A-Saute-frontière - Page 3

  • Carrières Internationales du Grand Genève en bonnes rencontres

     Divonne-les-Bains (le 19 mars) et Archamps  le lendemain ( au Centre nommé "Porte Sud de Genève") accueillaient la semaine dernière des rencontres transfrontalières.P1120761.JPG

    Autour de l’emploi salarié mais aussi de  la création d’entreprise. Destination suisse.

    Organisées sous forme de colloque par Pôle Emploi Pôle Mobilités Internationales (en liaison avec les agences de St Ju et Divonne) les deux journées ont réuni des centaines de personnes autour de dizaines de conférences de grande qualité.

    Des intervenants de toutes spécialisations pour un  public  venu  s’informer des réalités helvétiques, de Vaud et de Genève.

    P1120762.JPGIl ne s’agissait pas d’une mise en contact directe avec les entreprises. Mais en quelque sorte d’infos très pointues, basées sur le réel de cette frontière.

    Car au-delà ne fonctionne pas comme en-deça !

    Une info, en amont des projets de vie individuels, entrepreneuriaux ou  salariés:  des conseils précis lesquels furent nombreux (des dizaines de thématiques) variés, pertinents.

      Ces réunions double –nationales étaient fort intéressantes à observer dans le contexte  post-votation anti-immigration du 9 février…

    Quelle tendance allait-elle se dégager: plutôt morose ou  esprit prospectif  ? Se morfondre ou regarder les lignes de crêtes?

     En fait, de ces rencontres se dégageait un véritable flux d’énergies !

    Les suisses qui se sont déplacés ne venaient pas  pour faire simple bonne figure.

    La dynamique d’une région économiquement active qui a besoin de toutes ses compétences de quelque bord de la frontière que ce soit, était sensible.

    On ne pourra citer tous les professionnels...

    grand geneve,carrières internationales,divonne,archamps Bien évidemment, les grands acteurs du secteur franco-suisse étaient à leur poste: Romain Duriez de la CFSCI (Chambre France-Suisse pour le Commerce International) et ses recommandations pour réussir son projet entrepreneurial (à propos leur logo intégré est très intéressant !) également  la Cité des métiers de Genève, le GTE, la CCI d'Annecy…


                               RESEAUTER ET ENCORE RESEAUTER!


    Ces deux journées furent en fait,  du réseautage à grande échelle !

    Avocats, conseils pour des thématiques variées.

    Un exemple: comment devenir...socialement désirable.

    De la réflexion sur l'image personnelle  numérique avec  l’usage des réseaux sociaux pour le "personnal branding"par Marie Marthe Joly (expression-coaching.com) à Divonne. Idem  par Alain Chalouhi à Archamps représentant la Swiss Entrepreneur Association...

    Aux remarques pertinentes sur l'image de soi renvoyée, les dress-codes, avec  Myriam Hoffmann (Première Impression) 

    Les  présentations juridiques de la législation du travail par  Maître Rousselle-Ruffieux du cabinet genevois BCCC spécialisé en droit des affaires etc. Chacun puisait suivant ses besoins !

    grand geneve,carrières internationales,divonne,archampsRudolf Klaus (rkls.ch) sur ce thème « réussir en Suisse : la bonne attitude » distilla de  précieuses remarques. Ce spécialiste du réseautage productif n’a pas hésité à transmettre son  vécu de suisse alémanique qui ne parlant pas un seul mot  français avait choisi de vivre en zone lémanique.grand geneve,carrières internationales,divonne,archamps

    Ce coach expérimenté n’hésita pas- en toute franchise, sans langue de bois- à dénoncer le résultat de la votation du 9 février  "mauvaise pour l’économie", selon lui. (c'est direct, à son image)

    Comme un pays qui scie la branche sur laquelle il est assis: cf, son illustration de Frits Ahlefeldt projetée à l’écran !

     En fait à Divonne et Archamps, on a senti la branche des contacts professionnels  franco-suisses …plutôt solide !

                                                                 Sylvie Neidinger


     crédits images/Photos Neidinger +capture d'écran (logo CFSCI)

  • Geneva International Cooperation

    Genève est unique au monde par le nombre d'organisations internationales.

    L'Etat de Genève se dote dès 2005 d'un BGI pour mieux coordonner ses interactions. Son délégué siège rue Fazy.

    Les missions: "La Genève internationale est un ensemble unique  d'organisations internationales, de missions permanentes, d'ONG et d'institutions académiques.Ce site fournit une information complète sur son actualité, son agenda, ses activités et ses acteurs clé. Il offre également des informations utiles sur les services à disposition des organisations internationales, des ONG, des missions permanentes et de leurs employés"

    Le Bureau de la Genève Internationale créé dans la foulée comme outil un site web nommé Geneva  International Cooperation.etat de geneve,geneve internationale,bgi

    A savoir les contenus des focus sont émis par une équipe rédactionnelle et ne reflètent pas obligatoirement des positions officielles.

    GIC est un angle nouveau pour aborder tout ce secteur dans une nouvelle visibilité informationnelle, à la croisée de tous ces fonctionnaires ou autres "dans leur coin", dans leurs spécialités...

    Le site vient ré-incarner la vague notion générale "d'institution internationale"avec le l'humain tel cet article de 2012 qui interviewait Madame Cécile Molinier, alors Directrice du Pnud  sur ce que concrètement elle comptait faire en été.

    Le fonctionnement du PNUD

    Qui est qui ? (le who's who) qui fait quoi, l'agenda etc...Autant d'intérêts pratiques.

    Une nouvelle manière d'informer autour d'une.... communauté de lecteurs ou contributeurs, celle de l'Univers genevois institutionnel international.

    Cette initiative d'un site web est fort heureuse pour le présent (créer du lien social) et le futur (annonce de programmes, d'évènements)

    Mais aussi pour le passé... en train de  se construire chaque jour !

    Explication. Un archiviste  de Genève me disait  combien certains viennent aux archives pour rechercher de la documentation sur un évènement passé de la Genève Internationale. Quelquefois déçus.Si l'évènement était lié à l'Etat de Genève, il a de  fortes chances d'être disponible. Mais s'il concernait un organisme international uniquement et si celui-ci avait omis de l'archiver de son côté, il semble bien difficile de le reconstituer. Infos perdues à jamais...

    Les sites webs ont le mérite de garder tout en mémoire.

    Mémoire toujours active, en  plus.

    Par Geneva International Cooperation, rien ne se perd et tout le microcosme pointu, précis de la GI en garde trace.

                                                Sylvie Neidinger

    etat de geneve,geneve internationale,bgi

    Crédits photos/capture d'écran/site web/Geneva International Coopération


  • ???????? Grand Genève, frontaliers: points d'interrogation en rafale.

    La presse suisse (Tribune et autres) était bien représentée au petit-déjeuner de la MED (Maison Economie et Développement)  jeudi dernier le 19 février  sur le thème  suivant:  "l'âge d'or du frontalier est-il derrière nous ?"

    Preuve d'une communauté d'intérêt.

    genève,frontaliers,genevois,michel charrat,claude deffaugt,votation anti-immigration,jean-françois bessonDes statisticiens de Rhône-Alpes ont fourni leurs données chiffrées: 70 000 frontaliers résidant en genevois français  génèrent une économie  "présencielle". 8 000  nouveaux actifs par an dans la zone venus de Suisse (pour se loger) ou de Rhône-Alpes principalement par mobilité interne. 1/4 de frontaliers sont des cadres titulaires de diplômes universitaires.20 % d'emplois induits par leur seule présence, en genevois....etc.genève,frontaliers,genevois,michel charrat,claude deffaugt,votation anti-immigration,jean-françois besson

    Michel Charrat, dans la salle  a tenu à relativiser l'intitulé du débat. L'âge d'or ?? Il en doute. Il  avait justement fondé le GTE (Groupement Transfrontalier Européen) face à l'immensité des problèmes de ces travailleurs pris en tenaille entre deux législations à l'époque.La seule période favorable selon lui fut justement celle qui s'ouvrait  avec la signature des accords bilatéraux au 1er juin 2002.  Pile celle que la votation Immigration historique du 9 février dernier remet en question.

    genève,frontaliers,genevois,michel charrat,claude deffaugt,votation anti-immigration,jean-françois bessonJean-François Besson, secrétaire général du groupement a refusé d'imaginer l'avenir, trop incertain: le présent lui suffit dans sa complexité ! Il a démontré, chiffres à l'appui, la baisse de revenus programmée chez les frontaliers autour du passage obligatoire en  CMU par le ministère de la santé et des modifications intervenues dans  la fiscalité suisse vis à vis du conjoint salarié en France. Sur le genevois, elle s'évalue à 210 millions d'euros au minimum, selon ses analyses pragmatiques. Un sérieux manque à gagner localement.

    genève,frontaliers,genevois,michel charrat,claude deffaugt,votation anti-immigration,jean-françois bessonOr,  ni l'économie ni les ménages n'aiment l'incertitude...

    Cette instabilité est partagée dans le Grand Genève avec les voisins suisses. A Archamps ce jeudi, il fut souligné que le canton de Genève avait bien refusé cette votation anti-immigration aux conséquences inédites incalculables?

    Dans la salle, Claude Deffaugt, ancien directeur de Migros France souligna combien, dans ce bassin de vie commun,"nous partageons les mêmes analyses mais les pressions viennent de l'extérieur"

    Tous conscients que Genève et genevois sont dans le même bateau....Face à une météo peu favorable. Brouillard épais et vents contraires se sont abattus sur l'économie grand-genevoise.

    A la fin de la présentation, l'écran a laissé place à des points d'interrogation.

    Jamais interrogation n'aura été signifiante à ce point....

                                                               Sylvie Neidinger


    Suite: le 6/03/14-Détente entre Paris et Berne : visite du Ministre Moscovici "en ami"Lire

  • Choc bilatéral à l'immigration

     Coup de tonnerre en Helvétie.

    Coup de canon à Genève, qui a voté "non" comme tous les cantons romands.

    Stupéfaction dans le Grand Genève.

    Le résultat de la votation du 9 février remet tout en question.

     La Suisse a certes rappelé  hier par une votation démocratique sa vieille tradition d’indépendance.

     Sauf que l’annonce du résultat assomme les milieux économiques, universitaires (ex:l'IPFL  reçoit aussi  des subventions de recherche européennes)  politiques (hors le parti gagnant UDC évidemment) .

    Et un peu tout le monde...

     Tremblement de terre. Tout est remis en cause.

    Quid des institutions binationales du Grand Genève?

     Le pays a-t-il agi comme un enfant gâté qui voulait tout sans contrainte?

     La Suisse vit au cœur de l’Union Européenne, première zone économique intégrée mondiale. Et commerce avec elle à hauteur de 56% .

    Une position privilégiée. Elle en veut désormais les avantages sans les contraintes.

