A-Grand Genève - Page 2

  • Vélo maso

    Désolée pour le caractère perso de la note mais la thématique est générale.

    Hier 29 je me rendais vers un "boutduborddulac" qui m'était inconnu, celui d'Yvoire pour la très intéressante expo Défilé alpin Mode et Montagne du XIXème à nos jours juste avant qu'elle ne ferme au 31 octobre.

    En mode écolo-économique-développement durable. Donc programme: train+vélo (en tout état de cause, les transports publics pour se rendre à Yvoire sont presque inexistants)

    Sur mappy: arriver en gare de Perrignier, traverser une forêt, arriver à Sciez puis longer le lac aux eaux sublimes du côté d'un rivage au nom imprononçable Excenevex puis Domaine la Rovorée (Yvoire).

    Une quinzaine de kms, trente aller retour: jouable.

    Y aller ou pas?

    La dernière  fois que j'avais roulé sur une départementale en bicyclette remonte à l'adolescence, un bail...Choix d'essayer à nouveau.

    Problème: le trajet réel  fut  immédiatement inquiétant. Sur ces routes souvent larges et droites, donc magnifiques, les véhicules roulent à la vitesse autorisée souvent 90km /h.

    Voitures et camions,  surtout si rien ne vient  en face, doublent donc à cette vitesse juste en se déportant  un peu à gauche.

    Et frôlent le cycliste  à un mètre à peine ...à 90 km/h, voire moins (80,70..) s'ils sont prudents. Mais cela fait encore beaucoup.

                                                  ROULETTE RUSSE

    Quelle inquiétude d'entendre arriver un engin mobile et de se dire à chaque fois: j'espère que le conducteur est bien là, qu'il ne regarde pas sur sa gauche ou son portable.

    Tension...alors que la route était bucolique: arbres et champs puis sublimes vues sur le lac.

    Sentiment de mettre sa propre sécurité dans les mains d'inconnus dont on ne peut préjuger du comportement. Roulette russe.

    La cycliste que j'étais se tenait le plus à droite possible sans embardée évidemment dans la stricte attitude du "partage de route" et sans atteinte au code de la route.

    Bien à la droite de la chaussée également  en pleine  ville à Sciez. Pourtant dans cette agglomération, une automobiliste (une "furieuse" au sens hoolywoodien du terme des Furious, à la "orange mécanique") descend sa vitre et hurle que je dois rouler sur le ...trottoir. Sympa! L'idéal évidemment est la piste cyclable quand elle existe.

    Sur ce trajet de bord de Léman, je traverse par deux fois des chantiers routiers, des travaux en cours dont les panneaux annoncent  des aménagements d'une  vélo route que le département 74 t les collectivités locales mettent en place.

    vélo,vélo maso,cyclisme,cg74,rhône,danger,sciez,excenex,chemin de halage,léman,route,véloroute du sud léman  Enfin à destination, je fais part aux chargées d'accueil du lieu culturel La Rovorée de cette difficulté vécue  à avoir "testé" le mode de transport vélo sur route normale.

    Par le plus grand des hasards,  arrive sur ces lieux une employée, visiblement en  retard. " Il vient d'y avoir un gravissime accident, dit-elle- vélo,cyclisme,danger,sciez,excenex,chemin de halage,léman,route,véloroute du sud lémanil y a 10mn: une cycliste renversée".

    Exactement là où j'étais 10 mn avant. Sur la vélo route dit " internationale" et  "verte".

    Toutes mes intuitions n'étaient pas vaines. La roulette russe est bien tombée... sur une autre cycliste.

    Cette dame inconnue  touchée, fauchée, c'est nous tous en fait. Tous ceux qui prennent le vélo sur route ordinaire.

                                            VELO ROUTE INTERNATIONALE

     

    Renseignements pris, cette  voie est bien  dédiée au vélo mais "en partage": un peu ambigu comme programme..!

    Elle se nomme la Vélo route du Sud Léman. Elle est à caractère international, car  se connectant à la Suisse  pour un futur tour complet du lac. Donc connectée au Valais.

     "La véloroute du Sud Léman est en cours de réalisation et s’étendra sur environ 80 km. Elle a pour vocation de prolonger l’itinéraire du Léman à la mer par la rive sud du Lac Léman et rejoindre la Route du Rhône Suisse dans le Valais

    Un tel itinéraire à pour ambition de proposer un bouclage du tour du lac Léman certes, mais surtout un grande véloroute internationale le long du Fleuve Rhône (de sa source en Suisse jusqu’à la méditerranée) Celle-ci pourrai faire l’objet d’une inscription au Schéma des véloroutes européen Eurovélo.

     

    vélo,cyclisme,danger,route,véloroute du sud léman

    Je m'intéresse à cette vélo route et son aménageur qui indique sur site évidemment sa non responsabilité:
    "Vous vous engagez sur ces parcours sous votre propre responsabilité. Les collectivités et voiesvertes.com ne peuvent être tenus responsables des accidents qui pourraient survenir sur les itinéraires décrits dans ces pages. Bonne balade à tous."

    Cette phrase est exacte: le CG74 investit et améliore le réseau. Il ne peut gérer les comportements individuels comme ici, dans l'accident, celui du  premier chauffeur qui aurait évité le vélo en toute dernière minute, le second véhicule derrière n'ayant pas pu éviter lui car n'ayant rien vu, son champ visuel étant pris par la première voiture.

    Tout au plus l'aménageur public  peut-il  faire un affichage spécifique  signalant  spécifiquement une mixité vélo/route ?

    Et tout de même, gérer ce problème de communication majeur? Signaler que ces routes ne sont pas dédiées au cyclotourisme  pur car elles sont, en réel  hyper fréquentées par voitures et camions.

    A savoir le Chablais, enclavé, souffre de ses routes. Il y manque une voie rapide.

    De tout cela, je ne tire aucune conclusion à caractère général. Et très certainement aucune  contre l'opérateur public qui investit pour améliorer les routes, pour tenter de rendre les paysages de bord de lac faciles aux cyclos. Juste suggérer de faire attention à la communication sur la réalité de la densité et nature de la circulation.

    Une conclusion à titre privé toutefois : mon auto-promesse de ne jamais plus emprunter un vélo sur voie publique nulle part. Et pas spécialement en bord de lac !

    Donc plus jamais  en mode écolo-économique-développement durable.

    Juste garder l'aspect vélo loisir. Mais alors il faut aller le chercher le long de pistes cyclables spécifiques si elles existent.

    Comme sur les anciens chemins de halage (Rhône, Isère et autres fleuves) garantis hors circulation moteur. Car c'est bien  en proximité  du mode fluvial que la bicyclette trouve sa sécurité maximale.

    Historiquement, les bords du Léman  n'étaient pas concernés par le halage. Le lac étant  traversé toutes voiles dehors par de vrais coursiers rapides. Les chemins spécifiques n'existent pas.

    Il faut donc faire avec la mixité   si l'on veut malgré tout jouer à la roulette russe sur les routes bucoliques dites vertes (!!) ou noires. Cela se nomme le vélo maso.


                                                                   Sylvie Neidinger


    *Où rouler dans le "grand grand Genève"? Nombreux venant de Suisse ou France  s'arrêtent en gare de Bellegarde (Ain) et suivent les voies de halage du Rhône à bicyclette.


  • Les circuits courts agricoles du Grand Genève, en court-circuit?

     La question précisément posée lors du petit-déjeuner débat de la MED74 de mercredi 15 octobre à Annemasse était la suivante: Circuits courts du Grand Genève phénomène de mode ou véritables leviers de développement économique? 

    med74,sandra mollier,élofie marfico,grand geneve,grda,label grda,salève,estiveSandra Mollier, chef de projet nature au Département Présidentiel,med74,sandra mollier,élofie marfico,grand geneve,grda,label grda,salève,estive a présenté un état chiffré agricole dans la zone et des exemples concrets telle l'action Chez mon fermierJulien Cosme (Chambre d'agriculture Savoie Mont Blanc) a développé les enjeux du court, Elodie Marfico, adjointe scientifique à la direction Générale de l'Agriculture de l'Etat de Genève évoquait  le  label de proximité local: Genève Région Terre d'Avenir.med,grda,label grda,sitg,sandra mollier,grand genève,produitq

    La zone géographique du bassin concerné comprend 2000 km2 , 1300 entreprises, 6000 emplois directs....

    Les deux  sites webs regorgent de données, dont les cartographies  toujours didactiques issues du service dédié genevois SITG.

                                            LE SWISSNESS AU COEUR DE L'ACTU

    La véritable problématique n'est pas tant celle inscrite dans l'intitulé:  "mode ou levier?" Mais plutôt les évolutions politiques... internationales.

    Le court est  à la fois moderne et ultra séculaire :

    1-Réalité géographique. Le circuit court est totalement tendance pour la fraîcheur des produits, la limitation de l'impact carbone, l'économie de proximité. D'où l'intérêt des actions  GRTA ou Chez mon fermier.

    2-Réalité historique: le terroir ! Genève intra-muros est depuis les temps immémoriaux connectée à Genève extra-muros sur les terres agricoles de proximité. L'étymologie en porte trace entre "Genève" et le "genevois", son territoire lié.Comme toute véritable ville qui se respecte. Or, ici,  une frontière entre temps a séparé les deux entités.  Les zones franches, créées à cette occasion, purent régler ce problème. D 'où la particularité pour ces  produits du genevois français de   se voir commercialisés  en Suisse avec le label suisse.

    Le sujet devient délicat à l'heure actuelle. 

    En fin de rencontre,  Marc Favre, vice-président de la MED a posé "la" question  du projet Swissness, les risques  de voir supprimée cette pratique.

    Réponse. L'affaire est d'actualité mais sans aucune indication  sur le résultat :

    -Les politiciens français régionaux sont montés au créneau en faveur du maintien.

    -Les conseillers d'état genevois doivent donner leur avis fin octobre.

    -Pour une décision ultérieure confédérale. Laquelle sera cruciale.

    L' avenir helvète des produits agricoles du genevois intégrés, lait, tomates....est incertain et lié à des problématiques qui les dépassent largement.


    A QUELLE SAUCE SERONT MANGES LES FROMAGES GENEVOIS?

      Telles les bisbilles actuelles entre France et Suisse sur EuroAirport Bâle Mulhouse?  Le  gouvernement français a informé  cet été le  Conseil Fédéral de son intention unilatérale d' appliquer le principe de territorialité à compter du 1er janvier 2015 à cet aéroport binational, à la stupéfaction de la Suisse et des élus et ...salariés alsaciens.

    Une modification sans concertation signe d' instabilité juridique, ce mal hexagonal.

    Une remise en cause brutale et radicale d'un principe  qui accordait à cette zone alsacienne la législation helvète. Ceci bouleverse fondamentalement la donne de cette aéroport, 2ème employeur du Haut-Rhin. Autisme parisien.

    Démarrent  les conséquences en cascade dont plusieurs financements suisses en France déjà programmés mais gelés, en stand by ( ex: des  liaisons de transport) . Des entreprises de fret envisagent de  quitter l'aéroport. Des chantiers de BTP français avec fonds suisses sont déprogrammés ou en attente.

    Cela chauffe.

    Un article des  DNA confirme que la suisse refuse de céder aux injonctions françaises  ni même d'entrer en négociation sur ce dossier aéroportuaire.

    Tout ceci semble  loin des produits agricoles genevois. En apparence seulement. Tout est lié !

    Preuve, cet été, les agriculteurs du canton de Genève n'ont pas eu le loisir de recevoir de subvention fédérale si leurs vaches  montaient en estive sur les flancs du Salève genevois comme de tradition. En circuit court écologique pourtant.

    La Confédération a supprimé les aides accordées à l'alpage s'il se produit hors du territoire. Le Salève en est désormais exclu. Les agriculteurs du canton apprécient peu. Il leur semble difficile de louer des camions pour emporter le bétail vers des alpages valaisans ou autres.

      L'actuel gouvernement parisien semble mettre à mal des mécanismes trans-frontiers déjà huilés, en dépit des alertes des responsables politiques   des régions françaises concernées.

    Les conséquences de tous ces dérèglements ne sont pas encore toutes identifiées.

    Les pommes des zones franches ne veulent pas compter pour des prunes mais semblent déjà mixées en une drôle de compote bilatérale.

                      SIMPLE DEREGULATION OU DE-CONSTRUCTION POLITIQUE ?

    L'air du temps est au suffixe privatif "dé-". La dernière livraison du Messager genevois (N°42 du 16 octobre 2014) est éloquente. En page 9 un article un peu provoc intitulé "Et si on changeait de nom du Grand Genève " la question posée aux politiciens des deux  côtés obtient en réponse un non évidemment. Mais on peut lire des avis divergents rapportés par le journaliste:" pas de P+R, Genève ne s'intéresse pas au Grand Genève. Il faut la nommer désormais "petit Genève"." D'un populisme, l'autre...

    Plus sérieusement en page 7, la CCG, Communauté de (17) Communes du genevois, forte des nouveaux maires issus des dernière élections pour mettre en oeuvre de nouvelles idées, vient de déclasser 195 hectares ( soit 60 % des terres prévues pour l'extension de populations) passant par cette modification du Scot de constructibles à inconstructibles. Qui au passage vont redevenir...agricoles. Gel.

    Le label GRTA avec son image d'excellence  fonctionne fort  bien actuellement avec une bonne visibilité des produits  de l'agriculture locale issus à la fois du  canton de Genève ou des zones franches.

    Mais des enjeux plus vastes et plus difficilement maîtrisables par les responsables en charge du Grand Genève  interfèrent.

    Surtout: une incertitude s'installe.

    Sur leur devenir, les courts circuits genevois sont actuellement réellement  court-circuités par l'actu politique générale de la relation franco-suisse.

                                                                                              Sylvie Neidinger

     Les conférences de Mme Mollier et Marfico sont disponibles sur le site de la MED en lien dans l'article

    crédits images/ captures sites webs évoqués

    med,grda,label grda,sitg,sandra mollier,grand genève,produitq

     

     

     

     

     

    med,grda,label grda,sitg,sandra mollier,grand genève,produitq

  • Pas de genevois pur sucre? Evidemment !

     Lu dans le Messager genevois du 24 juillet, page 2:

     "Profitant de l'émission "les défis de l'actu" de la radio tv publique romande, le maire de Saint-Julien-en-genevois a proposé de trouver un "authentique genevois dont les huit-arrière-grand-parents sont également Genevois."

    Le journal poursuit "Après d'intenses recherches et l'aide des réseaux sociaux, le journaliste  Rouven Gueissaz a trouvé l'oiseau rare en la personne de l'historien et théologien Olivier Fatio*. Celui-ci précise quand même que deux de ses ancêtres sont Genevois d'adoption..."

     Et la brève de se terminer par trois petits points comme si une démonstration avait été faite.

     Or, elle est absurde!

    le messager,rts,pur genevois,antoine vieilliard,geneve,genealogie,rouven gueissaz

     

     La  lecture immédiate de  cette " recherche" semble médiatico-politique, une manière pour M Vielliard, de...démontrer  aux genevois qui ont actuellement tendance à se replier sur eux-mêmes, à vouloir s'enfermer, qu'ils sont bien issus de frontières ouvertes par les mariages.

     Certes. Mais ont-ils besoin de lui pour le savoir?

     De plus, cette affirmation repose sur du vent car le "défi" d'Antoine Vielliard n'est pas scientifique.

     1- Aucun genevois a fortiori protestant et même installé depuis des siècles  ne peut nier avoir quelques  gênes issus des provinces françaises cévenoles, ardéchoise ou autres, ou d'Italie. C'est toute l'histoire du protestantisme.

     2-Cette démonstration pourquoi? Le 9 février dernier, Genève n'a pas voté pour le repli sur soi.

     3- Que ce maire d'une  commune limitrophe frontalière   demande aux genevois de.... prouver (!!!!) ce qu'il ne peut prouver lui-même car ... personne (ou presque)  ne le peut est aberrant.

    Les bases de la démonstration sont carrément fausses quand  on prend le temps de l'analyse  derrière le buzz médiatique.

     En effet, l'homme...politique  demande d'aller vérifier sur quatre générations. Cela se nomme donc de la GENEALOGIE.

     Or toute personne qui a fait un peu de généalogie sait et a constaté dans ses arbres, une très grande stabilité géographique...jusqu'au milieu du XIXème siècle. Date à laquelle les émigrations internes d'une région à l'autre ou transfrontières s'intensifient.

    Jusqu'alors, on allait banalement se marier  dans le village, le quartier  voisin, le plus souvent.

     Trouver  huit ancêtres (inclus les arrière-grand-parents) issus d'une même zone  est donc possible partout, relativement facilement  aux XVIème, XVIIème et XVIIIème siècles. Partout.

     Hormis  pour la capitale calviniste justement  en raison du cas précis des protestants.

    Mais cela devient pratiquement mission impossible  après.

    Dès la mi-XIXème siècle tout bouge, pour tout le monde et partout. A Genève comme ailleurs.

     Si je prends mes huit ancêtres soit la G4 (4ème génération  au dessus) j'ai: la Suisse de la région  de Berne (Nidau) l'Allemagne du Bade Wurtenberg, la Lorraine, la Corrèze, la Haute-Savoie, la Dordogne. Rien de plus banal au XIXème/XXème que ces mélanges de populations au coeur de l'Europe.

     Alors que dire  de ce bizarre  défi qui demande aux seuls genevois contemporains de lister leurs huit ancêtres locaux, ce pour le .. XXème siècle en plus ?

     

      "TROUVER DES GENEVOIS PUR-JUS"OU "AUTHENTIQUES": LA QUESTION POSE PROBLEME!

     

     Quelque part, juste en posant cette question, M Vielliard  stigmatise les genevois en exigeant d'eux ce qui est impossible... à tout le monde de démontrer.

    Attention au décodage  sémiologique des termes  employés:

    1-Concrètement le maire de Saint-Julien réclame aux "genevois"dans leur ensemble une réponse à qui ? à... LUI !

    Le déséquilibre de la proposition est évident. Qu'un individu seul s'adresse à une population prise dans son ensemble peut être signe de mégalomanie, non?

    Ou d'une parole provoc' comme les politiciens savent le faire quelquefois pour se donner de l'importance.

    Etonnant  en plus car la population visée...n'est pas  sienne, ni même de son pays !

    2-Il met au défi les genevois de chercher donc de prouver. D'entrer dans son raisonnement, sa démonstration à ..Lui. Donc de se justifier d'être ce qu'ils sont... Devant qui? ... LUI. C'est aberrant.

    3- Etonnante association entre la Radio  Télévision Suisse (!!!) et le maire de St-Ju pour chercher  avec tant de  difficultés les genevois PUR-JUS (tel que textuellement écrit sur RTS voir la capture d'écran supra)  

    Lui parle  "d'authentiques" genevois, des vrais, quoi. Les autres étant faux n'est-ce pas?

    Le postulat de départ signifie de facto que les genevois globalement sont /seraient d'un jus IMPUR.

    Je synthétise le défi dans son résultat sémantique: genevois impurs, genevois non-authentiques...

    RTS média national de l'Helvétie en recherche de genevois purs et qui n'en trouve pas... Un seul exemple trouvé: M. Fatio qualifié d'oiseau rare. Et encore ses ancêtres ne sont pas 100% pur/pur jus...

    Remarque: la terminologie de PUR/IMPUR est ici appliquée  à ...une population!! On se pince. On rêve.

    La notion de pureté - ou simpement sa mention- appliquée à une population me fait frémir.

    C'était une émission tv de détente et pour rire d'anecdotes ?

     Si c'était une démonstration.... politique, cela coince.

    Quelle est cette notion "d'authentique" appliquée aux populations?

     

           INSTRUMENTALISATION POLITICIENNE DE LA GENEALOGIE

     

     Le discours sur " l'authentiquement  français" est porté par l'extrême-droite.

    Idem pour "l'authentique helvète" porté par les extrêmes.

    Le maire de St-Ju demande ici par le micro de la Radio TV suisse la démonstration de "l'authentique genevois" !

     Le problème est que je n'ai pas compris ici dans quel registre se situe cette émission.
    http://www.rts.ch/info/dossiers/2014/les-defis-de-l-actu/6004390-defi-8-antoine-vielliard-trouver-un-genevois-qui-a-8-arriere-grands-parents-genevois.html

     Ni l'objet exact du défi? L'émission  défie qui, au fait?

     Avant de commencer "ses intenses recherches avec l'aide des réseaux sociaux" soit en d'autres termes une chasse à "l'authentique genevois pur sucre" (ce drôle d'oiseau ...)  pourquoi le-dit  journaliste de cette TV romande nommé Rouven Gueissaz n'a-t-il pas procédé à une vérification journalistique, déontologique des postulats informationnels  de base?

    Et  de la nature du résultat de cette "enquête suspecte " sur "qui serait authentiquement genevois?" Pour démontrer quoi?

    Pauvre Olivier Fatio,  seul pur genevois (homme  fort brave visiblement, historien)  trouvé par l'émission RTS correspondant aux "critères" , dont le cas  même ne colle pas à  100% en plus car comme tout le monde à Genève, il a quelques ancêtres genevois mais  "d'adoption".

    On se pince, on rêve.

    On pourrait tout de même demander à ce média et son personnel quelle est leur  définition du terme "authentique genevois"?

     Soit  pour en  rire. Soit pour en pleurer...

     Qu'un média institutionnel helvète, la RTS et un homme politique hexagonal, Antoine Vielliard, maire donc officier d'état civil, mettent  en branle jusqu'aux  réseaux sociaux pour aller vérifier... l'authenticité citoyenne globale "pure" du ....voisin genevois ( d'outre frontière pour le maire) en se basant sur des données d'état-civil et généalogiques ....a quelque chose de très très TRES gênant.

    C'était pour rire? On ne partage pas le même humour.

                                                                                              Sylvie Neidinger

     

    * Dans sa note de blog du 31/01/10 JF Mabut signale ceci à propos de A Vielliard :
    "Il est né à Chêne-Bourg d'une famille venue de la région parisienne. Son père était un Caterpillar comme lui est un Procter & Gamble" Parisien donc.

    *Olivier Fatio est professeur honoraire à l'Université de Genève où il a enseigné pendant 30 ans le christianisme, directeur de l'Institut d'histoire de la réformation et professeur d'histoire de Genève. A sa retraite, il a créé le musée international de la Réforme.

                                                             Rubrique #Protestantisme

    Olivier Fatio
    est professeur honoraire de l’Université de Genève
    où il a enseigné pendant
    30 ans, comme professeur d’histoire du christianisme, directeur de l’Institut d’histoire de la
    réformation et professeur d’histoire de Genève. A sa retraite il a créé le Musée

     

    Le conférencier
    Olivier Fatio
    est professeur honoraire de l’Université de Genève
    où il a enseigné pendant
    30 ans, comme professeur d’histoire du christianisme, directeur de l’Institut d’histoire de la
    réformation et professeur d’histoire de Genève. A sa retraite il a créé le Musé
  • Salève: sa sidérurgie médiévale

    On signale au lecteur amoureux de Genève, du Salève ( ils sont nombreux !) et de l'histoire locale une conférence (gratuite) donnée mardi prochain, le 6 mai à la Maison du Salève, 20h30.salève geneve,archéologie,sidérurgie médiévale,maison du salève

    A l'invitation de la Salévienne, Sébastien  Perret (Université de Fribourg) et Alain Milo (historien archéologue) partageront les résultats de leurs fouilles estivales  2013 sur

    l' Alpage des Convers.

    Le sous-sol de cet espace naturel classé"zone naturelle sensible" regorge de données historiques ....à partager.

                                                     Sylvie Neidinger


    Crédits photo/capture d'écran/ PDF Salévienne


  • Carrières Internationales du Grand Genève en bonnes rencontres

     Divonne-les-Bains (le 19 mars) et Archamps  le lendemain ( au Centre nommé "Porte Sud de Genève") accueillaient la semaine dernière des rencontres transfrontalières.P1120761.JPG

    Autour de l’emploi salarié mais aussi de  la création d’entreprise. Destination suisse.

    Organisées sous forme de colloque par Pôle Emploi Pôle Mobilités Internationales (en liaison avec les agences de St Ju et Divonne) les deux journées ont réuni des centaines de personnes autour de dizaines de conférences de grande qualité.

    Des intervenants de toutes spécialisations pour un  public  venu  s’informer des réalités helvétiques, de Vaud et de Genève.

    P1120762.JPGIl ne s’agissait pas d’une mise en contact directe avec les entreprises. Mais en quelque sorte d’infos très pointues, basées sur le réel de cette frontière.

    Car au-delà ne fonctionne pas comme en-deça !

    Une info, en amont des projets de vie individuels, entrepreneuriaux ou  salariés:  des conseils précis lesquels furent nombreux (des dizaines de thématiques) variés, pertinents.

      Ces réunions double –nationales étaient fort intéressantes à observer dans le contexte  post-votation anti-immigration du 9 février…

    Quelle tendance allait-elle se dégager: plutôt morose ou  esprit prospectif  ? Se morfondre ou regarder les lignes de crêtes?

     En fait, de ces rencontres se dégageait un véritable flux d’énergies !

    Les suisses qui se sont déplacés ne venaient pas  pour faire simple bonne figure.

    La dynamique d’une région économiquement active qui a besoin de toutes ses compétences de quelque bord de la frontière que ce soit, était sensible.

    On ne pourra citer tous les professionnels...

    grand geneve,carrières internationales,divonne,archamps Bien évidemment, les grands acteurs du secteur franco-suisse étaient à leur poste: Romain Duriez de la CFSCI (Chambre France-Suisse pour le Commerce International) et ses recommandations pour réussir son projet entrepreneurial (à propos leur logo intégré est très intéressant !) également  la Cité des métiers de Genève, le GTE, la CCI d'Annecy…


                               RESEAUTER ET ENCORE RESEAUTER!


    Ces deux journées furent en fait,  du réseautage à grande échelle !

    Avocats, conseils pour des thématiques variées.

    Un exemple: comment devenir...socialement désirable.

    De la réflexion sur l'image personnelle  numérique avec  l’usage des réseaux sociaux pour le "personnal branding"par Marie Marthe Joly (expression-coaching.com) à Divonne. Idem  par Alain Chalouhi à Archamps représentant la Swiss Entrepreneur Association...

    Aux remarques pertinentes sur l'image de soi renvoyée, les dress-codes, avec  Myriam Hoffmann (Première Impression) 

    Les  présentations juridiques de la législation du travail par  Maître Rousselle-Ruffieux du cabinet genevois BCCC spécialisé en droit des affaires etc. Chacun puisait suivant ses besoins !

    grand geneve,carrières internationales,divonne,archampsRudolf Klaus (rkls.ch) sur ce thème « réussir en Suisse : la bonne attitude » distilla de  précieuses remarques. Ce spécialiste du réseautage productif n’a pas hésité à transmettre son  vécu de suisse alémanique qui ne parlant pas un seul mot  français avait choisi de vivre en zone lémanique.grand geneve,carrières internationales,divonne,archamps

    Ce coach expérimenté n’hésita pas- en toute franchise, sans langue de bois- à dénoncer le résultat de la votation du 9 février  "mauvaise pour l’économie", selon lui. (c'est direct, à son image)

    Comme un pays qui scie la branche sur laquelle il est assis: cf, son illustration de Frits Ahlefeldt projetée à l’écran !

     En fait à Divonne et Archamps, on a senti la branche des contacts professionnels  franco-suisses …plutôt solide !

                                                                 Sylvie Neidinger


     crédits images/Photos Neidinger +capture d'écran (logo CFSCI)

  • ???????? Grand Genève, frontaliers: points d'interrogation en rafale.

    La presse suisse (Tribune et autres) était bien représentée au petit-déjeuner de la MED (Maison Economie et Développement)  jeudi dernier le 19 février  sur le thème  suivant:  "l'âge d'or du frontalier est-il derrière nous ?"

    Preuve d'une communauté d'intérêt.

    genève,frontaliers,genevois,michel charrat,claude deffaugt,votation anti-immigration,jean-françois bessonDes statisticiens de Rhône-Alpes ont fourni leurs données chiffrées: 70 000 frontaliers résidant en genevois français  génèrent une économie  "présencielle". 8 000  nouveaux actifs par an dans la zone venus de Suisse (pour se loger) ou de Rhône-Alpes principalement par mobilité interne. 1/4 de frontaliers sont des cadres titulaires de diplômes universitaires.20 % d'emplois induits par leur seule présence, en genevois....etc.genève,frontaliers,genevois,michel charrat,claude deffaugt,votation anti-immigration,jean-françois besson

    Michel Charrat, dans la salle  a tenu à relativiser l'intitulé du débat. L'âge d'or ?? Il en doute. Il  avait justement fondé le GTE (Groupement Transfrontalier Européen) face à l'immensité des problèmes de ces travailleurs pris en tenaille entre deux législations à l'époque.La seule période favorable selon lui fut justement celle qui s'ouvrait  avec la signature des accords bilatéraux au 1er juin 2002.  Pile celle que la votation Immigration historique du 9 février dernier remet en question.

    genève,frontaliers,genevois,michel charrat,claude deffaugt,votation anti-immigration,jean-françois bessonJean-François Besson, secrétaire général du groupement a refusé d'imaginer l'avenir, trop incertain: le présent lui suffit dans sa complexité ! Il a démontré, chiffres à l'appui, la baisse de revenus programmée chez les frontaliers autour du passage obligatoire en  CMU par le ministère de la santé et des modifications intervenues dans  la fiscalité suisse vis à vis du conjoint salarié en France. Sur le genevois, elle s'évalue à 210 millions d'euros au minimum, selon ses analyses pragmatiques. Un sérieux manque à gagner localement.

    genève,frontaliers,genevois,michel charrat,claude deffaugt,votation anti-immigration,jean-françois bessonOr,  ni l'économie ni les ménages n'aiment l'incertitude...

    Cette instabilité est partagée dans le Grand Genève avec les voisins suisses. A Archamps ce jeudi, il fut souligné que le canton de Genève avait bien refusé cette votation anti-immigration aux conséquences inédites incalculables?

    Dans la salle, Claude Deffaugt, ancien directeur de Migros France souligna combien, dans ce bassin de vie commun,"nous partageons les mêmes analyses mais les pressions viennent de l'extérieur"

    Tous conscients que Genève et genevois sont dans le même bateau....Face à une météo peu favorable. Brouillard épais et vents contraires se sont abattus sur l'économie grand-genevoise.

    A la fin de la présentation, l'écran a laissé place à des points d'interrogation.

    Jamais interrogation n'aura été signifiante à ce point....

                                                               Sylvie Neidinger


    Suite: le 6/03/14-Détente entre Paris et Berne : visite du Ministre Moscovici "en ami"Lire

  • Grand Genève: Annemasse et St Ju basculeraient ?

    Il ne s'agit que de sondages.

    A quelques semaines des municipales 2014, le Monde publie une projection des supposées  villes qui pourraient basculer à droite:

    .lemonde.fr/municipales/article/2014/02/07/municipales-les-85-villes-que-la-droite-pourrait-gagner_

    Deux agglomérations - actuellement à gauche - du Grand Genève font partie de la liste: Annemasse et Saint-Ju.

    Pour l'arc frontalier plus large: Dole et Saint-Claude.grand geneve,frontalier,entente franco-suisse,suisse bashing,annemasse,saint julien en genevois

    Cette tendance  concerne   plus de 85 communes pour l'hexagone. Elle serait en partie liée  à un rejet de la politique  nationale.

    Dans le genevois, ce sondage traduit aussi   le rejet de la façon dont le local fut traité par le national...en l'occurrence la relation franco-suisse. (entre autre rejet global de la politique gouvernemental)

    Car le local y  a la particularité d'être international.

    Il n'est pas difficile de recueillir des témoignages de citoyens  choqués de la manière dont le gouvernement, depuis Paris a fait voler en éclat sans ménagement une certaine diplomatie de l'entente franco-suisse, de multiples façons ...

    Un mouvement radical  "bonnet rouge"a même émergé des problématiques frontalières.

    FRONTALIER ELECTEUR

    François Hollande  ayant déclaré être "l'ennemi de la finance" dans ses premiers jours de gouvernance très  idéologisés, il est certain que la place financière suisse avait tout pour  déplaire.

    S'ensuivit une sorte de suisse bashing que le ministre Cahuzac fut parmi les premiers à pratiquer en son temps...

     Les haut-savoyards eux, sont depuis toujours en interaction avec la Suisse  voisine.grand geneve,frontalier,entente franco-suisse,suisse bashing,annemasse,saint julien en genevois En liens très forts.  Cela va loin, avec quelquefois des doubles nationalités issues de mariages franco-suisses, au XIXème, XXème, XXIeme siècle.

    Sans même parler de liens familiaux, les  relations humaines de travail avec leurs collègues helvètes existent pour ceux qui traversent. Et une  reconnaissance certaine pour la Suisse qui emploie là où la France est en chômage maximal..

    Les hommes et femmes politiques du Grand Genève apprennent eux aussi à travailler ensemble.

    Aussi la surprise fut-elle grande dans le genevois  devant la dégradation  de la relation avec la  Suisse par un gouvernement très idéologisé dans sa phase I ( cf la guerre à la "finance") qui pour faire la "chasse aux riches" la stigmatisait violemment.

    La relation franco-suisse s'est progressivement...dégradée en quelques mois. Concrètement :

    Les   demandes d'entretien par  certaines autorités politiques helvètes étaient  accordées  à Paris avec fort retard....

    Helvétie,   pays frontalier, séculairement voisin,  francophone et concrètement pourvoyeur d'emplois par sa bonne santé économique. Là où la France détient un record de chômage.

    Etonnant suisse bashing car dans le même temps,  les troublants accords fiscaux privilégiés avec le  Qatar -donc avec une  famille régnante- sont maintenus par la France. Des accords bilatéraux  qui ont pour résultat de transformer  le pays en ...exception fiscale... pour le Qatar !!

    Les hommes politiques de la zone frontalière ont bien  lançé leur alerte à Paris sur la nécessité de prudence et nuance dans les relations avec le pays voisin. Sans être entendus.

    Des députés locaux ( M Blanc.)ont dit combien ils étaient souvent  mal vus à Paris  en mettant  l'accent sur cette nécessité de dialogue serein. Car regardés comme des lobbyistes  pour un pays étranger là où ils évoquent  un bassin économique international intégré type Grand Genève....

    ECONOMIE FRONTALIERE TOUCHEE DE PLEIN FOUET PAR.... LES MESURES  PRISES !

    Le gouvernement socialiste invente  unilatéralement une disposition de loi mal ficelée- pour ses conséquences-  en matière de succession qui  touche directement le bilatéral franco-suisse. Elle signifie que les héritiers vivant en   France d'une personne ayant des biens en Suisse (qui peut être également de nationalité suisse)  vont  intégrer dans la succession les-dits  biens existants en Suisse et les voir  fortement taxés (à 40 %  (de mémoire, chiffre  à vérifier)

    Colère chez les suisses du  genevois.

    Les conséquences de cette mesure se constatent immédiatement, les suisses n'achètent presque plus en France et remettent leur bien français à la vente. Le marché immobilier dans le 74 est en souffrance actuellement là où il  pétait le feu en 2012. Coupé par une décision administrative !

    En réaction à toute cette agitation  Berne modifiera les conditions de l'impôt à la source en intégrant   les revenus du le conjoint vivant hors Suisse. Ce qui est une modification majeure.

    ASSURANCE MALADIE: NON, LE FRONTALIER N'EST PAS UN SALARIE COMME LES AUTRES!

    Autre modification impactante:  l'assurance maladie revue  par le Ministère de la Santé, certes,  en raison de l'échéance légitime et totalement légale de  l'accord particulier bilatéral de 2002 à échéance en 2014.

    Mais avec là encore une présentation caricaturale des frontaliers.

    a- Les français qui travaillent en Suisse furent décrits comme des privilégiés (salaires importants)  qui ne voulaient pas contribuer à  l'effort national  de  la sécu "comme les autres salariés" puisque  passant souvent  par les assurances privées. Mais qui "profitaient"  tout de même de  la sécu si une maladie sérieuse se profilait, selon la description excessive.

    Les frontaliers furent  indignés par cette description  stigmatisante.

    Ces travailleurs sont  des contributeurs nets au PIB par  l'introduction en France de sommes gagnées ailleurs. Or, ils se voient autour de cette question de sécu  remettre en cause leur rapport à leur propre Etat (cf notion de ... profiteurs!!!!) Un Etat  qui par ailleurs accorde la sécu CMU ...gratuitement à tout migrant qui se présente à sa porte sans discuter.

    Le procès d'intention vis à vis des frontaliers "profiteurs de sécu" était totalement déplacé: " Ah bon, ce gouvernement  pose médiatiquement questions à  soigner ses propres citoyens fort contributeurs, les frontaliers  mais pas du tout à  n'importe quel entrant de quelques pays que ce soit????"

    Dans un deuxième temps, la  communication officielle sur le sujet fut revue  pour une phase de.... silence mais le  mal était fait...

    b )  Le comparatif du frontalier avec un salarié français par ce gouvernement est une erreur fondamentale  car cela n'a rien à voir.  Le frontalier vit dans un environnement  instable ( pour preuve aujourd'hui 9 février la  votation immigration qui modifie considérablement la donne)

    Quel salarié français voit son  salaire  dépendre du taux de change des monnaie qui varie chaque mois à la hausse comme à la baisse?

    Quel salarié français travaille dans un contexte juridique différent, dans un environnement souvent bilingue  ?  Paie ses impôts ailleurs lesquels sont calculés sur des modes différents et variables.

    Paris version I dans son superbe éloignement et sa façon de s'attaquer à la "finance" n'avait tout simplement  pas intégré que les zones  frontalières sont bénéficiaires économiquement  de la.... Suisse.

    En plus des compensations aux collectivités territoriales, l'apport des frontaliers fait tourner l'économie locale.

    Le frontalier a une famille, des amis, des voisins , des commerçants. Tous votent.

    Il est probable que les positions nationales du gouvernement version 1  sur la gestion du domaine franco-suisse expliquent  pour  partie ces projections de basculement de majorité à Annemasse et Saint Ju.

    Réponse avec les électeurs, en vrai.

                                                                               Sylvie Neidinger

     RESULTATS MUNICIPALES  : Le maire PS Christian Dupessey est reconduit. Le centriste Vielliard conquiert Staint-Julien-en-Genevois

     

     L'impact du frontalier sur les élections municipales :

    .lepoint.fr/municipales-2014/municipales-2014-pourquoi-le-ps-est-en-danger-08-02-2014-

     http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Municipales-en-France-le-frontalier-au-coeur-de-la-campagne/story/24189732

    Dernière minute: la Suisse modifie les conditions de l'immigration source de grandes mutations dont des renégociations  d'accords bilatéraux dont le frontalier sera impacté notamment pour sa retraite:

    portevoix.blog.tdg.ch/archive/2014/02/09/le-refus-d-appliquer-les-accords-bilateraux-un-grand-pas-dan-252811.html?c

    .20minutes.fr/monde/1294126-20140209-limitation-limmigration-coup-poker-suisse

    28/10/2014 : l'élection municipale de Annemasse est invalidée par le Tribunal de Grenoble: nouveau scrutin en vue

    http://www.tdg.ch/geneve/france-voisine/Municipales-a-Annemasse-l-election-est-annulee/story/11929946

     

  • 3 minutes chrono: FAMLAB, concours scientifique pour les 21-40 ans

    Appel à candidature pour le  concours international FameLab  avant le 28 février.

    Voir le monde sous un nouvel angle. Autour de  la passion des sciences en plus!

     Il est ouvert à tout public  français et  suisse, âgé de 21 à 40 ans.

    Hum ...tout public...un peu chercheur sur les bords tout de même!

    Passionnés, essayez !

    Surtout si vous pensez pouvoir expliquer un concept scientifique, mathématique ou d'ingéniérie en 3 minutes chrono suivant le règle des 3C :

                                    Contenu ,Clarté, Charisme.

    "Vous aurez 3 minutes maximum pour impressionner les juges. Les juges recherchent des présentations attirantes et stimulantes qui peuvent être comprises par un public adulte de non-spécialistes. Les accessoires sont autorisés mais vous n’aurez pas de temps d’installation ni le droit de vous faire assister. Les présentations PowerPoint ne sont pas acceptées. (Pour des exemples de présentations des précédents finalistes Famelab, allez faire un tour sur la chaine Youtube dédiée)."

    Une sélection régionale aura lieu à Cran-Gevrier, en Haute-Savoie à La Turbine  le 17 avril prochain pour déterminer les 10 finalistes nationaux avant la grande finale en Angleterre.

    La Turbine des Sciences (Cran-Gevrier) et le Lapp/Lapth sont partenaires de cette opération portée par le British Council France, l'agence internationale britannique éducative.

     Thésame intervient en qualité de « relais régional ».

    Toutes les modalités pour concourir en ligne sur www.britishcouncil.fr/famelab

     

                                                Concours FameLab 

    L’objectif de FameLab est de découvrir des jeunes scientifiques charismatiques (plus de 21 ans et moins de 40 ans, définition du "jeune chercheur" retenue par la Commission européenne) qui encouragent le public à voir le monde sous un nouvel angle.

    Rigolo car que gagne le ...gagnant ??? Deux  jours au.... Cern à Genève et autres invitations scientifiques!

    • Les finalistes nationaux gagneront une masterclass de deux jours en communication scientifique à Genève (Cern), où ils travailleront avec des spécialistes de la communication scientifique et des médias pour développer leurs compétences en communication et en présentation.
    • Le ou la finaliste FameLab France assistera au Festival International des Sciences de Cheltenham en Angleterre, et participera à la finale internationale de FameLab
    • Les gagnants recevront différents prix, remis lors des finales régionales et nationale
    • Chaque candidat aura l'opportunité d'échanger avec d'autres passionnés de science et aura accès au réseau des candidats Famelab France et à celui des 24 pays participants
    • Les lauréats seront également invités par nos partenaires nationaux (Inserm, Cnes, Cern) à participer à des événements de médiation scientifique
    • Mais avant tout vous gagnerez l’appréciation du public

    En résumé: le chemin, pour aller de Annecy (en sélection) au Cern de Genève -à 50 km-  en "gest star"   passe par... l'Angleterre!

                                                            Sylvie Neidinger

    suite :

    Les Masterclass à Genève

    Finale Nationale le 30 avril

     



     


  • Le 1/4 d'heure vaudois

    Quand le 1/4 d'heure savoyard mène au 1/4 d'heure vaudois....

    La problématique précise du "1/4 d'heure" n'est pas tant  une discussion sur la mauvaise  ponctualité individuelle.

    Plutôt  le fait pour un groupe d'attendre les retardataires avant de commencer. Comme une politesse sociale compréhensive vis à vis des  retardataires.

    Comme du temps donné au temps.

    Constatation : Vaud et Savoie, ont en commun cette expression et pratique. Genève non...

    Serait-elle issue de l' ancien monde rural des ....deux "pays" unis autour de cette locution  et pratique qui ne se rencontrent pas ailleurs. Pas de 1/4 d'heure valaisan ni franc-comtois signalés.

    On cite la réflexion du journaliste Franck Bridel qui donne une explication fort  logique  autour d'une "tradition de paysans...libres" :

    "Dans ma jeunesse on riait du "quart d'heure vaudois", mais on s'y tenait: il eût été malséant de commencer une séance à l'instant prévu. C'était une tradition de paysans respectueux des rythmes naturels, maîtres sur leurs domaines et et méprisants pour les hâtes citadines, servitudes imposées par un patron de fabrique, d'atelier, de magasin ou de bureau. Prendre son temps, pensait-on, c'est la première des libertés"

    Le "Quart d'heures vaudois" fut aussi le titre de sketches à succès comiques  de la RTS avec le trio d'acteurs Albert Itten, Lucien Monlac et Henry Marti avec un accent à couper au couteau. Fin des années 50 : monde ancien...

    http://www.youtube.com/watch?v=zk_JmjGYy8E

    http://www.youtube.com/watch?v=C3K0MsdeGgM

    http://www.notrehistoire.ch/group/ce-mois-en-particulier-septembre-2012/photo/43818/

    Un rigolo moderne veut soutenir la pratique en voie de disparition....

    http://www.doker.ch/funny/congratulations/quart-heure-vaudois/quart-heure-vaudois.htm

                                                                                   Sylvie Neidinger

  • Le 1/4 d'heure savoyard

    Temporalités différentes !

    Comment créer un Grand Genève alors qu'une frontière internationale et des lois spécifiques (Union Européenne ou non)  coupent la dite zone.

    Et surtout avec une gestion du temps assez différente: une exactitude horlogère d'un côté et un supposé quart d'heure de retard accordé avec mansuétude de l'autre...

    L'expression  ne se rencontre pas dans d'autres régions françaises. Jamais entendu parler du quart d'heure bourguignon, alsacien ni provençal !

    L'affaire mérite éclaircissements. Et à ce jour,  aucune réponse trouvée à l'expression "quart d'heure savoyard".

    Elle exaspère d'ailleurs au plus haut point ceux qui côté "Savoie" fonctionnent en étant  bien ponctuels, tout comme en Suisse. Et ils sont majoritaires.

    De même qu'à  Genève certains peuvent aussi  arriver en retard.  Parce que le retard est souvent involontaire: un accident, un bus en panne...Universel le retard.

    Le quart d'heure savoyard existe pourtant.

    Concrètement, quand entend-on cette expression?  Remarque : souvent dans le cadre collectif d'une réunion et  non en individuel.

    Pas toujours certes. Pas systématiquement.

    Une réunion démarre à Annemasse, Archamps. Il arrive que   l'animateur dise :  "on attend les retardataires, le quart d'heure savoyard" Et de rire. Bonne blague. Et d'attendre. Bon enfant. Même si une seule personne manque à l'appel.

    Il impose de fait aux présents une supposée complicité avec....une identité géographique historique ... puisque le "droit de retard" est alors dénommé "savoyard" !

    Quelquefois certains participants - acides, répondent du tac au tac  que commencer à l'heure serait une bonne idée. Mais sans que cela ne modifie  le résultat tant le poids de l'habitude est lourd. Comme une sympathique solidarité humaine. Et celui qui voudrait commencer à l'heure et le dit haut et fort sera vu comme un infâme malotru....individualiste.  Prime aux absents. [Bien évidement toutes les réunions ne fonctionnent pas sur cette attente.]

    La même réunion qui démarre à Genève aura également  ses retardataires (comme on l'a vu pour motifs de circulation ou autres) Mais elle ne génèrera  pas du tout la même attitude. Elle démarre pile à l'heure prévue. Prime aux présents.

    *Ainsi côté helvète:

    1- efficacité car pas de temps perdu (un quart d'heure multiplié par le nombre de participants est  énorme au total comme temps global social perdu)

    2- respect de ceux qui ont tout fait pour arriver à l'heure.

    *Dans la temporalité savoyarde:

    1-ceux qui arrivent à l'heure sont un peu punis

    2-une attente parfaitement inutile. Et qui peut les  inciter  à arriver ensuite un quart d'heure en retard puisque de toutes façons cela va démarrer 15 minutes plus tard....Petit cercle vicieux.

    Au fait d'où vient cette expression "quart d'heure savoyard?" Pas trouvé d'infos sérieuses sur le thème Qui le sait ?

    En tous cas pour faire avancer une logique transfrontalière du type Grand Genève, il faudrait au moins  accorder les violons....de la temporalité  !!

    Cool: c'est juste le quart d'heure de plaisanterie...

                                                                               Sylvie Neidinger


    Suite d'article:

    -  .Des commentateurs répondent que cela ne leur est jamais arrivé. Je le conçois

    - mais  j'ai rédigé la note  basé sur le réel d'observations des deux côtés. Et justement  côté Savoies ceux qui   étaient   bien à l'heure  appréciaient fort peu ce 1/4 d'heure  d'attente de l'ultime  retardataire. Je ne suis pas en accusation mais en constatation et humour !! SN

    -Il semble y avoir- dixit les commentaires fort intéressants - une identité culturelle avec le quart d'heure vaudois  qui serait lui  en voie de disparition selon Jean d'Hôteaux (commentateur)  On a donc avancé   un peu dans cette compréhension du 1/4 d'heure...

    Observation fort intéressante : le 1/4 d'heure est transfrontalier et concerne deux régions rurales  voisines et ne concernerait pas Genève, urbaine .

    La question maintenant c'est pourquoi la Savoie et Vaud et pas le reste ? Par quelle histoire et quelles traditions?

    Car des deux côtés l'expression est la même : " le quart d'heure'.. pas la demi-heure.(.ouf! )

    Les informations de Jean d'Hôteaux :

    S'il existe un "quart d'heure savoyard", sachez qu'il existe également un "quart d'heure vaudois", en Suisse romande tout au moins. Toutefois selon certains, les différences culturelles entre les Suisses allemands et les Suisses romands auraient tendance à s'effacer sur ce plan-là. Le "quart d'heure vaudois" serait en voie d'extinction. Voir ici :

    http://www.letemps.ch/Page/Uuid/9e6097a2-93a1-11e0-a123-2e43139ff26e/Le_quart_dheure_vaudois_en_voie_dextinction

    Et puis pour conclure avec le "quart d'heure vaudois", c'était aussi le titre d'une émission radiophonique hebdomadaire qui faisait un tabac sur les ondes en Suisse romande il y a un demi siècle. Elle mettait en scène trois personnages immuables dans un carnotzet (un caveau vaudois). Il y avait là, le caviste, le syndic (le maire) et le régent (l'instituteur). C'était un échange frivole sur les cancans du village, tout cela avec l'accent vaudois. En voici un extrait (un peu macho ...) retrouvé sur Youtube, sous-titré pour les non-initiés ...

    http://www.youtube.com/watch?v=C3K0MsdeGgM

                           MERCI Jean pour ces infos ethnographiques réintégrées à l'article....

     

  • Progiciels: le salon Mécatronique B to B d'Annecy

    ERP-PLM-MES-SUPPLY CHAIN, lean management .....

    Désolée du retard de ....trois mois pile- jour pour jour -pour évoquer la rencontre annuelle de ces outils de facilitation du secteur entrepreneurial.annecy-le-vieux,andré montaud,erp,mes,suply chain,salon progiciels,thesame

    Le salon  eut lieu à Annecy-le-Vieux le...17 octobre dernier. Nous sommes le 17 janvier. D'une autre année.

    Progiciels fêtait en plus ce jour là  ses 18 ans d'existence avec un chiffre indicatif brut supposé morose puisqu'en 1996, 140 éditeurs de logiciels exposaient contre une soixantaine seulement en 2013.

    Réduction pas négative du tout, dit-on. Bien au contraire. Entre temps, le  marché s'est professionnalisé, a mûri.

    Fini les années bidouilles quand n'importe quel mini éditeur composait ses lignes de code. Cela s'est professionnalisé.

    Aujourd'hui, le challenge est générationnel: comment connecter la génération Facebook au Lean management et vice versa.


    Thésame  est créateur et organisateur de cette journée annuelle  où entrepreneurs parlent aux entrepreneurs. Autour de la mécatronique dans sa gestion des compétences issues de la recherche, l'industrie et l'enseignemen.

                   FAIRE ECLATER LES MURS DE L'ENTREPRISE

    La société annécienne dite de mécatronique et d'innovation est dirigée par André Montau.annecy-le-vieux,andré montaud,erp,mes,suply chain,salon progiciels,thesame

    Ici son interview - certes de 2012 mais synthétique - où il explique la Mécatronique cette croisée de chemins  professionnels qui connecte des mondes divers : électronique mécanique, informatique etc. Il cite le Réseau Européen de Mécatronique.

    Lu  : "Les technologies numériques sont celles qui ont le plus d'impact sur la vie personnelle et professionnelle. Elles ont une influence à la fois sur l'outil de travail et sur le comportement humain. Aujourd'hui face à ces puissants outils de communication et d'intégration de données et aux nouvelles générations biberonnées à l'internet comment garder un équilibre dans l'entreprise, motiver les équipes, et améliorer sa compétitivité.

    On constate aussi que toutes les fonctions de l'entreprise sont concernées par ces facteurs de changement : le numérique rapproche le production du commercial, le bureau d'étude à la direction , la logistique aux RH "

    Sur les stands du salon,  j'ai posé la question  de savoir " si les progiciels se commercialisaient en Suisse ?"

    Les réponses furent ....hypertroniques : "non mais oui".  A priori non mais il y aurait des passerelles !

    Comme pour Ovexia qui se présente comme intégrateur de solutions en France et Suisse Romane.

    Effectivement dans les allées, les visiteurs venaient  aussi de Suisse et notamment des secteurs  industriels horloger et joailler.

    Maintenant, je comprends pourquoi j'ai mis trois mois à rédiger.

    Entre les sigles ERP, MES WEB..., le "non mais oui", il fallait  appuyer sur le bouton  reset perso pour enfin consentir prendre la plume!

    Allons, rester sérieux! la semaine prochaine, une rencontre sur la voiture du futur.

                                                                        Sylvie Neidinger


    . Mercredi 22 janvier, Rencontres pour la filière automobile



     

     

  • Haute Savoie, histoires d'entreprises

    Roger Bonazzi, ancien directeur de la Chambre de Commerce et d'Industrie publie un ouvrage d'histoire économique:roger bonazzi,med,haute-savoie,histoire économique,cci

    "Vie économique et histoire des entreprises de Haute-Savoie de 1815 à 2012"

    Le département n'est pas voué uniquement au ski et au tourisme !

    L'ouvrage publié par la Salévienne, et Société savoisienne d'histoire et d'archéologie  est intéressant pour les nombreuses monographies rédigée par l'ancien directeur de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Haute-Savoie.

    En effet, 150 sociétés environ sont présentées: de Marcel Fournier, inventeur de Carrefour devenu N°2 mondial des supermarchés derrière Wal-Mart...

    ...aux produits de luxe ST Dupont, Altran etc...

    Des familles et des capitaines d'industries derrière les noms de marques connues...

    M Bonazzi présentait hier son ouvrage à Annemasse dans le cadre des Déjeuners de la MED ( Maison de l'Economie et du développement)

    En fin de séance, en off, il regrettait de ne pas avoir parlé de toutes les entreprises possibles. Pour cela il lui fallait une version web plutôt que papier!

    Son portrait de sociétés leader fait déjà presque 500 pages...

    Dans les discussions sur les liens économiques  entre le département et  Genève: il a été conclu qu'elle est depuis toujours la grande métropole...régionale.

                                                               Sylvie Neidinger

     "Vie économique et histoire des entreprises de Haute-Savoie de 1815 à 2012" Roger Bonazzi. ISBN  9782850920257

    Rens : La Salévienne

  • 01-01-2014 Frontaliers pris en tenailles: bouleversements économiques...non modélisés

    Les frontaliers vont subir deux modifications majeures en 2014. Sans qu'aucune étude d'impact sérieuse n'ait été réalisée sur leur capacité à absorber...

    1- L'assurance santé que la France modifie unilatéralement . Et sur ce point le conseiller d'Etat Mauro  Poggia lance une alerte à Berne:

    Frontaliers-HUG-Mauro-Poggia-demande-l-aide-de-Berne

    lenouvelliste.ch/fr/suisse/frontaliers-francais-geneve-appelle-berne-a-l-aide-pour-l-assurance-maladie-

    2-Une forme de double imposition indirecte instaurée par la Suisse, Berne, en 2014: l'impôt à la source qui désormais intègre le salaire -si réalisé à l'étranger- du conjoint. Ce qui a pour effet concrètement par rapport à 2013 de doubler le taux retenu pour le frontalier. Cela peut passer de 6% à 12 % pour l'année 2014.

    Certes le salaire du conjoint étranger n'est pas taxé en tant que tel. Mais l'existence de ce salaire peut faire doubler les impôts du frontalier.

    Certes un barème rectificatif est prévu en 2015 mais dont le contour à ce jour  n'est pas connu.

    GENEVE CANTON LE PLUS HUMAIN !!!!

    A noter toutefois que, dans cette affaire,  le canton de Genève est le plus "humain".

    Il permet une déclaration par le contribuable frontalier   au plus près du réel de sa situation ce dès 2014. Alors que tous les autres cantons ont refusé cette option et taxent d'office. Et que cette usine à gaz ne va pas être facile à gérer pour les services fiscaux de Genève.

    /geneve/france-voisine/impot-source-certains-frontaliers--augmenter-2014

    La conjonction des deux augmentations peut  ouvrir en 2014 de profondes mutations économiques impactant les  deux côtés de la frontière.

    Les modifications successorales unilatérales par Bercy...

    Un scénario sombre dont les changements à venir ne sont même pas modélisés, ni prévus.

    Incertitude pour des milliers de foyers. Incertitudes macro-économique au sein du Grand Genève

    *Pertes d'emplois du secteur des assurances privées...

    *Retour immobilier des Suisses en Suisse (en raison de l'éventualité de taxation du patrimoine suisse par la France Lire :  Suisses: ras de bol )+Baisse de pouvoir d'achat des frontaliers =  effondrement du marché immobilier de frontière côté France, Haute -Savoie, Ain et du côté de l'Alsace...

    Une déstabilisation économique majeure s'annonce sans que personne n'ait bien mesuré les impacts sur le long terme.

    Que de questionnements  pour les personnes  concernées et globalement pour le Grand Genève...

    Où sont les politiciens de Suisse et de France  dont la mission est..la prospective  détaillée des conséquences de  leurs décisions ?

    En ce sens la démarche du conseiller d'Etat Poggia de poser la question en plus haut lieu à Berne est intéressante. Mais bien solitaire.

    En France seuls les politiciens d'opposition, donc sans pouvoir, ont manifesté.

    Les fonctionnaires de Bercy ont -ils eux aussi pris la mesure du passage d'une économie transfrontalière qui jusqu'à 2013 fonctionnait bien et qui va engendrer des mutations au point de rendre possible  le  scénario du grippage des rouages économiques.

    La France n'a pas rétrocédé l'argent  qu'elle doit au canton de Vaud depuis août 2013 !

    .tdg.ch/suisse/pierre-moscovici-defend-frontaliers-berne

    .tdg.ch/suisse/eveline-widmerschlumpf-repondu-pierre-moscovici/story

    Personne en charge des affaires publiques n'a, semble-t-il, envisagé de prévoir les conséquences de ces modifications en étau pour les vies des  individus concernés.

    Le frontalier: un pion sur l' échiquier, déplacé au gré des intérêts d'Etats.

     Qui vivra verra ?

                                                                                       Sylvie Neidinger


    Post : le commentaire de Jean d'Hôtaux est intéressant. Il signale combien les services fiscaux genevois vont souffrir de devoir expliquer. A savoir en ce début janvier, ils sont déjà en surcharge avec de longues files d'attente !

     

     


  • 36ème course de l'Escalade... savoyards bienvenus!

    Une amicale banderole genevoise toute diplomatique à l'entrée du parc des Bastions confirme que les voisins d'outre frontière ne seront pas croqués tout crus, ni ébouillantés, ni hachés menu, écartelés  ou passés au fil de l'épée s'ils participent !geneve,parc des bastions,36ème course de l'escalade,escalade,savoyards

    Bonne idée car ils sont finalement assez nombreux à se déplacer pour cette célèbre course de l'Escalade, 36ème édition. Sans échelle !

    Aujourd'hui vendredi 6 décembre, avec la fraîcheur mais un magnifique soleil, les préparatifs d'un grand raoût sportif populaire genevois.

    Les "Datas"  informaticiens s'activent pour installer fils, ordinateurs, capteurs au sol : l'essentiel système de comptage à l'arrivée donnant le timing à la seconde.

    Enorme organisation, sur place. Bien sponsorisée.

    Normal: 30 000 inscrits en  2012, tout de même !                                                                                   Sylvie Neidinger

    * 33 695 participants comptabilisés le 7 décembre 2013 !

    http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/L-Escalade-se-court-chaque-soir-en-VieilleVille/story/12213066

    http://www.lematin.ch/suisse/course-escalade-carton-geneve/story/22497466

    geneve,parc des bastions,36ème course de l'escalade,escalade,savoyards

    geneve,parc des bastions,36ème course de l'escalade,escalade,savoyards

    geneve,parc des bastions,36ème course de l'escalade,escalade,savoyardsgeneve,parc des bastions,36ème course de l'escalade,escalade,savoyardsgeneve,parc des bastions,36ème course de l'escalade,escalade,savoyardsgeneve,parc des bastions,36ème course de l'escalade,escalade,savoyardsgeneve,parc des bastions,36ème course de l'escalade,escalade,savoyardsgeneve,parc des bastions,36ème course de l'escalade,escalade,savoyardsgeneve,parc des bastions,36ème course de l'escalade,escalade,savoyards

    geneve,parc des bastions,36ème course de l'escalade,escalade,savoyards

  • Genève, clef de Suisse

    Document.pdf: Histoire de Genève.

    Source © Helvetia Genevensis 2006. Où l'on comprend  la symbolique de la clef des Armoiries: basiquement géostratégique.clef de suise,geneve,histoire

    "Fribourg et Berne avaient reconnu l'importance stratégique de
    Genève pour leur sécurité. Une expression frappante prononcée pour la première fois en
    1476 énonce bien cette idée: « Genève, clef de la Suisse ». Elle sera souvent employée par
    la suite comme argument pour faire entrer la ville dans la Confédération suisse..

    ["Le document n'est pas paginé. Dommage. L'extrait cité se trouve  dans la rubrique Genève et les Suisses.]

    Une clef, un verrou de passage , dès l'époque romaine, d'ailleurs...
    Jules César la cite la première fois sous le vocable Genua dans ses Commentaires sur la guerre des Gaules Livre I/ Helvètes.     Des notes rassemblées vers 51-52 avant Jésus-Christ.


    En étymologie, il semble que la ville lémanique partage la même racine que  Genova en Italie. Dans le fait d'être "embouchure " entre fleuve/mer pour Gênes ou fleuve/lac pour Genève..

    [Source Wiki :Du latin Genava, variante de Genua, d'un terme ligure [1] qui fait allusion à la proximité d'une nappe d'eau, ou d’un mot gaulois genaua signifiant embouchure (Dictionnaire de la langue gauloise, Xavier Delamarre.]

    Or, l'onomastique de GNV est bien plus complexe en réalité. Car les langues ont, elles aussi, leur histoire d'engendrement au fil du temps.

    Le dit terme GNV pouvant avoir pour origine une racine  plus ancienne, bien plus large que le latin ou celte cité par wiki. Question compliquée de linguistique: les sources du latin et du celte... D'ailleurs, d'autres langues usitent aussi du "GN" : ex genusus désignerait le fleuve en illyrien.

    "Genève"reste dans une lignée lexicale de mots portant racine GN (génétique, genre, géniteur, gérer) soit: un processus de création/naissance. A démontrer.

    Pour revenir à la symbolique de la clef genevoise: elle semble elle aussi un peu plus compliquée que ce que le texte de synthèse ne signale.

    Car cet outil de fer  permet également d'ouvrir la porte...des deux côtés !

                                                                                                                                Sylvie Neidinger

  • 23-05 degrés Calvinus: nouvelle rubrique "aéroport"

    Il ne s'agit pas d'une nouvelle mesure genevoise. Encore moins une température.

    Pas  un 37,2° le matin....

    "23-05" correspond à l'angle précis de l'axe de l'unique piste de Genève.Capteeefe.GIF

    C'est   également le titre du journal interne de la plate-forme (qui en est à son 76ème numéro)

    A l'occasion de la  note du 30 octobre parue  sur le thème aérien est venue l'idée d'une nouvelle rubrique dénommée 23-05 degrés Calvinus.

    L' aéroport est un acteur majeur du Grand Genève.

    L'iconographie qui illustre cette note issue d' un   document GVA  certes ancien (daté de 2005) démontre l'importance des  3900 mètres de piste béton sur la région environnante.

    Capsdsd.GIFUn véritable exercice de style journalistique en perspective: comment autour du thème "aéroport"rapporter  de l'info variée. Avec des ...angles d'approche aussi divers les uns des autres. Si possible !

    Le   nouveau média Blog est d'ailleurs parfaitement adapté à  ce type de  traitement de l'information : pouvoir à la fois réagir à l'actu à la seconde près (info chaude)  et par ailleurs  proposer des articles type "magazine" (info froide)  déconnectés du temps réel.  Avec des éclairages ponctuels rapides, divers et que l'on espère quelquefois originaux.

    Tout "Port de l'air" est, au delà de son importance  économique,  une véritable "unité de vie" avec ses voyageurs, ses règles, ses commerces, ses salariés, ses pompiers, ses pelouses, ses oiseaux  etc...

    Suffisamment complexe, riche en tous cas, pour alimenter une chronique de temps en temps autour de  Genève Aéroport : 23-05 degrés Calvinus.

    Embarquez..si vous le voulez bien !

                                                                                                            Sylvie Neidinger

     

    Capturefdfddd.GIF

     

     

     

     

  • Aéro-Club de Cointrin, fin d'époque demain jeudi 31 octobre?

    Octobre 2013 se referme.

    Emportera-t-il  avec ses feuilles mortes le départ du Groupe de vol à moteur de  l'Aéro-Club installé depuis plus d'un siècle (1909 exactement)  à Genève Cointrin ?aéroport de genève,ofac,cointrin,groupe de vol à moteur,aéro-club

    L'application de la législation sur les turbulences de sillage telle qu'exigée par l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC) entre en vigueur demain jeudi 31 octobre.

    La piste en herbe n'est pas fermée à ce stade mais son utilisation en tout état de cause obligatoirement  restreinte par cette nouvelle réglementation.

    aéroport de genève,turbulences de sillages,ofac,cointrin,groupe de vol à moteur,aéro-clubLa clôture définitive des activités de Club était  annoncée régulièrement...Plus d'écolage. Plus de décollage. Pour  cinquante d'avions privés, 350 membres actifs. Et quelques hélicoptères de Swift copters.

    Une  bataille administrative engagée  jusqu'au bout des ailes.

    tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Les-petits-avions-doivent-quitter-Cointrin-avant-cet-automne

    .tdg.ch/geneve/actu-genevoise/menace-petits-avions-cointrin-s-intensifie

    Quatre recours en Appel devant le Tribunal administratif Fédéral contre la décision de l'OFAC n'ont pas abouti. 

    En ultime recours, les dirigeants de l'Aéro-Club ont  interjeté appel le 23 octobre dernier devant le Tribunal Fédéral de....la dernière décision les déboutant. Mais il est bien difficile pour eux d'argumenter contre des règles de  sécurité !

    La "der des der "des prises de position administrative est donc  attendue pour définitivement statuer.

    BOUT DE PISTE JURIDIQUE

    aéroport de genève,ofac,cointrin,groupe de vol à moteur,aéro-clubBerne a raisonné en termes de sécurité face ce double usage en voisinage désormais obsolète entre avions gros porteurs et le vol des petits coucous.

    Une proximité identifiée comme potentiellement dangereuse. En mode aérien tout danger potentiel se doit d'être jugulé. Qui peut accepter le risque?

    Inévitablement, on imagine que  les pistes  herbées réintégrées à l'organisation générale   permettront à  Genève Aéroport de moderniser sa plateforme aéroportuaire.

    Nouvelle ère.           Sylvie Neidinger

     

    autre actu aéroport: tdg.ch/geneve/actu-genevoise/La-fusion-des-pompiers-de-Cointrin-et-de-la-Ville-echoue/story

                              

  • La ligne éditoriale de ce blog est celle du "vieux couple-franco-suisse

     

                                         LA  LIGNE EDITORIALE DU BLOG


    "dubordduboutdulac"...Ce blog désormais  nommé blog Neidinger par commodité a démarré  le 22 juin 2011 autour d'une réflexion ...transfrontalière.

    Le bord du bout du lac est un lieu indéfin, à la fois en Suisse et en France.  Grand Genève avant l'heure.

    Aujourd'hui, la ligne éditoriale reste la même et traite des deux cotés. Définitivement un blog grand genevois.

    "Le vieux couple franco-suisse                        (article initial du blog)

    Surprise à la lecture des Une de presse, lorsque vous arrivez en genevois. Avec un drôle d'objet médiatique "non identifié" bien  local, du cru : le frontalier, découvert à cette occasion. Jamais entendu parler avant ! Son  statut bizarre et convoité  "tombe" littéralement sur celui qui a l'idée de travailler à Genève. Comme une seconde peau qu'il lui faut endosser de force. Une image qui se plaque.

     Côté français, il est vu comme un chercheur d'or qui aurait trouvé le filon. Côté suisse, un mal à supporter avec patience, juste pour faire tourner l'économie, voire un envahisseur selon le parti politique qui s'exprime.

    Je ne suis moi qu'une simple saute-frontière, une curieuse [donc pas une frontalière stricto senson] hyper observatrice, analytique..

    Profitant de cette arrivée  à proximité  de  la fameuse ligne de séparation entre deux Etats,  je pris l'initiative d'un passe-temps favori nommé : " la chasse aux grand-mères". A savoir: remonter une branche généalogique locale du début XXème siècle.

    Nous ignorions tout de cette Suzanne du cru. Sa réalité dépasse..... l'imagination transfrontalière.

    Elle est fille d'un haut-savoyard de Samoëns et Mieussy ( Joseph Baudet 1820-1877) et d'une vaudoise né à  Morges ( Louise Adèle Dill 1837-1917)

    Des Suisses  tailleurs de pierre venus de Berne, de Vinelz et Nidau précisément  . En fait  toute une lignée protestante  aux noms germaniques.

    Cette ancêtre unit dans mon sang.... Berne,  pays de  Vaud et Haute-Savoie, Suisse et France, bord de lac et haute montagne, catholicisme et protestantisme. Elle fait plonger aux racines de l'Etat civil savoyard avec ses dates extrêmes du XVIème siècle.mcg,frontalier

    Et fait partir l' ascendance du côté bernois vers des archives à  l'écriture gothique pour les recherches en langue suisse allemande.

    Mais où donc vivait cette famille franco-suisse???

    Pile.....à la frontière, bien sûr. Comme négociants d'étoffes à Etrembières, bien placés pour vendre à tout chaland qui franchissait le fameux axe de séparation.

    Finalement, les magnifiques paysages locaux des deux bords  sont aussi mes paysages génétiques !

    Appartenir par le sang aux deux côtés devient carrément une information pétillante d'humour pour une néo-saute-frontière qui l'ignorait....

    Au fait : qu'est ce qu'une frontière sinon un insurmontable problème philosophique?

    Cette ligne invisible relie aussi ce qu'elle sépare. Sépare ce qu'elle unit.

    Oui, le no man's land imaginaire supposé frontal rassemble  côte à côte, ce qu'il différencie dans un rapport de proximité immédiate.

    La meilleure option métaphysique serait de considérer les espaces franco-suisses issus de la coupure axiale comme ....un vieux couple sage.

    Deux individualités qui par leur communauté de vie forment une entité juridique supérieure "pour le meilleur et pour le pire" suivant les termes du contrat conjugal privé.

    Les enfants sont élevés, les disputes pimentent un peu la vie: place au mariage de raison devenu sérénité mature.

    D'ailleurs le vocabulaire témoigne de la connivence : Genève (Suisse) pays... genevois (France).

    Le lac sans le Salève serait comme un soleil sans chaleur...

    Depuis des centaines d'années, la complémentarité territoriale et....mentale régit les inter-relations, au delà des bisbilles de forme.

    De facto. Cette réalité là, personne ni aucun Parti politique ne peut la contester !

                                                                  Sylvie Neidinger            juin 2011


                                                             

                                                                                            


  • Le trajet huguenot... suite de l'enquête-blog

    Après 1 et 2 ...3

    Article n°1) - Visite du Fort-Barraux en Isère et la découverte du lien très fort de ce lieu  avec l'histoire du protestantisme par le passage des huguenots.http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2013/08/24/randos-huguenotes-245968.html

    En Suisse : stiftung-via.ch/fort-barraux,isere,base kora,centre ionographique de geneve,rue fort-barreau,geneve

                                                                   *************

    Article n°2)- Lien établi avec la rue Fort Barreau à Genève  http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/tag/fort-barraux Le nom serait  lié à une auberge construite en 1663 et démolie en 1900.

                                                                 **************

    Article n°3)-Suite de l'enquête mémorielle autour de cette "auberge" dite le Fort de Barreau, lieu genevois que l'on va essayer d'analyser  en fonction du ...peu d'éléments dont on dispose.

    En s'aidant du fonds du Centre iconographique de Genève par la base Kora.

    fort-barraux,isere,rue fort-barreau,geneve

     a) La date de sa construction du lieu (1663) est légèrement antérieure à la révocation de l'Edit de Nantes (1685) Et correspond bien au   démarrage de l'exil huguenot.

    b) Son usage dit d' "hôtel" signifie par définition un  lieu d'hébergement  pour gens de passage. Sur un trajet, en direction soit du nord vers l'Allemagne. Soit en entrant à Genève par la porte du Bastion Cornavin.

    c) Son nom reprend bien celui du Fort-Barraux de France, distant de 110 à km. Logique. Ce fortin d'Isère correspond à une sorte de lieu de passage difficile. Une épreuve pour les huguenots. D'autres explications au choix du nom sont bien évidemment possibles.

    Fort de Barreau. Le fait de porter le nom de la précédente étape permet de visualiser le trajet Fort-Barraux/Genève. Ce nom de lieu genevois  est fort ancien. Probablement dès sa construction. Il est déjà mentionné  sur un plan de 1715.fort-barraux,isere,rue fort-barreau,geneve

                                           Le Fort-Barreau de Genève :fort-barraux,isere,rue fort-barreau,geneve

    fort-barraux,isere,rue fort-barreau,geneve

    Observations: Fort de Barreau est une construction hors les murs. Unique bâtisse  dans un champ. Extraordinairement bien placée:

    a) Pile face à la porte d'entrée de la ville de Genève  dite Cornavin

    b) Et pile à la croisée de trois routes , celle qui vient du sud (Chambéry, Fort-Barraux) nommée "chemin de Peney à Genève." Celle nommée "chemin de France à Genève"(direction Gex, Jura)Enfin "chemin de Suisse à Genève"vers Lausanne.

    fort-barraux,isere,rue fort-barreau,geneve

    fort-barraux,isere,rue fort-barreau,geneve

    Les plans suivants montrent  que le nom de Fort de Barreau est hyper valorisé, comme un nom de quartier pratiquement.

    1851
    fort-barraux,isere,base kora,centre ionographique de geneve,rue fort-barreau,geneve

    fort-barraux,isere,base kora,centre ionographique de geneve,rue fort-barreau,genevefort-barraux,isere,base kora,centre ionographique de geneve,rue fort-barreau,geneve



     

    et 1854
    fort-barraux,isere,base kora,centre ionographique de geneve,rue fort-barreau,geneve


    fort-barraux,isere,base kora,centre ionographique de geneve,rue fort-barreau,geneve

     

     

     

     

     

     

     

    Toute info complémentaire sur l'hôtel Fort de Barreau est toujours la bienvenue.         

                                                                                                                              Sylvie Neidinger

     

                                                                            Rubrique #Protestantisme

                                             

     

     

     

  • InterroGe.ch fonctionne bien! Testé sur "rue Fort-Barreau"

    Ce blog avait signalé le nouveau service offert par les Bibliothèques genevoises-donc par la Ville de Genève:  répondre aux Interrogations émises par le public, par le biais d'un site numérique : InterroGe.ch

    Le test s'est effectué sur la base d'un commentaire bâtisseur. C'est ainsi que je nomme les commentaires qui apportent de la matière à un article, qui l'enrichissent.

    L'article en question est publié sur ce blog Neidinger le 24 août à propos de Fort-Barraux, place forte  isèroise aux porte de la Savoie. Dont la basique visite touristique en août avait montré combien ce site était lié à la Suisse. Une garnison de Neufchatel  l'ayant  même gardé.ville de genève,gresivaudan,rue fort-barreau,fort-barraux,barraux,isère,interroge.ch,blog neidinger

    Ce fortin est désormais inscrit dans le parcours huguenot composé par l'association surlespasdeshuguenots.

    Cette frontière ultra précise entre France et Savoie est très symbolique pour les protestants. S'ils étaient attrapés par le Duc de Savoie en la franchissant, ils étaient renvoyés côté France à Fort-Barraux justement. D'où ils partaient en exil pour les galères. Une mort assurée.

    A la lecture de cet article sur Fort-Barraux,  Jean d'Hôteaux émet son commentaire avisé:

    "Merci pour ce billet et les liens qui y sont assortis. Le tout fort intéressant !En découvrant Fort-Barraux (Isère) par le biais de votre blog, j'ai immédiatement pensé à la rue du Fort-Barreau à Genève, en me demandant si il pouvait y avoir une relation entre les deux, ceci malgré une orthographe différente ?
    Je me suis parfois demandé d'où cette rue, qui se trouve derrière la Gare Cornavin, tirait son nom. Serait-ce une trace des Huguenots de passage à Genève ? Cordialement !

    Le lien entre le Fort-Barraux lié au protestantisme et une rue de Genève nommée était très judicieux de la part du commentateur. Ce malgré la différence d'orthographe.

    Personne n'ayant pû ensuite donner la moindre information en commentaire, j'ai décidé de tester justement InterrGe sur le sujet.

    Le thème  correspond d'ailleurs parfaitement à la typologie de question à proposer à un service de bibliothèques. On peut comprendre qu'une question trop large du genre  : "pourquoi les oiseaux volent ?" ne conviendrait  pas trop à leur offre de service. Car les réponses dans ce cas partiraient en multiples directions : de histoire des espèces à  la portance de l'air. Soit plusieurs thèses universitaires avec bibliographies fournies...

    Retrouver le lien historique entre  Fort-Barraux et rue Fort-Barreau  est, lui,  à 100 % coeur de cible de cette recherche en ligne sur InterroGE. Car les bibliothèques genevoises possèdent effectivement  à la fois les ouvrages locaux et le savoir-faire des bibliothécaires qui connaissent leur fonds.

    Voici leur réponse :

    "Bonjour, Nous vous remercions d'avoir fait appel au service InterroGE, voici le résultat de nos recherches :

    La rue du Fort-Barreau, située dans le quartier des Grottes à Genève, nous est décrite dans "Le Dictionnaire des rues de Genève" de Jean-Paul Galland,
    http://data.rero.ch/01-1071672, à la page 62 :
    "Une auberge de ce nom était située dans cette rue. Elle existait depuis 1663 et fut démolie en 1900."

    Nous avons également consulté l'ouvrage d'Eugène-Louis Dumont "La Genève des Grottes" où la rue du Fort-Barreau est citée à deux reprises, mais sans plus d'explication, http://data.rero.ch/01-0983942.

    C'est le récit de Jean-Michel Olivier "Notre-Dame du Fort-Barreau" qui nous apprendra toute l'histoire, lisez à la p. 31 :
    http://bit.ly/1edmweN
    "... la rue du Fort-Barreau : Le nom est une réminiscence de l'occupation française : de 1798 à 1813, Genève devient un département de l'Empire napoléonien. Mais alors Fort-Barreau ? C'est le duc de Savoie, Charles Emmanuel 1er, vaincu par Lesdiguières, qui fait construire dès août 1597 un fort à Barraux, petit village de l'Isère sur la route qui mène de Chambéry à Grenoble. (...) Le Fort Barreau (ou Barraux) apparaît aussi dans les fameux "Voyages dans les Alpes" d'Horace-Bénédict de Saussure."

    Il y a donc bien un lien entre cette rue genevoise et le village de Barraux et son fort, situés dans la vallée du Grésivaudan en Isère.

    L'histoire de ce fort peut se découvrir à travers plusieurs sites web : http://www.fort-barraux.fr/ et http://barraux.reseaudescommunes.fr/fr/information/19159/fo
    rt-barraux
    et http://www.isere-annuaire.com/chateau/fort_barraux.htm.


    Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.  Cordialement,

    La Bibliothèque de Genève pour InterroGE

    http://www.ville-ge.ch/bge
    http://www.interroge.ch"

    Cette réponse nous apprend que le nom de la rue Fort-Barreau est lié à une auberge genevoise construite dans cette rue en 1663 et démolie en 1900.

    L'information InterroGe n'est pas complète. Il manque le rapport avec la protestantisme, avec le parcours huguenots, la montée de la Drôme, des Cévennes en direction de la Rome protestante !

    ville de genève,gresivaudan,rue fort-barreau,fort-barraux,barraux,isère,interroge.ch,blog neidingerIl manque la liaison  entre deux histoires transnationales, celle d'un bâtiment en France, gardien de la croisée des vallées dont celle du  Grésivaudan [qui voit la montée des protestants de la Drôme et de plus loin encore en direction de Genève] et celle de cette rue proche de Cornavin en Suisse.

    Les deux sites semblent liés par...la trace du passage des huguenots.

    Info extraordinairement significative:  l'existence d'une AUBERGE dans cette rue  signale justement une problématique de voyage, de déplacements.

    Des huguenots?

    Et cette découverte du lien entre Fort-Barraux et le protestantisme est justement celui décrit  dans  ....l'article du blog Neidinger daté du 24 août.

    La boucle est bouclée: l'info part du blog, se booste par un commentateur actif (merci à lui)   passe par InterroGe et revient au blog pour conclusion provisoire sous réserve de recherches plus approfondies

    La "petite note d'un simple blog" vient d'aider à remettre en actualité numérique Fort-Barraux, perdu dans sa somnolence depuis la magnifique vallée du Grésivaudan qu'il domine.

    Le fortin  que des passionnés essaient de sauver de l'outrage du temps, s'avère être un site majeur dans l'histoire mémorielle  du protestantisme dans sa version douloureuse.

     Dont l'histoire précise  est très certainement à découvrir plus amplement encore.

    Par des recherches aux archives et ... dans les bibliothèques. De France et de Suisse.

    Et par les "Enquêtes-Blog" !

                                                                                                                                                                                                Sylvie Neidinger

                                                                                       

    ville de genève,rue fort-barreau,fort-barraux,barraux,isère,interroge.ch,blog neidinger

    ville de genève,gresivaudan,rue fort-barreau,fort-barraux,barraux,isère,interroge.ch,blog neidinger

    Rubrique #Protestantisme