins ont décidé d'une thématique commune autour de ces représentations religieuses trans-alpines, au delà des frontières. Ce, sur  une période identique de présentation au public..

*Sion  www.musee-valais.ch                                        Saints et Politique

*Annecy  www.patrimoines.agglo-annecy.fr                Feux sacrés

*Aoste www.regione.vda.it                                           Sacerdoti, vescovi,abati

 *Chambéry www.cg73.fr                                              Sculptures médiévales de Savoie

* Genève www.ville-ge.ch/mah                                    Ferveurs médiévales

 *Susa   Musée diocésain                                                 Santi et viaggiatori

 L'expo s'est déclinée également bien au-delà:  colloque avec l'Université de Genève(Image des Saints dans les Apes occidentales à la fin du Moyen-Age) , ateliers enfants.... Quand on dit "trans"...c'est trans !

                                            Sylvie Neidinger

 

 Maison Tavel, rue du Puits-Saint-Pierre,6

Tous les jours (11h-18h) Fermé le lundi

05/06/2013

Antoine Lumière, homme de presse à Annemasse

 La récente rubrique « Journaliste à la Une» ouverte à propos de ceux qui fabriquent l’info traite aujourd’hui d’un Improbable : Antoine Lumière, le père. Car il n’est absolument pas connu en tant... qu’homme de presse !

2, rue du Parc à  Annemasse, une plaque dédicatoire attire l’attention :

antoine lumière,pierre louis lumière,haue-savoie,granchamp

« Cette maison et cette imprimerie ont été construites en 1898

Par Antoine LUMIERE, le père de Louis et Auguste

Qui inventèrent le cinéma en 1895 .

Antoine LUMIERE fut à l’origine de la création

Du journal républicain et laïque « Le Progrès de la Haute-Savoie ».

Il installa comme directeur un maître imprimeur Pierre GRANCHAMP

qui publia le 1er numéro de ce journal le 26 mars 1898

et racheta l’imprimerie et la maison en 1909.

Albert GRANCHAMP son fils, puis Pierre GRANCHAMP son petit-fils

poursuivirent jusqu’en 1976 la publication du « Progrès de la Haute-Savoie »

dont la parution avait été suspendue sous Vichy.

C’est également ici que furent imprimés clandestinement

des numéros du journal de la Résistance  Combat. »

 

           Le 18 novembre 1995.

 

On apprend que celui qui …inventa ceux  qui …inventèrent le cinéma, à savoir Antoine père de Louis et Auguste, fondait  un journal haut-savoyard en 1898.

Dans la mouvance des libre -penseurs. Il a soigneusement choisi de revendre l'hebdo  radical( la maison, le jardin etc;)  à Pierre Granchamp.antoine lumière,pierre louis lumière,haue-savoie,granchamp

antoine lumière,pierre louis lumière,haue-savoie,granchampSurprenant car même sa page wikipedia  est muette sur cette création. Et pour cause l'Institut Lumière de Lyon n'était pas informé (lire, en bas)

Ceci dit, que le peintre et photographe franc-comtois d’origine ait voulu créer un média papier n’est pas si surprenant. Un journal se doit d’une bonne dose d’illustrations (dessins, photos...) autour d’un texte.

En 1898 tout  comme en 2013.

antoine lumière,pierre louis lumière,haue-savoie,granchamp

 Comme il fait bon d'être curieux et de lever le nez pour lire les plaques de rue ...

                                                                             Sylvie Neidinger

 Villa Lumière Musée à Lyon. Palais Lumière à Evian.

http://www.institut-lumiere.org/francais/patrimoinelumiere/villalumiere.html

 Journalistes à la Une:

N°1- Albert Londres

N°2- Antoine Lumière

                                                              

 Ici un extrait d'actualité du village de Pers-Jussy qui décrit la presse locale à l'époque :"

"En 1914, Pers-Jussy est une commune totalement axée sur l'agriculture. Environ 75% des chefs de familles sont agriculteurs. Beaucoup ne possèdent que quelques vaches. On n'achète que les denrées que l'on ne peut pas produire. Les jeunes sont tentés de partir, définitivement ou non, pour aller gagner leur vie en ville (à Genève surtout).(...)En 1914, il n'y a évidemment ni radio ni télévision. Les nouvelles du monde extérieur arrivent par les hebdomadaires auxquels certains sont abonnés. Deux sont très marqués politiquement : "La Croix de la Haute-Savoie", proche de la hiérarchie catholique, et "Le Progrès de la Haute-Savoie" qui appartient au camp "d'en face". Deux autres, "Le Messager agricole" (ancêtre du "Messager" actuel) et "Le Cultivateur savoyard", affectent une certaine neutralité. On lit aussi "Le Rochois" qui donne des informations plus locales. Mais c'est surtout à la fruitière, au café, au marché de La Roche et éventuellement aux enterrements qu'on apprend les nouvelles."

 SUIVI SUITE A PUBLICATION:

*L'Institut Lumière à Lyon n'avait pas connaissance de l'activité de presse d'Antoine. C'est suite à cet article de blog  que l'info leur est donnée pour la première fois, ce mercredi 6 mai. Sympathique accueil.

*Reste à découvrir, tous ensemble,  pourquoi Antoine Lumière s'intéresse précisément à la zone genevoise: une imprimerie à Annemasse et achat de ce qui va devenir le Palais Lumière à Evian. Enquête non close....

*Un livre consacré à l'histoire d'Annemasse par Guy Gavard donne un début d'explication :" Grâce à ses relations maçonniques à Genève, on choix se porte sur Pierre Grandchamp maître imprimeur à Genève au journal le Genevois" Genève: piste à suivre!

                                                               rubrique Journaliste à la Une

03/06/2013

Devinette: quel est le plus ancien éditeur genevois encore en activité ?

 Réponse : la Société d’histoire et d’archéologie de  Genève (SHAG) fondée en... 1838 !

Soit.....avant la nouvelle Constitution Fédérale du 12 septembre 1848 !

Confirmation: lire les données  aux Archives de l'Etat de Genève .aeg,expo;archives etat geneve,shag; société histoire archéologique de geneve

Les AEG viennent d'ouvrir vendredi 31 mai une nouvelle expo  visible jusqu'au 20 décembre 2013.

Une rétropscpective des...175 ans d'existence de cette société savante.

 

L'annonce est visible sur le site officiel des Archives : 

"au fil des vitrines, à travers de nombreux documents, manuscrits, céramiquesphotographies, médailles, monographies, revues et affiches, la société invité à découvrir les plus beaux moments de son passé et la diversité de ses activités. La qualité de son réseau, fort de trois cents membres et de près de deux cents sociétés savantes correspondantes, témoigne de sa vigueur tant à Genève qu'au niveau national et international."

Elle donne bien l'envie d'aller jeter un oeil sur ce panorama rétrospectif de l'activité d'une association au service de la meilleures connaissance du passé.

Une histoire des savoirs en fait...

D'autant que, en matière archéologique, les méthodes ont totalement varié au cours de ce "presque double siècle".

En pratique : le passage du "cabinet de curiosité" aux techniques archéo-scientifiques spécialisées.

Découvrir les vitrines pour...mieux comprendre les enjeux, les combats, les grands archéologues, les publications.

Et les regrets éventuels pour les sites perdus face au modernisme qui court à vivre allure?

Réponse en allant évidemment sur place !

                                        Sylvie Neidinger

 

Exposition visible du 31 mai au 20 décembre 2013 rue de l'Hôtel-de-Ville 1, de 9h à 17h.
Entrée libre

SHAG Société d'Histoire et d'Archéologie de Genève

                                                    Rubrique La GeneVie

01/06/2013

« Commerce d’esclaves depuis Genève ». Du 31 mai au 15 juin aux cinémas du Grütli

 Les cinémas du Grûtli revisitent de l’histoire de la Traite négrière à l’initiative de cooperaxion.org,  fondation bernoise qui « thématise le rôle des acteurs suisses dans le commerce triangulaire » selon son communiqué de presse du 16 mai.geneve,cinma du grütli,coopéraxion.orgtraite,esclavage,commerce triangulaire

 Est dressé un état des lieux :

« La Suisse, alors encore officiellement Confédération helvétique, n’était pas un empire colonial. Néanmoins, elle était totalement intégrée dans les réseaux financiers et commerciaux européens. Des entreprises et des particuliers de renom ont participé et profité directement et indirectement du commerce lié à la traite des esclaves.Des citoyens genevois furent également actifs, à différents niveaux, dans le commerce triangulaire transatlantique.»

Et de citer des ...noms de famille. Sur son site internet l'association  mentionne une base de données en langue allemande avec les noms des ...protagonistes. Comme pour un tribunal de l'histoire ? 

Cooperaxion   joue un rôle  militant de  réparation puisqu’elle organise également  des projets culturels en Afrique de l’Ouest et au Brésil, sur les routes du commerce triangulaire.

 Cette  démarche  historienne de retracer, retrouver partout les indices de la traite esclavagiste, notamment à Genève  est intéressante.

Mais affirmer comme une découverte majeure l’implication de la Suisse n’est pas un scoop à première vue...

Il semble évident que ce pays   n’était pas  une île à part. Et que le financement du commerce pouvait fortement  passer en partie par Genève, on s'en doute ! Le contraire eût été plutôt étonnant.

 Il y a un écueil à ne pas  sombrer dans le travers  de ce type de démarche mémorielle : l’amalgame rétro- historique.

Ce qui était ordinaire au XVIIème siècle ne l’est plus au XXIème siècle car le droit et les mentalités ont évolué. Fort heureusement.

Dans l’autre sens  quelle erreur  de morale  déplacée s’il s’agit de faire le  procès de mentalités et  personnes aujourd’hui disparues !   Et d’imposer  repentance ou mauvaise conscience.

ET LES ESCLAVES CONTEMPORAINS, DANS NOS RUES, SOUS NOS YEUX ??

 Très concrètement aujourd’hui 1er juin 2013 : la traite humaine se pratique sous nos yeux  à  Genève (et le Grand Genève) par les réseaux de mendicité organisés   au profit  des chefs mafieux  de Roumanie ( dont ceux de Barbulesti)

Que pouvons nous faire individuellement ? Donner une aumône, c’est entretenir le système esclavagiste en place…On sait par ailleurs que si ces esclaves contemporains ne ramènent pas le soir les sommes demandées, ils subissents des violences.

Concrètement, quelle action mener contre cet esclavage contemporain ?

Les polices sont impuissantes des deux côtés de la frontière à faire cesser un  système global, connu, suivi par les Services concernés  mais  qui se réalimente en permanence avec des individus esclaves renouvelés. Les filières sont identifiées.

Le commissaire principal Philippe  Guffon de Annemasse, Directeur -adjoint de la Sécurité publique de Haute-Savoie est en totale conscience du problème.

Mais la loi du silence règne chez les ...victimes.   (lire )

Si les autorités publiques administratives, juridiques  et policières des Etats Suisse et France ne peuvent pas -avec  tout l'arsenal juridique  qui existe!- faire cesser cette Traite issue des pays de l'Est, parce que les preuves juridiques tangibles, valorisables lors d'un procès,   sont difficiles à réunir, alors qui le pourra???

Cette Traite moderne, au coeur de l'Europe, ultra complexe à ramifications internationaleperdure.

Et semble utra difficile à faire cesser.

D’où le grand questionnement sur la démarche mémorielle pour une période lointaine allant du XVIIème au XIXème : informer oui. Porter un jugement a posteriori : certainement pas !

                                                                                                 Sylvie Neidinger

*Constat : que ce soit avec le commerce triangulaire hier ou aujourd'hui avec les pays de l'Est, la notion d'esclavage semble  toujours liée à ces deux faits: 1-un caractère international 2-des individus déplacés de leur espace d'origine.

                                                                       

Vendredi 31 maigeneve,cinma du grütli,coopéraxion.orgtraite,esclavage,commerce triangulaire

18h00 Film : Route de l’esclave : L’instinct de la résistance, UNESCO, 2012.

En partenariat avec la Commission suisse pour l’UNESCO. 34'

19h00 Conférence : De l’inégalité des peuples au temps de Rousseau

avec Danielle Buyssens, historienne, conservatrice au Musée d’ethnographie

de Genève

19h45 Conférence : Descendants d’esclaves – la question des Quilombos

au Brésil avec Izabel Barros de Siqueira, cooperaxion

21h00 Film : La legende de la terre d’or, BR/CH, 2007. Exploitations des terres et

des hommes brésiliens. 55'

Samedi 1 juin

19h00 Conférence : La littérature de « cordel » et la musique du nord-est

du Brésil avec Eduardo Machado, musicien

21h00 Film : Retour à Gorée, CH/LU, 2007. Youssou N’Dour sur les traces des

esclaves. 102'

Vendredi 14 juin

18h00 Film : Route de l’esclave : L’instinct de la résistance, UNESCO, 2012.

En partenariat avec la Commission suisse pour l’UNESCO. 34’

19h00 Conférence : La Suisse et l’esclavage avec Bouda Etemad, Prof. Histoire

économique, Université de Genève

19h45 Conférence : Genève à la périphérie du monde atlantique : quelques

exemples de ramifications genevoises avec l’économie de traite

avec Gilles Forster, historien, Haute école d’art et de design (HEAD-Genève)

21h00 Film : Rue Cases Negres, FR, 1983. Histoire d’une enfance au Martinique. 103'

Samedi 15 juin

14h00 Visite guidée : Le groupe de Coppet et le mouvement abolitionniste,

Château de Coppet (RDV : Gare de Genève-Cornavin au point de rencontre)

19h00 Conférence : Raízes distantes – la musique brésilienne avec

Eduardo Machado

21h00 Film : L’esclave libre, USA,1958. Elevée comme fille de planteur, Amantha

Starr est vendue comme esclave, après le mort de son père. 125'


www.cooperaxion.org

Cinémas du Grütli   rue du Général Dufour,16  Genève

Rétrolien : lire


                                                   rubrique GeneVie

31/05/2013

Hommage de Genève à Jean Starobinski au Palais Eynard

 Le Palais Eynard avait lancé un clin d’œil au ciel, ce mercredi 29 mai à 18 h30. Et les cieux   bien compris le message, par une magnifique ambiance vespérale qui  imprégnait le parc des  bastions...jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genèvejean starobinsky,sami kanaan,ruthdrifuss,mrl,genève

Dynamique amplifiée par l’intéressante  tension entre un fond d’air frais, des corps qui s’ingénient à déclarer les beaux jours ouverts et une luminosité solaire inespérée !

La Genève politico-culturelle honorait ce jour là Jean Starobinski, de la célèbre «  Ecole de Genève »  Critique Littéraire si fameuse dans le monde des lettres.

A l' invitation de la MRL, Maison de Rousseau et de la Littérature.

 Genève représentée à  l’échelon de l’Etat par la présence introductive du Conseiller Sami Kanaan. Voire à l’échelon Fédéral indirectement par celle de sa première  Présidente (1999)   Madame Ruth Dreifuss.jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

Le  Conseiller d’Etat  à la Culture   souligna combien l’hommage se  devait d’être rendu en ce magnifique  Palais Eynard, lieu construit sur l’emplacement d’un ancien bastion.

 UNITE DE LIEU MAIS FORT HEUREUSEMENT PAS DE TEMPS !

 L’unité de lieu de la  pièce de théatre dix-huitièmiste qui s’est jouée ce soir là fut  essentielle.

Jean Starobinski prit la parole pour dire combien l’honneur  rendu en ce lieu précis  le touchait. Il a avoué que enfant, il adorait venir jouer en voisin,  au football aux pieds du Palais. Et combien il  a commencé sa formation intellectuelle par d’intenses lectures à la Bibliothèque, juste en face.jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

[ Bibliothèque  où sa première fiche de lecteur est aujourd’hui précieusement conservée  ]

De facto : l’unité de temps n’avait plus de sens dans ce contexte: c’est bien de l’épaisseur d’une vie qu’il s’agit. En l’occurrence commencée de 1920. Voire même avant. Puisque  L'écrivain  a démarré  par évoquer sa biographie.

Au commencement …était le père qui décida  de quitter la Pologne, il y a un siècle  pour venir étudier la médecine à Genève. Vertige du temps écoulé : les "années  lycée"de son fils Jean datent  de... 1936 !

jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

 

 Deux spécialistes de son œuvre entouraient ce soir là Jean Starobinski de leur compétence. En réalité de leur affection puisqu’il les a qualifiés d’amis: Martin Rueff et Jean-Claude Bonnet.

jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genèveCe dernier a pris la parole pour souligner que le célèbre critique, écrivain, essayiste, spécialiste du XVIIIème siècle ne fut pas trop  influencé par la mode années 80  qui mettait en exergue les écrits libertins. Jean Starobinki est resté dans du lourd et du solide : Rousseau et Diderot !

« Le premier, un  introverti, véritable homme des livres, le second , un  extraverti homme des feuilles » comme l’a si élégamment souligné le genevois.

Après le Tricentenaire de la naissance de Rousseau, rideau est désormais ouvert sur le Tricentenaire    de... Denis Diderot né le 5 octobre 1713.jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

L’occasion de relire tous les ouvrages que Jean Starobinski lui a consacrés.

Pour mieux comprendre, de l'intérieur, en tête à tête avec le célèbre critique  !                                                                                                                    Sylvie Neidinger

 


jean starobinski,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève*Post scriptum. En fin de la conférence enregistrée ( enregistement à venir ici dès que publié)  le public n’avait  pas trop osé casser la magie des mots prononcés et poser de questions. Finalement lors du cocktail qui a suivi, j’'ai demandé à Jean Starobinsky si le fait d’être à la fois homme de lettres et médecin portait  un signification particulière ?? En effet, certains médecins-écrivains  théorisent leur double –compétence. Point de cela. Il a répondu très simplement par une négation qui reclassait son ordre de préférence «  la médecine n’était pas mathématique à l’époque comme elle l’est devenue aujourd’hui » Et laissé comprendre que ce métier lui a surtout permis de vivre au démarrage. De bien vivre sa passion des Belles Lettres de facto. Avec une malicieuse conclusion" la rigueur scientifique d'un côté et l'intuition poétique de l'autre".

*Nota. Le Conseiller  Sami Kanaan a évoqué dans sa présentation le soutien de l'Etat de Genève aux lettres.jean starobinski,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève Un soutien quelquefois direct vis à vis par exemple d' un éditeur. Ce qui n'est pas évident pour tout le monde...L'homme politique n'a pas caché l' existence de véritables débats avec ses homologues de la zone suisse alémanique "qui ne voient pas du tout les choses comme nous" Lui  assume tranquillement la position de l'aide culturelle active.SN.  

*Lire article de ce blog consacré à Rousseau le  jour du Tricentenaire à Genève : Banquet républicain à Genève. Lettre à Rousseau, premier Indigné.


                                                           Rubrique GeneVie

jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

 

 

13:50 Publié dans A-GeneVie, A-Helvetia, LIRE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean starobinski, sami kanaan, ruth dreifuss, mrl, genève | |  Facebook | | | |

25/05/2013

Mal de femme. La perversion au féminin

 Le terme de "perversion" n’est pas à prendre au sens moral  Au sens d'une altération, celui d'une maladie.

 La jeune fille qui se prive de manger n'est pas une perverse au sens moral évidemment. Elle développe  une anormalité que le psychanalyse nomme un "mal de femme" et en sous-titre : la perversion au féminin.

photo mal de femme 001.jpg

« Elle avait dû descendre en l’espace de quelques jours à moins de 4 grammes d’hémoglobine et son teint correspondant à ce qu’on en décrit dans les livres : une pâleur essentielle, une consistance de cire empreinte dans la profondeur de la chair qui faisait de sa présence une apparition irréelle, un être venu de très loin, au-delà des frontières de la vie pour témoigner –de quelle énigme ? »

"Quatre grammes": une mesure physique quantifiable pour une maladie psychosomatique gravissime: l’anorexie mentale. 

Elle touche majoritairement les femmes (pourquoi ???) qui auto-sacrifient leur corps, le ravagent, le violentent au point de le rendre cadavre…vivant lorsque le mal devient paroxystique.

 L’ouvrage passionnant est paru récemment, en mars,  par Alain Abelhauser    psychanalyste, professeur en psychopathologie clinique à l’Université Rennes-2.

Idéal à lire sur les bords du Léman à Genève, cette  patrie contemporaine des psy…

 L’auteur décrit la difficulté du corps médical à poser sur ce mal le diagnostic en raison précisément  de la perversion liée: le décalage entre «  l’exposé » par la patiente et sa réalité.

Le  réel de « celle qui doit être obéie » comme le décrit si finement l’auteur en exergue.

Il donne l'exemple d'une  hospitalisée en position agissante, coopérative avec le corps médical qui va jusqu’à  proposer de participer à ses soins,  de tenir elle-même sa courbe de température par exemple. Lorsque enfin, les soignants, rationnels commencent à s’apercevoir que toutes les données rendues sont …fausses ! La dame se fâche contre ceux qui ne comprennent rien. Elle   signe la décharge et quitte l’hôpital...

 L’illustration picturale  du livre choisie par l’auteur, à savoir  « Jeune fille accroupie tête baissée  » par Egon Schiele, peinture de 1918, Vienne est visuellement significative à propos des ravages auto-infligés. Rappel : Vienne : patrie… initiale des psychanalystes.

Le corps négativé est  très à la mode, très présent  dans les magazines féminins, les mémoires d’étudiants, chez les mannequins etc.

Pourtant l’anorexie reste terra incognita: si mystérieuse.


 [Nota Pour la clarté déontologique,  cet article va identifier par une couleur différente les commentaires  -dialectiques,  de la blogueuse inspirée par le sujet, commentaires ainsi différenciés des propositions de l'auteur. Car la  démarche est peu orthodoxe  pour une présentation d'ouvrage.]

 

1-THEMATIQUE: Autour du SANG (Dracula)

 Quels mécanismes poussent la femme malade à devenir son propre Dracula : à se vider symboliquement de son sang ?? Le sang des menstrues, de la défloration, des accouchements   étant bien évidement une caractéristique du féminin...

Le sang est chaud, son absence: mortifère.

Alain Abelhauser évoque bien une vampirella (p152) Le  passage 3 du chapitre IV page 141 met en scène l’été 1816 à Genève sur les bords du lac, Villa Diodati, l’écriture de la  nouvelle « le vampire » par  Lord Byron qui deviendra mythe littéraire repris dans toute l’Europe.

 Il décrit également le cas de cette patiente d’une transparence cadavérique qui s’habille pourtant d’une robe rouge éclatant et ongles vernis du même rouge vif.

Extraordinaires détails significatifs …Quelle provocation (ou pis-aller?) vis-à-vis des « Autres », du champ social et familial  que "se vider " en interne de son hémoglobine par graves privations  pour aller afficher en  externe, en parallèle, une substitution. Un ersatz de sang: juste la couleur rouge plaquée sur un corps au squelette rendu visible !

La patiente décrite par l’auteur semble s’auto-jouer un clair-obscur, comme le négatif de la photo qui expulserait  l’érotisme humain pour mettre en scène un anti-érotisme de façade avec la maigreur repoussante mais peinturlurée de rouge. Un ravalement de façade, comme pour faire illusion !!!

Pourquoi ce décharnement qui va la rendre  asexuée au point de n’être plus femme ?

Pourquoi de fait,  toucher aux mécanismes primitifs  du cerveau et des hormones qui vous ont fait naître femme?  Pourquoi le jeu pervers de masquer ?

L’auteur parle d’énigme. Le mystère reste total.

Un jeu pervers ultra impératif puisque la malade impose son choix d’apparence inversée à la société qui l’observe. Mais Dracula n’explique pas tout…

p 148 : l'auteur évoque   la "transgression" permanente non seulement entre vie et mort mais aussi humanité /animalité et les frontières si  floues...

2-VIOL-EN-SOI 

 Le professeur de psychopathologie  ne situe pas tant la problématique dans un entre-deux des rives de la vie et de la mort (mort/vivant) Mais bien entre une problématique de violence ("viol-en-soi" voudrais-je écrire pour mieux exprimer!)"  la victime et la prédatrice prises dans une même individualité.  Lasthénie est bien Vampirella (p152)" Au bal des vampires,

Victime et bourreau s'avèrent en définitif confondus, telle est la clef, suggère l'auteur ! (page 153)

 Oui, la malade est bien son propre auto-prédateur-permanent...inconscient.

 Elle exerce par le mental sa fascination morbide sur le champ d’expérimentation perso et facilement accessible dont elle dispose "gratuitement ": son propre corps qu'elle va martyriser sans limite!

La frontière de l’enveloppe corporelle devient alors haïe par celle qui a déclaré une anorexie, car le champ de sa bataille se situe à  l'intérieur de sa propre peau.

En parfait et terrible huis-clos. Intime. Silencieux. Exténuant.

D’où probablement ces anorexies d’ado qui se déclarent précisément quand le corps se transforme justement  à cet âge.

 Très intéressant ce rapprochement par le  psychiatre entre « victime et prédatrice »

Car les deux sont en fait   les deux faces du même sujet !!! La plaie est le couteau. Le couteau est la plaie. Réunir les deux : c’est exprimer une image unique de VIOL/ence.

 Autre remarque de type  psychanalytique: couteau et plaie représentent la  symbolique traumatique sanglante  de l’acte fondateur de la vie: l’acte sexuel. Ici vécu comme blessure. Blessure initiale du premier acte ?? Blessure initiatique…

Réunir le masculin et le féminin revient  pour l’esprit malade à produire une image uniciste, reconstruite de corps mêlés en "un seul" indéfinissablement masculino-féminin.

Pouvant  se transformer du masculin au féminin et vice versa!

On comprend alors que à la fois la logorrhée et  la couleur rouge participent à  la  mise en scène du morbide sous les deux aspects.

La femme malade se comporte comme "prédatée/prédateur  sanguinaire "agresseur inconscient  d'… elle-même ! (ou inversement prédaté masculin par prédateur féminin suivant  le cas : pourquoi pas : l'anorexie est si complexe !!!? )

3-JANUS PATHOLOGIQUE EN UN  HUIS-CLOS ANGOISSANT

L’anorexie mentale  maladie très grave induit une anxiété maximale. Non limitée dans le temps en plus.

L’image la plus proche pour signifier le niveau d’angoisse généré serait probablement celle de la victime placée dans le cas suivant:  deux personnes sont  enfermées dans une cellule de prison sans contact avec l’extérieur. L’une des deux est prédatrice avec un couteau et veut tuer. L’autre: une   victime strictement sans défense, sans arme, seule, sans recours , sans REGARD externe. Sanspossibilité de fuir, l'espace étant clos.Elle  développe alors une angoisse maximale, existentielle.

Un  face à face morbide sans témoin...Une peur réellement in-humaine : une souffrance au delà (en deça?)  du...normal.

Le  rapport au Verbe de la femme anorexique semble lui aussi  pathologique. 

Car, observe Alain Abelhauser, plus son corps se décharne, plus la nourriture devient obsessionnelle. Et plus elle en parle !

En effet, elle ne parle plus que de nourriture, de son obsession à ne pas devenir grosse, à ne pas prendre un seul  gramme. Elle met en scène face aux Autres son incapacité à avaler (ou alors fait semblant et recrache) Ou alors elle passe à la phase boulimique.

Tout comme le rhinocéros de Ionesco  grossit et envahit l’espace de vie, cette  logorrhée  monomaniaque envahit son parler alors que dans le même temps le corps se déconstruit. Fuite du psychisme par la bouche. Bouche dévolue entre autre à ...manger.

Ceci explique peut-être  cette incroyable comptabilité tenue au gramme près? La personne prisonnière de son anorexie mentale  abriterait « dans sa peau » un combat à la fois mortifère et vital. Un (une ?)  prédateur veut tuer (un) une «  prédatée »

4.AU GRAMME PRES: LA COMPTABILITE MORTIFERE SYMBOLIQUE DE L'ANOREXIE MENTALE

L’angoisse engendrée est si violente que la malade doit peser, soupeser en permanence la terrible comptabilité du combat en cours  : 50/50 est un équilibre instable  car pathologique.

Or, un gramme de plus avalé et c’est un point donné !! Mais à quel camp interne ???? Celui prédateur ou prédaté ???Problème carrément existentiel !

Question que je pose: voire même peut-être dans sa comptabilité morbide du 50/50, ne cherche-t-elle pas en permanence à mesurer sa part de masculin par rapport au féminin ? Alors que la malade semble dans l'incapacité de ledistinguer ! Angoisse maximale.

Fausse balance de cette fausse Justice maladive du 50/50...

Or  problème, le sang repris du côté victime ne se loge pas du côté bourreau !!!Il disparait tout comme globablement le corps fond. Probablement dans la plus grande incompréhension/jouissance inconsciente de celle qui victorieusement s'inflige cette blessure interne d'une... indécente visibilité?

5-OU PART SYMBOLIQUEMENT  LE SANG ROUGE ET CHAUD ? QUESTIONNEMENT CRUCIAL 

La notion de "point d'équilibre morbide" est certainement à creuser...Dans sa dualité, l'anorexique parle de nourriture d'autant plus qu'elle s'en prive, expose la couleur rouge  (le cas cité) d'autant plus que l'hémoglobine se réduit.

Tout tourne autour d'un axe central....Les chiffres  semblent si importants dans cette maladie. Comme pour s'auto-convaincre, affaiblie, qu'elle a une prise, un contrôle sur elle-même alors qu'elle ne gère que les conséquences. Si elle les gère...

L' hospitalisée évoquée plus haut par Alain Abelhauser tenait impérativement  sa ...comptabilité médicale (température etc.) Qu'elle modifiait à sa guise. "Démasquée", elle a préféré ne plus être soignée. Tellement l'accès par un tiers observateur de sa comptabilité réelle interne était  gravissime pour elle.

Car-question ?- le vrai livre de sa comptabilité interne allait-il  démasquer le prédateur qui agit en elle?

Lourd secret inconscient qu'elle ne doit jamais dévoiler  mais toujours exposer ?

Cette tenue minutieuse de comptabilité corporelle semble en tous cas extrêmement caractéristique de cette maladie.

 Le psychanalyste Abelhauser pose dans cet ouvrage  le diagnostic de l ’anorexie mentale avec un descriptif. Même si on n’a pas encore à ce jour bien   pris la mesure de  tous les mécanismes de ce Janus pathologique si compliqué…

 « Il est un mal étrange que jusqu’à ces dernières années du moins  bien peu connaissaient. Seuls quelques hématologistes y avaient été confrontés et de rares lettrés qui avaient croisé sa description romancée en savaient l’existence p 13 »

Ignorance désormais passée: Alain Abelhauser donne à lire cette excellente synthèse sur le sujet, un pavé dense, analytique  (dont les syndromes associés : le syndrome de Meadow, de Münchhausen, de Lasthénie de Ferjol etc..)

Pour mieux comprendre ce mécanisme féminin totalement maladif  à se transformer sous les yeux de la société en  une «Fantomatique Irréelle, en danger de s’automutiler car en prédation d’elle même. Auteur d'une comptabilité pathologique .

Par ailleurs et en même temps étant  terrible victime en huis-clos sans témoin d'un combat qui fait rage à l'intérieur de sa peau. Avec une non réponse existentielle pour la malade: à  savoir où est passé symboliquement le sang disparu? Quelle est la part interne du masculino/féminin : 50/50 ? 

Pour un résultat ultra visible aux yeux des Autres: un corps décharné. 

Comprendre pour soigner.

Pour  mieux la faire Ré-entrer dans la communauté. Après celle des « mortes-vivantes », celle des vivantes enfin libérées de combats internes épuisants.

Une chose est certaine:  l’absolue nécessité pour la malade de se faire aider médicalement.

                                                                                                    Sylvie Neidinger

Mal de femme. La perversion au féminin. Alain Abelhauser. Seuil Mars 2013

ISBN 978.2.02.109296.7

IMPORTANT .

1 Suivi de Note de la blogueuse:

Un peu inquiète d'avoir "poussé les hypothèses" de l'auteur au delà d'une classique critique d"ouvrage, j'ai envoyé l'article à Alain Abelhauser et reçu  son avis  :

"Merci beaucoup Madame, pour cette note de lecture et votre intérêt pour mon travail. Son écho dans les milieux non directement spécialisés est encore modeste (alors que j'ai vraiment essayé de l'écrire pour qu'il puisse être reçu par un public aussi large que possible), ce qui me rend d'autant plus sensible vos commentaires, l'accentuation que vous faites de certains points (le bourreau et la victime, par exemple) et, de façon plus générale, la compréhension de ses enjeux dont vous faites preuve.Merci donc de votre intérêt. J'espère évidemment qu'il en suscitera d'autres. Ce pourquoi des réactions (et des rédactions) comme la vôtre sont très précieuses."        

2 M Abelhauser signale ici  que son ouvrage rédigé pour dépasser les publics spécialisés n'a pas encore atteint le grand public. Il est vrai qu'il a fait un choix de spécialiste à la fois dans le titre " la perversion au féminin" pouvant être mal compris comme "femme perverse" au lieu de femme malade. Le choix de la première de couverture avec une reproduction d'Egon Schiele (Jeune fille accroupie tête baissée) nue et décharnée est anti-commercial et grand public. Des choix courageux car ils reflètent bien le sens du contenu?



Crédit images: couverture de l'ouvrage, scan .


23/05/2013

Supprimer son compte viadeo

 Le monde moderne pousse à s’auto-numériser. Pour faire comme tout le monde.

Du  préhistorique réseau social perso  MSN (récemment disparu) on a ensuite ouvert nos comptes (gratuits) Facebook, Twitter, Tumblr…

Avec désormais des sites spécialisés  dans la visibilité professionnelle : Viadeo pour le monde francophone, Linked’In plus anglo-saxon au départ. N’oublions pas Job up,  Rezonance pour la Suisse lémanique etc.

Nota : Rezonance, à la différence des deux premiers est un véritable réseau social au sens où il organise des rencontres thématiques gratuites. Les First par exemple se concrétisent par de réelles rencontres et échanges de cartes de visites pour créer du lien, du vrai. Dans le vrai monde.

De fantastiques outils de visibilité qu’il ne s’agit pas de dénigrer. Mais qui posent tout de même plusieurs problèmes :

*Il s’agit de construire par ces intermédiaires une image numérique pro, cohérente, publique. Et en même temps de gérer la confidentialité. Comme un yin par rapport au yan, le plein par rapport au vide.

*En dire suffisamment mais pas trop...La lecture de certains profils est effrayante. Untel, en recherche d’emploi, était cadre. Dans une volonté perfectionniste de bien faire- il est dans l'urgence- il doit retravailler!-  il décrit avec minutie ses anciennes fonctions avec le nom de l’entreprise... Un véritable repoussoir ! Tout employeur sérieux va éliminer d’entrée celui qui est capable d'annoncer  sur un réseau social tout le détail  d'une organisation professionnelle privée, sans aucun recul !!

*Une activité chronophage. Nous nous levons le matin. Nous buvons notre café et si nous devions entrer complètement dans le jeu de la visibilité sociale numérique, nous n’aurions pas assez de la matinée pour « jouer » à ce petit jeu social qui sert surtout à   calmer les egos inquiets!

On calculait le temps passé devant une tv. Désormais le temps réseau social doit être compté dans nos vies ?

Et alors, quel temps nous reste –il pour vivre ??

Pour mener à bien notre vie personnelle, familiale, sociale, essentielle et primordiale.

Les journées sont de 24 H. Même en réalité augmentée: 24h c’est 24 heures!

*On se plaint d’une évolution de la société à la Orwell avec les Google etc. ces mega-conglomérats américains  qui viennent jusqu’à venir filmer (google street) les maisons privées et au passage enregistrer toutes les adresses internet de la rue . Pourquoi entrer dans leurs jeux de l'exposition publique? Les jeunes générations y sont à fond, sans recul.

Le signe d’une étonnante évolution sociétale où au nom évidement de la « liberté » toujours mise en avant, le contrôle de plus en plus accru, mondialisé, des  consciences individuelles se met en place jour après jours.

CHANTAGE FINANCIER 

Sur ces réseaux sociaux pro, j’avais donc comme un mouton suivi le troupeau. Et ouvert un compte dans la version gratuite, chez Viadeo  Sans grande conviction. Pas spécifiquement pour trouver un job.

Juste pour exister sur ces sites spécialisés "comme tout le monde" en  service minimal.

2 millions de Suisses sont sur Linkend'In c'est énorme : un adulte sur 2.

Or, même cette pré-inscription   génère de toutes façons son lot de conséquences négatives :

*S’inscrire, déposer un cv et ne plus rien faire en attendant le réseautage, le contact intéressant ou le job comme le messie ne sert strictement à rien. Car, ironie du système : si vous n'y intervenez pas, chaque jour, en expert de votre secteur sur les forums de discussion, vous mettez-vous -même- en scène publique votre attitudestatique. Sinon passive.

Démarche parfaitement improductive !

*Le coût. Les réseaux pro viadeo, Linked'in et Rezonance proposent  une offre minimale gratuite. Mais ne vivent  pas que de la manne publicitaire. Ils sont payants dans leur fonctionnement réel.

C'est leur choix de modèle économique: il n'y a rien à commenter. Ce sont des entreprises privées.

Ceci dit, l'usager peut ressentir comme un chantage exercé vis à vis de celui qui reste dans l’option gratuite car le deal proposé par ces entreprises commerciales est :" Monsieur x a consulté votre profil : pour entrer en contact avec lui il faut passer par la case tiroir-caisse."

 Ce système qui monnaie la ...relation humaine n’étant pas du tout fait pour mon éthique, en 2013, j’ai donc supprimé  le même jour mon compte  viadeo, entre autres.

Quelle n’est pas ma surprise du suivi de l’affaire !

Rien à dire chez Linked’In. Ces  véritables pros  annoncent  que la page n’existe plus: les faits, pas les commentaires. Très à l'anglo-saxonne. Notre choix personnel est respecté. Nickel.

 Il en va tout autrement pour viadeo qui organise sa ...vengeance à l’encontre de celui ou celle qui a osé se passer de ses services !!

Voici la page qui remplace votre profil :

viadeo.GIF

Celui qui a osé quitter viadeo devient gratifié d’une fatale  erreur 404 avec en gros les termes «n'existe pas »et « problème »

Petite analyse sémiologique de l'image.

L’individu- vous !-  identifié par un prénom et un nom a osé "ne plus exister" dans leur base de donnée. Gros problème pour eux de perdre un profil : ILS SE VENGENT !

Ils installent cette photo à la place de votre profil.  Où l’on voit une salle professionnelle en désordre avec un  homme en désordre, sa blouse de travail blanche déboutonnée qui laisse apparaitre une bizarre masse jaune érigée entre ses jambes ! [le code couleur symbolique  du jaune est négatif et fait référence à l'échec, la traîtrise]

L’individu barbe fournie,grisonnante, senior est tête baissée, mal coiffé : un véritable looser!

Le mobilier de la pièce est en totale instabilité: tout est sur roulettes. Dans un univers géométrique en déconstruction, avec au mur des croquis devenus papiers-avions  dont certains froissés voués à la poubelle!!

On remarque au passage  combien viadeo instrumentalise l'image du senior en....looser en une stigmatisation inadmissible de cette catégorie d'âge.

 En résumé l’homme- la femme-  qui a osé quitter  devient un moteur dézingué comme cette hélice  inutile posée contre le mur. Il  n’est plus « avion » en action mais devenu cocotte en papier inutile, au nez dirigé vers le sol puis  froissée, prête au rebus !!

Nota : en observant comment viadeo se venge  de celle ou celui qui quitte son réseau social, par une image décaléeon ne peut qu’apprécier Linked’In qui respecte le choix individuel jusqu'au bout.

viadeo conclue en incitant celui qui voulait  s'informer sur ce profil  d'aller ...."boire un café" !

viadeo 12.GIF

 

A bien réfléchir, faut-il s'en prendre à viadeo? Probablement pas. On ne peut que s’en prendre à soi-même.

Par quel effet de mode allons nous nous ranger volontairement comme de bons petits soldats bien dressés dans ces cases numériques publiques en déclinant tout : nos biographies, nos choix, nos activités ?

Par quel effet de mode allons nous nous inscrire comme des moutons suiveurs sur toutes ces bases de données ??

Dont celles qui ne respectent même  pas le libre choix individuel de.... s’en retirer éventuellement !

 

                                                                                                          Sylvie Neidinger

 

rubrique blogosphère#web@com

 

                                  

 

17/05/2013

Genève, Grand Genève: voyage immobile avec SITG

C'est à un autre type de graphisme urbain que convie ce blog: la visite du site Cartographique SITG  de l'Etat de Genève, chez soi depuis son ordinateur.

A conseiller : la 3D .geneve,sig,cartographie,3d,grand genève

Ces guichets d'accès du Service de la Mensuration Officielle SEMO sont gratuits. Pour visualiser les multiples plans de la ville, ceux du canton.

Autant d'entrées que de centres d'intérêt :  historique avec les anciennes cartes ( les bastions...) entrées géologiques, touristiques. Arrondissements électoraux, analyse des sols , données fiscales...Jusqu'à l'atlas des oiseaux nicheurs !

  http://www.sitg.ch

Guichet cartographique 3D

 

geneve,sig,cartographie,3d,grand genève


 Sympathique usage pratique : par exemple, le soir visualiser sur plan tridimentionnel avec ses enfants un parcours de rando  effectué dans la journée...geneve,sig,cartographie,3d,grand genève

Le site internet SITG a été rénové fin 2012 pour un site plus ergonomique, accessible.

Pari tenu: le voyage immobile est des plus intéressants!

 PLAN DE VILLE ET PLAN DE CANTON 2013 DISPONIBLES.

Nota: des extractions sont possibles partielles ou totales, en format "raster"geneve,sig,cartographie,3d,grand genève

Le Centre de compétence du STIG  communique sa dernière actu   "Si la couverture du plan de canton n’a pas changé par rapport à la version 2012, celle du plan de ville a,quant à elle, augmenté son étendue en adéquation avec la zone délimitant le Grand Genève.Il couvre donc maintenant une zone allant de Nyon au Petit-Bornand et de Thonon-les-Bains à Bellegarde-sur-Valserine. Des extraits du plan de ville à jour personnalisés ou au format vecteur peuvent être commandés auprès du Service de la mensuration officielle (SEMO) pour réaliser des projets particuliers de carte, par exemple : Plan de commune, Plan de localisation, etc.Prestation qui ne concerne que le canton de Genève.

Des session de formation ouvertes à tous sont organisées rue des Gazomètres pour utiliser au mieux le fantastique potentiel de cet outil, notamment la 3D. Prochaine session, le 22 mai.

Gratuites car ce service numérique très sophistiqué  a déjà été "payé" par l'impôt, affirme-t-on au SITG.

D'où l'intérêt pour la population de l'utiliser sans limites.

De se muer en  albatros qui plane des heures, ailes déployées,  au dessus du Grand Genève.

En multi-focales.

                                                                               Sylvie Neidinger


Service des Systèmes d'Information et de Géomatique 
7 rue des Gazomètres
Case postale 36 - 1211 Genève 8
Tel : +41 22 546 7271



                                                                                                     

 

 

                                                               Rubrique Genevie

 

 

 

 

 

15/05/2013

Street Art n°7 L'Atoll: paquebot à quai à Annemasse !

 Graph'Urbain N°7. Lieu:  avenue de la gare. Dénomination: L'Atoll. Catégorie:  libre, graph non institutionnel mais "avec autorisation".

COMME UN AIR DE GRAND LARGE AVANT UNE AIRE DE GRAND GENEVE !

Un paquebot navigue à quelques encablures de la gare d'Annemasse, de  ses wagons, son chef et sa casquette....                 Bientôt à quai. Bientôt oublié. P1070094.JPG

Le bâtiment de proue  est déjà connu  de ce blog,  puisqu'il est l'autre face du Graph  simiesque, objet de la note Street Art°1 dite "miroir de l'urbain".

 

 

 

 

Renseignements pris: ce bâti est voué à la démolition pour la construction du futur pôle transport CEVA qui reliera en 2014 cette gare à Cornavin en 20 '.Voir la modélisation démo 3D

Où l'on constate que le Street Art, le vrai, est majoritairement lié à la notion d'éphèmère...

P1070122.JPG

P1070114.JPGA Annemasse, un collectif associatif a été autorisé  à donner libre court aux  alizées de l'imagination qui gonflent la voilure du visuel. Avant la dernière révérence.

Comme un adieu au bâtiment par les  couleurs flashy. Apothéose avant élimination :hublots, cheminée, gouvernail, drapeaux...même les oiseaux -les vrais - jouent le jeu et se posent sur les bastingages !

Comme un air du Grand large avant l'aire du Grand Genève....

Le résultat plait visiblement puisqu'une carte postale est éditée et diffusée.

Souvenir avant démolition. Démarche mémorielle ...tout à fait..hyper accompagnée donc... Institutionnelle !

                                                                                                 Sylvie Neidinger

Rubrique Graph'Urbain-Street Art

P1070100.JPGP1070098.JPG

 P1070130.JPGP1070126.JPGP1070129.JPGP1070133.JPGP1070135.JPG

ceva singe 001.jpg

 

19:50 Publié dans A-GeneVie, U-Miroir de l'urbain-Graph'-Street Art | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ceva, grand genève, l'atoll, annemasse | |  Facebook | | | |

10/05/2013

Affichage sur conteneurs à déchets: curiosité genevoise enfin décodée

Genève ne laisse pas d'étonner...

Le traitement spécifique de la publicité intéresse.

J'avoue avoir eu des difficultés de "voisinage visuel bien compris"geneve,publicité,poubelles avec ceci:

Ai passé de longs mois à ne pas comprendre ces services de marketing qui acceptent d'associer une notoriété, une image de société, de projet à....des conteneurs de poubelles!

Comment est-ce possible ??

 Et puis  tout récemment, en passant devant les mêmes conteneurs, le regard en fait avait changé.

En placant la pub sur un conteneur, le contenant ne devient-il pas  ....important ?

La pub finalement aura valorisé plus encore que le contenu  l'acte de recycler.

Le contenu -ici le verre-serait si précieux qu'il mérite bien un habillage publicitaire rémunéré...

Alors:  objectif pédagogique atteint ? Mais idée bizarre tout de même ...

                        Sylvie Neidinger

21:50 Publié dans A-GeneVie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : geneve, publicité, poubelles | |  Facebook | | | |