     Il est bien évidemment fort improbable que les partenaires européens ne l’entendent de cette oreille.

                                      PAS DE DESOLIDARISATION

    Car la remise en cause d’un seul accord bilatéral sur un point désolidarise les autres. Avec cette clause curieusement nommée la "guillotine"...des bilatérales.

     L’Union Européenne est très sensible à toute  « désolidarisation »

    La Grande Bretagne de David Cameron se voit régulièrement opposer un ferme non à sa velléité de redéfinir les traités.

     Alors cette volonté intempestive de la Suisse- qui n’est  pas membre mais juste partenaire- de remettre en cause l'édifice bilatéral par la dénonciation unilatérale de l’accord de libre circulation des personnes risque de facto de  se voir opposer le refus par l'UE pour le  reste.

    La Suisse qui performait dans la course économique  vient-elle, toute seule, de se tirer une probable balle dans le pied ?

    Elle risque de repartir en boitillant. Car l’Union Européenne va respecter son  choix démocratique issu des urnes.

     VOTATION CONTRADICTOIRE ENTRE DIVERSES  VALEURS SUISSES

     Le résultat des urnes est visiblement  contradictoire car le pays  helvète, s’il adore sa farouche indépendance au point de trouver – par cette votation anti-immigration- tellement... importuns tous ces européens qui foulent son sol (immigration européenne majoritairement d’allemands, de français, d’italiens et de portuguais qui visiblement dérangent ! ) elle n’aime pas du tout mais alors pas du tout par ailleurs…..l’Incertitude.

     La Suisse, patrie de l’horlogerie, de ces instruments de la mesure hyper précis,  ne  laisse habituellement pas de place à l’imprévu.

    Or, elle vient de faire plonger son économie complète dans un scénario non écrit, non modélisé, qui bouleverse tout et dont les conséquences sont immenses…

    Bizarre. C'est n'est pas très très suisse que de se placer, sans filet de sécurité, dans une équation nouvelle à plusieurs inconnues!

    La Tribune de Genève, à juste titre, évoque  aujourd'hui la RUPTURE  sous un dessin de presse.

    La Suisse en total acte démocratique indépendant, de sa propre initiative a fait son choix . Avec une majorité à 0,3%...

    Il y a bien  un  avant et un après cette volonté d'autarcie...politico-économique au coeur de l'Europe ...géographique.

                                                                                  Sylvie Neidinger.

    udc,suisse,grand geneve,immigration,votation 9 février,accord bilatéraux

    Les suites :

    http://www.tdg.ch/geneve/france-voisine/ferney-associations-anticipent-delocalisation-entreprises-genevoises/

     

     

     

                                                                         


  • Grand Genève: Annemasse et St Ju basculeraient ?

    Il ne s'agit que de sondages.

    A quelques semaines des municipales 2014, le Monde publie une projection des supposées  villes qui pourraient basculer à droite:

    .lemonde.fr/municipales/article/2014/02/07/municipales-les-85-villes-que-la-droite-pourrait-gagner_

    Deux agglomérations - actuellement à gauche - du Grand Genève font partie de la liste: Annemasse et Saint-Ju.

    Pour l'arc frontalier plus large: Dole et Saint-Claude.grand geneve,frontalier,entente franco-suisse,suisse bashing,annemasse,saint julien en genevois

    Cette tendance  concerne   plus de 85 communes pour l'hexagone. Elle serait en partie liée  à un rejet de la politique  nationale.

    Dans le genevois, ce sondage traduit aussi   le rejet de la façon dont le local fut traité par le national...en l'occurrence la relation franco-suisse. (entre autre rejet global de la politique gouvernemental)

    Car le local y  a la particularité d'être international.

    Il n'est pas difficile de recueillir des témoignages de citoyens  choqués de la manière dont le gouvernement, depuis Paris a fait voler en éclat sans ménagement une certaine diplomatie de l'entente franco-suisse, de multiples façons ...

    Un mouvement radical  "bonnet rouge"a même émergé des problématiques frontalières.

    FRONTALIER ELECTEUR

    François Hollande  ayant déclaré être "l'ennemi de la finance" dans ses premiers jours de gouvernance très  idéologisés, il est certain que la place financière suisse avait tout pour  déplaire.

    S'ensuivit une sorte de suisse bashing que le ministre Cahuzac fut parmi les premiers à pratiquer en son temps...

     Les haut-savoyards eux, sont depuis toujours en interaction avec la Suisse  voisine.grand geneve,frontalier,entente franco-suisse,suisse bashing,annemasse,saint julien en genevois En liens très forts.  Cela va loin, avec quelquefois des doubles nationalités issues de mariages franco-suisses, au XIXème, XXème, XXIeme siècle.

    Sans même parler de liens familiaux, les  relations humaines de travail avec leurs collègues helvètes existent pour ceux qui traversent. Et une  reconnaissance certaine pour la Suisse qui emploie là où la France est en chômage maximal..

    Les hommes et femmes politiques du Grand Genève apprennent eux aussi à travailler ensemble.

    Aussi la surprise fut-elle grande dans le genevois  devant la dégradation  de la relation avec la  Suisse par un gouvernement très idéologisé dans sa phase I ( cf la guerre à la "finance") qui pour faire la "chasse aux riches" la stigmatisait violemment.

    La relation franco-suisse s'est progressivement...dégradée en quelques mois. Concrètement :

    Les   demandes d'entretien par  certaines autorités politiques helvètes étaient  accordées  à Paris avec fort retard....

    Helvétie,   pays frontalier, séculairement voisin,  francophone et concrètement pourvoyeur d'emplois par sa bonne santé économique. Là où la France détient un record de chômage.

    Etonnant suisse bashing car dans le même temps,  les troublants accords fiscaux privilégiés avec le  Qatar -donc avec une  famille régnante- sont maintenus par la France. Des accords bilatéraux  qui ont pour résultat de transformer  le pays en ...exception fiscale... pour le Qatar !!

    Les hommes politiques de la zone frontalière ont bien  lançé leur alerte à Paris sur la nécessité de prudence et nuance dans les relations avec le pays voisin. Sans être entendus.

    Des députés locaux ( M Blanc.)ont dit combien ils étaient souvent  mal vus à Paris  en mettant  l'accent sur cette nécessité de dialogue serein. Car regardés comme des lobbyistes  pour un pays étranger là où ils évoquent  un bassin économique international intégré type Grand Genève....

    ECONOMIE FRONTALIERE TOUCHEE DE PLEIN FOUET PAR.... LES MESURES  PRISES !

    Le gouvernement socialiste invente  unilatéralement une disposition de loi mal ficelée- pour ses conséquences-  en matière de succession qui  touche directement le bilatéral franco-suisse. Elle signifie que les héritiers vivant en   France d'une personne ayant des biens en Suisse (qui peut être également de nationalité suisse)  vont  intégrer dans la succession les-dits  biens existants en Suisse et les voir  fortement taxés (à 40 %  (de mémoire, chiffre  à vérifier)

    Colère chez les suisses du  genevois.

    Les conséquences de cette mesure se constatent immédiatement, les suisses n'achètent presque plus en France et remettent leur bien français à la vente. Le marché immobilier dans le 74 est en souffrance actuellement là où il  pétait le feu en 2012. Coupé par une décision administrative !

    En réaction à toute cette agitation  Berne modifiera les conditions de l'impôt à la source en intégrant   les revenus du le conjoint vivant hors Suisse. Ce qui est une modification majeure.

    ASSURANCE MALADIE: NON, LE FRONTALIER N'EST PAS UN SALARIE COMME LES AUTRES!

    Autre modification impactante:  l'assurance maladie revue  par le Ministère de la Santé, certes,  en raison de l'échéance légitime et totalement légale de  l'accord particulier bilatéral de 2002 à échéance en 2014.

    Mais avec là encore une présentation caricaturale des frontaliers.

    a- Les français qui travaillent en Suisse furent décrits comme des privilégiés (salaires importants)  qui ne voulaient pas contribuer à  l'effort national  de  la sécu "comme les autres salariés" puisque  passant souvent  par les assurances privées. Mais qui "profitaient"  tout de même de  la sécu si une maladie sérieuse se profilait, selon la description excessive.

    Les frontaliers furent  indignés par cette description  stigmatisante.

    Ces travailleurs sont  des contributeurs nets au PIB par  l'introduction en France de sommes gagnées ailleurs. Or, ils se voient autour de cette question de sécu  remettre en cause leur rapport à leur propre Etat (cf notion de ... profiteurs!!!!) Un Etat  qui par ailleurs accorde la sécu CMU ...gratuitement à tout migrant qui se présente à sa porte sans discuter.

    Le procès d'intention vis à vis des frontaliers "profiteurs de sécu" était totalement déplacé: " Ah bon, ce gouvernement  pose médiatiquement questions à  soigner ses propres citoyens fort contributeurs, les frontaliers  mais pas du tout à  n'importe quel entrant de quelques pays que ce soit????"

    Dans un deuxième temps, la  communication officielle sur le sujet fut revue  pour une phase de.... silence mais le  mal était fait...

    b )  Le comparatif du frontalier avec un salarié français par ce gouvernement est une erreur fondamentale  car cela n'a rien à voir.  Le frontalier vit dans un environnement  instable ( pour preuve aujourd'hui 9 février la  votation immigration qui modifie considérablement la donne)

    Quel salarié français voit son  salaire  dépendre du taux de change des monnaie qui varie chaque mois à la hausse comme à la baisse?

    Quel salarié français travaille dans un contexte juridique différent, dans un environnement souvent bilingue  ?  Paie ses impôts ailleurs lesquels sont calculés sur des modes différents et variables.

    Paris version I dans son superbe éloignement et sa façon de s'attaquer à la "finance" n'avait tout simplement  pas intégré que les zones  frontalières sont bénéficiaires économiquement  de la.... Suisse.

    En plus des compensations aux collectivités territoriales, l'apport des frontaliers fait tourner l'économie locale.

    Le frontalier a une famille, des amis, des voisins , des commerçants. Tous votent.

    Il est probable que les positions nationales du gouvernement version 1  sur la gestion du domaine franco-suisse expliquent  pour  partie ces projections de basculement de majorité à Annemasse et Saint Ju.

    Réponse avec les électeurs, en vrai.

                                                                               Sylvie Neidinger

     RESULTATS MUNICIPALES  : Le maire PS Christian Dupessey est reconduit. Le centriste Vielliard conquiert Staint-Julien-en-Genevois

     

     L'impact du frontalier sur les élections municipales :

    .lepoint.fr/municipales-2014/municipales-2014-pourquoi-le-ps-est-en-danger-08-02-2014-

     http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Municipales-en-France-le-frontalier-au-coeur-de-la-campagne/story/24189732

    Dernière minute: la Suisse modifie les conditions de l'immigration source de grandes mutations dont des renégociations  d'accords bilatéraux dont le frontalier sera impacté notamment pour sa retraite:

    portevoix.blog.tdg.ch/archive/2014/02/09/le-refus-d-appliquer-les-accords-bilateraux-un-grand-pas-dan-252811.html?c

    .20minutes.fr/monde/1294126-20140209-limitation-limmigration-coup-poker-suisse

    28/10/2014 : l'élection municipale de Annemasse est invalidée par le Tribunal de Grenoble: nouveau scrutin en vue

    http://www.tdg.ch/geneve/france-voisine/Municipales-a-Annemasse-l-election-est-annulee/story/11929946

     

  • 3 minutes chrono: FAMLAB, concours scientifique pour les 21-40 ans

    Appel à candidature pour le  concours international FameLab  avant le 28 février.

    Voir le monde sous un nouvel angle. Autour de  la passion des sciences en plus!

     Il est ouvert à tout public  français et  suisse, âgé de 21 à 40 ans.

    Hum ...tout public...un peu chercheur sur les bords tout de même!

    Passionnés, essayez !

    Surtout si vous pensez pouvoir expliquer un concept scientifique, mathématique ou d'ingéniérie en 3 minutes chrono suivant le règle des 3C :

                                    Contenu ,Clarté, Charisme.

    "Vous aurez 3 minutes maximum pour impressionner les juges. Les juges recherchent des présentations attirantes et stimulantes qui peuvent être comprises par un public adulte de non-spécialistes. Les accessoires sont autorisés mais vous n’aurez pas de temps d’installation ni le droit de vous faire assister. Les présentations PowerPoint ne sont pas acceptées. (Pour des exemples de présentations des précédents finalistes Famelab, allez faire un tour sur la chaine Youtube dédiée)."

    Une sélection régionale aura lieu à Cran-Gevrier, en Haute-Savoie à La Turbine  le 17 avril prochain pour déterminer les 10 finalistes nationaux avant la grande finale en Angleterre.

    La Turbine des Sciences (Cran-Gevrier) et le Lapp/Lapth sont partenaires de cette opération portée par le British Council France, l'agence internationale britannique éducative.

     Thésame intervient en qualité de « relais régional ».

    Toutes les modalités pour concourir en ligne sur www.britishcouncil.fr/famelab

     

                                                Concours FameLab 

    L’objectif de FameLab est de découvrir des jeunes scientifiques charismatiques (plus de 21 ans et moins de 40 ans, définition du "jeune chercheur" retenue par la Commission européenne) qui encouragent le public à voir le monde sous un nouvel angle.

    Rigolo car que gagne le ...gagnant ??? Deux  jours au.... Cern à Genève et autres invitations scientifiques!

    • Les finalistes nationaux gagneront une masterclass de deux jours en communication scientifique à Genève (Cern), où ils travailleront avec des spécialistes de la communication scientifique et des médias pour développer leurs compétences en communication et en présentation.
    • Le ou la finaliste FameLab France assistera au Festival International des Sciences de Cheltenham en Angleterre, et participera à la finale internationale de FameLab
    • Les gagnants recevront différents prix, remis lors des finales régionales et nationale
    • Chaque candidat aura l'opportunité d'échanger avec d'autres passionnés de science et aura accès au réseau des candidats Famelab France et à celui des 24 pays participants
    • Les lauréats seront également invités par nos partenaires nationaux (Inserm, Cnes, Cern) à participer à des événements de médiation scientifique
    • Mais avant tout vous gagnerez l’appréciation du public

    En résumé: le chemin, pour aller de Annecy (en sélection) au Cern de Genève -à 50 km-  en "gest star"   passe par... l'Angleterre!

                                                            Sylvie Neidinger

    suite :

    Les Masterclass à Genève

    Finale Nationale le 30 avril

     



     


  • swisspassions...dans les deux sens!

    Découvert, un site web à visiter: swisspassions.com. Intéressant car il est transfrontalier puisque dédié aux.... deux directions.

    Il signale aux suisses les bons plans côté France. Et vice-versa.

    Utile pour le tourisme commun: aller faire un petit... tour de l'autre côté de la frontière pour voir si le ciel y est aussi bleu.

    Son fondateur, Frédéric Hael fut huit ans durant vice-président de la Chambre de Commerce Suisse. Il entend  y développer  des idées d’escapades gourmandes dans les régions frontalières françaises  avec la Suisse (pour les suisses) et les opportunités de loisirs en Suisse (pour les français)

    Commencer par lire l'article  sur le vignoble genevois: santé!         SN

    suissepassions

                                                                  ****

  • Le 1/4 d'heure vaudois

    Quand le 1/4 d'heure savoyard mène au 1/4 d'heure vaudois....

    La problématique précise du "1/4 d'heure" n'est pas tant  une discussion sur la mauvaise  ponctualité individuelle.

    Plutôt  le fait pour un groupe d'attendre les retardataires avant de commencer. Comme une politesse sociale compréhensive vis à vis des  retardataires.

    Comme du temps donné au temps.

    Constatation : Vaud et Savoie, ont en commun cette expression et pratique. Genève non...

    Serait-elle issue de l' ancien monde rural des ....deux "pays" unis autour de cette locution  et pratique qui ne se rencontrent pas ailleurs. Pas de 1/4 d'heure valaisan ni franc-comtois signalés.

    On cite la réflexion du journaliste Franck Bridel qui donne une explication fort  logique  autour d'une "tradition de paysans...libres" :

    "Dans ma jeunesse on riait du "quart d'heure vaudois", mais on s'y tenait: il eût été malséant de commencer une séance à l'instant prévu. C'était une tradition de paysans respectueux des rythmes naturels, maîtres sur leurs domaines et et méprisants pour les hâtes citadines, servitudes imposées par un patron de fabrique, d'atelier, de magasin ou de bureau. Prendre son temps, pensait-on, c'est la première des libertés"

    Le "Quart d'heures vaudois" fut aussi le titre de sketches à succès comiques  de la RTS avec le trio d'acteurs Albert Itten, Lucien Monlac et Henry Marti avec un accent à couper au couteau. Fin des années 50 : monde ancien...

    http://www.youtube.com/watch?v=zk_JmjGYy8E

    http://www.youtube.com/watch?v=C3K0MsdeGgM

    http://www.notrehistoire.ch/group/ce-mois-en-particulier-septembre-2012/photo/43818/

    Un rigolo moderne veut soutenir la pratique en voie de disparition....

    http://www.doker.ch/funny/congratulations/quart-heure-vaudois/quart-heure-vaudois.htm

                                                                                   Sylvie Neidinger

  • Le 1/4 d'heure savoyard

    Temporalités différentes !

    Comment créer un Grand Genève alors qu'une frontière internationale et des lois spécifiques (Union Européenne ou non)  coupent la dite zone.

    Et surtout avec une gestion du temps assez différente: une exactitude horlogère d'un côté et un supposé quart d'heure de retard accordé avec mansuétude de l'autre...

    L'expression  ne se rencontre pas dans d'autres régions françaises. Jamais entendu parler du quart d'heure bourguignon, alsacien ni provençal !

    L'affaire mérite éclaircissements. Et à ce jour,  aucune réponse trouvée à l'expression "quart d'heure savoyard".

    Elle exaspère d'ailleurs au plus haut point ceux qui côté "Savoie" fonctionnent en étant  bien ponctuels, tout comme en Suisse. Et ils sont majoritaires.

    De même qu'à  Genève certains peuvent aussi  arriver en retard.  Parce que le retard est souvent involontaire: un accident, un bus en panne...Universel le retard.

    Le quart d'heure savoyard existe pourtant.

    Concrètement, quand entend-on cette expression?  Remarque : souvent dans le cadre collectif d'une réunion et  non en individuel.

    Pas toujours certes. Pas systématiquement.

    Une réunion démarre à Annemasse, Archamps. Il arrive que   l'animateur dise :  "on attend les retardataires, le quart d'heure savoyard" Et de rire. Bonne blague. Et d'attendre. Bon enfant. Même si une seule personne manque à l'appel.

    Il impose de fait aux présents une supposée complicité avec....une identité géographique historique ... puisque le "droit de retard" est alors dénommé "savoyard" !

    Quelquefois certains participants - acides, répondent du tac au tac  que commencer à l'heure serait une bonne idée. Mais sans que cela ne modifie  le résultat tant le poids de l'habitude est lourd. Comme une sympathique solidarité humaine. Et celui qui voudrait commencer à l'heure et le dit haut et fort sera vu comme un infâme malotru....individualiste.  Prime aux absents. [Bien évidement toutes les réunions ne fonctionnent pas sur cette attente.]

    La même réunion qui démarre à Genève aura également  ses retardataires (comme on l'a vu pour motifs de circulation ou autres) Mais elle ne génèrera  pas du tout la même attitude. Elle démarre pile à l'heure prévue. Prime aux présents.

    *Ainsi côté helvète:

    1- efficacité car pas de temps perdu (un quart d'heure multiplié par le nombre de participants est  énorme au total comme temps global social perdu)

    2- respect de ceux qui ont tout fait pour arriver à l'heure.

    *Dans la temporalité savoyarde:

    1-ceux qui arrivent à l'heure sont un peu punis

    2-une attente parfaitement inutile. Et qui peut les  inciter  à arriver ensuite un quart d'heure en retard puisque de toutes façons cela va démarrer 15 minutes plus tard....Petit cercle vicieux.

    Au fait d'où vient cette expression "quart d'heure savoyard?" Pas trouvé d'infos sérieuses sur le thème Qui le sait ?

    En tous cas pour faire avancer une logique transfrontalière du type Grand Genève, il faudrait au moins  accorder les violons....de la temporalité  !!

    Cool: c'est juste le quart d'heure de plaisanterie...

                                                                               Sylvie Neidinger


    Suite d'article:

    -  .Des commentateurs répondent que cela ne leur est jamais arrivé. Je le conçois

    - mais  j'ai rédigé la note  basé sur le réel d'observations des deux côtés. Et justement  côté Savoies ceux qui   étaient   bien à l'heure  appréciaient fort peu ce 1/4 d'heure  d'attente de l'ultime  retardataire. Je ne suis pas en accusation mais en constatation et humour !! SN

    -Il semble y avoir- dixit les commentaires fort intéressants - une identité culturelle avec le quart d'heure vaudois  qui serait lui  en voie de disparition selon Jean d'Hôteaux (commentateur)  On a donc avancé   un peu dans cette compréhension du 1/4 d'heure...

    Observation fort intéressante : le 1/4 d'heure est transfrontalier et concerne deux régions rurales  voisines et ne concernerait pas Genève, urbaine .

    La question maintenant c'est pourquoi la Savoie et Vaud et pas le reste ? Par quelle histoire et quelles traditions?

    Car des deux côtés l'expression est la même : " le quart d'heure'.. pas la demi-heure.(.ouf! )

    Les informations de Jean d'Hôteaux :

    S'il existe un "quart d'heure savoyard", sachez qu'il existe également un "quart d'heure vaudois", en Suisse romande tout au moins. Toutefois selon certains, les différences culturelles entre les Suisses allemands et les Suisses romands auraient tendance à s'effacer sur ce plan-là. Le "quart d'heure vaudois" serait en voie d'extinction. Voir ici :

    http://www.letemps.ch/Page/Uuid/9e6097a2-93a1-11e0-a123-2e43139ff26e/Le_quart_dheure_vaudois_en_voie_dextinction

    Et puis pour conclure avec le "quart d'heure vaudois", c'était aussi le titre d'une émission radiophonique hebdomadaire qui faisait un tabac sur les ondes en Suisse romande il y a un demi siècle. Elle mettait en scène trois personnages immuables dans un carnotzet (un caveau vaudois). Il y avait là, le caviste, le syndic (le maire) et le régent (l'instituteur). C'était un échange frivole sur les cancans du village, tout cela avec l'accent vaudois. En voici un extrait (un peu macho ...) retrouvé sur Youtube, sous-titré pour les non-initiés ...

    http://www.youtube.com/watch?v=C3K0MsdeGgM

                           MERCI Jean pour ces infos ethnographiques réintégrées à l'article....

     

  • 01-01-2014 Frontaliers pris en tenailles: bouleversements économiques...non modélisés

    Les frontaliers vont subir deux modifications majeures en 2014. Sans qu'aucune étude d'impact sérieuse n'ait été réalisée sur leur capacité à absorber...

    1- L'assurance santé que la France modifie unilatéralement . Et sur ce point le conseiller d'Etat Mauro  Poggia lance une alerte à Berne:

    Frontaliers-HUG-Mauro-Poggia-demande-l-aide-de-Berne

    lenouvelliste.ch/fr/suisse/frontaliers-francais-geneve-appelle-berne-a-l-aide-pour-l-assurance-maladie-

    2-Une forme de double imposition indirecte instaurée par la Suisse, Berne, en 2014: l'impôt à la source qui désormais intègre le salaire -si réalisé à l'étranger- du conjoint. Ce qui a pour effet concrètement par rapport à 2013 de doubler le taux retenu pour le frontalier. Cela peut passer de 6% à 12 % pour l'année 2014.

    Certes le salaire du conjoint étranger n'est pas taxé en tant que tel. Mais l'existence de ce salaire peut faire doubler les impôts du frontalier.

    Certes un barème rectificatif est prévu en 2015 mais dont le contour à ce jour  n'est pas connu.

    GENEVE CANTON LE PLUS HUMAIN !!!!

    A noter toutefois que, dans cette affaire,  le canton de Genève est le plus "humain".

    Il permet une déclaration par le contribuable frontalier   au plus près du réel de sa situation ce dès 2014. Alors que tous les autres cantons ont refusé cette option et taxent d'office. Et que cette usine à gaz ne va pas être facile à gérer pour les services fiscaux de Genève.

    /geneve/france-voisine/impot-source-certains-frontaliers--augmenter-2014

    La conjonction des deux augmentations peut  ouvrir en 2014 de profondes mutations économiques impactant les  deux côtés de la frontière.

    Les modifications successorales unilatérales par Bercy...

    Un scénario sombre dont les changements à venir ne sont même pas modélisés, ni prévus.

    Incertitude pour des milliers de foyers. Incertitudes macro-économique au sein du Grand Genève

    *Pertes d'emplois du secteur des assurances privées...

    *Retour immobilier des Suisses en Suisse (en raison de l'éventualité de taxation du patrimoine suisse par la France Lire :  Suisses: ras de bol )+Baisse de pouvoir d'achat des frontaliers =  effondrement du marché immobilier de frontière côté France, Haute -Savoie, Ain et du côté de l'Alsace...

    Une déstabilisation économique majeure s'annonce sans que personne n'ait bien mesuré les impacts sur le long terme.

    Que de questionnements  pour les personnes  concernées et globalement pour le Grand Genève...

    Où sont les politiciens de Suisse et de France  dont la mission est..la prospective  détaillée des conséquences de  leurs décisions ?

    En ce sens la démarche du conseiller d'Etat Poggia de poser la question en plus haut lieu à Berne est intéressante. Mais bien solitaire.

    En France seuls les politiciens d'opposition, donc sans pouvoir, ont manifesté.

    Les fonctionnaires de Bercy ont -ils eux aussi pris la mesure du passage d'une économie transfrontalière qui jusqu'à 2013 fonctionnait bien et qui va engendrer des mutations au point de rendre possible  le  scénario du grippage des rouages économiques.

    La France n'a pas rétrocédé l'argent  qu'elle doit au canton de Vaud depuis août 2013 !

    .tdg.ch/suisse/pierre-moscovici-defend-frontaliers-berne

    .tdg.ch/suisse/eveline-widmerschlumpf-repondu-pierre-moscovici/story

    Personne en charge des affaires publiques n'a, semble-t-il, envisagé de prévoir les conséquences de ces modifications en étau pour les vies des  individus concernés.

    Le frontalier: un pion sur l' échiquier, déplacé au gré des intérêts d'Etats.

     Qui vivra verra ?

                                                                                       Sylvie Neidinger


    Post : le commentaire de Jean d'Hôtaux est intéressant. Il signale combien les services fiscaux genevois vont souffrir de devoir expliquer. A savoir en ce début janvier, ils sont déjà en surcharge avec de longues files d'attente !

     

     


  • 18 écrivains suisses à Moscou avec le Salon du livre de Genève

    Communiqué de presse publié en intégral:

    -  Le 28 ème  Salon du livre et de la presse de Genève  se tiendra à Palexpo du 30 avril au 4 mai 2014.

    -  Dix huit écrivains suisses à Moscou avec le Salon du livre :

    "La Suisse sera l’hôte d’honneur du 15e Salon du livre de Moscou, qui se tiendra du 27 novembre au 1er décembre 2013. Pro Helvetia, maître d’oeuvre de la présence suisse, a donné mandat au Salon du livre de Genève d’organiser le contenu de cette présence. Le Salon du livre de Genève invitera 18 auteurs suisses de toutes les régions linguistiques, romanche compris. A Moscou, ces écrivains participeront à des débats, des séances de dédicaces, des lectures publiques et des rencontres avec les médias, des étudiants et des artistes moscovites.  

    Un pays, quatre langues : il n’existe pas une seule littérature suisse mais quatre traditions littéraires, chacune liée à l’une des langues officielle du pays – l’allemand, le français, l’italien et le romanche. C’est ce message que le Salon du livre de Genève va porter à Moscou, en y invitant sept auteurs alémaniques, autant de Romands, deux Tessinois et un Grison d’expression romanche.
     
    Au nombre des auteurs invités, Metin Arditi, Anne Cuneo, Dominique de Rivaz et Corinne Desarzens, les écrivains alémaniques Charles Lewinski, Lukas Bärfuss ou le Russe établi en Suisse et écrivant en allemand et en russe, Mikhail Shishkin ; l’auteur romanche Arno Camenisch et l’écrivain tessinois Andrea Fazioli, ainsi que les auteurs pour la jeunesse Jürg Obrist et Haydé Ardalan. Le Salon du livre de Genève a cherché à inviter des auteurs traduits en russe ou ayant écrit sur la Russie.
     
    Durant le salon de Moscou, débats avec des professionnels du livre et avec le grand public et dédicaces alterneront avec des lectures publiques au Centre Culturel de Tchaïkovski et au Tchékov Art Theatre, ainsi qu’avec des rencontres avec les médias, des étudiants et des artistes moscovites. Anne Cuneo, spécialiste du roman historique, réalisatrice de films et metteuse en scène, auteure de « Le trajet d’une rivière », « Le maître de Garamond » ou « La Tempête des heures », et Corinne Desarzens, grande voyageuse et amoureuse de la Russie (« Un roi », « Poisson-Tambour »), parleront de la place des femmes dans la littérature suisse. Avec Andrea Fazioli et Lukas Bärfuss, Anne Cuneo évoquera le fait d’écrire en italien, allemand ou français sans appartenir à la culture de ces pays.
     
    Jürg Obrist, illustrateur de plusieurs volumes des « Enquêtes de Lenoir et Blanc », et Haydé Ardalan, créatrice du très populaire personnage Milton le chat, participeront chaque jour à des animations à l’intention du jeune public. L’identité suisse, traversée d’influences multiples, sera développée par Charles Lewinsky, auteur de « Melnitz » ou de « Retour indésirable », et Lukas Bärfuss, dramaturge et romancier, auteur notamment de « Hundert Tage » (Cent jours).
     
    La présence suisse à Moscou sera mise sur orbite fin octobre à l’occasion de la visite en Suisse de cinq journalistes russes représentant d’importants médias de ce vaste pays, Kommersant FM, Kommersant Newspaper, RBK Daily Newspaper, Russia Newspaper et ITAR TASS. Accompagné de représentants du Salon du livre de Genève, ils passeront un jour à Zurich, à Bâle, à Lausanne et à Genève, rencontrant à chaque fois des auteurs suisses.
     
    La présence suisse au salon du livre de Moscou s’inscrit dans le cadre du programme «Swiss Made in Russia. Contemporary Cultural Exchanges 2013-2015» mis sur pied par Pro Helvetia. Ce programme vise à accroître la notoriété de la scène littéraire suisse en Russie et à permettre la signature d’accords de traduction et de distribution, mais aussi à donner aux éditeurs suisses une meilleure connaissance de la scène littéraire russe et du marché du livre dans ce pays.
     

    Le Salon du livre et de la presse de Genève se tient à Palexpo du 30 avril au 4 mai 2014.
    Plus d’informations sur www.salondulivre.ch.

  • Le trajet huguenot... suite de l'enquête-blog

    Après 1 et 2 ...3

    Article n°1) - Visite du Fort-Barraux en Isère et la découverte du lien très fort de ce lieu  avec l'histoire du protestantisme par le passage des huguenots.http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2013/08/24/randos-huguenotes-245968.html

    En Suisse : stiftung-via.ch/fort-barraux,isere,base kora,centre ionographique de geneve,rue fort-barreau,geneve

                                                                   *************

    Article n°2)- Lien établi avec la rue Fort Barreau à Genève  http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/tag/fort-barraux Le nom serait  lié à une auberge construite en 1663 et démolie en 1900.

                                                                 **************

    Article n°3)-Suite de l'enquête mémorielle autour de cette "auberge" dite le Fort de Barreau, lieu genevois que l'on va essayer d'analyser  en fonction du ...peu d'éléments dont on dispose.

    En s'aidant du fonds du Centre iconographique de Genève par la base Kora.

    fort-barraux,isere,rue fort-barreau,geneve

     a) La date de sa construction du lieu (1663) est légèrement antérieure à la révocation de l'Edit de Nantes (1685) Et correspond bien au   démarrage de l'exil huguenot.

    b) Son usage dit d' "hôtel" signifie par définition un  lieu d'hébergement  pour gens de passage. Sur un trajet, en direction soit du nord vers l'Allemagne. Soit en entrant à Genève par la porte du Bastion Cornavin.

    c) Son nom reprend bien celui du Fort-Barraux de France, distant de 110 à km. Logique. Ce fortin d'Isère correspond à une sorte de lieu de passage difficile. Une épreuve pour les huguenots. D'autres explications au choix du nom sont bien évidemment possibles.

    Fort de Barreau. Le fait de porter le nom de la précédente étape permet de visualiser le trajet Fort-Barraux/Genève. Ce nom de lieu genevois  est fort ancien. Probablement dès sa construction. Il est déjà mentionné  sur un plan de 1715.fort-barraux,isere,rue fort-barreau,geneve

                                           Le Fort-Barreau de Genève :fort-barraux,isere,rue fort-barreau,geneve

    fort-barraux,isere,rue fort-barreau,geneve

    Observations: Fort de Barreau est une construction hors les murs. Unique bâtisse  dans un champ. Extraordinairement bien placée:

    a) Pile face à la porte d'entrée de la ville de Genève  dite Cornavin

    b) Et pile à la croisée de trois routes , celle qui vient du sud (Chambéry, Fort-Barraux) nommée "chemin de Peney à Genève." Celle nommée "chemin de France à Genève"(direction Gex, Jura)Enfin "chemin de Suisse à Genève"vers Lausanne.

    fort-barraux,isere,rue fort-barreau,geneve

    fort-barraux,isere,rue fort-barreau,geneve

    Les plans suivants montrent  que le nom de Fort de Barreau est hyper valorisé, comme un nom de quartier pratiquement.

    1851
    fort-barraux,isere,base kora,centre ionographique de geneve,rue fort-barreau,geneve

    fort-barraux,isere,base kora,centre ionographique de geneve,rue fort-barreau,genevefort-barraux,isere,base kora,centre ionographique de geneve,rue fort-barreau,geneve



     

    et 1854
    fort-barraux,isere,base kora,centre ionographique de geneve,rue fort-barreau,geneve


    fort-barraux,isere,base kora,centre ionographique de geneve,rue fort-barreau,geneve

     

     

     

     

     

     

     

    Toute info complémentaire sur l'hôtel Fort de Barreau est toujours la bienvenue.         

                                                                                                                              Sylvie Neidinger

     

                                                                            Rubrique #Protestantisme

                                             

     

     

     

  • InterroGe.ch fonctionne bien! Testé sur "rue Fort-Barreau"

    Ce blog avait signalé le nouveau service offert par les Bibliothèques genevoises-donc par la Ville de Genève:  répondre aux Interrogations émises par le public, par le biais d'un site numérique : InterroGe.ch

    Le test s'est effectué sur la base d'un commentaire bâtisseur. C'est ainsi que je nomme les commentaires qui apportent de la matière à un article, qui l'enrichissent.

    L'article en question est publié sur ce blog Neidinger le 24 août à propos de Fort-Barraux, place forte  isèroise aux porte de la Savoie. Dont la basique visite touristique en août avait montré combien ce site était lié à la Suisse. Une garnison de Neufchatel  l'ayant  même gardé.ville de genève,gresivaudan,rue fort-barreau,fort-barraux,barraux,isère,interroge.ch,blog neidinger

    Ce fortin est désormais inscrit dans le parcours huguenot composé par l'association surlespasdeshuguenots.

    Cette frontière ultra précise entre France et Savoie est très symbolique pour les protestants. S'ils étaient attrapés par le Duc de Savoie en la franchissant, ils étaient renvoyés côté France à Fort-Barraux justement. D'où ils partaient en exil pour les galères. Une mort assurée.

    A la lecture de cet article sur Fort-Barraux,  Jean d'Hôteaux émet son commentaire avisé:

    "Merci pour ce billet et les liens qui y sont assortis. Le tout fort intéressant !En découvrant Fort-Barraux (Isère) par le biais de votre blog, j'ai immédiatement pensé à la rue du Fort-Barreau à Genève, en me demandant si il pouvait y avoir une relation entre les deux, ceci malgré une orthographe différente ?
    Je me suis parfois demandé d'où cette rue, qui se trouve derrière la Gare Cornavin, tirait son nom. Serait-ce une trace des Huguenots de passage à Genève ? Cordialement !

    Le lien entre le Fort-Barraux lié au protestantisme et une rue de Genève nommée était très judicieux de la part du commentateur. Ce malgré la différence d'orthographe.

    Personne n'ayant pû ensuite donner la moindre information en commentaire, j'ai décidé de tester justement InterrGe sur le sujet.

    Le thème  correspond d'ailleurs parfaitement à la typologie de question à proposer à un service de bibliothèques. On peut comprendre qu'une question trop large du genre  : "pourquoi les oiseaux volent ?" ne conviendrait  pas trop à leur offre de service. Car les réponses dans ce cas partiraient en multiples directions : de histoire des espèces à  la portance de l'air. Soit plusieurs thèses universitaires avec bibliographies fournies...

    Retrouver le lien historique entre  Fort-Barraux et rue Fort-Barreau  est, lui,  à 100 % coeur de cible de cette recherche en ligne sur InterroGE. Car les bibliothèques genevoises possèdent effectivement  à la fois les ouvrages locaux et le savoir-faire des bibliothécaires qui connaissent leur fonds.

    Voici leur réponse :

    "Bonjour, Nous vous remercions d'avoir fait appel au service InterroGE, voici le résultat de nos recherches :

    La rue du Fort-Barreau, située dans le quartier des Grottes à Genève, nous est décrite dans "Le Dictionnaire des rues de Genève" de Jean-Paul Galland,
    http://data.rero.ch/01-1071672, à la page 62 :
    "Une auberge de ce nom était située dans cette rue. Elle existait depuis 1663 et fut démolie en 1900."

    Nous avons également consulté l'ouvrage d'Eugène-Louis Dumont "La Genève des Grottes" où la rue du Fort-Barreau est citée à deux reprises, mais sans plus d'explication, http://data.rero.ch/01-0983942.

    C'est le récit de Jean-Michel Olivier "Notre-Dame du Fort-Barreau" qui nous apprendra toute l'histoire, lisez à la p. 31 :
    http://bit.ly/1edmweN
    "... la rue du Fort-Barreau : Le nom est une réminiscence de l'occupation française : de 1798 à 1813, Genève devient un département de l'Empire napoléonien. Mais alors Fort-Barreau ? C'est le duc de Savoie, Charles Emmanuel 1er, vaincu par Lesdiguières, qui fait construire dès août 1597 un fort à Barraux, petit village de l'Isère sur la route qui mène de Chambéry à Grenoble. (...) Le Fort Barreau (ou Barraux) apparaît aussi dans les fameux "Voyages dans les Alpes" d'Horace-Bénédict de Saussure."

    Il y a donc bien un lien entre cette rue genevoise et le village de Barraux et son fort, situés dans la vallée du Grésivaudan en Isère.

    L'histoire de ce fort peut se découvrir à travers plusieurs sites web : http://www.fort-barraux.fr/ et http://barraux.reseaudescommunes.fr/fr/information/19159/fo
    rt-barraux
    et http://www.isere-annuaire.com/chateau/fort_barraux.htm.


    Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.  Cordialement,

    La Bibliothèque de Genève pour InterroGE

    http://www.ville-ge.ch/bge
    http://www.interroge.ch"

    Cette réponse nous apprend que le nom de la rue Fort-Barreau est lié à une auberge genevoise construite dans cette rue en 1663 et démolie en 1900.

    L'information InterroGe n'est pas complète. Il manque le rapport avec la protestantisme, avec le parcours huguenots, la montée de la Drôme, des Cévennes en direction de la Rome protestante !

    ville de genève,gresivaudan,rue fort-barreau,fort-barraux,barraux,isère,interroge.ch,blog neidingerIl manque la liaison  entre deux histoires transnationales, celle d'un bâtiment en France, gardien de la croisée des vallées dont celle du  Grésivaudan [qui voit la montée des protestants de la Drôme et de plus loin encore en direction de Genève] et celle de cette rue proche de Cornavin en Suisse.

    Les deux sites semblent liés par...la trace du passage des huguenots.

    Info extraordinairement significative:  l'existence d'une AUBERGE dans cette rue  signale justement une problématique de voyage, de déplacements.

    Des huguenots?

    Et cette découverte du lien entre Fort-Barraux et le protestantisme est justement celui décrit  dans  ....l'article du blog Neidinger daté du 24 août.

    La boucle est bouclée: l'info part du blog, se booste par un commentateur actif (merci à lui)   passe par InterroGe et revient au blog pour conclusion provisoire sous réserve de recherches plus approfondies

    La "petite note d'un simple blog" vient d'aider à remettre en actualité numérique Fort-Barraux, perdu dans sa somnolence depuis la magnifique vallée du Grésivaudan qu'il domine.

    Le fortin  que des passionnés essaient de sauver de l'outrage du temps, s'avère être un site majeur dans l'histoire mémorielle  du protestantisme dans sa version douloureuse.

     Dont l'histoire précise  est très certainement à découvrir plus amplement encore.

    Par des recherches aux archives et ... dans les bibliothèques. De France et de Suisse.

    Et par les "Enquêtes-Blog" !

                                                                                                                                                                                                Sylvie Neidinger

                                                                                       

    ville de genève,rue fort-barreau,fort-barraux,barraux,isère,interroge.ch,blog neidinger

    ville de genève,gresivaudan,rue fort-barreau,fort-barraux,barraux,isère,interroge.ch,blog neidinger

    Rubrique #Protestantisme

     

     

     

  • Humour militaire Helvète

    Pour les exercices 2013 du 26 au 28 août dernier, le commandement militaire suisse a choisi un scénario plutôt humoristique et original:  la réponse à une attaque venue de l'ouest, la France voisine!

    De  la "Saônia" plus exactement, renommée à l'occasion  ex-France.(Rire)

    "Ex" car l'hexagone serait désintégré et devenu agressif pour raisons de... sur-endettement !humour suisse,exercices militaires 2013.

     En fait, l'Armée de Berne voulait-elle   réécrire l'Histoire, la vraie  et rejouer l'arrivée des Burgondes de Burgondie,  la  Bourgogne  ??? Un véritable scénario historique  régional lui. Il date juste de quelques siècles...

    Selon Daniel Berger, commandant de la brigade blindée suisse, "l'exercice n'a strictement rien à voir avec la France que nous apprécions, il a été préparé en 2012, alors que les relations fiscales franco-suisses étaient moins tendues. Des villes françaises sont citées uniquement pour donner des échelles réelles aux soldats".

     Comme ces militaires (+ les  politiques qui ont validé ce débordement d'imagination)   continuent à avoir  beaucoup d'humour, ils certifient aujourd'hui le plus sérieusement du monde que le choix du vocabulaire et  du pays qui attaque  n'avait surtout  rien à voir ....avec les exécrables mauvaises relations franco-suisses actuelles ! Surtout pas....

    Impossible puisque l'Etat-Major helvète dit "apprécier la France"...

    Ni bien entendu, rien à voir avec  la région... franc-comtoise  d'origine du ministre français de l'économie  Pierre Moscovici.

    Le politicien est issu en effet de Montbéliard (Doubs) cette Saônia  mythique qui selon les dernières notes des services secrets confédéraux et cantonaux menace très très durement l'Helvétie !

    Pierre Moscovici, ce  généralissime en chef aurait d'ailleurs  déjà prévu quelques missiles. Préparatoires à l'invasion. Fiscale? Ou pour le bon chocolat, les meules de gruyère ?

    Tordus de rire.     On attend le scénario 2014 avec impatience !      

                                                                     Sylvie Neidinger

     

    Suite : Invasion de Saônia. Invasion de Syria.

    Cessons de rire ou rions plus fort, comme on veut. Les Suisses ont en réalité parfaitement raison de prévoir le débordement martial français. Il suffit de lire le programme solitaire réel prévu par François Hollande à propos de la Syrie:

     nouvelobs.com/guerre-en-syrie/20130927.OBS8824/exclusif-comment-hollande-avait-prevu-de-frapper-la-syrie.html

     On découvre dans cet article le  scénario réel établi par  l'Elysée et l'Etat-Major français digne de la meilleure ...bande dessinée :

    "Pour prouver à l'opinion que François Hollande n'agit pas à la remorque des Etats-Unis, façon Tony Blair pendant la guerre en Irak, l'Elysée décide aussi, ce samedi 31 août, de "déclassifier" certaines preuves françaises de l'attaque chimique. "Nous avons appelé ce document 'Synthèse nationale de renseignement déclassifié' et nous avons mis un drapeau bleu, blanc, rouge sur chaque page"(....!) raconte un officiel. Et, en prévision des frappes du soir, le ministère de la Défense fait fuiter ce texte dans le "Journal du Dimanche" à paraître le lendemain.(...) D'où vient cette certitude que le président américain va donner le top départ ce samedi ? Tout nous conduisait à penser que le jour J était arrivé"(.......!!!!), dit un responsable français. Cela faisait une semaine que la perspective d'une action militaire franco-américaine contre la Syrie apparaissait inéluctable."  

    Rire autorisé tellement la  procédure de GUERRE REELE concoctée à l'Elysée par des "officiels-certes du dimanche...- ici décrite est entachée d'amateurisme et de ridicule.

    "Tout nous conduit à penser" que c'est ...très préoccupant! On hallucine: l'attaque est prévue pour être vendue médiatiquement comme étant française grâce à cet   argument " parce qu'on a mis  le ....drapeau bleu blanc, rouge sur le...papier du communiqué!!!! "Et que" tout conduit à penser que la date serait le"...

    Argument impressionnant de naïveté de la part de ceux qui détiennent le pouvoir atomique par ailleurs.

    L'article a le mérite de présenter la "fabrication" d'une communication pour justifier une guerre.

    On ne parle pas ici d'un exercice militaire comme celui que la Suisse vient de réaliser. Mais du réel ! L'Elysée allait réellement lancer le pays dans un conflit, dans ces conditions de préparation...

    Bigre, en moins de  10 mois, le voisin territorial de la Suisse attaque le Mali, programme pour le 31 août une  attaque de nuit  de la Syrie. Une petite guéguerre perso, hors Otan. Certes contrariée.

    Berne s'inquiète... à juste titre de ce va-t-en-guerrisme effréné venu de sa frontière ouest. Alerte rouge !           SN




  • Peau de mur n°5: la pierre comme vecteur marketing

    La pierre est évoquée cette fois dans la rubrique Peau de Mur.praz sur léman,rubrique peau de mur,blog neidinger

    Habiller un bâtiment de matière lithique n'a rien d'un exploit. Rien de plus banal. Un mur est normalement de pierre.

    On est ici intéressé par  l'originalité du traitement ...marketing des murs, spécifique à ce  centre commercial rénové "Praz du Léman" à Annemasse.

    On ne citera pas  l'enseigne commerciale précise en question.

    La surprise est de découvrir qu'un matériau d'architecture basique a été inséré dans un dispositif marketing, un discours d'image.

     De prime abord est identifiée  une cohérence de proximité régionale. Au  nom de "praz" (le pré, le plat?) mais précisé... sur Léman s'ajoute le choix  des matériaux retenus, pierre à la base et bois au dessus. Exactement comme le code du chalet de montagne!praz sur léman,marketing,centre commercial,architecture,rubrique peau de mur,blog neidinger

    Mais cela ne suffisait pas. Un visuel a été créé.

    Le client est accueilli par une bizarre  profession de foi:

    "Nos murs ont grandi dans la région"

    Murs vivants, mobiles...?

    Le texte proposé à un endroit stratégique, à l'entrée des lieux:

    :"L'architecture et les matériaux. l'Esprit voisin cela consiste d'abord à ne pas aller chercher ailleurs ce que l'on peut trouver ici. Donc pas de matériaux exotiques importés de l'autre bout de la planète. Des matériaux  voisins  vrais, authentiques qui ont grandi ici,  poussé ici. Comme nous. Comme vous"

    La peau de pierre du mur est traitée par  le discours dans la logique du développement durable et l'absence de transport. Elle s'applique normalement  aux achats de produits à consommer renouvelables poussés dans le champs voisin. Des achats éthiques comme pour l'huile de palme à supprimer  pour éviter la déforestation. Idem le bois rouge dans le domaine de l'architecture. 

    Un raisonnement très original quand il est appliqué ...aux pierres !! Pour un résultat cherché de créer un rapport identitaire local, régional dans lequel le client  potentiel va s'identifier.

    praz sur léman,marketing,centre commercial,architecture,rubrique peau de mur,blog neidinger

    Le site internet du centre décline ensuite toute la logique autour de la notion marketing qu'il fabrique "d'Esprit voisin". Esprit local, économie locale etc..

    On aura compris que le propos est d'installer la notion de commerce de proximité, à taille humaine. 

    On présente une  sorte d'anti-hypermarché (dans lequel le client serait supposé perdu car trop grand)  écolo jusque  dans sa présentation, son contenant: le bâtiment !

    Le lien phatique de voisinage voulu est renforcé par un code terroir qui va jusqu'à la.... géologie d'une structure architecturale: les pierres des murs seraient donc locales.

    Intéressant que cette cohérence complète marketing dans laquelle s'insère un basique élément d'architecture, le cailloux. 

     

    Sylvie Neidinger

    * Les clientèles ciblées sont françaises et suisses.  

     

                                                       #PeaudeMur

  • Tram et patrimoine Grand Genevois

    Journées européennes du  patrimoine suite.P1100551.JPG

    Une expo photo devant la sous-préfecture de Saint-Ju donne à visualiser l'ancien tram du XIXème siècle.

    P1100549.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Celui du XXIème siècle qui reliera la ville (Porte Sud) à Genève dans le cadre du Grand Genève est en gestation (CCG).                         

                                                                  Sylvie Neidinger

    tram,saint-julien-en-genevois,grand geneve,geneve,ccg,communauté de communes du genevois

  • Saint-Ju, patrimoine Grand Genevois

    Une équipe universitaire de l'UNIGE sous la direction du Professeur Leila El Wakil a porté son attention sur le patrimoine de Saint-Julien-en-genevois. Le tout dans un cadre écrit structuré signé entre les deux entités: l'Université de Genève qui a produit ce séminaire d'étude (intitulé "Inventaire et valorisation") et la dite commune.

    Onze étudiants ont donc traversé la frontière, voire poussé le périple jusqu'à Annecy, aux Archives Départementales où selon  le professeur "nous avons été extrêmement bien reçus"

    L'historienne d'art donnait jeudi soir dans les locaux de l'Institut National Genevois (1, Promenade du Pin) une conférence en avant première.

    Fort intéressante.

    Elle qualifie Saint-Julien de  "ville rue" dont le nom, en fait, pourrait être sur tout le parcours"rue de Genève" puisque c'est l'axe de direction !

    Ville bien implantée dans son environnement grand genevois. Son noyau villageois présente des similitudes visuelles avec Carouge, Chêne-Bougerie, Thônex, Plan-les-Ouates.

    La spécialiste a souligné lors de son intervention, son étonnement  face à la qualité intrinsèque du bâti qu'elle découvrait. Très souvent des villas d'architectes plantées sur des surfaces arborées volumineuses. Un Hôtel de ville d'une belle facture, construit en 1862 par César Pompée.

    césar-auguste popée,alfred olivet,maurice novarina,journées du patrimoine,unige,institut national genevois,grand geneve,saint-ljulie-en-genevois,leila al wakil

    Tout un pan de la mémoire patrimoniale  est ressorti lors de l'étude. Notamment celle des grands chefs de la cuisine urbaine, ceux qui construisaient: les architectes justement , les  César-Auguste Pompée, Alfred Olivet, Maurice Novarina...

    Problème, ces belles villas d'architectes sont actuellement en grave danger de ....promotion immobilière, Grand Genève oblige. Comme cet exemple cité par un élu local, M Vielliard en 2012 :

    http://portevoix.blog.tdg.ch/archive/2012/07/20/une-villa-construite-par-andre-laverriere-sera-prochainement.html

    D'où justement l'intérêt de cette étude universitaire scientifique sur le thème. Pour donner du grain  à moudre à la réflexion. Et aux projets urbanistiques locaux.

    Madame el Wakil ne s'est pas cachée derrière une langue de bois ce soir là à l'ING. Selon elle:

    1- Les architectes contemporains -(et urbanistes et administratifs qui autorisent ) lorsqu'ils construisent sur de l'existant, se doivent d'une plus grande prudence vis à vis de l'existant et du respect de leurs confrères antérieurs.

    2- C'est l'usage que l'on redonne  au bâtiment ancien qui va sauver le dit  bâtiment ancien.césar-auguste popée,alfred olivet,maurice novarina,journées du patrimoine,unige,institut national genevois,grand geneve,saint-ljulie-en-genevois,leila al wakil

    3- Les lois cantonales genevoises sont plus protectrices que leur équivalent en France. La villa Taponier est un cas de destruction récente (2012) signalé plus haut. Dommage car  la première mention sur document   de Saint-Ju date de 1253....

     Cette moindre protection côté français a des conséquences directes que la conférence de l'érudite n'a pas manqué de souligner:

    4- L'incroyable raté d'un des châteaux médiévaux de Ternier, car il n'était pas protégé !  Info cruelle: l'actuel propriétaire, un allemand, avait  les moyens financiers et la volonté de bien faire ! Mais il avait commencé la restauration dans son coin il y a plusieurs années. Ses maçons turcs  apportaient leur savoir-faire mais d'une toute autre culture. Avec des résultats catastrophiques au sens de l'histoire de l'art et de la protection...comme des mansardes type 19 ème sur le bâti austère médiéval !!

    Ce propriétaire, heureux de l'attention des spécialistes genevois a  déploré de ne pas avoir rencontré Mme el Wakil et ses étudiants plus tôt. En réalité c'est un service français de protection du patrimoine qu'il aurait dû le contacter !

    5- Mais le scandale  urbanistique majeur de Saint -Julien  est ailleurs: c'est bien  cette maison peinturlurée de jaune à balcons et grandes fenêtres qui pose problème. Elle est tout simplement une tour médiévale...historique majeure !!!césar-auguste popée,alfred olivet,maurice novarina,journées du patrimoine,unige,institut national genevois,grand geneve,saint-ljulie-en-genevois,leila al wakil

    Elle porte cette inscription sur une des façades :césar-auguste popée,alfred olivet,maurice novarina,journées du patrimoine,unige,institut national genevois,grand geneve,saint-ljulie-en-genevois,leila al wakil

     "1603-1903. Dans cette Tour, du 11 au 21juillet 1603 a été discuté et signé le Traité de Paix de Saint-Julien qui a mis fin à une guerre longue et cruelle et ayant dévasté, ruiné  et dépeuplé toute la contrée.

    Trois cents ans après pour rappeler cet évènement mémorable le Conseil Municipal et les habitants e Saint-Julien ont érigé cette plaque le 14 juillet 1903. Fête Nationale de la République."

    La maison a bien vu la signature d'un traité de paix protestant-catholique genevo-savoyard suite à la défaite des ...savoyards lors de  l' Escalade !

    Verdict docteur: à une certaine époque, moderne- donc récemment !-un conseil municipal et les  Saint-Juliennois  ont bien perdu la boule pour oser transformer une Tour Médiévale mémorielle en un laid canari jaune  à plumes blanches !

                                                                                                                     Sylvie Neidinger

    Architecture:

    Leila El Wakil Université de Genève Unige Historienne de l'art

    Saint-Julien-en-genevois : découvrir la ville

    13-15 septembre: journées européennes du patrimoine

    Traité de Saint-Julien-en Genevois de 1603:

    http://www.savoie-archives.fr/archives73/dossiers_sabaudia/traite-st-julien/scientifique3.php

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9_de_Saint-Julien

    http://www.savoie-archives.fr/archives73/dossiers_sabaudia/traite-st-julien/bibliographie.php

    http://www.st-julien-en-genevois.fr/1/decouvrir-la-ville/1/saint-julien-et-le-genevois/10/saint-julien-hier.html

  • La Bâtie, festival grand genevois

    Hier soir se tenait la Nuit des Bains à Genève. L'occasion de découvrir le programme de la 37ème édition du Festival La Bâtie. Au programme : théâtre, danse et musique.festival,la bâtie,genève,bonlieu,annecy

    http://www.batie.ch/

    Cette année la Bâtie traverse la frontière et...s'invite à Bonlieu, Annecy :

    -Johann le Guillerm artiste de cirque et ses Architextures

    -un safari sonore et musical avec les Zoophonies

    -La Voix est libre, les Indomptables, "acrobattants et voltigistes"....

    INTERESSANT FESTIVAL TRANFRONTALIER

    Lu sur le document de présentation:" La Bâtie-Festival de Genève renouvelle son son ancrage dans un territoire transfrontalier dépassant les frontières culturelles Pact, pôle artistique et culturel transfrontalier, projet européen bénéficiant de FEDER (un fonds européen) avec  le programme Interreg IV A France-Suisse qui rapproche Genève à Annecy."

    festival,feder,interreg iv,la bâtie,genève,bonlieu,annecyPar exemple, ce soir à 22h30, un melting pot artistique : le mélange de la voix d'Albert Jacquard, qui vient de décéder. Ce célèbre généticien jurassien indigné.

    Un chanteur présenté comme "subversif"Fantasio, la chorégraphe allemande Andrea Sitter et d'autres dont l'équilibriste Vimala Pons, le batteur Denis Charolles..etc..

    Un programme bien alléchant !                                                   Sylvie Neidinger

    Suite : info 20 minutes. ch :les chiffres de fréquentation de la 37ème édition :  32300 visiteurs

  • Randos... huguenotes

    Découvert à l'occasion de la visite de Fort-Barraux (Isère) un chemin mémoriel international dans lequel s'insère cette place forte.surlespasdeshuguenots,huguenots,fort-barraux

    Ce balisage de l'itinéraire d'émigration des huguenots en direction de la Suisse et de l'Allemagne est mis en place par l'association surlespasdeshuguenots.eu

    L'association basée dans la Drôme à....Dieulefit (!) évoque même une démarche  de pèlerinage.

    C'est une sorte de Saint-Jacques de Compostelle pour le monde protestant qui se met en place?

    Un chemin de souffrances aussi. L'historien de garde ce jour m'expliquait que Fort-Barraux aux portes de la Savoie était une frontière relativement dure.

    Ceux que le duc de Savoie attrapait étaient renvoyés côté France et partaient immédiatement aux galères.

                                    Sylvie Neidinger

    * A noter : Inauguration du tronçon suisse de Lenzbourg,Schafisheim, Staufen en Argovie le 29 septembre prochain

    *Des garnisons suisses de Neufchâtel semblent  avoir été affectées  de Fort-Barraux. Je complèterai l'info dès qu'elle sera précisée.

     

    surlespasdeshuguenots,huguenots,fort-barraux


  • Recruteurs suisses: les français soit-disant "arrogants et paresseux"

     Le  conducteur décédé dans le terrible accident de train survenu récemment au nord de Lausanne était un  français de 24 ans. Ni arrogant, ni paresseux.

    Décédé au travail par la faute d'un autre qui ne s'est pas plié à la signalisation.

    Cette nouvelle téléscope le buzz "franco-suisse"  du week-end précédent  autour des non-recrutements spécifiques des hexagonaux par les agences hèlvétiques pour les motifs de paresse et d'arrogance. Info parue dans le Matin Dimanche du 28 juillet sous la plume de Marie Maurisse.

    Cette nouvelle a tenu le haut du pavé, largement reprise dans la presse hexagonale. Mais telle qu'elle, non commentée.

    France un peu surprise de cette image rendue de la part d'un pays voisin que, à vrai dire, elle met très peu, elle-même, à la une de son actualité habituellement. Si ce n'est par cliché pour franco-suissestigmatiser  l'éternel "paradis fiscal" et le chocolat...

    Mine de rien cette info est extrêmement révélatrice si on prend le temps de l'étudier.

    Commençons à différencier trois niveaux de réception: national, politicien, local. Ce pour chacun des deux  pays et avec une dualité  détectée: la nuance entre la symbolique et le réel:

    *1) Côté Suisse :

    Suisse/échelon national:la Confédération  entretient une politique d'immigration sélective, malgré les accords de libre -échange. Sans souci. Vu son niveau de vie très élevé, toute l'Europe voire plus loin encore, se précipite pour y travailler. On a même parlé de...londoniens frontaliers.

    Suisse/échelon politicien:

    a) le message symbolique politicien: des partis de droite extrême et d'extrême droite font leur gras -comme beaucoup en Europe aujourd'hui- sur le traitement de l'étranger, du français en particulier puisque les deux pays partagent une large  frontière.

    Jusqu'au très officiel Office Cantonal de l'Emploi (OCE) qui en avait tiré une caricature présentant le français baptisé "Robert" comme prototype du paresseux. Aucune réaction  politique officielle française à l'époque. Sinon chez les frontaliers, premiers concernés et leur Groupement associatif (GTE)

    Caricature assumée politiquement puisqu'elle n'a pas été retirée. Isabel Rochat, conseillère d'Etat l'assume en signalant que c'est le "fraudeur" qui est visé dans la video et non le "français". Sauf que la lecture induit que le  fraudeur est systématiquement français. Et induit la logique du "français fraudeur". Jamais les autres...Dont les suisses qui vivent en France sans se signaler aux autorités.

    Dans l'affaire du train, celui qui n' a pas respecté la signalisation à l'origine de l'accident n'était pas français. On parle ici de "défaillance humaine"...

    Restons logiques. Aller stigmatiser un ensemble sur la base d'un cas exemplaire pris pour représenter une certaine nationalité n'a pas de sens. Cela correspond parfaitement à la définition de "nationalisme" -Mais attention pas ici à celle de  racisme - car ces débats portent bien sur les nationalités et non sur  les races.

    Caricaturer l'ensemble des frontaliers autour des 120 "roberts" signalés est bien réducteur.

    Il s'agit de toutes façons d'un ...message politique. Les partis populistes l'entendent ainsi. Le parti d'extrême droite MCG a par exemple  pris pour cible nominativement Michel Charrat, président du Groupement qui a porté plainte, dans le cadre d'une campagne électorale d'affichage du printemps dernier.

    Trouver comme cible une population étrangère  n'est d'ailleurs pas une spécialité suisse. La France est un maître dans le genre. La crise économique générale explique ces poussées de populisme.

    Suisse/échelon local:

    a) Suisse /local : message symbolique.

    Cela fait bien longtemps (deux ans?) que le rétrécissement  du marché du travail suisse se pose spécifiquement autour des "français". Ce débat local  peut être suivi régulièrement  dans les discours des politiciens MCG, UDC et autres partis, sur les  Blogs Tribune de Genève. A savoir  "à compétences égales choisir un suisse " devient en 2013 "même à compétences inégales choisir un suisse".

    De fait, choisir un suisse en Suisse semble  logique tout de même.

    RECRUTEMENT: LE NON DIT

    Remarque : chacun est tout de même  encore libre de s'organiser dans son pays et la Suisse de choisir qui elle veut en réalité.

    De quelle manière  contourner la loi européenne sur le libre échange ? Tout simple.

    Dans le bureau du recruteur: retirer des prétendants de nationalité française sans ouvrir les dossiers de candidature.

    Il se dit  que cela se pratique aussi du côté de la fonction publique de l'Etat de Genève. Désormais, les agences privées de recrutement l'ont très officiellement signalé.

    Ne pas croire toutefois que la volonté de travailler en Suisse soit immuable pour les hexagonaux. Il semble depuis deux ans également  que les  hôpitaux de Annemasse et de  Saint-Ju ne vivent plus un turn-over infernal d'infirmières qui traversent la frontière au moindre recrutement helvète. Elles se stabilisent localement et beaucoup ne veulent plus du tout travailler de l'autre côté. Les discours  entendus sont fermes : pas question. Le travail est bien un marché basé sur la loi de l'offre et de la demande !

    A propos du volet  "paresse ", on est bien dans une phraséologie  à vocation ultra politique de message public.

    Le réel, le terrain est bien différent :

    b) Suisse/local: le réel.

    LES SUISSES NE SONT PAS MASOS !!!

    Ce pays libéral qui permet des licenciements soudains, dans la journée aurait déjà renvoyé  les milliers de travailleurs frontaliers s'ils étaient vraiment les  fainéants qu'une certaine  Suisse politicienne se plait à bouc-émissairiser. IIs ne seraient plus en poste, évidemment.

    Dans la vraie vie. Pas dans la symbolique politicienne, qui les présente comme des éternels ...Roberts.

    Si les français  sont en poste, c'est bien qu'ils assument leurs tâches !  La Suisse bonne samaritaine ne va tout de même pas jusqu'à entretenir une armée fantôme de travailleurs arrogants et paresseux, non? Que ce soit à Bâle, Genève ou Lausanne...

    Voire même dans la vraie vie -pas celle fantasmée- de certaines entreprises, certains  employés suisses  quittent quelquefois  leur boulot pile à l'heure horlogère. Pas une minute de plus. Alors que les autres collègues-  de toutes autres nationalités d'ailleurs -assurent le suivi du client retardataire, du surplus de travail.  Ces retours du terrain réel existent. Il est plus intelligent ici, de ne pas porter de jugement hâtif autour des nationalités. Idem, certains suisses choisissent de manger leur sandwich sorti du sac  quand les collègues français dépensent le resto. Contrairement à la caricature inverse généralement rapportée. Il s'agit bien de  comportements individuels. Point barre.

     Or, les recruteurs qui ont fait la Une de  Matin Dimanche ont bien raisonné "nationalités". Ils signalent par exemple que dans le BTP, on préfère les portuguais et espagnols aux français. Problème: cette info date.... d'un demi-siècle !!!!!!! Depuis les années 60, le BTP embauche nombreux  portuguais et espagnols que ce soit en Suisse ou en France.

    Remarque: on trouve peu de suisses dans les travaux pénibles du BTP et de la restauration. Peu de français dans le BTP. Doit-on en conclure qu'ils sont paresseux? Non évidemment. Cela tiendrait d'un jugement hâtif, là encore.

     Une chose est certaine sur le terrain: la Finance suisse se ferme aux français.

    Jusqu'alors ils y étaient relativement bien vus. La France produit effectivement des matheux et des informaticiens de l'ingéniérie financière de très haut vol. Combien de traders français à Londres ou New-York ....

    La donne a changé.

    L'article du Matin Dimanche repris par les nombreux médias en explique les raisons :"
    "Le journal prend en exemple un poste proposé sur l'Internet dans une banque genevoise pour un collaborateur dont la mission consiste notamment à ouvrir et fermer des comptes de clients. "Les patrons craignent d'engager des Falciani ou des Condamin-Gerbier en puissance", fait valoir le journal. Pierre Condamin-Gerbier est un ancien collaborateur de la banque Reyl & Cie qui est actuellement en prison à Berne pour son témoignage dans l'affaire Cahuzac. Des critiques similaires avaient également refait surface en 2009 lorsqu'Hervé Falciani, un ancien informaticien de la banque HSBC en Suisse, avait vendu un fichier volé comportant une liste d'évadés fiscaux."

    Et de citer deux noms au coeur des faits divers: Falciani et Condamin-Gerbier.

    Ces deux individus ont fermé la porte de leurs compatriotes à la carrière bancaire.

    Les Suisses ne sont pas masos. Pourquoi embaucheraient-ils ceux qui vont voler des listings au profit d'un tiers ??? La confiance est entâmée.

    Et cette fois, il faut porter l'analyse de l'autre côté de la frontière :

    *2.Côté France

    France/échelon national

    a) France /national: message symbolique. La  France "des Lumières" adore qu'on la regarde plutôt qu'elle même ne regarde ses voisins. Le monde entier doit connaitre la date du 14 juillet. Peu  d'hexagonaux sont capables de citer les dates de fêtes nationales helvètes. On frise la caricature avec la Suisse vue comme  pays du bon chocolat. Du dépôt bancaire. Du chalet de montagne.

     Tout comme sa voisine, la France est par tradition une contrée d'immigration. Au XIXème siècle, l'immigré est intérieur: un breton, corrézien ou savoyard qui monte à Paris.

    Immigrés désormais mondialisés avec lesquels elle n'est pas tendre du tout, non plus...

    Un exemple daté des années 1990 à  propos de l'"importation" de médecins étrangers. L'administration avait inventé  le concept de FFI: " faisant fonction d'interne" Des médecins totalement diplômés dans leur pays,  ultra employés à faire des heures dans les hôpitaux publics. Mais sous payés car n'étant statutairement que des "faisant fonction de" des erzatz, quoi. Plusieurs ont finalement quitté la France à force d'attendre un vrai statut. Certains ont fait de belles carrières aux...USA.

    b) France/ national: le réel. Les français   apprennent avec surprise par le Matin que des compatriotes peuvent  aussi  être les ..immigrés d'un autre ![ Une mauvaise langue a suggéré que ce retour  remet quelques egos en place !]

    Cette information du Matin les inquiète (d'où sa diffusion dans toute la presse hexagonale)  car elle les renvoie aux problèmes structurels d'une économie en berne, un chômage massif. L'image donnée par les suisses des "français revendicatifs et arrogants" les ramène  à  une économie chancelante. Eux de se poser pour eux mêmes -et pas tant pour ce que les suisse peuvent penser en réalité!- la question des congés, des   RTT, des  grèves (ex:dockers de Marseille) de la civilisation du loisir, des retraites à 55 ans pour certaines catégories  (ex: cheminots  etc...)

     France/échelon local. 

    a) France/local: symbolique. Tous les expatriés en Helvétie seraient arrogants et fainéants ??Non. La généralisation est évidemment abusive et populiste.

    b) France/local: le réel. Deux cas nets sont  à distinguer. Entre ceux qui travaillent déjà en Suisse et ceux qui comptent le faire et candidatent.

    Rappel: l'article du Matin est basé sur l'opinion d'un cabinet de recrutement précisément.

    -Oui les français qui sont déjà en interaction professionnelle avec la Suisse la connaissent, l'apprécient, en respectent  les codes, les us. Ils n'importent pas leur fonctionnement "français" et se plient aux usages de leurs employeurs locaux, avec qui les relations sont souvent excellentes. Très peu sont  concernés par l'esprit de revendication. Ils sont   ponctuels. Cela concerne des milliers d'individus. Bien évidemment des cas de revendications prud'hommales existent par les employés français ou autres ....comme dans toute démocratie. Il s'agit alors de mise en oeuvre du droit du travail (identique pour tous suisses et non suisses) et non du code des nationalités.

     -L'opinion du cabinet se base, elle,  sur ceux qui ne sont pas intégrés et se présentent. Exemple : à Genève, un responsable d'agence de recrutement me disait récemment que les jeunes ingénieurs français sont impossibles et "les parisiens encore pires que les autres" ! selon lui  : ils arrivent avec leur préjugés hexagonaux sur leur propre valeur, leurs prétentions,  car sortant de telle école très côtée et avec tel classement. Le recruteur lui veut savoir ce qu'ils peuvent  apporter et comment ils pourraient se caler dans le moule suisse. D'où effectivement ces jugements  intempestifs "d'arrogance"?

    France/échelon politique

    a) France/politique: le réel

    Etienne Blanc, le député de la 3ème circonscription de l'Ain, basé à Divonne-les-bains est un véritable député frontalier. A Paris, il ne cesse d'évoquer tous les contacts  positifs entre Suisse et France. A tel point que ses confrères l'ont raillé d'être si ...suissophile !!!( rapporté par lui dans la presse)franco-suisse,suisse-bashing,grand geneve,etienne blanc,gte,oce

    Il est tout simplement comme tous ceux de la zone frontalière, ceux  du Grand Genève,en lien bien compris avec le pays voisin devenu partenaire sur bien des projets. Partenaire: cela se respecte !

    Echanges trans-frontaliers de tous ordres: dont celui des  travailleurs, entre autres. Cela ne date pas d'aujourd'hui . Combien de panneaux ou de raisons sociales avec la terminologie " franco-suisse"?

     b) France/politique : le symbolique

    A ce stade de l'analyse, on touche du doigt la nature des relations avec la Suisse telles que vues de Paris: de la quantité négligeable?

     Eveline Widmer-Schlumpf avait attendu un certain temps avant d'être reçue par l'actuel Président. L'ancien Sarkozy n'était pas plus pressé pour s'exposer avec tout ce qui de près ou de loin touche à la Confédération. 

    Question d'image !! En effet s'afficher avec ces riches de suisses et leur système bancaire, cela vous plombe une communication politique , semble-t-il..Cela fait mauvais genre, n'est-ce pas ??

    Aujourd'hui les relations s'enveniment carrément  Lire aujourd'hui : Widmer-Sclumpf face à Moscovici : le conflit Suisse-France se complique

     A ce stade, on ne comprend plus rien. Le Qatar non francophone a été accepté comme membre de la francophonie par la France qui elle depuis quelques années joue la danse du ventre devant le richissime émirat jusqu'à lui offrir une fiscalité spécifique avantageuse.

    Les politiciens à Paris ( Gouvernement, Assemblée, Sénat) vilipendent  sans complexe  la Suisse francophone, ce voisin de longue amitié ancestrale. Ce"vieux couple" (cf mon article infra)

    Pays avec certes son système bancaire qui hérisse le poil de plusieurs autres nations.

    Mais aussi Suisse qui  permet des importations bénéfiques pour le PIB français: la manne salariale des milliers de frontaliers qui ont le courage de s'engager professionnellement en  territoire étranger dans des situations de précarité structurelle (possibilité de licenciement rapide et salaire qui dépend d'un taux de change qui varie chaque jour et peut chuter, sécu coûteuse)

    La relation politique  franco-suisse est aujourd'hui  crispée. On parle même de ....conflit !!

    Je ne comprends pas cette approche des politiciens basés à Paris. L'arrogance française se situe probablement ....à leur échelon ?

    Ils ne sont pas d'extrême-droite seulement. Le suisse-bashing se pratique de tous bords de la gauche à la droite. C'est devenu carrément "politiquement correct "sur les bords de la Seine !

    Alors que des milliers de français traversent chaque jour la frontière....

    La Suisse semble s'en moquer. Elle  tourne son regard  vers les zones germanophones de l'Europe.

                                                                                                    Sylvie Neidinger

     Articles du blog ayant déjà traité du sujet:

    -caricature: les pendulaires frontaliers

    -Le vieux couple franco-suisse