16/09/2018

Serena Williams mauvaise joueuse très "caricaturable"

On ne discute pas ici des capacités sportives physiques de Serena Williams (réelles) Mais de sa propension actuelle, autocentrée sur son ego,  à ne pas accepter les règles du tennis.

Starissime du star système, elle  avait tiqué de ne pas être automatiquement  élue tête de série à Roland Garros.

Elle vient de faire scandale sur un court de l'US Open en insultant l'arbitre, cassant sa raquette.

La fédération américaine l'a soutenue. Les instances tennistiques internationales,  non.

               SERENA  SPORTIVEMENT INCORRECTE

Elle dispense dès lors une image détestable, indigne.

Pire, elle justifie son comportement agressive  en se victimisant.

Elle  invoque un appareil idéologique usuel outre-atlantique   qui n'a strictement  rien à faire en l'espèce avec la réalité du mauvais comportement sur le terrain: le genre !

Elle enfreint les règles. Se voit sanctionnée et répond discrimination " parce que femme".

Soit disant parce qu'elle venait d'accoucher il ne fallait pas la mettre au même niveau que les autres mais l'inscrire directement comme  tête de série à Paris : n'importe quoi.

Soit disant l'arbitre Ramos ferait des différences parce qu'elle est femme : n'importe quoi.féminisme dévoyé,genre,serena williams,tennis,us open,ramos,caricature,herald sun,melbourne,mark knight

Williams pratique  juste une instrumentalisation inacceptable du féminisme, détourné. 

(Rappel: elle s'était moquée de Mauresmo, femme à l'époque....)

 

            

                                NIGHT, CARICATURISTE  ATTAQUé

Du coup un caricaturiste australien qui n'a pas accepté son comportement l'a caricaturée dans un magazine de Melbourne.

C'est son droit absolu, celui de la liberté de la presse.

Le magazine soutient son dessinateur qui depuis a fait l'objet d'attaques violentes au nom du "PC"(politiquement correct)

Mark Knight injustement taxé de...racisme.

Du coup Herald Sun de Melbourne a republié la caricature en Une.

A juste titre.

Car ce n'est pas sa raquette que la diva piétine mais:

1) les règles du sport et de l'esprit sportif

2) le véritable féminisme

                                              Sylvie Neidinger.

caricature,herald sun,melbourne,mark knight,féminisme dévoyé,us open,ramos,genre,serena williams,tennis

                                 

Commentaires

Je ne connaissais pas la vidéo sur Mauresmo. Moi je trouve marrant et pas gênant qu'on se permette ce genre d'humour décalé et caricatural. Je n'ai pas envie de juger moralement incorrect ce sketch. Je ne voudrais justement pas tomber dans le jugement de sexisme ou d'homophobie qu'on appliquerait à n'importe qui qui n'est pas Serena Williams. Je préfère y voir de l'humour pas très fin – mais Coluche était-il fin?

Mais en effet ça détonne, après ça, de la voir faire sa scène à l'US Open.

Écrit par : hommelibre | 16/09/2018

Répondre à ce commentaire

Ce qui détonne et devient inacceptable est le 2 poids 2 mesures de Williams.
Elle se moque de Mauresmo. Ok c'est effectivement de l'humour....

Mais alors qu'elle ne vienne faire faire tout son fromage sur ce qui lui arrive à elle quand elle dit et fait n'importe quoi
Et notamment de la caricature humoristique qui lui est opposée.

En retour elle se victimise en s'appuyant sur une lecture dévoyée opportuniste du féminisme qui n'a rien à faire avec le sport et ses échecs sportifs à elle. Trop facile !!!.


Oui l'humour est bien là pour rire d'une situation. Soit la vidéo ( je suis de votre avis) soit les caricatures.

Écrit par : S Neidinger | 16/09/2018

Répondre à ce commentaire

Franchement lorsque j'ai confronté la caricature et la photographie qui illustrent ce blog il m'est apparu que le portrait était très ressemblant et réaliste. Si Monsieur Mark Knight avait voulu offenser Ms Serena Williams il l'aurait traitée en blonde aux yeux turquoises. Mais là vraiment ...

Écrit par : Innocent | 16/09/2018

Répondre à ce commentaire

Il n"y a pas photo effectivement..... Son visage tourné vers l'arbitre est haineux et déformé. La caricature traduit cette grimace

Écrit par : S Neidinger | 16/09/2018

Répondre à ce commentaire

C'est vrai que le dessin peut en évoquer d'autres d'un autre temps, mais d'une part en effet il est assez fidèle au modèle, et d'autre c'est une caricature. Ce qui est montré est un enfant gâté qui fait sa crise. SW se pose en dominante, et cela renverse les code anciens où les noirs étaient les dominés. C'est d'autant plus intéressant.

Mais ce que l'on voit avant tout c'est une personne furax qui fait un esclandre, et on comprend que cette personne a un caractère de... hum, je mets le féminin? Non: de cochon...

Petit détail qui donne bien le ton et l'intention, la phrase que le dessinateur prête à l'arbitre: "Pouvez-vous juste la laisser gagner?"
:-)

Écrit par : hommelibre | 16/09/2018

Répondre à ce commentaire

Effectivement son caractère de cochon !
Le fond du problème est que le dessinateur a été taxé de ...racisme.
Ce qui est déplacé dans le contexte. La furax furibarde se retrouve caricaturée en raison de son comportement de diva agressive.

Écrit par : S Neidinger | 17/09/2018

Répondre à ce commentaire

Auriez-vous écrit le même commentaire à l'encontre d'un homme qui se serait comporté de la même manière, par exemple Mc Enroe ?

Dans le même registre, la traiter de ... Diva (agressive) aussi ..., Diva signifiant selon le Larousse : cantatrice célèbre !

Hommelibre dans son premier paragraphe résume très bien l'esclandre entre joueuse et arbitre.

Écrit par : M.A. | 17/09/2018

Répondre à ce commentaire

Réponse OUI
Tout caricaturiste de presse est en droit de caricaturer femmes et hommes..
.Mc Enroe pourquoi pas si l'actualité le veut

Écrit par : S Neidinger | 17/09/2018

Répondre à ce commentaire

Parfaitement Diva = cantatrices célèbre et souvent capricieuse du fait de la célébrité ce qui est le cas elle est une virtuose de la raquette n'est-ce pas ?Elle doit dès lors respecter les règles.

Écrit par : S Neidinger | 17/09/2018

Répondre à ce commentaire

Au risque d'être accusée de diffamation, je me demande: a-t-on procédé à un test anti-dopage sur Serena Williams? Je crois avoir lu ou entendu que des accès de rage sont parfois un effet secondaire de la prise de stéroïdes anabolisants.

Écrit par : alena hochmann | 17/09/2018

Répondre à ce commentaire

Sa colère effectivement semblait pathologique.
Elle se savait filmée et pourtant n'hésitait pas une seconde à atteindre effectivement un état de rage.
Totalement indigne du monde sportif et des valeurs du sport !


De plus elle n'est pas nette il y a de l'argent derrière se s polémiques.
Sur l'affaire de sa tenue à Roland Garros où elle a là ,encore évoqué le racisme et le sexisme ( ouf!) elle avait provoqué volontairement pour faire du buzz et de la pub à l'équipementier Nike
http://www.europe1.fr/sport/la-combinaison-de-serena-williams-agite-le-tennis-mondial-3741884

Écrit par : Sylvie Neidinger | 18/09/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.