L'art de se faire pigeonner...

Imprimer

Vous rentrez de week-end et hop sur votre balcon, à GAUCHE près de pots de fleurs : un amoncellement de branchages avec en prime deux petits oeufs blancs comme neige.

Deux c'est la règle de procréation de ces bêtes à plumes.

Une mère qui couve en supplément.

Dilemme. Faiblesse.  Fait accompli. Soupir.

(Un tel instinct de vie mérite d'être récompensé, certes..)

Or, le fait accompli tend -chaque jour que dieu fabrique- à croître: deux oisillons couleur jaune rose.

Cela pousse, cela s'assombrit, cela grossit.

Un champ de déjections localisé s'étend aussi en toute proportion.

Animal sous canicule estivale. Inquiétude. Des âmes sensibles tiennent à leur disposition des points d'eau. Super pour boire et faire trempette.

En sus, les deux ados au plumage noir tardent  à quitter.

                                              PIGEONNADE

Alors que l'impatience gagne sur la date prochaine de l'envol de la paire "presque accomplie" , stupeur de  découvrir  les deux parents pigeons -pas du tout voyageurs!-  en phase d'approvisionnement en branchages de la partie ...DROITE du balcon.

La maison doit être identifiée comme hospitalière par la gente aviaire (genre aérien qualifié toutefois de nuisible par la gente homo sapiens).

Une prochaine bi-nidification  en vue?

La première nichée n'est toujours pas envolée qu'ils songent déjà à la seconde: gonflé!

On comprend dès lors et parfaitement l'expression "se faire pigeonner!"

En l'espèce (humaine) on ne va pas accepter une seconde... pigeonnade.

 

 

                                                               Sylvie Neidinger

 

 

Commentaires

  • Rire (suite) Il faudrait mettre des couches aux volatils !

  • Blague à part, il est arrivé, il y a quelques décennies, la même mésaventure à feu l’un de mes oncles, qui l’a traitée, disons, assez différemment.
    Le couple, après force roucoulades, avait nidifié sur le rebord d’une fenêtre donnant sur une courette intérieure, Madame Pigeon avait pondu deux œufs, deux pigeonneaux tout moches et roses étaient éclos, sous l’œil intéressé du locataire légitime. Il les avait bien veillés, le misérable, attendant son heure, qu’ils soient suffisamment dodus, mais dans l’incapacité encore de s’envoler. Vous fais grâce des détails du modus operandi, mais les assassinats perpétrés, il se les était mitonné petits pois, carottes et lardons, les pigeonneaux...

    L’était très spéciste, le tonton, ce n'était pas encore l’époque où l’on caillassait les boucheries…

  • Blague à part c'est arrivé il y a deux semaines. Un brave trentenaire pensant bien faire concocte un repas composé d'un lapin mitonné avec la tête ( c'est meilleur dit le boucher)
    Il invite en totale inconscience deux prototypes de bobologie anti-spéciste.
    La dame a failli tourner de l'oeil. Elle a tout juste réussi à prononcer le prénom de son lapin de compagnie adoré, avant de pâlir.
    Les assiettes n'ont pas été touchées...Ambiance.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel