27/11/2018

Gilets Jaunes: ni peste brune, ni séditieux, ni ..."nos classes laborieuses" en version "dangereuses" !

Le gouvernement Macron  plaque une lecture  erronée des actuels événements sociaux, avec des terminologies passéistes pour une colère actuelle. 

A Paris, plusieurs millions d'euros de dégâts (dont les bijoux de la boutique Dior...), un CRS ayant perdu un oeil...Le monde entier stupéfait de ces images des Champs-Elysées samedi dernier.

Qui agissait parmi les 8000 #GJ présents dans la capitale??

En fait le profil des casseurs du 24 novembre à Paris ne correspond pas dans la globalité à ceux que le gouvernement stigmatise si rapidement  dans un festival de caricatures verbales! 

Gérald Darmanin, ministre des comptes publics évoque carrément la peste brune. Excessif, erroné... La classe politique, les commentateurs  lui "tombent dessus", n'admettant pas cette comparaison.

Le profil des interpellés ne correspond pas vraiment à cette analyse : des gilets jaunes de province ayant le plus souvent un job jusqu'à un....gardien de prison ancien militaire. 

Le matin: 200 militants d'extrême-droite, l'aprèm: 200 d'ultras-gauche, anars. Le soir les casseurs de banlieue qui ont fracassé les magasins pour pillages. 

Donc globalement  le mouvement des Gilets Jaunes n'est pas  séditieux  comme indiqué par le Ministre de l'Intérieur Castaner. Politisant à l'extrême des données de... 1934 n'ayant rien à voir! 

Autre terme marqué historiquement. Celui de "nos classes laborieuses" employé par Emmanuel Macron.

Bigre, diantre, quel vocabulaire désuet : une lecture "dix-neuvièmiste de l'histoire!

Le président Macron, qui depuis quelques temps (les élections européennes en perspective?)  adore plus que d'habitude jouer à l'historien (d'opérette) donneur de leçons, prend visiblement ses désirs intimes pour la réalité en signifiant que les années 30 reviennent au galop. 

"Nos classes laborieuses"??? Pourquoi pas "nos gueux", "nos pauvres"... répondent certains éditorialistes.

Avec ces histoires de classes sociales... la période citée  est  le XIXème.

Cette terminologie est très identifiée. Elle fait référence à l'ouvrage de Louis Chevalier publié en 1958 " Classes Laborieuses, classes dangereuses pendant la première moitié du XIXème siècle".

En vrai les Gilets Jaunes c'est  Monsieur et Madame Tout Le Monde qui crie sa colère face aux augmentations incessantes par le biais  de réseaux sociaux qui structurent la révolte.

Un dégagisme type Printemps 2.0. très 21ème siècle.

Le site Atlantico se moque du  retour des....classes dangereuses dans le discours de Emmanuel Macron. Signe là encore d'une grande déconnexion entre le président et le peuple français.

Classes laborieuses dangereuses...

Au secours Marx, Hugo et Zola!

                                                  Sylvie Neidinger

séditieux,#gj,#giletsjaunes,darmanin,peste brune,castaner,factieux,#macron,classes laborieuses,#paris #champs elysées

 

                                                

 

    RUBRIQUE VOCABULARIA

 

overdose fiscale,#giletsjaunes,17 novembre,révolutionnaires,1789,#macron,#blogneidinger,#carburant,#csg,ecologie punitive,benjamin #griveauxRubrique #GiletsJaunes

 

Commentaires

Au sujet des "casseurs" :

Les Anglais à l'époque ont fait la même (et surprenante) constatation à propos de la sociologie des hooligans des stades de foot. Pas mal de trentenaires pères de famille laborieux bien sages en semaine, simples employés ou petits cadres intermédiaires frustrés aigris peut-être, mais ne provenant pas en majorité des chômeurs et des milieux défavorisés (ceux-là n'ont pas les ronds pour s'offir une entrée au stade !) Tous ces braves types épuisent leur testostérone (alors qu'il y aurait mieux à faire...) et se défoulent de leur hargne le week-end.

