14/11/2018

Jacquerie pour overdose fiscale

Une véritable jacquerie se profile dans l'Hexagone. La carte des blocages par les #GiletsJaunes montre une France totalement touchée. Le 17 novembre et probablement après.

C'est un ras le bol fiscal. Comme en son temps en 1789 pour le prix du pain. 

Overdose. Avec en plus à l'horizon les augmentations de janvier 2019 (autoroutes, essence...)  le prélèvement à la source qui va amputer les fiches de paie.

Une révolte de la base, de tous. Hors partis et syndicats. Parfois violente.

De façon étonnante  à écouter les divers interviews et réseaux, le vocabulaire employé est celui de la révolution française.

Ils se réunissent et se disent " le peuple français".

Directement en opposition à un Macron  très vertical.  Qui, narcissique, se l'est inconsidérément,  joué monarque...

Un porte parole du gouvernement très méprisant Benjamin Griveaux pour ceux qui fument des clopes et roulent au diesel. Du coup rangé lui, dans la catégorie des petits marquis...

Un président de la république qui a osé prendre un avion pour 70 km de déplacement. Qui se déplace en permanence, les avions coûteux du PM Edouard Philippe.. Problématique avion.

La parole libérée de cette base signale la piscine de Brégancon et la vaisselle de l'Elysée comme mal venues en période de serrage de ceinture. En résumé à leurs yeux Macron serre la ceinture des autres mais pas trop la sienne.overdose fiscale,#giletsjaunes,17 novembre,révolutionnaires,1789,#macron,#blogneidinger,#carburant,#csg,ecologie punitive,benjamin #griveaux

Ils chantent la Marseillaise (cf reportage BFM)  lors des réunions préparatoires en levant le poing.

Des jeunes aux papys et mamies. Actifs et retraités. Gilets jaunes sur le dos, la voiture étant une vache à lait pour l'Etat. Mais l'augmentation de la CSG , du prix du tabac etc. sont aussi  facteur de colère.

Le mouvement semble hors de contrôle, parti de la base. Avec un agacement face à  toute récupération. Ci joint  en photos, des affiches du mouvement de Dupont-Aignan (Debout la France) qui entend récupérer les gilets jaunes. Le message n'a pas été déchiré (essence+80 km). Le parti qui a collé l'affiche oui !

Il se dit que l'Elysée est tétanisé. Un Macron autocentré sur lui-même qui a chargé la barque sans voir le point de rupture sociale ...Ni  ce que signifie pour tous cette hausse des carburants fruit d'une écologie punitive.

Du jamais vu, un grondement de cette ampleur, de la base et qui reprend spontanément les CODES DE 1789! ( les fourches en moins....)

 

                                                      Sylvie Neidinger

https://www.nouvelobs.com/politique/20181113.OBS5340/les-...

Capturesss.PNG

 

Vocabulaire des Gilets Jaunes très  1789

 

 17 novembre : c'est bien la Marseillaise qui est chantée par les Gilets Jaunes. Plus de 2000 points de blocage

 

overdose fiscale,#giletsjaunes,17 novembre,révolutionnaires,1789,#macron,#blogneidinger,#carburant,#csg,ecologie punitive,benjamin #griveauxRubrique #GiletsJaunes

 

Commentaires

"La carte des blocages montre une France totalement touchée."
Cette carte ne préjuge en rien des blocages réels. On parle de barrage filtrant et pas de véritables blocages auquel cas le gouvernement a averti que la police interviendrait.

Écrit par : Daniel | 14/11/2018

Répondre à ce commentaire

Par définition, on ne sait comment cela va se passer. Ni d'ailleurs si cela sera la seule journée d'action. Avec les hausses de janvier ce n'est pas fini..

Certains lieux industriels normalement en activité le samedi vont fermer préventivement ce 17 juin.

.Les bonnets rouges étaient liés aux transporteurs. Les gilets jaunes c'est Mme et M Tout le monde

Écrit par : Sylvie Neidinger | 14/11/2018

Répondre à ce commentaire

A "déblogueur" qui ne commente pas mais insulte. Il débloque sec.

Le principe d'une démocratie est que se juxtaposent des avis différents. Si le mien ne lui plait pas
1) au pire il ne lit pas
2) au mieux il créé un blog et confronte ses idées

Mais ce genre de commentateur est lâche. Avoir la responsabilité d'un blog ne l'effleure pas !
Le ridicule ne tue plus ces commentateurs anonymes planqués derrière les écrans (mais que l'on peut arriver à localiser eventuellement )
Ils se drapent de la "démocratie" quand on leur demande de cesser non pas de commenter mais d'insulter .

A propos de Déblogueur :
http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2010/01/18/l-exceptionnel-courage-de-monsieur-deblogueur.html

A propos des commentateurs indécents et trolls


http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2014/07/30/blogosphere-porte-avion-de-la-commentosphere-258334.html

http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2014/07/30/charte-de-moderation-des-commentaire-du-blog-neidinger-258352.html

LaTDG Blog est un magnifique univers DEMOCRATIQUE de sujets et points de vue aussi variés les uns que les autres

Écrit par : Sylvie Neidinger | 17/11/2018

Répondre à ce commentaire

Ben alors Sylvie, on vous fait des misères ? On n’y entrave pas lerche à votre commentaire vengeur, comme dirait ma crémière(catalane) qui a des lettres… Que vous a-t-il raconté ce déblogueur déblocant ? Vous nous mettez en références des interventions datant de Mathusalem et qui ne vous concernent pas. Retard à l’allumage ou correspondance privée ? Attention à votre tension artérielle, la rupture d’anévrisme ou l’Avc nous guettent…

Écrit par : Gislebert | 17/11/2018

RIRE !!!! cool !
1)Ne vous inquiétez pas pour ma pression artérielle super bonne et entretenue par de belles randos. C est plutôt de celle des trolls dont il faut s'inquiéter.

2) Je mets en référence librement ce qui m'intéresse en commentaire sur mon blog et en contenu de blog aussi d'ailleurs. Même si la référence est ancienne.
3) Il n'y a ici aucune correspondance privée. J'ai bloqué un commentaire Déblogueur c'est tout.
4 Je suggère aux trolls de faire attention à leur tension artérielle, leurs avc et anévrismes respectifs.
Et c'est toujours d'actualité un 17 nov 2018 !

Écrit par : Sylvie Neidinger | 17/11/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.