• Kechiche, voyeuriste à Cannes... déconsidéré. Le Festival avec!

    Imprimer

    Comment le Festival de Cannes a-t-il pu inscrire en sélection officielle le non-film de Abdellatif Kechiche lors de cette 78ème édition?

    "Intermezzo" donne selon un témoignage:  20 mn de cinéma + 3h  de porno !

     

            VERNIS INTELLECTUEL (Ô PICASSO...) POUR DU... PORNO VOYEURISTE

     

    Le réalisateur  se complet, se plait à filmer des corps féminins nus et sexualisés (pas des corps masculins nus ...) en  de longues séquences pornos.

    Des fesses, des fesses, des fesses. Overdose de fesses. 

    Suite à la projection, Abdellatif  Kechiche déboule en conférence de presse pour défendre son "oeuvre" supposée être   «d’inspiration impressionniste et cubiste» selon lui.

    Présentée avec un vernis intellectuel en plus ! "Pour beaucoup de spectateurs, la séance aura été plus synonyme de porno que Picasso. Les fesses, il y en a un paquet dans cet intermède. À croire que le réalisateur de La Vie d’Adèle rentrerait dedans avec sa caméra s’il le pouvait."dixit. Accusé de "male gaze" (voir infra en pied d'article) 

    Le degré Zéro artistique atteint.

    Un second Harvey Weinstein????

    Kechiche : un probable pervers qui exige en tournage de ce film des scènes de sexe réelles.

    Les actrices et acteurs  refusèrent. Il leur distribue alors de l'alcool, les épuisant par des tournages de nuit pour qu'ils "craquent" et acceptent ses désirs pervers.

    Kechiche est en état de récidive car les actrices avaient DEJA dénoncé le tournage de La Vie d'Adèle :" Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos n'avaient pas démenti les pressions du réalisateur pour obtenir la scène parfaite : d'abord au Daily Beast où elles ont avoué qu'elles ne voudraient plus travailler à nouveau avec lui, puis au Magazine Première à qui elles ont raconté en détail les conditions d'un tournage qui s'est avéré une expérience traumatisante, voire un calvaire."

    A l'heure où les femmes du cinéma ont lancé un arrêt à leur instrumentalisation avec le mouvement #MeToo , à Hollywood ,  ce non-film cannais détonne.

    Le même dégoût gagne. Les spectateurs ont quitté en masse la projection: du jamais vu. L'actrice principale, une certaine Ophélie Bau aussi ! Débandade...

    Qui a financé le film de Kechiche?

    Dans quelle société vit-on ? Les corps féminins nus placardés à outrance dans les pubs des couloirs de métro, des magazines est devenu  une habitude,  les longues scènes sexuelles féminines en sélection officielle à Cannes. Corps de femmes devenus objets d'un mâle voyeurisme.

    Que Kerchiche soit pervers est une chose.

    Qu'il traite d'imbécile le journaliste de l'AFP qui pose des questions sur la plainte pour agression sexuelle contre lui est une chose. ( plainte issue d'une actrice)

    Qu'il obtienne tous les financements pour filmer sa vision malade et qu'il obtienne une sélection officielle dans la mecque du cinéma, Cannes en plus est juste insensé.

    Ce voyeurisme "artistique" sur le corps de la femme n'a donc pas de limite??

    A vomir !

                                                  Sylvie Neidinger

     

    #cannes,selection officielle,kechiche,porno,vomir,corps féminins,pervers,#metoo,perversion,cannes 2019,kechiche voyeuriste,voyeurisme,débandade,harvey weinstein

  • Européennes: le bizarre timing des affaires Balkany et Sarkozy etc.

    Imprimer

    Les médias, lundi 13 mai dernier ouvraient leur Une sur les deux thèmes du jour : lancement en France  de la campagne officielle des européennes.

    Et pile, 1-le début du procès Balkany.

    Curieuse coïncidence "en même temps".

    http://www.rfi.fr/france/20190512-france-debut-proces-maire-lr-patrick-balkany-son-epouse-isabelle-levallois-perret

    2-Sarkozy Quatre jours après, le vendredi  17 mai, sort l'annonce du rejet par le Conseil Constitutionnel du recours de Nicolas Sarkozy sur l'affaire des dépassements de campagne.

    https://actu.orange.fr/france/bygmalion-le-conseil-constitutionnel-rejette-le-recours-de-sarkozy-contre-la-tenue-de-son-proces-CNT000001fMEy5.html

    Bien évidemment ces  deux hommes politiques sont justiciables comme tout citoyen et doivent rendre les comptes que la Justice leur réclame. Aucun doute sur ce point.

    Ce qui interroge pourtant est le moment retenu par l'administration gouvernementale de la Justice pour évoquer ces affaires : pile pendant les deux semaines de campagne ! 

    Un moyen assez  facile pour stigmatiser au passage la... droite en règle générale  puisque les terminologies de " parti LR,  maire LR, maire de droite" vont émailler- c'est normal!- les titres, les reportages, les éditos...

    A quelques jours d'une élection, c'est juste surprenant. Le procédé semble assez  grossier: un abus de position dominante. Tout est bon pour gagner. 

    Pas besoin d'action marketing  sur les réseaux sociaux. C'est ici  l'information de presse officielle qui va cette semaine laminer le terrain pour rendre compte- c'est son job, elle a obligation de le faire pour traiter l'actualité- des procès en cours.

    Contre la droite des années Sarko. En fait contre la droite tout court. L'électeur téléspectateur risque pourtant de s'y perdre, mélanger le passé et le futur...

    Bien évidemment ni  la dite Droite, ni le parti  LR n'ont prise pour  réagir sur le  timing bizarre, ne pouvant que déplorer ces sombres affaires et les commenter évidemment en ne soutenant ni Balkany ni l'ancien président  sur ces sales histoires d'argent (sale et/ou trop abondant sous réserve).

                                                          SURPRISE    BELLAMY

    Juste un détail: Emmanuel Macron très à la manoeuvre pour ces élections de renouvellement du Parlement européen s'implique à outrance  jusqu'à sa photo solo sur certaines affiches! 

    Trop pour un président  de la république supposé être celui de tous...#bygmalion,timing,affaire balkany,affaire sarkozy,#lr,françois-xavier #bellamy,#européennes,#macron,#rn

    Celui  qui tient le pouvoir fait clairement campagne. Il  a pensé préventivement à tous les détails, jusqu'au timing.

    Pourtant E. Macron n'avait juste pas prévu, dans son laminage actif de la Droite,  le succès surprise du "petit nouveau" François-Xavier Bellamy auprès de l'électorat LR qui se ressaisit sur ce qu'il est lui-même. Preuve que le salutaire  ménage des années Sarko-Bygmalion est plus qu'enclenché...

    Les poissons Robinet, Estrosi que le patron de l'hypercentre  pensait dans sa nasse ont retrouvé leur habitat d'origine. (Raffarin exclu mais ce dernier est un centriste ni-ni à la base) 

    Les pérégrinations de l'électorat de droite vers l'hypercentre macroniste semblent terminées.

    Une mauvaise nouvelle pour Jupiter.

    Le président fait monter à outrance la mayonnaise du duel putatif entre lui-même et Marine le Pen, entre #LREM et #RN. Une mécanique artificielle, simplificatrice destinée là encore à éliminer la droite,  du débat politique. Pour capter ses électeurs qui intéressent fortement Mme Loiseau.

    Verdict dans les urnes.

     

                                                                                Sylvie Neidinger

     

    3-SUITE !! Affaire Vincent Lambert

    Dans le même ordre (rappel: la sortie d'affaires sensibles touchant à l'image de la droite en cette période électorale):  le décès par arrêt des soins  programmé de Vincent Lambert....cette semaine! Rappel : cet homme accidenté est dans le coma depuis... 10 ans!

    Les recours sont épuisés. Mais on choisit  pile  la semaine qui précède les élections européennes pour procéder à cet acte qui va heurter certaines convictions de droite. Notamment les catholiques pratiquants. Bellamy est entré à pieds joints dans le débat, fort de ses convictions. La conférence des évêques de France s'insurge.

    Parti LR un peu piégé, ne pouvant trop s'exprimer...Il se divise entre Bellamy qui demande un acte de ...Macron (lui donnant ainsi un pouvoir extraordinaire) et Jean Leonetti, l'auteur de la loi fin de vie. Tous deux LR.

    Finalement la Cour d'Appel demande de cesser la suppression des soins, renvoyant à plus tard ce dossier qui commençait à mettre en ébullition certains  catholiques  notamment la Fondation Lejeune. Le Pape commençant à se mêler du dossier !

    4-SUITE Edouard Philippe

    De plus, Edouard Philippe stigmatise cette semane la droite "Trocadéro" pour mettre en exergue l'image d'une droite catho plutôt radicale et inféconde électoralement.

    A ce stade il n'y a pas de hasard. Petit traité de machiavélisme, ou de tripotage.

    Le "crime" est parfait.

    Strictement personne ne peut affirmer que les dates retenues le sont ...volontairement.

    4-SUITE Les  dits "fillonistes"

    Encore un timing particulier. Ce jeudi 23 mai, le Tribunal Correctionnel présentait à Paris son jugement sur l'affaire de l'usurpation de l'identité du candidat Macron par dixit deux "fillonistes".

    Emmanuel Macron avait porté plainte mais n'était pas représenté.

    Finalement les juges ont prôné la relaxe ce 23 mai . Cet article ose commenter : "la décision qui va agacer le président"

    Si cette  affaire  avait été finalement poursuivie, on aurait cette semaine entendu en plus des autres dossiers cités plus haut cette histoire de "dits" fillonistes.

    Conclusion. Oui  la Droite était  ciblée cette semaine par voie détournée

     

     

     

  • Hommage ce mardi à "Staro" le célèbre critique littéraire, psychiatre genevois récemment disparu

    Imprimer

    Les étudiants littéraires francophones ont pratiquement tous rencontré les écrits du célèbre critique dans le cadre de leur formation !

    Martin Rueff, écrivain,  titulaire de la chaire XVIIIème à l'Université de Genève confirmait le 8 mars dernier dans Libération l'importance majeure de celui  affectueusement nommé "Staro": "Parce qu’il a maintenu tout au long de sa longue activité la triple exigence de relier l’intelligible et le sensible, d’attester du passage des œuvres et de les soumettre au jugement de sa compétence critique, attentif au passé parce qu’inquiet du présent et soucieux du futur, Jean Starobinski aura été le plus grand critique littéraire de langue française au XXe siècle".

    J'eus (ô privilège donné par Genève)  la magnifique occasion de  rencontrer pour la première fois  Jean Starobinsky au Palais Eynard en 2016.

    A ma question de savoir comment il put gérer des études médicales et littéraires en même temps, il répondit -modeste -que la médecine était moins scientifique qu'aujourd'hui.

    La MRL et la Société Jean-Jacques Rousseau organisent demain mardi 21 mai une projection de ses Grands entretiens (que l'on peut retrouver sur le site de la RTS) avec débat.

    #mrl,jean-jacques rousseau,genève,jean starobinsky

    L'intellectuel genevois -à qui pourtant Genève avait refusé la naturalisation !- nous a quittés il y a deux mois

     https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2019/03/06/jean-starobinski-historien-des-idees-est-mort_5432329_3382.html

    https://www.la-croix.com/Culture/Jean-Starobinski-pensee-mouvement-2019-03-07-1201007093

    https://www.franceculture.fr/emissions/lhumeur-du-matin-par-guillaume-erner/lhumeur-du-jour-par-guillaume-erner-du-jeudi-07-mars-2019

    https://www.tdg.ch/culture/culture/Jean-Starobinski-avait-le-genie-de-l-interpretation/story/16716503

    https://www.humanite.fr/disparition-jean-starobinski-un-bouquet-pour-les-lumieres-669024

    https://www.rts.ch/info/culture/livres/10268880-deces-du-critique-litteraire-et-du-psychiatre-genevois-jean-starobinski.html

     

    Biographie ( Isabelle Rüf RTS citation  ) : "Avec Jean Starobinski, c’est tout un pan de la critique littéraire au XXe siècle qui disparaît, l’école de Genève, celle qu’ont fondée Marcel Raymond, Albert Béguin, Georges Poulet.#mrl,jean-jacques rousseau,genève,jean starobinsky

    Il les citait comme ses maîtres à chaque occasion et tenait à inscrire son travail dans leur continuité. Staro, comme les Genevois l’appelaient amicalement, était aussi une figure familière bien connue qu’on voyait longtemps bouquiner au marché aux Puces de Plainpalais.

    Jean Starobinski est né dans cette ville, le 17 novembre 1920. Ses parents avaient quitté la Pologne où les lois antisémites leur interdisaient les études de médecine. Jean Starobinski a grandi dans un milieu cultivé, polyglotte, laïc, que fréquentaient musiciens et artistes. Il évoquait souvent avec bonheur la Maison des petits à Champel, basée sur les préceptes de "L’Emile", où l’on apprenait en chantant et en cultivant son carré de jardin.

    Un amoureux de Jean-Jacques Rousseau

    C’est peut-être là qu’est né son attachement pour Rousseau, conforté, au cours de ses études de lettres, par l’enseignement de Marcel Raymond. Il fera également des études de médecine, avec une spécialisation en psychiatrie, ce qui donnera à son approche des textes une dimension très large.

    Explorateur de la mélancolie

    Mais le critique a gardé une distance à son héros et s’est intéressé à tous les auteurs des Lumières, particulièrement Diderot. "L'Aufklärung reste le meilleur espoir de paix, de développement de l'homme qu'on puisse conserver. Il n’y a rien à larguer de cet héritage-là", dira-t-il encore.

    Sa double formation scientifique et littéraire lui permet d’explorer le vaste champ de la mélancolie, pathologie sur laquelle il a beaucoup écrit. "Action et réaction, les aventures d’un couple" (1999) doit aussi à son regard de médecin, bien qu’il n’ait jamais pratiqué la clinique.

    Hors des modes et référence mondiale

    A partir de 1958, Jean Starobinski est nommé à l’Université de Genève. Son cours devient un événement mondain, comme celui de Marcel Raymond auquel il succède. Son enseignement marque plusieurs générations. Le critique reste à l’écart de toutes les modes et querelles idéologiques – structuralisme, marxisme, sémiologie, psychanalyse – tout en s’y intéressant de près. Il préconise une approche patiente, historique, des textes et des manuscrits.

    En 1985, Jean Starobinski prend sa retraite, mais ce n’est que pour mieux se consacrer à ses travaux. Il est invité à donner des cours au Collège de France, à l’EPFZ, monte une exposition pour le Louvre, "Largesses". Il écrit sur l’art, sur l’opéra, sur la poésie. Il devient une référence mondiale, extrêmement sollicité, couvert de prix, invité à donner des conférences, des interviews, invitations auxquelles il cède au risque de s’éloigner de ses travaux en cours.

    Genève lui avait refusé sa naturalisation

    Jean Starobinski était d’une amabilité et d’une attention extrême, ouvert aux sollicitations. En 2005, il doit quitter l’appartement de la rue de Candolle, en face de l’Université, et réorganiser son immense bibliothèque, une épreuve pour ce savant déjà âgé. Ses archives sont confiées à la Bibliothèque Nationale à Berne.Mais Jean Starobinski garde toujours son attachement à Genève, qui lui a pourtant refusé la naturalisation, à lui et à sa famille, à la veille de la Deuxième Guerre mondiale. Il disait en riant que ce refus lui avait épargné le service militaire."

     Jean Starobinski a porté son regard neuf sur Jean-Jacques Rousseau, dépoussiérant ainsi l'image et les écrits de cet Autre citoyen de  Genève.

                                                                                                                       SN