Moralité : nous pouvons tous devenir des moutons enragés et si l'occassion qui fait les marrons se présente, nous en prendre aux cognes... Vais m' y mettre, ai vu dans mon quartier une pub pour des cours d'arts martiaux réservés aux seniors débutants (mais encore verts).Cela va barder.

Écrit par : Gislebert | 27/11/2018

Répondre à ce commentaire

Vous devriez nous dire comment vous voyez une solution pour la France et les Français. Les Français qui bloquent les routes pour les Français qui doivent aller au travail, ce n'est pas une solution. Alors ?

Écrit par : Géo | 27/11/2018

Répondre à ce commentaire

Les "gilets jaunes" sont pour "la démocratie directe" et "l'autodétermination", donc pas comme la majorité des suisses qui sont contre!

Écrit par : Dominique Degoumois | 27/11/2018

Votre remarque : erreur de destinataire, Géo,car je ne suis pas Pt de la République....
Je suis blogueuse et je décris. Ce n'est pas le même rôle...

La situation que vous évoquez correspond au réel : un blocage de tous côtés. Des dérapages gravissimes
Cette révolte déjà coûte cher à l'économie, en période de Fête le commerce en prend un coup.

Sur le terrain c'est insurrectionnel et l'allocution du jour n'y a rien changé.

La France en général et celle de Macron en pire est gouvernée par les hauts fonctionnaires, énarques et habitants du triangle d'or parisien.
Aucune sensibilité au terrain. Une surcharge de taxes et d'impôts. 1000 milliards de prélèvements cette année selon une info entendue ce jour. Champion du monde.

Des injustices majeures:
Un fonctionnaire nommé à la Réunion au delà de son salaire hyper confortable si il est en fin de carrière touche en plus des primes de vie chère que les locaux n'ont pas alors qu'ils subissent... la vie chère.
De plus, la retraite de ce fonctionnaire va être calculée sur les dernières années de travail donc des revenus confortables.. Alors que les salariés basiques , n'ont pas ce système.
Pire, les indépendants qui sont pressés eux comme des citrons par le RSI et autres

Actuellement la tête du pays, Macron un personnage venu de nulle part,par la bonne grâce des Unes de magazines people ( et l'élimination "juridique" de Fillon) sans expérience politique.
Il se dit ...Jupiter,( n'importe quoi) subit des affaires (ses frais de campagne Benalla) et surtout il passe son temps à INSULTER la population et à se prendre pour LOUIS XIV.

Pas étonnant que sur le terrain on observe une fronde type 1789. Tout le vocabulaire révolutionnaire ressort.
Aujourd'hui le discours de #Macron n'a rien calmé.


Autre travers : il recentralise l'Etat et se moque des corps intermédiaires.
Le pire est devant pour la France , je vous l'accorde... Sylvie

Écrit par : Sylvie Neidinger | 27/11/2018

Répondre à ce commentaire

Gislebert@ Je ne m'y risquerais pas, à votre place. Il y a une vidéo qui tourne en boucle d'un quinquagénaire (les idiots actuels disent probablement un cinquantenaire, puis qu'ils disent quarantenaire, soixantenaire, etc...) se ramassant une bonne volée de matraque. Cela ne doit pas aider les neurones, ce genre d'expérience...et l'assurance ne rembourse rien dans ce genre de circonstances. Ben oui, ce serait trop facile...

Écrit par : Géo | 27/11/2018

Répondre à ce commentaire

Le gouvernement de Macron fera tout ce qu'il pourra pour laisser pourrir la situation, sans avoir besoin d'assumer son inaction dans le domaine social.
Manifestation, grève, révolte ou révolution, ce sont toujours les plus démunis qui en font les frais, d'une part parce que la machine politique fonctionne ainsi en démocratie, et d'autre part parce qu'une majorité d'eux ne veulent pas être privés du rêve de devenir riches.
En France, ou il n'est pas question de révolution, ni de dictature formelle, les "dépossédés" n'ont guère d'arme dissuasive à leur portée: les institutions du quinquennat permettraient à la limite une dissolution du parlement, un vote massif pour une opposition crédible lors des européennes ou des élections régionales, toues solutions guère crédibles.

