UA-65882359-1

31/05/2013

Hommage de Genève à Jean Starobinski au Palais Eynard

 Le Palais Eynard avait lancé un clin d’œil au ciel, ce mercredi 29 mai à 18 h30. Et les cieux   bien compris le message, par une magnifique ambiance vespérale qui  imprégnait le parc des  bastions...jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genèvejean starobinsky,sami kanaan,ruthdrifuss,mrl,genève

Dynamique amplifiée par l’intéressante  tension entre un fond d’air frais, des corps qui s’ingénient à déclarer les beaux jours ouverts et une luminosité solaire inespérée !

La Genève politico-culturelle honorait ce jour là Jean Starobinski, de la célèbre «  Ecole de Genève »  Critique Littéraire si fameuse dans le monde des lettres.

A l' invitation de la MRL, Maison de Rousseau et de la Littérature.

 Genève représentée à  l’échelon de l’Etat par la présence introductive du Conseiller Sami Kanaan. Voire à l’échelon Fédéral indirectement par celle de sa première  Présidente (1999)   Madame Ruth Dreifuss.jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

Le  Conseiller d’Etat  à la Culture   souligna combien l’hommage se  devait d’être rendu en ce magnifique  Palais Eynard, lieu construit sur l’emplacement d’un ancien bastion.

 UNITE DE LIEU MAIS FORT HEUREUSEMENT PAS DE TEMPS !

 L’unité de lieu de la  pièce de théatre dix-huitièmiste qui s’est jouée ce soir là fut  essentielle.

Jean Starobinski prit la parole pour dire combien l’honneur  rendu en ce lieu précis  le touchait. Il a avoué que enfant, il adorait venir jouer en voisin,  au football aux pieds du Palais. Et combien il  a commencé sa formation intellectuelle par d’intenses lectures à la Bibliothèque, juste en face.jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

[ Bibliothèque  où sa première fiche de lecteur est aujourd’hui précieusement conservée  ]

De facto : l’unité de temps n’avait plus de sens dans ce contexte: c’est bien de l’épaisseur d’une vie qu’il s’agit. En l’occurrence commencée de 1920. Voire même avant. Puisque  L'écrivain  a démarré  par évoquer sa biographie.

Au commencement …était le père qui décida  de quitter la Pologne, il y a un siècle  pour venir étudier la médecine à Genève. Vertige du temps écoulé : les "années  lycée"de son fils Jean datent  de... 1936 !

jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

 

 Deux spécialistes de son œuvre entouraient ce soir là Jean Starobinski de leur compétence. En réalité de leur affection puisqu’il les a qualifiés d’amis: Martin Rueff et Jean-Claude Bonnet.

jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genèveCe dernier a pris la parole pour souligner que le célèbre critique, écrivain, essayiste, spécialiste du XVIIIème siècle ne fut pas trop  influencé par la mode années 80  qui mettait en exergue les écrits libertins. Jean Starobinki est resté dans du lourd et du solide : Rousseau et Diderot !

« Le premier, un  introverti, véritable homme des livres, le second , un  extraverti homme des feuilles » comme l’a si élégamment souligné le genevois.

Après le Tricentenaire de la naissance de Rousseau, rideau est désormais ouvert sur le Tricentenaire    de... Denis Diderot né le 5 octobre 1713.jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

L’occasion de relire tous les ouvrages que Jean Starobinski lui a consacrés.

Pour mieux comprendre, de l'intérieur, en tête à tête avec le célèbre critique  !                                                                                                                    Sylvie Neidinger

 


jean starobinski,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève*Post scriptum. En fin de la conférence enregistrée ( enregistement à venir ici dès que publié)  le public n’avait  pas trop osé casser la magie des mots prononcés et poser de questions. Finalement lors du cocktail qui a suivi, j’'ai demandé à Jean Starobinsky si le fait d’être à la fois homme de lettres et médecin portait  un signification particulière ?? En effet, certains médecins-écrivains  théorisent leur double –compétence. Point de cela. Il a répondu très simplement par une négation qui reclassait son ordre de préférence «  la médecine n’était pas mathématique à l’époque comme elle l’est devenue aujourd’hui » Et laissé comprendre que ce métier lui a surtout permis de vivre au démarrage. De bien vivre sa passion des Belles Lettres de facto. Avec une malicieuse conclusion" la rigueur scientifique d'un côté et l'intuition poétique de l'autre".

*Nota. Le Conseiller  Sami Kanaan a évoqué dans sa présentation le soutien de l'Etat de Genève aux lettres.jean starobinski,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève Un soutien quelquefois direct vis à vis par exemple d' un éditeur. Ce qui n'est pas évident pour tout le monde...L'homme politique n'a pas caché l' existence de véritables débats avec ses homologues de la zone suisse alémanique "qui ne voient pas du tout les choses comme nous" Lui  assume tranquillement la position de l'aide culturelle active.SN.  

*Lire article de ce blog consacré à Rousseau le  jour du Tricentenaire à Genève : Banquet républicain à Genève. Lettre à Rousseau, premier Indigné.


                                                           Rubrique GeneVie

jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

 

 

13:50 Publié dans A-GeneVie, A-Helvetia, LIRE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean starobinski, sami kanaan, ruth dreifuss, mrl, genève | |  Facebook | | | |

25/05/2013

Mal de femme. La perversion au féminin

 Le terme de "perversion" n’est pas à prendre au sens moral  Au sens d'une altération, celui d'une maladie.

 La jeune fille qui se prive de manger n'est pas une perverse au sens moral évidemment. Elle développe  une anormalité que le psychanalyse nomme un "mal de femme" et en sous-titre : la perversion au féminin.

photo mal de femme 001.jpg

« Elle avait dû descendre en l’espace de quelques jours à moins de 4 grammes d’hémoglobine et son teint correspondant à ce qu’on en décrit dans les livres : une pâleur essentielle, une consistance de cire empreinte dans la profondeur de la chair qui faisait de sa présence une apparition irréelle, un être venu de très loin, au-delà des frontières de la vie pour témoigner –de quelle énigme ? »

"Quatre grammes": une mesure physique quantifiable pour une maladie psychosomatique gravissime: l’anorexie mentale. 

Elle touche majoritairement les femmes (pourquoi ???) qui auto-sacrifient leur corps, le ravagent, le violentent au point de le rendre cadavre…vivant lorsque le mal devient paroxystique.

 L’ouvrage passionnant est paru récemment, en mars,  par Alain Abelhauser    psychanalyste, professeur en psychopathologie clinique à l’Université Rennes-2.

Idéal à lire sur les bords du Léman à Genève, cette  patrie contemporaine des psy…

 L’auteur décrit la difficulté du corps médical à poser sur ce mal le diagnostic en raison précisément  de la perversion liée: le décalage entre «  l’exposé » par la patiente et sa réalité.

Le  réel de « celle qui doit être obéie » comme le décrit si finement l’auteur en exergue.

Il donne l'exemple d'une  hospitalisée en position agissante, coopérative avec le corps médical qui va jusqu’à  proposer de participer à ses soins,  de tenir elle-même sa courbe de température par exemple. Lorsque enfin, les soignants, rationnels commencent à s’apercevoir que toutes les données rendues sont …fausses ! La dame se fâche contre ceux qui ne comprennent rien. Elle   signe la décharge et quitte l’hôpital...

 L’illustration picturale  du livre choisie par l’auteur, à savoir  « Jeune fille accroupie tête baissée  » par Egon Schiele, peinture de 1918, Vienne est visuellement significative à propos des ravages auto-infligés. Rappel : Vienne : patrie… initiale des psychanalystes.

Le corps négativé est  très à la mode, très présent  dans les magazines féminins, les mémoires d’étudiants, chez les mannequins etc.

Pourtant l’anorexie reste terra incognita: si mystérieuse.


 [Nota Pour la clarté déontologique,  cet article va identifier par une couleur différente les commentaires  -dialectiques,  de la blogueuse inspirée par le sujet, commentaires ainsi différenciés des propositions de l'auteur. Car la  démarche est peu orthodoxe  pour une présentation d'ouvrage.]

 

1-THEMATIQUE: Autour du SANG (Dracula)

 Quels mécanismes poussent la femme malade à devenir son propre Dracula : à se vider symboliquement de son sang ?? Le sang des menstrues, de la défloration, des accouchements   étant bien évidement une caractéristique du féminin...

Le sang est chaud, son absence: mortifère.

Alain Abelhauser évoque bien une vampirella (p152) Le  passage 3 du chapitre IV page 141 met en scène l’été 1816 à Genève sur les bords du lac, Villa Diodati, l’écriture de la  nouvelle « le vampire » par  Lord Byron qui deviendra mythe littéraire repris dans toute l’Europe.

 Il décrit également le cas de cette patiente d’une transparence cadavérique qui s’habille pourtant d’une robe rouge éclatant et ongles vernis du même rouge vif.

Extraordinaires détails significatifs …Quelle provocation (ou pis-aller?) vis-à-vis des « Autres », du champ social et familial  que "se vider " en interne de son hémoglobine par graves privations  pour aller afficher en  externe, en parallèle, une substitution. Un ersatz de sang: juste la couleur rouge plaquée sur un corps au squelette rendu visible !

La patiente décrite par l’auteur semble s’auto-jouer un clair-obscur, comme le négatif de la photo qui expulserait  l’érotisme humain pour mettre en scène un anti-érotisme de façade avec la maigreur repoussante mais peinturlurée de rouge. Un ravalement de façade, comme pour faire illusion !!!

Pourquoi ce décharnement qui va la rendre  asexuée au point de n’être plus femme ?

Pourquoi de fait,  toucher aux mécanismes primitifs  du cerveau et des hormones qui vous ont fait naître femme?  Pourquoi le jeu pervers de masquer ?

L’auteur parle d’énigme. Le mystère reste total.

Un jeu pervers ultra impératif puisque la malade impose son choix d’apparence inversée à la société qui l’observe. Mais Dracula n’explique pas tout…

p 148 : l'auteur évoque   la "transgression" permanente non seulement entre vie et mort mais aussi humanité /animalité et les frontières si  floues...

2-VIOL-EN-SOI 

 Le professeur de psychopathologie  ne situe pas tant la problématique dans un entre-deux des rives de la vie et de la mort (mort/vivant) Mais bien entre une problématique de violence ("viol-en-soi" voudrais-je écrire pour mieux exprimer!)"  la victime et la prédatrice prises dans une même individualité.  Lasthénie est bien Vampirella (p152)" Au bal des vampires,

Victime et bourreau s'avèrent en définitif confondus, telle est la clef, suggère l'auteur ! (page 153)

 Oui, la malade est bien son propre auto-prédateur-permanent...inconscient.

 Elle exerce par le mental sa fascination morbide sur le champ d’expérimentation perso et facilement accessible dont elle dispose "gratuitement ": son propre corps qu'elle va martyriser sans limite!

La frontière de l’enveloppe corporelle devient alors haïe par celle qui a déclaré une anorexie, car le champ de sa bataille se situe à  l'intérieur de sa propre peau.

En parfait et terrible huis-clos. Intime. Silencieux. Exténuant.

D’où probablement ces anorexies d’ado qui se déclarent précisément quand le corps se transforme justement  à cet âge.

 Très intéressant ce rapprochement par le  psychiatre entre « victime et prédatrice »

Car les deux sont en fait   les deux faces du même sujet !!! La plaie est le couteau. Le couteau est la plaie. Réunir les deux : c’est exprimer une image unique de VIOL/ence.

 Autre remarque de type  psychanalytique: couteau et plaie représentent la  symbolique traumatique sanglante  de l’acte fondateur de la vie: l’acte sexuel. Ici vécu comme blessure. Blessure initiale du premier acte ?? Blessure initiatique…

Réunir le masculin et le féminin revient  pour l’esprit malade à produire une image uniciste, reconstruite de corps mêlés en "un seul" indéfinissablement masculino-féminin.

Pouvant  se transformer du masculin au féminin et vice versa!

On comprend alors que à la fois la logorrhée et  la couleur rouge participent à  la  mise en scène du morbide sous les deux aspects.

La femme malade se comporte comme "prédatée/prédateur  sanguinaire "agresseur inconscient  d'… elle-même ! (ou inversement prédaté masculin par prédateur féminin suivant  le cas : pourquoi pas : l'anorexie est si complexe !!!? )

3-JANUS PATHOLOGIQUE EN UN  HUIS-CLOS ANGOISSANT

L’anorexie mentale  maladie très grave induit une anxiété maximale. Non limitée dans le temps en plus.

L’image la plus proche pour signifier le niveau d’angoisse généré serait probablement celle de la victime placée dans le cas suivant:  deux personnes sont  enfermées dans une cellule de prison sans contact avec l’extérieur. L’une des deux est prédatrice avec un couteau et veut tuer. L’autre: une   victime strictement sans défense, sans arme, seule, sans recours , sans REGARD externe. Sanspossibilité de fuir, l'espace étant clos.Elle  développe alors une angoisse maximale, existentielle.

Un  face à face morbide sans témoin...Une peur réellement in-humaine : une souffrance au delà (en deça?)  du...normal.

Le  rapport au Verbe de la femme anorexique semble lui aussi  pathologique. 

Car, observe Alain Abelhauser, plus son corps se décharne, plus la nourriture devient obsessionnelle. Et plus elle en parle !

En effet, elle ne parle plus que de nourriture, de son obsession à ne pas devenir grosse, à ne pas prendre un seul  gramme. Elle met en scène face aux Autres son incapacité à avaler (ou alors fait semblant et recrache) Ou alors elle passe à la phase boulimique.

Tout comme le rhinocéros de Ionesco  grossit et envahit l’espace de vie, cette  logorrhée  monomaniaque envahit son parler alors que dans le même temps le corps se déconstruit. Fuite du psychisme par la bouche. Bouche dévolue entre autre à ...manger.

Ceci explique peut-être  cette incroyable comptabilité tenue au gramme près? La personne prisonnière de son anorexie mentale  abriterait « dans sa peau » un combat à la fois mortifère et vital. Un (une ?)  prédateur veut tuer (un) une «  prédatée »

4.AU GRAMME PRES: LA COMPTABILITE MORTIFERE SYMBOLIQUE DE L'ANOREXIE MENTALE

L’angoisse engendrée est si violente que la malade doit peser, soupeser en permanence la terrible comptabilité du combat en cours  : 50/50 est un équilibre instable  car pathologique.

Or, un gramme de plus avalé et c’est un point donné !! Mais à quel camp interne ???? Celui prédateur ou prédaté ???Problème carrément existentiel !

Question que je pose: voire même peut-être dans sa comptabilité morbide du 50/50, ne cherche-t-elle pas en permanence à mesurer sa part de masculin par rapport au féminin ? Alors que la malade semble dans l'incapacité de ledistinguer ! Angoisse maximale.

Fausse balance de cette fausse Justice maladive du 50/50...

Or  problème, le sang repris du côté victime ne se loge pas du côté bourreau !!!Il disparait tout comme globablement le corps fond. Probablement dans la plus grande incompréhension/jouissance inconsciente de celle qui victorieusement s'inflige cette blessure interne d'une... indécente visibilité?

5-OU PART SYMBOLIQUEMENT  LE SANG ROUGE ET CHAUD ? QUESTIONNEMENT CRUCIAL 

La notion de "point d'équilibre morbide" est certainement à creuser...Dans sa dualité, l'anorexique parle de nourriture d'autant plus qu'elle s'en prive, expose la couleur rouge  (le cas cité) d'autant plus que l'hémoglobine se réduit.

Tout tourne autour d'un axe central....Les chiffres  semblent si importants dans cette maladie. Comme pour s'auto-convaincre, affaiblie, qu'elle a une prise, un contrôle sur elle-même alors qu'elle ne gère que les conséquences. Si elle les gère...

L' hospitalisée évoquée plus haut par Alain Abelhauser tenait impérativement  sa ...comptabilité médicale (température etc.) Qu'elle modifiait à sa guise. "Démasquée", elle a préféré ne plus être soignée. Tellement l'accès par un tiers observateur de sa comptabilité réelle interne était  gravissime pour elle.

Car-question ?- le vrai livre de sa comptabilité interne allait-il  démasquer le prédateur qui agit en elle?

Lourd secret inconscient qu'elle ne doit jamais dévoiler  mais toujours exposer ?

Cette tenue minutieuse de comptabilité corporelle semble en tous cas extrêmement caractéristique de cette maladie.

 Le psychanalyste Abelhauser pose dans cet ouvrage  le diagnostic de l ’anorexie mentale avec un descriptif. Même si on n’a pas encore à ce jour bien   pris la mesure de  tous les mécanismes de ce Janus pathologique si compliqué…

 « Il est un mal étrange que jusqu’à ces dernières années du moins  bien peu connaissaient. Seuls quelques hématologistes y avaient été confrontés et de rares lettrés qui avaient croisé sa description romancée en savaient l’existence p 13 »

Ignorance désormais passée: Alain Abelhauser donne à lire cette excellente synthèse sur le sujet, un pavé dense, analytique  (dont les syndromes associés : le syndrome de Meadow, de Münchhausen, de Lasthénie de Ferjol etc..)

Pour mieux comprendre ce mécanisme féminin totalement maladif  à se transformer sous les yeux de la société en  une «Fantomatique Irréelle, en danger de s’automutiler car en prédation d’elle même. Auteur d'une comptabilité pathologique .

Par ailleurs et en même temps étant  terrible victime en huis-clos sans témoin d'un combat qui fait rage à l'intérieur de sa peau. Avec une non réponse existentielle pour la malade: à  savoir où est passé symboliquement le sang disparu? Quelle est la part interne du masculino/féminin : 50/50 ? 

Pour un résultat ultra visible aux yeux des Autres: un corps décharné. 

Comprendre pour soigner.

Pour  mieux la faire Ré-entrer dans la communauté. Après celle des « mortes-vivantes », celle des vivantes enfin libérées de combats internes épuisants.

Une chose est certaine:  l’absolue nécessité pour la malade de se faire aider médicalement.

                                                                                                    Sylvie Neidinger

Mal de femme. La perversion au féminin. Alain Abelhauser. Seuil Mars 2013

ISBN 978.2.02.109296.7

IMPORTANT .

1 Suivi de Note de la blogueuse:

Un peu inquiète d'avoir "poussé les hypothèses" de l'auteur au delà d'une classique critique d"ouvrage, j'ai envoyé l'article à Alain Abelhauser et reçu  son avis  :

"Merci beaucoup Madame, pour cette note de lecture et votre intérêt pour mon travail. Son écho dans les milieux non directement spécialisés est encore modeste (alors que j'ai vraiment essayé de l'écrire pour qu'il puisse être reçu par un public aussi large que possible), ce qui me rend d'autant plus sensible vos commentaires, l'accentuation que vous faites de certains points (le bourreau et la victime, par exemple) et, de façon plus générale, la compréhension de ses enjeux dont vous faites preuve.Merci donc de votre intérêt. J'espère évidemment qu'il en suscitera d'autres. Ce pourquoi des réactions (et des rédactions) comme la vôtre sont très précieuses."        

2 M Abelhauser signale ici  que son ouvrage rédigé pour dépasser les publics spécialisés n'a pas encore atteint le grand public. Il est vrai qu'il a fait un choix de spécialiste à la fois dans le titre " la perversion au féminin" pouvant être mal compris comme "femme perverse" au lieu de femme malade. Le choix de la première de couverture avec une reproduction d'Egon Schiele (Jeune fille accroupie tête baissée) nue et décharnée est anti-commercial et grand public. Des choix courageux car ils reflètent bien le sens du contenu?



Crédit images: couverture de l'ouvrage, scan .


23/05/2013

Supprimer son compte viadeo

 Le monde moderne pousse à s’auto-numériser. Pour faire comme tout le monde.

Du  préhistorique réseau social perso  MSN (récemment disparu) on a ensuite ouvert nos comptes (gratuits) Facebook, Twitter, Tumblr…

Avec désormais des sites spécialisés  dans la visibilité professionnelle : Viadeo pour le monde francophone, Linked’In plus anglo-saxon au départ. N’oublions pas Job up,  Rezonance pour la Suisse lémanique etc.

Nota : Rezonance, à la différence des deux premiers est un véritable réseau social au sens où il organise des rencontres thématiques gratuites. Les First par exemple se concrétisent par de réelles rencontres et échanges de cartes de visites pour créer du lien, du vrai. Dans le vrai monde.

De fantastiques outils de visibilité qu’il ne s’agit pas de dénigrer. Mais qui posent tout de même plusieurs problèmes :

*Il s’agit de construire par ces intermédiaires une image numérique pro, cohérente, publique. Et en même temps de gérer la confidentialité. Comme un yin par rapport au yan, le plein par rapport au vide.

*En dire suffisamment mais pas trop...La lecture de certains profils est effrayante. Untel, en recherche d’emploi, était cadre. Dans une volonté perfectionniste de bien faire- il est dans l'urgence- il doit retravailler!-  il décrit avec minutie ses anciennes fonctions avec le nom de l’entreprise... Un véritable repoussoir ! Tout employeur sérieux va éliminer d’entrée celui qui est capable d'annoncer  sur un réseau social tout le détail  d'une organisation professionnelle privée, sans aucun recul !!

*Une activité chronophage. Nous nous levons le matin. Nous buvons notre café et si nous devions entrer complètement dans le jeu de la visibilité sociale numérique, nous n’aurions pas assez de la matinée pour « jouer » à ce petit jeu social qui sert surtout à   calmer les egos inquiets!

On calculait le temps passé devant une tv. Désormais le temps réseau social doit être compté dans nos vies ?

Et alors, quel temps nous reste –il pour vivre ??

Pour mener à bien notre vie personnelle, familiale, sociale, essentielle et primordiale.

Les journées sont de 24 H. Même en réalité augmentée: 24h c’est 24 heures!

*On se plaint d’une évolution de la société à la Orwell avec les Google etc. ces mega-conglomérats américains  qui viennent jusqu’à venir filmer (google street) les maisons privées et au passage enregistrer toutes les adresses internet de la rue . Pourquoi entrer dans leurs jeux de l'exposition publique? Les jeunes générations y sont à fond, sans recul.

Le signe d’une étonnante évolution sociétale où au nom évidement de la « liberté » toujours mise en avant, le contrôle de plus en plus accru, mondialisé, des  consciences individuelles se met en place jour après jours.

CHANTAGE FINANCIER 

Sur ces réseaux sociaux pro, j’avais donc comme un mouton suivi le troupeau. Et ouvert un compte dans la version gratuite, chez Viadeo  Sans grande conviction. Pas spécifiquement pour trouver un job.

Juste pour exister sur ces sites spécialisés "comme tout le monde" en  service minimal.

2 millions de Suisses sont sur Linkend'In c'est énorme : un adulte sur 2.

Or, même cette pré-inscription   génère de toutes façons son lot de conséquences négatives :

*S’inscrire, déposer un cv et ne plus rien faire en attendant le réseautage, le contact intéressant ou le job comme le messie ne sert strictement à rien. Car, ironie du système : si vous n'y intervenez pas, chaque jour, en expert de votre secteur sur les forums de discussion, vous mettez-vous -même- en scène publique votre attitudestatique. Sinon passive.

Démarche parfaitement improductive !

*Le coût. Les réseaux pro viadeo, Linked'in et Rezonance proposent  une offre minimale gratuite. Mais ne vivent  pas que de la manne publicitaire. Ils sont payants dans leur fonctionnement réel.

C'est leur choix de modèle économique: il n'y a rien à commenter. Ce sont des entreprises privées.

Ceci dit, l'usager peut ressentir comme un chantage exercé vis à vis de celui qui reste dans l’option gratuite car le deal proposé par ces entreprises commerciales est :" Monsieur x a consulté votre profil : pour entrer en contact avec lui il faut passer par la case tiroir-caisse."

 Ce système qui monnaie la ...relation humaine n’étant pas du tout fait pour mon éthique, en 2013, j’ai donc supprimé  le même jour mon compte  viadeo, entre autres.

Quelle n’est pas ma surprise du suivi de l’affaire !

Rien à dire chez Linked’In. Ces  véritables pros  annoncent  que la page n’existe plus: les faits, pas les commentaires. Très à l'anglo-saxonne. Notre choix personnel est respecté. Nickel.

 Il en va tout autrement pour viadeo qui organise sa ...vengeance à l’encontre de celui ou celle qui a osé se passer de ses services !!

Voici la page qui remplace votre profil :

viadeo.GIF

Celui qui a osé quitter viadeo devient gratifié d’une fatale  erreur 404 avec en gros les termes «n'existe pas »et « problème »

Petite analyse sémiologique de l'image.

L’individu- vous !-  identifié par un prénom et un nom a osé "ne plus exister" dans leur base de donnée. Gros problème pour eux de perdre un profil : ILS SE VENGENT !

Ils installent cette photo à la place de votre profil.  Où l’on voit une salle professionnelle en désordre avec un  homme en désordre, sa blouse de travail blanche déboutonnée qui laisse apparaitre une bizarre masse jaune érigée entre ses jambes ! [le code couleur symbolique  du jaune est négatif et fait référence à l'échec, la traîtrise]

L’individu barbe fournie,grisonnante, senior est tête baissée, mal coiffé : un véritable looser!

Le mobilier de la pièce est en totale instabilité: tout est sur roulettes. Dans un univers géométrique en déconstruction, avec au mur des croquis devenus papiers-avions  dont certains froissés voués à la poubelle!!

On remarque au passage  combien viadeo instrumentalise l'image du senior en....looser en une stigmatisation inadmissible de cette catégorie d'âge.

 En résumé l’homme- la femme-  qui a osé quitter  devient un moteur dézingué comme cette hélice  inutile posée contre le mur. Il  n’est plus « avion » en action mais devenu cocotte en papier inutile, au nez dirigé vers le sol puis  froissée, prête au rebus !!

Nota : en observant comment viadeo se venge  de celle ou celui qui quitte son réseau social, par une image décaléeon ne peut qu’apprécier Linked’In qui respecte le choix individuel jusqu'au bout.

viadeo conclue en incitant celui qui voulait  s'informer sur ce profil  d'aller ...."boire un café" !

viadeo 12.GIF

 

A bien réfléchir, faut-il s'en prendre à viadeo? Probablement pas. On ne peut que s’en prendre à soi-même.

Par quel effet de mode allons nous nous ranger volontairement comme de bons petits soldats bien dressés dans ces cases numériques publiques en déclinant tout : nos biographies, nos choix, nos activités ?

Par quel effet de mode allons nous nous inscrire comme des moutons suiveurs sur toutes ces bases de données ??

Dont celles qui ne respectent même  pas le libre choix individuel de.... s’en retirer éventuellement !

 

                                                                                                          Sylvie Neidinger

 

rubrique blogosphère#web@com

 

                                  

 

17/05/2013

Genève, Grand Genève: voyage immobile avec SITG

C'est à un autre type de graphisme urbain que convie ce blog: la visite du site Cartographique SITG  de l'Etat de Genève, chez soi depuis son ordinateur.

A conseiller : la 3D .geneve,sig,cartographie,3d,grand genève

Ces guichets d'accès du Service de la Mensuration Officielle SEMO sont gratuits. Pour visualiser les multiples plans de la ville, ceux du canton.

Autant d'entrées que de centres d'intérêt :  historique avec les anciennes cartes ( les bastions...) entrées géologiques, touristiques. Arrondissements électoraux, analyse des sols , données fiscales...Jusqu'à l'atlas des oiseaux nicheurs !

  http://www.sitg.ch

Guichet cartographique 3D

 

geneve,sig,cartographie,3d,grand genève


 Sympathique usage pratique : par exemple, le soir visualiser sur plan tridimentionnel avec ses enfants un parcours de rando  effectué dans la journée...geneve,sig,cartographie,3d,grand genève

Le site internet SITG a été rénové fin 2012 pour un site plus ergonomique, accessible.

Pari tenu: le voyage immobile est des plus intéressants!

 PLAN DE VILLE ET PLAN DE CANTON 2013 DISPONIBLES.

Nota: des extractions sont possibles partielles ou totales, en format "raster"geneve,sig,cartographie,3d,grand genève

Le Centre de compétence du STIG  communique sa dernière actu   "Si la couverture du plan de canton n’a pas changé par rapport à la version 2012, celle du plan de ville a,quant à elle, augmenté son étendue en adéquation avec la zone délimitant le Grand Genève.Il couvre donc maintenant une zone allant de Nyon au Petit-Bornand et de Thonon-les-Bains à Bellegarde-sur-Valserine. Des extraits du plan de ville à jour personnalisés ou au format vecteur peuvent être commandés auprès du Service de la mensuration officielle (SEMO) pour réaliser des projets particuliers de carte, par exemple : Plan de commune, Plan de localisation, etc.Prestation qui ne concerne que le canton de Genève.

Des session de formation ouvertes à tous sont organisées rue des Gazomètres pour utiliser au mieux le fantastique potentiel de cet outil, notamment la 3D. Prochaine session, le 22 mai.

Gratuites car ce service numérique très sophistiqué  a déjà été "payé" par l'impôt, affirme-t-on au SITG.

D'où l'intérêt pour la population de l'utiliser sans limites.

De se muer en  albatros qui plane des heures, ailes déployées,  au dessus du Grand Genève.

En multi-focales.

                                                                               Sylvie Neidinger


Service des Systèmes d'Information et de Géomatique 
7 rue des Gazomètres
Case postale 36 - 1211 Genève 8
Tel : +41 22 546 7271



                                                                                                     

 

 

                                                               Rubrique Genevie

 

 

 

 

 

15:59 Publié dans A-Genève-Histoire générale, A-GeneVie, A-Helvetia, BLOG-#@WEB | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : geneve, sig, cartographie, 3d, grand genève | |  Facebook | | | |

15/05/2013

Street Art n°7 L'Atoll: paquebot à quai à Annemasse !

 Graph'Urbain N°7. Lieu:  avenue de la gare. Dénomination: L'Atoll. Catégorie:  libre, graph non institutionnel mais "avec autorisation".

COMME UN AIR DE GRAND LARGE AVANT UNE AIRE DE GRAND GENEVE !

Un paquebot navigue à quelques encablures de la gare d'Annemasse, de  ses wagons, son chef et sa casquette....                 Bientôt à quai. Bientôt oublié. P1070094.JPG

Le bâtiment de proue  est déjà connu  de ce blog,  puisqu'il est l'autre face du Graph  simiesque, objet de la note Street Art°1 dite "miroir de l'urbain".

 

 

 

 

Renseignements pris: ce bâti est voué à la démolition pour la construction du futur pôle transport CEVA qui reliera en 2014 cette gare à Cornavin en 20 '.Voir la modélisation démo 3D

Où l'on constate que le Street Art, le vrai, est majoritairement lié à la notion d'éphèmère...

P1070122.JPG

P1070114.JPGA Annemasse, un collectif associatif a été autorisé  à donner libre court aux  alizées de l'imagination qui gonflent la voilure du visuel. Avant la dernière révérence.

Comme un adieu au bâtiment par les  couleurs flashy. Apothéose avant élimination :hublots, cheminée, gouvernail, drapeaux...même les oiseaux -les vrais - jouent le jeu et se posent sur les bastingages !

Comme un air du Grand large avant l'aire du Grand Genève....

Le résultat plait visiblement puisqu'une carte postale est éditée et diffusée.

Souvenir avant démolition. Démarche mémorielle ...tout à fait..hyper accompagnée donc... Institutionnelle !

                                                                                                 Sylvie Neidinger

Rubrique Graph'Urbain-Street Art

P1070100.JPGP1070098.JPG

 P1070130.JPGP1070126.JPGP1070129.JPGP1070133.JPGP1070135.JPG

ceva singe 001.jpg

 

19:50 Publié dans A-GeneVie, U-Miroir de l'urbain-Graph'-Street Art | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ceva, grand genève, l'atoll, annemasse | |  Facebook | | | |

10/05/2013

Affichage sur conteneurs à déchets: curiosité genevoise décodée

Genève ne laisse pas d'étonner...

Le traitement spécifique de la publicité intéresse.

J'avoue avoir eu des difficultés de "voisinage visuel bien compris"geneve,publicité,poubelles avec ceci:

Ai passé de longs mois à ne pas comprendre ces services de marketing qui acceptent d'associer une notoriété, une image de société, de projet à....des conteneurs de poubelles!

Comment est-ce possible ??

 Et puis  tout récemment, en passant devant les mêmes conteneurs, le regard en fait avait changé.

En plaçant la pub sur un conteneur, le contenant ne devient-il pas  ....important ?

La pub finalement aura quelque part valorisé plus encore que le contenu  l'acte de recycler ???

Le contenu -ici le verre- serait-il si précieux qu'il mérite bien un habillage publicitaire rémunéré...

Alors:  objectif pédagogique atteint ? La question reste posée.

Mais idée visuellement bizarre tout de même ...

                                                                                 Sylvie Neidinger

21:50 Publié dans A-GeneVie, E-Ecologie environnement, U-Urbanisme | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : geneve, publicité, poubelles, conteneurs | |  Facebook | | | |

03/05/2013

27ème Salon du livre de Genève: la vedette, c'est vous!

salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

Le Salon du Livre et de la Presse  acceuillait en vedette américaine inaugurale  le désormais célèbre Joël Dicker. Acclamations du public.

Véritable phénomène littéraire depuis 2012, le russo-franco-genevois de  27 ans n'avait  pas hésité à travailler dur pour coucher 670 pages de son Harry à lui.salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpoMercredi 1er mai, fête du travail fut journée faste en nombre de visiteurs.salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo




En réalité à Palexpo, le héros de l'Histoire, c'est vous ! Vous le visiteur, le curieux, la curieuse.

Déambulations solitaires, amicales ou familiales. Au pas de charge stakhanoviste ou balloté au gré des courants, aspiré vers l'allée J ou A ou K. Puis D et F. Puis J ou A.

salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

Le Salon est tellement protéiforme! Avec cette année comme invités d'honneur: le Mexique, l'Afrique...Entre autres livres Jeunesse,Scientifiques, Techniques, Historiques, Intellos, Polars...salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

Présents aussi, les "livres des sensations" avec les guides de cuisine, les ouvrages érotiques ( le vaudois Humus) les livres d'Art.

salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

 

 

 

 

 

 

La "chef" épicée Manuella Magnin distribuait en direct ses petits plats et ses conseils autour d'une cuisine aménagée : Hum! On goûte.Succès.

La graphiste Agathe  Altwegg. Le romancier-avocat Dieudonné Nkounkou...

Lirekit et sa nouvelle idée technologique...

Editions Encrages chères à Michel Butor, le militant du Livre Artiste ...

Autant de découvertes déambulatoires ! Petits éditeurs, éditeurs passionnés, voire militants de la littérature ( je pense à Bernard Campiche, Orbe) grands mastodontes (Gallimard, Seuil) Eric Caboussat de Cabedita, Penthes, Xavier Casile pour Good Heidi...

Le  très officiel Service Fédéral de la Statistique, les éditeurs franc-comtois, les Editions universitaires de Lausanne, Genève, Besançon, les Femmes, L'Hebdo, lespetitsplatons, ces philosophes de  9 à 99 ans: tout visiteur est pratiquement certain de découvrir son bonheur imprimé !

 Ce jeudi 2 mai : débat très intéressant sur le stand de la SSR autour  de Radio Bonheur, média à vocation humanitaire  et son positionnement vis à vis du terrain, des ONG.salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

Quelles articulations? Quel retour d'info aux donateurs? Comment ne pas être instrumentalisé par les ONG politiques ?

 J'ai bien sûr acheté un livre dédicacé. La signature importe peu. La rencontre, elle, énormément !

Moment partagé avec Franck Bridel, ancien rédacteur de chef de la Gazette de Lausanne, corrrespondant de TDG. Une  mémoire de la Presse Romande et..parisienne: il était correspondant à Paris en 1952 et suivait les hommes politiques de l'époque dont certains pouvaient se nommer... de Gaulle.

Le  titre de son dernier essai est plus que significatif : " Ne tirez pas sur les journalistes" aux Editions Slatkine. Genève.

                                                                                          Sylvie Neidinger

 27ème salon du livre et de la Presse. Genève Palexpo. Du 1er au 5 mai 2013salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexposalon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexposalon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexposalon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

 salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

 

salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

 

29/04/2013

WECF à la Une lors de l’inauguration de la Cité de la Solidarité Internationale

 Women in Europe for a Common Future (ONU) fut  sans le vouloir la vedette en ce jour wecf france,onu,cité de la solidarité internationale,ong,charles beerd’inauguration des nouveaux locaux de la Cité de la Solidarité Internationale sis à Annemasse au 13, avenue Zola (rappel : 16/04/13)

 Les femmes étant pragmatiques et concrètes, le  gâteau n'a pas été oublié,  illuminé de ses cinq bougies !

 Raout pas si ordinaire... vue la nature extrêmement institutionnelle des personnalités politiques qui se sont déplacées : Charles Beer, Président du Conseil d’Etat de Genève, Sally Fegan-Wyles (Unitar, Nations Unies) l’Ambassadeur français à l’ONU Génève, Nicolas Niemtchinow, Sylvie Gillet de Thorey du Conseil Régional Rhône-Alpes,  G.F.Leclerc, Préfet de Haute-Savoie, Georges Deléaval et  Christian Dupessey, d’Annemasse Agglo entre autres.

wecf france,onu,cité de la solidarité internationale,ong,charles beer WECF France  par sa présidente Anne Barre était en fait la véritable  puissance invitante.

Normal: elle fut pionnière en s'installant côté France,en 2008. C'est à dire côté législation  européenne. Ensuite rejointe par d’autres ONG.

 LA VOIX DES FEMMES POUR UNE TRANSITION ECOLOGIQUE

 Appel : WECF, ce  réseau de 150 organisations féminines environnementales est toujours en recrutement de bénévoles !

Ses Pôles d’action : eau+assainissement, énergie+climat, agriculture+biodiversité, santé+environnement, droits+genre.

 Femmes et hommes politiques de premier plan ont donc tenu à inaugurer la Cité de la Solidarité Internationale, signe de l'importance des enjeux.wecf france,onu,annemasse,grand genevecité de la solidarité internationale,ong,charles beer

Et l’air ce jour là, à Annemasse, à quelques mètres de l’arrivée du futur CEVA ( 20 mn de Cornavin prévus en 2014) respirait le Grand Genève, cet indéfinissable consensus franco-suisse qui regarde l'avenir dans le même sens.

 Ce nouvel "esprit de Genève" qui intègre  les données cantonales, municipales  régionales, internationales.

La dualité franco-suisse promeut les ONG genevoises dans le monde désormais   sous deux versants : le côté suisse et le  français.

(L'atmosphère  ne sentait pas les miasmes du célèbre "Robert le frontalier" !)

 Les responsables présents ont évoqué à la tribune, chacun à son tour, la place grandissante que les ONG civiles vont prendre à l’avenir dans la gouvernance mondiale.

 Ils appellent de leurs vœux la plus grande intégration entre la place internationale de Genève et son arrière base hexagonale aux portes de la ville.

 Le discours de Charles Beer évoquait la bonne « articulation » entre les territoires. Il usitait du  terme de « trait d’union » . Union de deux diplomaties, au sens où l’union fait la force, 1+1=3.

 wecf france,onu,annemasse,grand genevecité de la solidarité internationale,ong,charles beerPour revenir aux actions de WECF, rappelons que le 25 avril dernier était célébré « Equal Pay Day »

OUI. Encore  en 2013, les femmes gagnent moins que les hommes à travail égal. Un pourcentage allant quelquefois au-delà d’I/3.

Du travail en perspective pour changer les mentalités.

Courage, Anne et son équipe évidemment ...masculino –féminine !

                                               Sylvie Neidinger

                                                                                       

19/04/2013

Le vieux parler genevois sur Gallica

Intéressés par l'ancien dialecte génevois ? Je vous signale un ouvrage de 1827 en libre lecture sur le site numérique Gallica de la BNF.               

Autres articles liés au thème:

Mais que reste-il du patois genevois ? TDG  rédigé en 2009

Hymne de l'Escalade. En dialecte, variété du franco-provençal. Document issu de l'Université Laval (Que) Canada.

Ite Missa  est. La messe est dite pour le genevois qui a disparu comme langue vivnate.  Il semblerait à  lire les Québecois que leur parler comptemporain garde encore  des traces de locutions du dialecte genevois !
                                                                                        Sylvie Neidinger


vieux parler genevois,bnf,gallica

17:00 Publié dans A-Genève-Histoire générale, A-GeneVie, A-Helvetia | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : vieux parler genevois, bnf, québecois, gallica | |  Facebook | | | |

14/04/2013

Street Art n°6. Street Park, Genève: modèle théorique!

 Lieu: Genève face au Stade Servette/centre commercial La Praille.  Dénomination: Street Park. Expression: plurielle. Catégorie: modèle "théorique"...parfait !

Rubrique Street Art, du blog Neidinger.

geneve,servette,praille,street park,street art
Dans Street Art, il y a Street, la rue..... RUE.













Pourquoi devant le stade Servette/centre Praille (Genève) le Street Park peut-il être qualifié de "modèle théorique"?

P1060718.JPGParce qu'il  il a fallu pas moins de 8 voies routières pour donner structure à cet espace !

Deux double-voies "en plafond" ( autoroute d'accès au Quartier Praille) et un  double-voies de chaque côté.

Espace enchassé, construit par tous ces accès routiers.

Les graphs de cet univers dédié aux sports urbains sont plaqués  sur les PILIERS qui supportent  structurellement  la 4 voies.geneve,servette,praille,street park,street art

P1060724.JPGAucun graph ne ressemble à l'autre. Expressions plurielles, artistes divers.


P1080036.JPG

Sur un pilier : une expression personnelle  révoltée.


De celui qui, taguant illégalementent,  se voit infliger des travaux d'intérêt général. Il rédige autour du drapeau suisse:"pour avoir fait un peu trop à fond 3 mois de peinture illégal petit séjour à chandollon et travail d'intérêt général"*

Ce qui pose le problème du Street Art, qui s'immisce dans les interstices fonctionnels urbains - ici un drôle d'espace  difficilement aménageable.

  Interstices également entre légalité et illégalité.

Visiblement au Street Park, pas  de problème d'autorisation, c'est ok ! 

                                     Sylvie Neidinger

Champ-Dollon= prison.Le grapheur qui s'exprime a dû y aller fort ....


P1080041.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1080023.JPG 

 

 

 

 

 P1080015.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 P1060726.JPG

P1060729.JPG

 

P1060720.JPG

P1060719.JPG

 

P1060721.JPG

P1060730.JPG

P1060727.JPG

04/04/2013

Bérézina: vidéo de la reconstitution en Gruyère par les Cent-Suisses

Ils sont toujours 100 !

En mémoire, ils ont participé à la reconstitution historique de la bataille de la Bérézina le 25 novembre 2012 à Villars-sous-mont (château de Gruyère). 

Voir video de 20 minutes publiée par le Cercle des Cent-Suisses, l'organisateur,  VIDEO ICI

 Cette  institution est  déclarée "d'utilité publique cantonale et fédérale". Basée à Genève, elle  se propose de perpétuer l'histoire et la culture suisse. gruyère,berezina,villars-sous-mont,commémoration,cercle cent-suisses

100 ? Voir la chronique sur leur site

"Les Cent-Suisses ont été créé en 1481. La "Compagnie des Cent Hommes de guerre Suisses de la garde" fut la première troupe permanente de suisses engagés au service du Roi de France. Sous le nom de "Cent-Suisses", elle survécut jusqu'à la révolution. Parallèlement fut fondé en 1616 le régiment des Gardes-Suisses puis vers la fin du XVIIème siècle une dizaine d'autres régiments de même nationalité. Recrutés dans leurs cantons d'origine par des officiers suisses, ces soldats au service de l'étranger s'engagent pour 6 ans (...) à toutes les cérémonies de la monarchie, les Cent-Suisses assurait la "garde du dedans", intérieure au palais, le régiment des Gardes-Suisses celle du dehors."                                                                SN

                                                                                                      

31/03/2013

Niels Plotard au Ballet Junior de Genève en lumière "outdoor"

Niels Plotard est un artiste "en herbe" à suivre très sérieusement. Ce danseur de  talent a intégré le Ballet Junior de Genève. Où il est le benjamin car né en 1993.niels plotard,neidinger,danse outdoor,thl,ballet junior de geneve

Cette institution fondée en 1980 fonctionne comme tremplin entre apprentissage et vie professionnelle.

De jeunes danseurs viennent  de tous horizons -lui c'est la Rochelle- pour  se confronter à de nombreux chorégraphes installés. En réel.  Plusieurs spectacles sont produits  par saison.

Niels a la danse chevillée au corps puisque dès l'adolescence, il choisit pour lycée  une section spécialisée de sport-étude-danse. Puis le Conservatoire. Puis Genève.

Ce qui m'a attiré chez lui??? Une superbe photo corporelle  postée sur son Facebook: la plastique du danseur, l'originalité de la pose, la mise en scène de la photo outdoor réellement en plein champ ! Et les questions induites: danse écologique? Choix de la scène "nature" ? Quelle philosophie derrière ce choix ?

Il est bien le sujet de ce magnifique cliché  à la fois  comme danseur et quelquepart côté appareil: le jeune homme  est issu d'une famille de photographes et de peintres.

Désolée du comparatif  exagéré. L'immense notoriété de ceux que je cite n'ayant rien à voir évidemment avec le danseur du Ballet Junior.

Mais on se trouve dans la même  logique d'un peintre (du type Renoir-Père) dont la captation de la lumière se transmet à son fils (Renoi) cinéaste.

Transmission intergénérationelle  par  une autre technique artistique plus novatrice, mieux adaptée à l'époque. Avec la famille de Niels Plotard, on en ajoute une couche ou plutôt un mouvement. De la peinture et de la photo, on passe à la danse. Avec une constante: la lumière!

Le jeune danseur en est pleinement conscient. Il le revendique.

Son manifeste publié sur Antigel:
"Niels Plotard est sensible à la lumière. Quoi de plus naturel pour le petit-fils et fils de photographes du côté paternel et de peintres du côté de sa maman? Elevé dans les coulisses de la scène nationale de la Coursive à la Rochelle où il a grandi, il assure qu'il aurait été éclairagiste s'il n'était pas tombé dans la passion pour la danse. Il joue sans infidélité de l'une et l'autre de ces passions pour montrer « ce que le spectateur ne voit pas à l'œil nu. » En l'occurrence, l'œil, ce sera le sien, qui filme les mouvements de Cédric Fadel Hattab, un danseur qu'il a choisi pour l'immense créativité développée dans le terreau du break. «Il invente des figures peu ou pas connues, passionnantes pour la captation de lumières et pour l'objectif que je vise: un focus sur le détail qui échappe. » Au duo avec Marico Koh choisie pour la contrastante fluidité de sa danse, les techniques lumineuses modifient le mouvement, leur perception et la temporalité de cette première pièce qui ne se révèle qu'à la fin, comme une image sur le papier du photographe."

Le danseur dit "junior" quitte déjà mentalement la scène pour la visualiser et l'éclairer. Comme un chorégraphe en devenir.

Artiste  en éclosion  à suivre sur Genève, avec plaisir!

                                                                            Sylvie Neidinger

 THL Théatre des Halles/ Ballet junior de Genève web

niels plotard,neidinger,thl,ballet junior de geneveNiels Plotard Work, Genève



 

 

                                            Rubrique Danse

08:09 Publié dans A-GeneVie, Art-Danse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : niels plotard, superbephoto, neidinger, danse outdoor, thl, ballet junior de geneve | |  Facebook | | | |

12/03/2013

Corto Maltese refuse de quitter Genève !

Heureux comme un coq en pâte, il prolonge son escale genevoise.

P1070363.JPG

En vigie du haut du Château de Penthes, Corto Maltese surveille  la navigation lémanique du coin de l'oeil...

Tout en gratifiant le visiteur de ses larges sourires.

 L'exposition temporaire "Le marin et le photographe" est visible jusqu'au 10 avril à Pregny.

On sentait lors de  l'inauguration en juin dernier  par la satisfaction générale partagée  ce jour là -dont celle du photographe suisse  Marco d'Anna !-  combien l'association de l'univers de la BD avec les collections anciennes du  Musée des Suisses allaient  "bien fonctionner "ensemble.

 

Article du 28 juin 2012:  Marco d'Anna en escale à Penthes avec Corto Maltese.

Un visiteur remarquait sur place  combien l'image du Musée des Suisses dans le monde se trouve dynamisée, dépoussiérée par cette heureuse association.

210620123524.jpgOn peut répondre que les deux partenaires y trouvent leur compte ! Voire les trois avec le photographe tessinois !

Le célèbre navigateur sorti de l'imaginaire d'Hugo Pratt est reçu dans un écrin qui suffit à son élégance et sa distinction naturelle de vieux bourlingueur un peu aristo sur les bords. Très militaire dans son look, finalement,  boucle d'oreille de pirate en prime.

Là réside le secret d'une communication  croisée entre univers a priori éloignés.

Il ne s'agit pas d'un co-branding de circonstance. 

Le vénitien finalement maltais a sillonné toutes les mers du monde.

Il tient toute sa place dans la maison des Suisses du Monde !

De plus, Hugo Pratt  a choisi Grandvaux comme dernière demeure...  à quelques encablures de Penthes, même rive, en pays vaudois.

Pratt le vénitien adorait la Suisse*...Qui le lui rend bien !       

                                                                                                                                                Sylvie Neidinger

*Cf sa magnifique série cantonale dite " les Helvétiques", 26 planches  visibles au Musée.


Crédit images: photo Neidinger

07/03/2013

Bénédict de Tscharner: infolio sur Ulrich Ochsenbein

La Fondation pour l'histoire des Suisses dans le monde vient de changer de direction, début mars. L'Ambassadeur Imhoof va poursuivre l'action de son prédécesseur, l'Ambassadeur Bénédict de Tscharner qui lui, quitte en beauté ..intellectuelle.benedict de tscharner,etat de genève,schoop,holenstein,nidau,ulrich ochsenbein,musée de penthes,musée des suisses dans le monde

Il ajoute encore une petite pierre  à l'édifice de l'Histoire suisse. Car, en prenant ses fonction dès  2005, il avait initié, avec sa monographie  sur Johann Konrad Kern  une activité pédagogique  d 'éclairage du grand  public autour de thématiques historiques helvétiques.

Bénédict de Tscharner mettait alors à disposition du public romand la synthèse d' un ouvrage déjà épuisé de l'historien Albert Schoop rédigé en dialecte thurgovien.

Jeudi dernier, il présentait devant les  Amis de Penthes et autres invités dont le Cercle Général Dufour, des éditeurs, des  passionnés d'histoire.... le dernier-né de la série infolio sur Ochsenbein, brillant juriste, homme d'Etat bernois, père de la Constitution fédérale de 1848.

En suivant la même logique: celle de la mise à disposition d'un ouvrage uniquement disponible en langue allemande. Ce livre se fonde sur la biographie de Rolf Holenstein  (Ochesenbein, Erfinder der modernen Schweiz  publié chez Echtzeit Verlag. Bâle 2009)

La ville de Nidau qui a participé à la publication était également représentée lors de la  soirée.

A savoir.Les Editions de Penthes déclinent en livre de poche la collection infolio qui valorise les Suisses célèbres: Gallatin, Motta jusqu'au professeur de.... Lénine Jacques -Alexis Lambert etc. Le château et son magnifique parc, propriété de l'Etat de Genève accueille un Centre de ressources documentaires...qui laisse présager la parution de futures études helvétiques !

benedict de tscharner,etat de genève,schoop,holenstein,nidau,ulrich ochsenbein,musée de penthes,musée des suisses dans le mondeLa discussion qui a suivi fut des plus passionnantes : Ochsenbein fut même comparé à un Bismarck ...dans ses aspects positifs de celui qui "fait bouger" les lignes...

Un auditeur eut cette conclusion à propos de la Guerre de Sonderbung "Nous en Suisse, on se bat mais au final, on se retrouve autour d'une issue qui évite le pire. Dans la même situation, les français se seraient massacrés"      100% vrai!

Le plus mémorable   lors de cette soirée du 26 février à Penthes fut de réunir des passionnés, souvent fins  spécialistes  de l'histoire helvète qui n'ont en fait qu'une idée : mieux comprendre le présent voire le futur de la démocratie suisse!

( nota. Mon carnet de notes de cette soirée regorge d'éléments si intéressants qu'ils pourraient faire l'objet spécifiquement  d'un éventuel article sur justement la démocratie suisse.)

En réalité,   le Président ne quitte pas du tout les lieux. Il est un peu chez lui à Pregny. Définitivement. Car le Musée historique regorge de souvenirs du ...Régiment Bernois de Tscharner!

                                                                                       Sylvie Neidinger

 

 Bénédict de Tscharner, auteur de plusieurs ouvrages sur la diplomatie dont un - épais- sur son expérience d'Ambassadeur à Paris. Né à Trub (Berne) en 1937, il est docteur en droit, ancien Ambassadeur à Bruxelles UE, Vienne OSCE, Paris

benedict de tscharner,etat de genève,schoop,holenstein,nidau,ulrich ochsenbein,musée de penthes,musée des suisses dans le monde

Editions  de Penthes



Cercle Dufour

 

 Ulrich Ochsenbein (1811-1890) homme d'Etat suisse général en France. Bénédict de Tscharner. infolio.ISBN978-2-88474-674-8

 

 

25/02/2013

Wanted, frontalier

Un individu de sexe masculin à l'air visiblement idiot est activement recherché par un Service Officiel genevois pour fainéantise -congénitale ? 

Il serait chômeur et probablement français. Deux tares. On connait son nom : Robert

Article Tribune de Genève du 23/02/2012oce.GIF

OCE : Office cantonal de l'emploi

 

 

Malaise...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

etat de geneve,tdg,oce,français,chomeur,caricature frontalier

   Sylvie Neidinger

 

 Sondage = capture d'écran TDG Presse le 25/02/13 à 18h30

08:22 Publié dans A-GeneVie, A-Saute-frontière | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : etat de geneve, tdg, oce, français, chomeur, caricature frontalier | |  Facebook | | | |

15/02/2013

Street Art N°4. Eco-quartier, Jonction. Genève

Rubrique Graph'Urbain.

Rue des Gazomètres, Boulevard Saint Georges,  Genève.  

Catégorie: "urbanisme en mutation" Lié à Chantier en cours. Mention sur site :  "écoquartier"par lettres découpées, positionnnées en hauteur. C'est la dénomination très officielle du  futur... Eco-quartier.P1060518.JPG

Support: provisoire, sur   palissade de chantier. Pas de datation.  street art,rue des gazomètres,neidinger,bd saint georges,genève

P1060520.JPG


 




la signalétique de chantier et les panneaux de signalisation (interdiction de stationner) sont intégrés  à la fresque naïve

 P1060526.JPG

L'envers des palissades..


Plusieurs expressions : du naif enfantin au style bédéiste...P1060549.JPGP1060541.JPG

P1060562.JPG

 

P1060538.JPG

 

P1060530.JPG

street art,rue des gazomètres,jonction,écoquartier,neidinger,bd saint georges,genève

 

P1060546.JPG

 

P1060548.JPG


05/02/2013

David Douglas Duncan à mon bras gauche: Vietnam, Vietnam!

 Dieu, que le hasard du destin est puissant !!

 En choisissant de visiter  l’expo « Picasso à l’œuvre dans l’objectif de David Douglas Duncan » ce vendredi 1er février à Genève (vite avant la clôture définitive du 3/02) j’avais sans le savoir, choisi de visiter le Musée d’art et d’histoire…en même temps que le célèbre photographe.

P1060944.JPGdavid douglas duncan,picasso,musée des art et de l"histoire,geneve,marines us,neidingerUne inconnue dont le sourire illuminait encore son visage me dit spontanément en me croisant «Duncan est dans les locaux. Il a été applaudi à la cafèt  !»

Je refais vite  un tour de piste muséal : trop tard à 5 mn près. Envolé, l'oiseau…Dommage.

Sa présence à l'intérieur de l’expo fut certainement   du pur bonheur intellectuel pour ceux qui eurent la chance de l'accompagner. En effet, elle court-circuitait le Temps.

Dans les années 50 (1956 exactement) il avait  photographié Picasso en acte de création des Baigneurs  à la Garoupe -entre autres -dans la première « maison » de ce tableau, la villa California à Cannes.

Duncan se  retrouvait ce vendredi 1er février 2013 face à la même peinture hébergée  dans son actuel foyer: le Musée genevois où l'oeuvre est entrée par donation de Paloma.

Face à  ses propres clichés. Des souvenirs pour lui. De l'Histoire de l'Art pour nous.

Enchevêtrement de temporalités.

La présence du photographe a certainement rendu sa visite  carrément ethnologique pour ceux l'accompagnant. Dommage d’avoir raté cela.

 IMMENSE FORCE DE LA DOUCEUR DE DUNCAN

 Quelle ne fut pas ma surprise, en sortant de le voir. Lui. Oui.  Accolé au mur d’accueil, à droite, direction sortie.Seul. Un mur bienvenu pour le soutenir  du haut de ses 97 ans  portés par deux béquilles.

Je lui demande l’autorisation de le photographier. Il accepte.

C’est tout naturellement que je lui tends mon bras  pour descendre le long escalier  en direction de son taxi.

Fort heureusement, les marches du Musée genevois sont nombreuses...

Très rapidement, je lui dis être impressionnée d’avoir à mon bras – côté gauche, côté cœur -une légende du siècle !

Il fait une pause et me regarde très directement en toute simplicité, en toute bonté presque  amicale, déjà.

Il me répond : « VIETNAM, VIETNAM » Pas de référence spontanée à Picasso.

Je continue alors «  le monde est toujours en guerre malheureusement. L’amour n’a pas prévalu » On se comprend. Il sourit.

Il était alors inutile de casser ce moment magique par une parole supplémentaire. La question que je comptais lui poser à savoir «  Picasso était-il un ami difficile ? »  devenant parfaitement superflue.

D’autant que la réponse est largement prévisible :

1) Ami avec  Picasso, il était impossible qu’il le critiquât car on ne critique pas un ami !

2)  Picasso était évidemment un ami, un mari, un père, un amant …très difficile. Sans aucun doute.

3) Mais l’épaisseur humaine de Duncan fut si forte qu’il a réussi à apprivoiser le Minotaure au point de le photographier jusque dans sa baignoire...

P1060940.JPG

 Arrivés sur le parvis, il me vient un geste maternel. Filial serait plus exact. J’enferme sa main entre mes paumes, à plusieurs reprises. Emotion.

Non je ne cherchais pas à capter une quelconque aura du type «  cette main que je tiens, a salué Picasso » Cela eut été parfaitement mégalo.  Et inexact. Car elle   n’appartient qu’à lui !

 La main enserrée était en fait celle qui a ...porté le boîtier de l'appareil photo et dont l’index a appuyé des centaines de fois  sur le déclic : reporter de guerre, aristocrate du métier ! Grand témoin de l’enfer rendu sous forme  humaine sur terre…

 David Douglas Duncan monte doucement dans son taxi. Omission de prendre l’ultime photo d’une scène intéressante: le taxi et le Musée dont les escaliers devenus  plus célèbres pour moi que ceux de Cannes !

 Une  fois le photographe  parti, je reste  sur place à réfléchir. VIETNAM, VIETNAM tourne en boucle.

 DUNCAN ET PICASSO, DEUX ETRES UNIS PAR CE QU’ILS DETESTAIENT : LA GUERRE

Bien évidemment, les deux compères, monstres du XXème siècle étaient amis au point que Duncan a publié plusieurs ouvrages en mémoire de Picasso.

Ces deux célébrités forment-elles un" couple"? Non !Ce terme intéressant pour la notion de complémentarité ne convient pas ici car  il évoque un masculin et un féminin qui n'a pas lieu d'être les concernant.

La terminologie  que je choisis au final appartient au vocabulaire de l’archéologie: des PAREDRES!

A y réfléchir, une parfaite "opposition symétrique  complémentaire" unit les deux artistes-témoins, quelque peu Janus et démiurges. Parfaits "alter ego".

Du structuralisme pur:

* Picasso créé dans un univers interne  protégé, entouré d’enfants, de femmes et d’amis. Atelier photographié, grand capharnaüm débordant de toutes oeuvres posées jusqu'au sol.

Duncan créé en externe, en ambiance hostile, en se mettant en danger dans les pays les plus lointains.

*Picasso extirpe l'acte  créatif  de sa main, de son intérieur, de sa vue, de sa mémoire, de sa sensibilité. Il peut recommencer la même courbe un jour et le lendemain.

Duncan, s’il rate un cliché,   ne peut le recommencer car le monde vit et ne l’attend  pas.

*Picasso agit avec   la matière, la couleur.

Duncan finalise sur papier glacé.

*Picasso est un démiurge du temps. En dessinant un visage à la fois de face et de profil, il intègre deux temporalités.

Duncan capte le monde au centième de seconde d’ouverture et d'obturation de son objectif.

                                                              **

Complémentarités opposées : ils sont , en fait, les deux faces d'une même  feuille... plate. La feuille, support d'information visuelle autour d'une thématique majeure: le PACIFISME.

*Picasso fit entrer la  3 D sur un espace plat (cubisme, Demoiselles d’Avignon) Le peintre réussit à faire cohabiter deux plans abstraits sur une même toile.

Les photos présentées à  l'expo  de Genève sur "Picasso créant" montraient d'ailleurs combien l'artiste aimait à fabriquer des sculptures, en réel   au préalable du rendu plat  dans son processus créatif :femmes aux bras écartés par exemple, de tous matériaux, cartons, fer.

3D  pour mieux  coucher leur représentation sur une toile plate comme finalité qui l'intéresse.

*Duncan, lui, photographie le monde par définition en volume et le présente sur la feuille-cliché.

DEUX PAREDRES UNIS PAR UN PACIFISME SINCERE

Finalement, voici le moteur majeur de leur acte créatif. Chacun de ces Géants du Siècle avec le choix de ses propres armes....son art propre,  la photo ou le graphisme a exprimé   la même exécration  vitale de la guerre.david douglas duncan,picasso,musée des art et de l"histoire,geneve,marines us,neidinger

Duncan s’introduit chez Picasso en 1956. Cinq ans avant, en 1951, il avait publié « This is war » livre de dénonciation dont les bénéfices sont donnés aux veuves et orphelins des Marines US.

Né en 1916, au cœur de la première guerre mondiale,  reporter de guerre pour l’armée US, devenu reporter pour Life, Duncan sera un témoin de la seconde guerre mondiale, de  la guerre de Corée puis de celle du  Vietnam. Et du moyen-orient.

Picasso lui,  peint Guernica en 1937, de colère et de rage face aux bombardements qui  tuent les innocents. Il conçoit  sa Colombe de la Paix en 1949  à l'occasion de son adhésion au Conseil Mondial de la Paix. Il reçoit à ce titre un prix international de la paix.

Le message des deux  parèdres, Picasso et Duncan, profondément anti-guerre  n’ a pas encore été entendu. Ni appliqué.

Mais il est toujours là pour ceux qui savent écouter, en avertissement lancinant prononcé de la voix la plus douce : Vietnam ! Vietnam!

                                                          Sylvie Neidinger

 

Souscription publique pour les clichés originaux de Picasso en action

Musée d'art et d'histoire de Genève,

Crédit images photo de D DDuncan:  ©Neidinger autres=captures d'écran (dont exhibition. University of Texas Austin)

 

 

 

02/02/2013

NOTA BENE, l'expo Rousseau prolongée jusqu'au 29 juin

expo nota bene,jean jacques,neidinger,tante suzonrousseau,geneve,françois jacobNOTEZ BIEN. L'information non encore officielle a été donnée de source sûre. La Bibliothèque de Genève acceuille la prolongation de Nota Bene jusque fin juin.

François Jacob, commissaire de l'expo consacrée aux liens entre  Rousseau et la musique a transmis cette nouvelle à l'occasion de sa "midi-conférence" de vendredi dernier, 1er février, à la Maison de Rousseau- une conférence de presse suivra- Son intervention à la MRL  fut la quatrième sur cinq,  intitulée ce jour là  "Vingt ans de querelles".

Avec Nota Bene, les amateurs peuvent mieux resituer le contexte de l'époque grâce à cette approche multimédias par QRcodes (que le philosophe aurait adoré..).

Au delà des chants de " Tante Suzon ", douce voix qui initia le futur philosophe à la musique, cette expo décrivant  ses liens avec l'univers du son était plus que nécessaire. Elle est maintenant prolongée !

L'encyclopédiste évidemment avait  mis son grain de sel en inventant un nouveau sytème de notation. Normal: il vivait -aussi- de la copie musicale. Ce pragmatique a voulu simplifier le système ! C'était bien le mininum à attendre de l'Esprit universaliste...

Bien entendu, Rousseau a également participé aux Querelles(des Bouffons) de son temps entre les partisans de la musique française et de l'italienne. Cf.Sa "Lettre sur la musique française"de 1753.

 NOTA BENE est, comme on l'a dit d'expression  multimedias: textes , images, musiques...

Voire bien au delà. !!!

Je veux parler du média...François Jacob  ! expo nota bene,jean jacques,neidinger,tante suzonrousseau,geneve,françois jacob Car cet érudit (lire) Directeur de l'Institut Voltaire, donne des conférences associées - qui éclairent des aspects particuliers du Rousseau musical...

Gluck était cité ce vendredi. Nota Bene présente  effectivement l'ouvrage Armide, objet de la contreverse, en vitrine...

Point et contrepoint. Notes qui se répondent. Pour une partition harmonieuse car coordonnée.

 

 Sylvie Neidingerexpo nota bene,jean jacques,neidinger,tante suzonrousseau,geneve,françois jacob

www.rousseau-notabene.ch

www.ville-ge.ch/bge

www.m-r-l.ch

 

 

31/01/2013

La Fabrique de l'intime

 L’ouvrage publié en ce mois de janvier  chez Robert Laffont  par l’universitaire Catriona Seth tient du féminisme de bon aloi : il donne à lire les textes de douze dames   nées entre 1675 et 1777.

 Le livre évoque  des femmes,  chères  bavardes…

 Pas  celles évoquées dans la maxime  «  derrière le grand homme cherchez la femme » cet être  pygmalion caché derrière  le masculin . Caché où ?  Dans l’alcôve   évidemment…comme épouse ou maîtresse.

 Sous- titré «  Mémoires et journaux de femmes du XVIIIème »  le corpus ici  réuni présente le grand intérêt d’avoir donné la parole  à quelques unes de  classes sociales et nationalités  différentes.fbrique intime 001.jpg

Celles qui ont aimé   lire, écrire, tenir un salon littéraire ou simplement fréquenter un « cabinet de lecture » cette première bibliothèque.

Qui en fait, ont utilisé  leur « temps de cerveau disponible » à produire-chose insensée pour les écervelées du deuxième sexe !- du sens.

 Aristocrates telles Isabelle de Bourbon-Parme, femmes du peuple comme  Victoire Monnard petite employée sous la révolution ou actrices telle  Mistriss Robinson qualifiée de « plus belle femme de son époque » 

Toutes écrivains de talent.

LA SUISSE EN FORCE DANS CE LIVRE

L’Helvétie est citée à multiples reprises évidemment par l' entrée- clef du Siècle des Lumières : Rousseau que ces dames se plaisent à lire ou critiquer.

Mais aussi les Necker ces  protestants lémaniques  qui font  carrière  à Paris dans la finance  ou ...oeuvre littéraire côté femme: la mère et  la fille -unique.

Louise-Suzanne  Curchod, fille d’un pasteur vaudois et de son épouse huguenote «très  instruite , élégante et jolie la jeune femme fait les délices de la bonne société lausannoise » (p255) Devenue   Necker, elle va tenir l’un des salons parisiens les plus courus.

Sa fille Anne-Louise Germaine Necker,  baronne de Staël-Holstein, publie, elle, « Mon journal » non sans raillerie de la part de son banquier de Papa lequel  la qualifie de « Monsieur de Saint-Ecritoire » ! Drôle de masculin…

Un auteur présenté par  Catriona Seth intéresse particulièrement: la versaillaise Aimée Guichelin, fille de gens modeste exceptionnellement précoce (poête)

Un aristocrate suisse, M Steck (p 994) éperdu d'amour fera tout pour épouser en 1797 celle qui, socialement si lointaine devient  la femme de sa vie.

Les écrits de Aimée  Guichelin-Steck interpellent par la modernité des thématiques abordées. Comme rédiger combien  en tant que femme il est difficile  d' écrire et d'assumer toutes les tâches !

A l'époque, déjà...

 "Berne 24 février 1799. Depuis que j’ai écrit les pages précédentes, quelques évènements de ma vie ont eu lieu Une petite révolution politique  nous a rendus à nos foyers  et au bonheur, je suis devenue mère » Le gouvernement de la République helvétique pour lequel son mari est Secrétaire déménage en effet de  Aarbourg à Berne, chez eux.

Devenue veuve d’un mari aimé, elle  saura taire cette douleur. Elle doit travailler. Mais, grande âme, se refusera à rédiger de la poésie sur commande  « ce qui équivaudrait pour elle à se promener dans la rue en sous-vêtements » Parole...concrète. Opinion ferme.

Elle n’a pas consacré tout le temps nécessaire à sa compétence d’écrivain. Maîtrisant plusieurs langues dont excellemment l’allemand elle pratiqua la traduction sans que son nom n'apparaisse toujours.

La versaillaise devenue suissesse fera connaître Jean de Müller, Bonstetten, Boutewek...Elle deviendra de ce fait un « passeur de culture"

 Aimée Steck-Guichelin ne se donne en apparence d’autre destination qu’elle-même. C'est la définition des écrits intimes ! Or les conseils de cette Grande dame, ses observations sur le genre humain n’ont pas pris...  une ride.

                                                                          Sylvie Neidinger

 

 "La fabrique de l'intime" par Catriona Seth Robert Laffont Bouquins ISBN 9782221109717

Catriona Seth , spécialiste des idées au siècle des lumières offre un ouvrage documenté sur 1200 pages, avec index, bibliographie.seth.GIF

Elle est professeur de littérature française à l’Université de Lorraine (après Rouen)et professeur associé  au département d’histoire de l’Université Laval Québec      .   

 Complément de lecture suggéré:

-« Une singulière famille Jacques Necker, Suzanne Necker et Germaine de Stael », Paris, Fayard,1999 par Jean-Denis Bredin.

-Article "Les Réseaux franco-helvétiques de Mme Steck-Guichelin »Catriona Seth

-« Les Ecrivains suisses alémaniques et la culture francophone au XVIIIème siècle » actes du Colloque de Berne 24-26 novembre 2004, Genève, Slatkine 2008 p.371-380

30/01/2013

Sumo en lutte signalé rue de la Corraterie. Contre qui?

"Puissant". Massif pourrait-on dire. Comme un sumotori, un vrai. Surprise au détour d'une rue genevoise de croiser une telle masse musculaire humaine de plus de deux mètres !sumo

Street Art ??? Pas vraiment. Oui, l'oeuvre appartient bien  au domaine de l'Art. Oui, elle est localisée dans la" Street Corraterie". Oui, elle est exposée  d'une manière éphèmère. Trois critères majeurs du Street Art.

 En réalité, en s'approchant, on découvre la plaque de l'artiste Alexandra Gestin.véritable groupie de la thématique japonisante. Et adepte de l'hyper volume.sumo

Ce sumo albinos 3D  appartient bien  à l'univers des galeristes.

Mais en expo " total open space"

 

Renseignement pris, la galerie Bel Air Fine Art est invitée tout à fait officiellement à exposer régulièrement  sur le large trottoir  de sa devanture, au 7.sumo

Excellente idée car le promeneur s'offre une réelle  expérience de rencontre créative en tournant autour du  lutteur japonais de résine toute blanche et brillante.

Objet à physionomie humaine mais hors norme visité sous toutes ses coutures... Cuisses et fessiers bovins. Corps déformé. Comme les vrais sumotori. Ceux que dans la vraie vie personne n'a jamais rencontré.sumo

Mais qui est le challenger du terrifiant asiatique prêt à la bagarre rituelle  imminente ?

De quel passant  le lutteur japonais est-il en attente dans cette rue de la Corraterie? Vous ou moi? ( je préfère d'ailleurs vous que moi )

Il est tapi. Prêt à bondir. A détendre son ressort. Inquiétant.

sumo

Au fait, le combat est inégal puisqu'en regardant bien, ce  Japonais traditionnel et naté  est déjà plaqué au sol, immobilisé à mort par des fers.

-Certes pour éviter le vol.

 Les voies  de Genève recèlent de bonne surprises.

Insolites et volumineuses. Sayonara.

                                                  Sylvie Neidinger

sumosumo

sumo

sumo

sumo