04/11/2018

La ligne STEAMPUNK: cuivres rutilants et vapeurs, esthétique XIXème néo-industrielle

 Steampunk : à quoi correspond ce néologisme ?

"Avril et le monde truqué", Prix Cristal 2015 du  #FestivalAnnecy  est  un film d’animation issu de l'univers de Jacques Tardi classé dans la ligne dite "Steampunk". Ici bande annonce.

C'est une ligne  issue d’un genre artistique particulier du XIXème qui avec la Révolution vapeur rend la machine omniprésente. Telle que décrite dans les imaginaires de Jules Vernes pour la littérature,  Bernard Buffet pour la peinture et   la représentation britannique de l'époque victorienne, particulièrement celle de Londres.

Ce terme est  un néologisme datant des années 1980. Invention de vocable pour un univers néo-industriel reconstitué par l'imaginaire artistique de tout ordre. Ce courant esthétique concerne films, films d'animation, BD, musique, arts graphiques, peinture.

Sarah Bocelli  présente Steam  et Cyber ...punk dans son article du 14 mars 2014:

 "Le « cyberpunk », contrairement au steampunk, fait clairement partie de la science-fiction — c’est même le genre poussé à l’extrême. Il présente des mondes dystopiques, des futurs proches ou éloignés qui ont la particularité d’avoir accès à une technologie très avancée (« cyber », de cybernétique)… et d’être dans le caca. Ou, pour dire les choses plus joliment, un univers lugubre, désabusé, et dans lequel l’humanité semble être arrivée à une impasse.steampunk;#festivalannecy,#blogneidinger,vapeur,esthétique néo-industrielle,tardi,avril et le monde truqué,cyberpunk

 « Steampunk » est un jeu sur ce genre d’anticipation : on garde « punk » [ de cyberpink] pour l’idée futuriste un peu sombre, et on le colle à « steam » (vapeur) pour plutôt faire une référence à l’époque victorienne du XIXème siècle, qui se caractérise notamment pour sa révolution industrielle où l’invention de la machine à vapeur est devenue le symbole de l’avancée du progrès vers le futur. En gros, un âge victorien futuriste.

On doit l’invention du terme aux écrivains K.W. Jeter, Tim Powers et James P. Blaylock, qui, dans les années 80, cherchaient un nom pour les « fantaisies victoriennes » qu’ils prenaient plaisir à écrire, et qui ne rentraient dans aucune case. Ce serait en plaisantant que Jeter parodia alors le terme « cyberpunk » pour en faire le «steampunk ».

Le steampunk a étendu ses ailes mécaniques pour devenir, effectivement, des « fantaisies victoriennes ». Des récits se déroulant au XIXème siècle, le plus souvent à Londres, qui se jettent parmi les victoriens avec un regard décalé. "

 

 Intérêt très mode de ce regard décalé sur la pré-histoire industrielle , post industrielle de facto et comment elle hante les imaginaires collectifs.

Le génial peintre Bernard Buffet décrié en France , adulé au Japon,  suicidé dans l'indifférence générale  est actuellement redécouvert.

Sa côte s'envole. Un artiste classé  steampunk lui aussi.

 

                                                                             Sylvie Neidinger

 

Blog Série n°16 #FestivalAnnecy 2017

1-Place à l'animation: Arte propose de revoir le Cristal 2015 du Festival d'Annecy

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.