En "jupitant" Macron achève la Vème république

Imprimer

La constitution de la Vème république taillée sur mesure par le général De Gaulle avait ses détracteurs, avant la venue de Emmanuel Macron. Mais ce dernier l'a portée au bord du précipice.

Des pays dits démocratiques, la France  est celui qui donne le plus de pouvoir à son élu central. 

Le président  de la république peut décider seul d'une guerre sans en référer au Parlement, sinon une information a posteriori.

Soit une présidence hyper centralisée dans un pays hyper centralisé.

Le citoyen vote une fois tous les cinq ans pour valider électoralement  un  exercice du pouvoir  qui s'apparente dans l'hexagone à celui  d'un monarque républicain. Lustres et palais avec.

Une fois le bulletin dans l'urne le débat est confisqué, en France. 

Dès lors tout pleut du ciel.Du temps des Gaulois comme du temps des Gaulois Réfractaires...

Avec  Macron qui sans vergogne s'est comparé à Jupiter, ( à Jeanne d'Arc voire à Jésus !) Le vertical mène la danse avec une équipe restreinte limite secrète  quelques "boys" dits les "Mormons" souvent énarques et/ou hauts fonctionnaires. Ceux qui se disent "élites" parisiennes et déconnectées. #Benalla aussi...

Macron en représentation. Sa formation attestée et ancienne de théâtre le laisse apparaître comme jouant une comédie. Il récitera  des scènes à l'Elysée devant public comme le fit un certain Louis XIV (ô délire...) Il usite à la fois d'anglicismes bruts de décoffrage et de langage désuet type pièce de théâtre XVIIIème.

Son gouvernement  a pu imposer à la population les 80 km/h brutalement et sans débat.

Il s'est passé des corps intermédiaires, syndicats , élus de terrain, partis.... Voire les a MEPRISE.

Macron, débutant en politique, a confondu la direction d'un pays avec celle d'une entreprise.

Il s'est entouré de ministres issus du monde DRH (M  Pénicaud, E. Wargon) Quand il cherche une plume (Sylvain Fort ayant démissionné) c'est une annonce... d'emploi qui est posée. Start up nation oblige!

Le principe d'une entreprise, communauté privée fermée est qu'il y a ceux qui sont dedans . Ceux qui sont dehors. Ce n'est pas un Etat qui inclut tous ses citoyens.

Emmanuel Macron dès lors  insulte régulièrement par ses petites phrases , contrôlées ou non la population qui selon lui semble en dehors.

                                ELITISME MEPRISANT DECONNECTE DU PAYS

Macron   pousse à son paroxysme l'élitisme française puisque c'est son mode de fonctionnement personnel. Il clive.

Le mouvement des Gilets Jaunes démarre en novembre 2018 par véritable "ras de bol" de l'hyper taxation. Il  fonde  ses piliers argumentaires sur le référendum (RIC) manière de demander l'avis de la population et sur la fin de la Vème république, la fin de l'élitisme au sens de l'égalité  de LIBERTE EGALITE FRATERNITE. Le mouvement impressionne les commentateurs et historiens: tout le vocabulaire de la révolution française de 1789, les drapeaux...jusqu'à l'échafaud ( pour Macron!)

 Il tente de jouer la partition du "nous" tellement difficile pour lui. Il pousse la fonction présidentielle à ses limites.

Le grand débat le voit actuellement certes mouiller sa chemise . Mais en réalité occuper le débat des heures durant à lui-tout seul. Le grand débat: un exercice de com dit chantal Jouanno.

Les thèmes en  sont retenus par Macron lui-même.

Il fait venir à Paris les représentants des outre-mer   (de loin donc, Antilles Réunion..etc) pour leur confisquer la parole, le micro !! Leur donner deux minutes la parole. Un "débat" scandaleux.

Macron raconte n'importe quoi sur le chlordécone à cette occasion !

Macron qui se vit vedette vole la vedette.

Ne compte que ce que LUI va raconter ! L'hyper présidentialité poussée à son extrême. 

 Hier le 15 février en visite à Bar-le-Duc - on se pince- l'épouse du président Brigitte Macron   ose prendre la parole dans ce climat délétère... Elle n'a aucun rôle institutionnel. Pourtant, elle commente carrément les ...Gilets Jaunes devant micros. 

