21/07/2018

Benalla, le faux policier préféré de Macron hors-la-loi

L'affaire Benalla qui sort grâce à la presse ( journal Le Monde ) est gravissime, explosive.

Ici les pratiques insensées d'un proche du premier cercle de la macronie.

Elle expose à la lumière crue ce que Emmanuel Macron fait de la présidence française. 

Une gouvernance autoritaire, à son bon vouloir avec son entourage aux fonctions indéterminées parfois.

On avait déjà évoqué le phénomène de cour avec l'article sur la Cour du Roi de la République française.

Macron  installe autour de lui des individus aux fonctions troubles, en autarcie. (Tous les collaborateurs n'apparaissent pas dans les organigrammes ...) Benalla est un "chargé de mission policier ". Nervi issu à l'origine du service d'ordre du PS (Martine Aubry, Montebourg)

Quel est le lien exact entre ce nervi de 26 ans non policier mais homme violent  qui "joue au policier" à ses heures perdues et le Président ??

Question majeure car tout a été pardonné à cet homme. 

Pire le sommet de l'Etat a voulu étouffer cette affaire !

L'individu à la carrière fulgurante  va  casser du manifestant le 1er mai. Problème : la scène est filmée.  Il se livre à des violences et l'Elysée le protège.

 Ce personnage a commis plusieurs délits: usurpation de fonction, de titres en plus des  violences volontaires.

Protégé par l'Elysée, grassement payé, logé depuis le 9 JUILLET par la République Quai Branly dans l'ancien appartement Pingeot !!

APRES le 9 juillet,ce qui signifie que l'Elysée n'a pas sanctionné contrairement aux fausses affirmations du service de com' de Emmanuel Macron.

L'individu semble avoir tous les droits. Qui lui a   donné les attributs de fonctionnaire d'Etat, de  policier  ( girophare, casque etc..) ? Qui a donné à Alexandre Benalla un véhicule de police super équipé ?

A 26 ans il a même été porté au grade de  lieutenant  colonel réserviste de gendarmerie.

Dès lors, une tempête politique et judiciaire démarre, un scandale d'Etat qui discrédite totalement le coeur de la  gouvernance Macron.

La démission de Gérard Coulomb est demandée car le 2 mai il n' a pas alerté la Justice. Il sera auditionné par le'Assemblée lundi et le Sénat mardi. Le ministre de l'intérieur n'a pas fait jouer l'article 40 qui demande à tout fonctionnaire de dénoncer des faits.

 

                               BENALLA "BARBOUZE"PROCHE DE MACRON

 

Macron et sa garde rapprochée tellement enfermés dans leur morgue et leur  sentiment de toute puissance ont cru que cela allait passer. Il est supposé au départ avoir été "mis à pied" deux semaines...Gag : sans retrait de salaire  !

 

Pour se défendre l'Elysée croyant s'en tirer ainsi va jusqu'à mentir :

1-en affirmant que l'individu avait été sanctionné. Faux. Mensonge du service com de l'Elysée !

2-mis au placard . Faux car lundi dernier  Benalla, à Roissy a voulu prendre le contrôle de la sécurité des bleus contre la ..gendarmerie !

Gestion de crise catastrophique de l'Elysée.

Macron tord les cou aux pratiques légales. Benalla occupait sous statut privé des responsabilités dans le fonctionnement de la sécurité du président  en dehors du service spécialisé GSPR !

Le pouvoir aujourd'hui se débine. La commission des Lois (macroniste) n'a toujours pas pris la mesure des faits.

Macron drapé dans son  orgueil pathologique n'assume rien. Et fait actuellement  porter le chapeaux sur les policiers qui  ont fourni à Alexandre Benalla des vidéos hors cadre légal.

Raz de marrée de colère chez les policiers, leurs syndicat qui voient un type usurper leur métier juste parce que "proche "de Macron.

L'homme agissait avec des brassards de police, leur matériel.

 

"BENALLA" est un dossier poupées russes. Dès qu'on soulève le tapis Benalla plusieurs affaires surgissent qui entachent la présidence.

Quelle est  exactement  la nature du lien de cet Alexandre Benalla qui skie avec Macron  et clairement occupe un rôle au delà de son rôle dit de "sécurité".

Jean -Paul Mégret du Syndicat de police donne une excellente interview qui résume tout. L'exécutif dans ce dossier est responsable. Selon lui , les barbouzes n'ont pas à gérer la sécurité du président ! Alors que Macron voulait s'orienter vers une privatisation des services de sécurité du sommet de l'Etat !

Macron qui a fait voter une loi de moralisation est silencieux sur la dérive de son entourage barbouze que lui  même organise autour de SA personne.

C'est, mine de rien une affaire d'Etat majeure.

Ne pas réagir à ceci serait un signe de pourrissement de la démocratie française, laquelle est bousculée chaque jour par la présidence autoritaire et solitaire de Macron Bonaparte, Roi de la République française.

                                                                                        Sylvie Neidinger

                                                                              

Commentaires

On ne peut que se réjouir de la fadeur de la politique en Suisse face à la politique spectacle de la France.

Écrit par : Mère-Grand | 21/07/2018

Répondre à ce commentaire

Votre commentaire m'a bien fait rire car sur les bords de scène le mélange politique spectacle people+ pratiques de pouvoir d'un autre siècle est détonnant.
L'affaire Hollande c'était un président de la rép' casqué qui se rendait incognito rue du ....Cirque pour tromper sa "régulière"... Le barnum continue avec Macron, personnage autoritaire qui lui se prend SANS RIRE pour Jeanne d'Arc , Jupiter , Jésus et Bonaparte.

Écrit par : Sylvie Neidinger | 21/07/2018

Répondre à ce commentaire

Il est pas mignon le Benalla?
https://ichef.bbci.co.uk/news/695/cpsprodpb/675C/production/_102606462_hi048236204.jpg

ou encore:
https://www.zerohedge.com/sites/default/files/styles/inline_image_desktop/public/inline-images/2018.07.20macrontwo.JPG?itok=FjqlFGgF

Une telle proximité...
Maintenant comment interpréter ces attitudes? Hmmmm...
Maintenant comment interpréter ceci:
"Protégé par l'Elysée, grassement payé, logé depuis le 9 JUILLET par la République Quai Branly dans l'ancien appartement Pingeot !!"
Rappel: Pingeot était la maîtresse de Mitterand (humm, pas la maîtresse d'école, hein!).

Et Benalla n'a pas perdu son emploi pour avoir tabassé, mais parce c'est devenu public. C'est intéressant.

Écrit par : Daniel | 21/07/2018

Répondre à ce commentaire

Il s'agit effectivement du MEME appartement dans lequel Mitterrand logeait sa maîtresse Pingeot et sa fille dans un appartement d'Etat et sous la surveillance de fonctionnaires. Une polygamie institutionnalisée au somment de l'Etat. Toute la presse savait mais pas le grand public. Edern Hallier qui a révélé l'affaire au grand public est décédé "bizarrement".
Votre commentaire va loin dans la suggestion ( qu'aucun fait n'atteste à ce jour ) mais je le laisse passer car vous n'êtes absolument pas le seul à constater la proximité entre Macron et son protégé.
Et à ne pas comprendre.
Qu'il loge dans l'appartement dédié à une maîtresses de président est unique ....

Écrit par : S Neidinger | 22/07/2018

Répondre à ce commentaire

Le président de la République a,de toute évidence,cautionné ET couvert les agissements illégaux d'un de ses plus proches conseillers(la liste des chefs d'accusation le visant est assez impressionnante).Après avoir pris acte des agissements,pourtant répréhensibles (condamnables à de multiples égards) dudit conseiller sa hiérarchie (le directeur de cabinet + le président lui-même)l’a recompensé et promu en le faisant bénéficier de privilèges supplémentaires pourtant déjà nombreux.Sur ce point le porte-parole de l’Elysée et le Ministre de l’Intérieur lui-même ont manifestement menti aux Français comme à leurs représentants (sénateurs).Les faits sont donc accablants.Les juges ont été saisis afin que l’ensemble des faits soient vérifiés et établis.La comparaison avec l'affaire du Watergate (= espionnage du parti démocrate sur ordre du président républicain Richard Nixon)n’est pas infondée.Le contexte politique et social(volonté de réformer la constitution en "muselant" le parlement,adoption de lois liberticides,refus de tout dialogue social,explosion des inégalités sociales,banalisation des violences policières...etc)dans lequel cette affaire survient est particulièrement défavorable au pouvoir exécutif.Cette crise politique et institutionnelle s’en trouve amplifiée,le contexte jouant le rôle de caisse de résonance.En effet,le lien entre le peuple français et son gouvernement est déjà passablement dégradé.L’image d’un président moderne,bienveillant,respectueux des lois,de l’Etat de droit et attaché à la démocratie risque d’être quelque peu écornée.Cette affaire benalla-macron qui a tardé à être révélée (car étouffée)ne fait que commencer.Ses effets sur le pouvoir en place devraient être dévastateurs à court,moyen et long terme.

Écrit par : 77accablant | 24/07/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.