Écrit par : Mère-Grand | 27/11/2018

Répondre à ce commentaire

je suis "gilet jaune"!!!

Écrit par : Dominique Degoumois | 27/11/2018

Répondre à ce commentaire

#GJ #GiletsJaunes
La France c'est une folie fiscale qui s'accroît et s'impose à une fracture territtoiriale.
Juste en janvier 2019 : hausse du carburant, de l'électricité, des péages et le prélèvement pour impôts à la source au programme : ouf !!!!
C'est une montée des impôts délirante.
Les gilets jaunes sont les citoyens basiques (et observations des sociologues: beaucoup de femmes sur les barrages) qui s'insurgent.

Donc un mouvement qui traverse tout le spectre politique : de l'extrême gauche à l'extrême droite en passant par le centre, la gauche et la droite.
Ils ont en l'espèce des références et une expérience historique conséquence: tout le vocabulaire prononcé fait référence à 1789 ou mai 68.

Écrit par : Sylvie Neidinger | 28/11/2018

Répondre à ce commentaire

Les Français ont haï Charles de Gaulle. "Charlot, des sous !" Ils l'ont licencié en 1969...
Les Français ont haï Pompidou. "Pompom la merde, mais pompons la gaîment !"
Les Français ont haï Giscard d'Estaing.
Les Français ont haï Mitterrand.
Les Français ont haï Chirac.
Les Français ont haï Sarkozy.
Les Français ont haï Hollande.
Les Français haïssent Macron.
Peut-être devraient-ils changer de système politique ?

Écrit par : Géo | 28/11/2018

Répondre à ce commentaire

Logique !!!! C'est la colère traditionnelle liée à une République hyper verticale et centralisée.

Le monarque républicain devient dès lors la cible directe.

En France on vote pour élire le Pt et après tout tombe dessus sans recours, du jour au lendemain (80 km /h et le reste)
Un système structurellement bloqué en fait.

Écrit par : Sylvie Neidinger | 29/11/2018

Répondre à ce commentaire

Géo
c'est peut être un peu exagéré en ce qui concerne les deux premiers présidents de votre liste. Ils ont plutôt eu à faire aux changements de mentalité tournant autour de mai 68. La devise de "Pompom" était "les peuples heureux n'ont pas d'histoire, je souhaiterais que les historiens n'aient pas trop de choses à dire sur mon mandat» et en effet c'était une époque sans histoires si ce n'est tournée vers la modernisation.
Rien à voir avec la mobilisation d’aujourd’hui, bien plus âgée. Sans commune mesure des conflits patrons vs forces syndicales d'antan.

Pour le changement de système politique, rie qu'un système de ce qu'ils appellent "référendum d'initiative populaire" pourrait apaiser bien des choses

Écrit par : aoki | 30/11/2018

Répondre à ce commentaire

Moi j'ai aimé CHIRAC après c'est la cata !

Écrit par : Sylvie Neidinger | 30/11/2018

Répondre à ce commentaire

"c'est peut être un peu exagéré en ce qui concerne les deux premiers présidents de votre liste."
Non, c'est exagéré pour tous, de façon égale. Pour le premier, n'oubliez pas qu'il a échappé à de nombreux attentats et qu'il ne doit la vie sauve qu'à la faculté de la DS de rouler sur trois roues !

Écrit par : Géo | 30/11/2018

Répondre à ce commentaire

@Géo
De toutes façons je penses que le problème n'est pas forcément le système politique.
Je formule simplement le vœux pieu que ce mouvement puisse aller assez loin pour opérer un nettoyage profond de la petite caste oligarchique qui se sont passés le pouvoir ces 40 dernières années et se prémunir contre les déraillements de ce mondialisme

Écrit par : aoki | 03/12/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.