" Ils ne savent pas ce qu'ils font. » La phrase, pour moitié, est celle dite par Jésus-Christ, agonisant sur la croix, sauf que lui ajouta « pardonnez-leur ». On le lui fait remarquer, elle ne reprend pas ce thème du pardon, mais précise sa pensée. « J'ai été saisie par ce qui s'est passé. Ils n'ont pas compris ce qu'ils faisaient, il faut leur expliquer. Le dialogue a été rétabli. Il faut que les gens de différents horizons se voient, qu'ils se parlent. Cela n'est pas assez fréquent, et c'est un problème. »In Le Point.

 Méprisante elle aussi. A côté de la plaque " ils ne savent pas ce qu'ils font "dit elle. Paraphrase  de Jésus-Christ sur la Croix....

Elle indique qu'il faut "dialogue entre nous" Mais son époux insulte régulièrement des catégories de population volontairement ou par inconscience.

La France décidément sur le chemin de croix institutionnel. Celui de la  Vème et son hyper présidentialisation que Macron pousse à l'extrême. Au risque de l'ingouvernabilité. Car la population désormais réagit à la centralisation verticale. Le mouvement des Gilets Jaunes perdure. Mais encore. Quelle suite?

                                                                              Sylvie Neidinger

overdose fiscale,#giletsjaunes,17 novembre,révolutionnaires,1789,#macron,#blogneidinger,#carburant,#csg,ecologie punitive,benjamin #griveauxRubrique #GiletsJaunes

 

Commentaires

  • Le mouvement GJ est mort ou mort-vivant. A ne pas vouloir se structurer parce que anti-élite, les GJ sont devenu le fourre-tout de tous les mécontents. Ainsi de l'essence, il y a des végans qui manifestent, l'extrême gauche et droite,...
    Résultat, il y a des menaces entre gilets jaunes via Facebook, c'est la cacophonie d'un mouvement qui voulait prendre le pouvoir.

    Ainsi Macron remonte dans les sondages, et les GJ descendent.
    Il y a bien eu des essais pour se structurer en se réunissant, résultat 7h de bavardages pour rien.

    En résumé, par défaut, les français préfèrent les élites aux GJ, en espérant une république plus démocratique.

    La révolution française s'est structurer autours des bourgeois, les GJ, eux, ont exclu ceux qui n'était pas comme eux (intellectuels,...).
    Une révolution réussie des grandes gueules n'a jamais existé. Les révolutions ont toujours remplacé des élites par d'autres élites par manipulation des grandes gueules (voulue ou subit naïvement).

    Les GJ vont probablement s'éparpiller selon leurs propres intérêts dans divers mouvements. Seul les mouvements qui ont une tête peuvent survivre. En gros, les "élites" des GJ ont une chances de durer.

    Les GJ ont apporté une chose de positif. Ils ont cassé l'image d'un néolibéralisme heureux qui pouvait se détacher des besoins individuels de chaque humain.
    A Davos, parler de la qualité de vie est peut-être la conséquence des GJ.

  • Les GJaunes se sont fait avoir comme des bleus.
    Un blocage du pays pendant quelques jours en continu et le gouvernement aurait sauté.

    Si votre neutralisation est faible, il peut arriver que vos ennemis se redressent.
    Lorsque votre adversaire est sur le point de reculer, il est important de le neutraliser directement, sans le laisser souffler. Le plus important est de l'empêcher de pouvoir se restaurer.

    Macron a temporisé, dilué, enfumé et gagné la partie.

  • Pas bien compris ce qu'il a gagné.... Il cesse certes, lui de se voir au centre de l'Olympe peut-être par force et réalisme mais il reste intimement convaincu d'être le meilleur il reste intimement méprisant)
    Aujourd'hui la capacité de légiférer est compromise, Macron a du changer toute son équipe, la taxe carburant pour motif "écolo" en réalité budgétaire est remise en cause, des millions d'euros sont nécessaires pour remettre les radars détruits en fonctionnement, l'économie s'est pris un choc....
    A l'international il s'est fâché avec bcp de monde. Italie, Serbie... et pas seulement.
    Les Gilets Jaunes ont bien accéléré la fin du "mirage " Macron.
    Et ils sont toujours là.

    A bon Macron a gagné .... Je ne partage pas du tout !C'est un échec complet en tant que dirigeant politique; Qu'il n'était pas d'ailleurs. Car jamais élu.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel