10/05/2018

Jeanne d'Arc et les Voix de la... schizophrénie ?

Jeanne d'Arc reste un mythe républicain majeur. Le deuxième dimanche de mai voit une commémoration laïque de la Sainte à Orléans autour du "Laius johannique" : une perpétuation et récupération du mythe national.

Ici, l'épisode 2018 avec le 1er ministre.

Le monde médical contemporain  n'a pu s'empêcher à juste titre de porter son analyse sur le cas médiéval de la Pucelle de Domrémy (Vosges) cette  adolescente "sujette à des manifestations plurimodales d’allure hallucinatoire dès l’âge de 13 ans."(je cite)

jeanne d'arc,vosges,domrémy,hallucinations,psychiatrie,voix,procès,rouen

Les petites voix entendues étaient-elles  liées à une maladie psychiatrique?

Des chercheurs ont développé leurs interrogations scientifiques.

https://www.cairn.info/revue-l-information-psychiatrique-...:

 "Jeanne d’Arc est brûlée vive à Rouen le 30 mai 1431. Elle avait 19 ans. Son cas est à la jonction des domaines historiques, religieux, politiques mais aussi psychiatriques. En effet, les documents historiques nous font part d’une adolescente sujette à des manifestations plurimodales d’allure hallucinatoire dès l’âge de 13 ans. Son cas s’inscrit dans un contexte historique particulier, celui de l’Europe médiévale, caractérisé par la guerre de Cent Ans, ainsi qu’une attente accrue de prophétesses par le peuple. L’objectif de la présente étude est de faire une relecture du cas de Jeanne d’Arc afin de dégager des hypothèses diagnostiques concernant l’existence d’une éventuelle pathologie psychiatrique. Pour ce faire, nous avons tout d’abord décrit les signes cliniques, tels qu’ils sont rapportés par les chroniqueurs de l’époque, en tenant compte du contexte socioculturel et personnel dans lequel ils sont apparus.

 Dans un deuxième temps, nous avons analysé les hypothèses diagnostiques déjà soulevées par la littérature scientifique ainsi que d’autres qui, à notre connaissance, n’ont pas été considérées jusqu’à présent. Ainsi, les hypothèses d’un trouble schizophrénique ou d’une épilepsie mésiale nous semblent peu probables. D’autres hypothèses récemment évoquées telles qu’une épilepsie idiopathique avec des traits auditifs et d’une anorexie mentale sont plus pertinentes, mais n’expliquent pas la totalité du tableau clinique. Enfin, seules les hypothèses d’un trouble bipolaire, d’un trouble conversif et d’une adolescence normale semblent compatibles avec les signes cliniques et la personnalité de la Pucelle.

                                    TROUBLE MEDICAL

Si tel est le cas, la destinée publique  de cette malade est inouïe.

Jeanne "Romée" de son vrai nom,  entre dans le panthéon historique français lorsque la République se fabrique  au XIXème siècle ses mythes patriotiques.

Elle sera même canonisée en 1920.

Jeanne d'Arc est fêtée par la République Française le deuxième dimanche de mai, une  fête nationale de Jeanne d'Arc et du patriotisme (loi du 10 juillet 1920).

La date de Sainte Jeanne d'Arc fixée par le martyrologe de l’Église catholique est le 30 mai date anniversaire de sa "naissance au ciel" (c'est à dire de sa mort).

Alors si l'origine de tout cela correspondait  finalement  à un trouble médical de la personnalité d'une jeune Lorraine....quelle Histoire !

                                                                                      Sylvie Neidinger

 

                                          RUBRIQUE HISTOIRE AVEC UN H 

 

                                RUBRIQUE SCIENCES-SANTE/MEDECINE

Commentaires

Nous ne sommes pas plongés dans l'ambiance du XVe siècle. Par conséquent il nous manque beaucoup d'éléments. Alors pourquoi tergiverser autant au sujet de Jeanne Romée? Les chercheurs manqueraient-ils de cas à étudier ici et maintenant?
On pourrait aussi approfondir ce que représente pour cette jeune femme le fait d'être brûlée vive en public. D'autre part, qu'ont ressenti les témoins?

Écrit par : Marie-France de Meuron | 10/05/2018

Madame. Votre commentaire est exact. D'un point de vue médical et scientifique, analyser un cas pratique ...six siècles après est une démarche scientifiquement difficile. Mais dans l'autre sens ne pas s'interroger sur un éventuel trouble psychiatrique n'est pas scientifique non plus. !!
Les chercheurs ont eu raison d'essayer....

Que Jeanne D'Arc ait été malade ou "recevant ses voix de Dieu pour agir en France" (elle était Lorraine) elle a de toutes façons quitté le champ médical.

La vraie n'est plus là pour raconter et témoigner. Mais Jeanne d'Arc existe bien comme mythe historique !!.

Peut-être l'inconscient social hexagonal ( s'il existe..) est-il allé chercher une figure féminine antérieure type "celte" certes récupérée par la religion comme Sainte.
Dans sa validation et sa reconnaissance à l'époque, il est dit que l'on attendait une jeune fille vivant proche d'un "bois chênu"...
Le mythe johannique hyper complexe mérite en tous cas une analyse psychiatrique sans aucun problème de déontologie. C'est une éclairage intéressant SN

Écrit par : Sylvie Neidinger | 10/05/2018

Et l'hypothèse de Jeanne, soeur illégitime du roi, qu'en faites-vous ?

Écrit par : Géo | 10/05/2018

Françoise Dolto de l'enfant qui pose problème, pourquoi pas de l'adulte, de même, affirmait que l'on parle plus de lui qu'on ne parle avec lui.

Bien difficile, à moins de passer par ce couloir des voix des dits fous... de parler avec Jeanne.

Mais on connaît l'aspect quelque peu caustique de cette jeune femme tournant en dérision le nom de famille de l'un de ses juges : Mgr Cauchon

ainsi qu'un langage vif... "passons outre"!

Du point de vue des psys Jésus avait également des problèmes et la question non seulement pourrait mais devrait se poser à propos des prophètes: quelle voix assurément divine entendaient-ils?

Schizophrénie parlant... ne l'est pas qui veut.

Indiscutable intelligence, sensibilité.

Le troisième œil, mythologie, œil d'Horus, sorte de sixième sens est remarquable par ses capacités graines, se développent... de clairvoyance, intuition, prémonition, empathie ainsi que... télépathie!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/05/2018

Madame, j'apprécie votre rigueur à me répondre.
Vous dites très clairement que "le mythe johannique est hypercomplexe". Je ne pense pas que ce soit en analysant (verbe qui signifie: décomposer, considérer, extraire etc) qui permettra d'en percevoir l'immensité. S'interroger reste une démarche intellectuelle. Je doute que Jeanne d'Arc ait eu autant d'influence par sa raison seule.
Les analyses psychiatriques aujourd'hui sont faites avec les cerveaux de ce jour. Or, les mentalités évoluent avec les siècles et les conditions humaines. Par conséquent, ceux qui en feront un article seront contents de présenter quelque chose de cohérent dans leur système qui n'est qu'un minuscule fragment de l'univers!
Il y a plusieurs années déjà (lu dans Médecine & Hygiène), des endocrinologues s'étaient aussi penché sur le cas de cette Sainte. Ils en avaient déduit qu'elle avait une particularité d'identité sexuelle. Et alors? est-ce l'expression de son être particulier ou est-ce seulement sa modification hormonale qui lui a donné un tel ascendant sur le peuple français?

Écrit par : Marie-France de Meuron | 10/05/2018

Madame. Cette particularité d'identité sexuelle que vous évoquez (au sujet des recherches/ endocrinologues) semble attestée car, aux prises du procès, Jeanne accepta provisoirement de porter des vêtements féminins à la demande des autorités Puis, a redemandé à se vêtir en homme. Ce qui la mena à sa perte semble-t-il .

Que la vraie Jeanne ait eu une pathologie ou non peut intéresser et apporter un éclairage nouveau,au plan médical...un demi millénaire après.

Cela me va comme idée !!
Cela n'empêche pas le caractère totalement hors norme du destin ultérieur de Jeanne d'Arc encore actif en 2018 ( à Orléans le week-end dernier !.

Est-ce la figure féminine guerrière qui attire?? Dés lors,on attend le point de vue des anthropologues et ethnologues...

Écrit par : Sylvie Neidinger | 10/05/2018

Madame,

Apparemment, s'il n'y a pas eu problème avec l'envoi, vous n'avez pas publié mon second commentaire à propos de Jeanne d'Arc.
Commentaire poli, courtois ainsi que précis.
Pertinent.

Juridiquement parlant accuser quelqu'un de schizophrénie peut valoir procès aux personnes concernées aussi bien pour cause de tort moral que de diffamation.


Il est toujours judicieux de se poser la question de savoir quelles sont les motivations des personnes qui présentent tels ou tels thèmes.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/05/2018

il y a eu tellement d'écrits sur Jeanne d'Arc que c'est très compliqué de démêler le vrai du faux. La plupart des témoignages sur elle viennent du procès de réhabilitation de 1456, or celui-ci était encore plus politique que celui de 1431, donc 25 après et très orienté. L'histoire de Jeanne d'Arc ressemble à celle de Jésus : certains textes comme les 4 évangiles ont été retenus et beaucoup d'autres ont été jugés faux et ont été détruits (seuls quelques uns ont échappés aux flammes). L'histoire de Jeanne d'Arc et l'image que l'on a d'elle aujourd'hui a été créée après la défaite de 1870 car il fallait une figure patriotique forte à la France pour récupérer l'Alsace-Lorraine perdues. Alors Jeanne la bonne Lorraine (qui ne l'était pas) exhumée par Michelet, tombait à pic pour être l'étendard de la France et bouter les allemands.

Je concède à l'histoire officielle qu'elle ne nous vend plus la pauvre petite bergère gardant ses 4 moutons mais que désormais elle reconnait que son père était au moins un notable plutôt aisé. Encore un petit effort et elle abandonnera cette absurde date de naissance du 6 janvier 1412...

Quant à son nom, elle ne s'est jamais fait appeler Jeanne d'Arc ni Jeanne de Vouthon ou Romée. En tout cas le fait que les filles portaient le nom de leur mère n'a pas été confirmé par d'autres textes et les généalogies de cette époque ne le confirment pas. Ou alors c'était très local, ou alors elle était portugaise...

Peut-être il y a quelque part des documents qui nous approcheraient de la vérité historique. Un certain Edouard Schneider, écrivain catholique, affirmait dans les années 50 qu'il existait des documents relatifs à Jeanne d'Arc dans les archives du Vatican, Il a été mis à l'index par ses pairs.

En tout cas c'est une histoire passionnante...

Écrit par : Bernard | 12/05/2018

Voici un article définissant les différentes analyses psychiatriques de Jeanne:
https://www.slate.fr/story/161557/jeanne-darc-psychotique-epileptique-maniaque-affabulatrice?
C'est intéressant de souligner à quel point, face à un mystère d'autant plus grand qu'on n'est pas sur place, on essaie de réduire un être humain, se limiter à ce qu'on en capte pour en faire un diagnostic. Vu que Jeanne d'Arc est très hors norme, au lieu d'être humble face au mystère, on cherche à lui mettre une étiquette. C'est la même chose pour les génies, ils ont souvent été pris pour des fous. Or leurs sens étaient simplement plus développés que chez le commun des mortels.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 14/05/2018

Merci de continuer à argumenter.

Je continue à analyser à l'opposé de vous.

Proposer autour du livre compliqué nommé" Jeanne d'Arc une page autour d'une lecture psychiatrique n'est absolument pas réducteur mais AJOUTE des informations intéressantes.
Il n'y a pas de mal à être"fou" comme vous dites ( terme que j'usite peu) . c'est un état médical. Point barre;.
e n'est pas non plus
"Humble face au mystère" je ne comprend pas ces termes??Les médecins dans leur modernité scientifique ont eu raison d'AJOUTER leur grain de sel.
L'ensemble de la saga reste complexe de toutes façons.L'un n'empêche pas l'autre !

Écrit par : Sylvie Neidinger | 14/05/2018

Je faisais allusion à ceci
http://www.lepoint.fr/culture/2007-09-27/jeanne-d-arc-demasquee/249/0/202646

Écrit par : Géo | 14/05/2018

Merci pour vos liens web qui font avancer la problématique
par ces articles de synthèse et de thèses originales signalées

Écrit par : Sylvie Neidinger | 14/05/2018

Les commentaires sont fermés.