15/02/2018

La matu ...suisse en remplacement du bac

Jean-Michel Blanquer, ministre français de l'éducation nationale veut renommer Maturité la classe de terminale.

Peu en France font le lien avec la classe équivalente suisse nommée Maturité. Manque de culture...voisine.

Le diplôme équivalent allemand est l'abitur.

Ce choix est -il du à 'influence du secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler ?

Il travaillait à Genève juste avant de rejoindre l'Elysée où il est devenu  un très influent conseiller.  Pratiquement le second personnage de l'Etat officieusement , devant même le premier ministre Edouard Philippe...

Le strasbourgeois avait observé au bord du Léman avec le plus grand intérêt "l'apprentissage à la suisse" dont l'hexagone ferait bien effectivement de s'inspirer.

A condition de.... réellement s'en inspirer. Faire que l'Education Nationale respecte réellement cette voie. Que les enseignants cessent lorsqu'un enfant veut choisir l'apprentissage et non le bac de convoquer les familles en les culpabilisant"il a des capacités il peut avoir son bac et faire des études"....Comme si la voie d'apprentissage était une "poubelle" ce qu'elle n'est absolument pas!

(wiki)Le mot baccalauréat est issu de l'altération de l'ancien français bacheler et du latin médiéval baccalarius, « jeune homme qui aspirait à devenir chevalier »sous l'influence de laureare « couronner de lauriers , les docteurs parant le front des nouveaux bacheliers de baies[ de laurier4 Le terme est apparu au sein de l'Université de Paris au XIIIe siècle pour désigner un grade intermédiaire vers la maîtrise ès arts ou les doctorats en droit, en théologie et en médecine, il s'est répandu ensuite dans les autres universités de France et en Angleterre via l'Université d'Oxford. Il fut repris par Napoléon Ier lors de l'instauration de l'Université de France en 1808, au sein de laquelle les baccalauréats ès lettres et ès sciences, dont est directement issu le baccalauréat général actuel, reprirent en partie le rôle de la maîtrise ès arts dans les anciennes universités.

Dans le système universitaire de tradition anglo-saxonne le baccalauréat est quant à lui devenu un grade sanctionnant généralement le premier cycle des études supérieures. Il correspond au niveau international CITE/ISCED 6 (licence française).

Le baccalauréat français correspond à l'examen ou au « diplôme de maturité » dans de nombreux pays européens

Macron deux siècles et dix ans après ...Napoléon, veut dépoussiérer cette "fin de cycle" et cet examen très coûteux à organiser. Bonne idée.

A ce jour le projet n'est pas défini. Il est difficile d'en parler.

Or, une inquiétude surgit déjàavec la notion de grand oral ( ...peu favorable aux timides)

C'est un exercice d'éloquence  tout droit sorti de l'ENA, une institution fortement  ...contestée elle aussi pour son formatage des cerveaux, ses réseaux de pouvoir.

Mais pas contestée par Emmanuel Macron ni Alexis Kohler qui sortent de cette école administrative...

L'énarchie est aussi à réformer.

 

                                             Sylvie Neidinger

 

Commentaires

"Comme si la voie d'apprentissage était une poubelle" .....elle ne l'est pas certes, mais bon, vous jouez en ligue B, aucune valeur dans un CV international et une valeur minimale dans un CV Suisse.
En Suisse par exemple dans l'administration pour la même fonction, un CFC est rémunéré 2 niveaux en dessous qu'une maturité, environ 1'000.- en moins à l'engagement.

Le niveau universitaire comporte 3 cycles, Bachelor, Master et Doctorat, pour faire simple.
le bachelor étant la deuxième zone, il faut viser le Master pour être vraiment crédible.

Écrit par : azmut | 15/02/2018

Répondre à ce commentaire

Votre raisonnement est exact mais la réalité plus nuancée. Des docteurs n'ont pas toujours un job.
Et sur l'apprentissage je voudrais donner ce témoignage d'une zone viticole du sud de la France. Une mère est convoquée 3 fois par le directeur car son fils- doué en études- veut aller vers l'apprentissage. Que des reproches de la part de l'Education Nationale très normative. Comme si elle triait en fonction des compétences. Le jeune ( et les parents) ont résisté il est aujourd'hui spécialiste du vin oenologue il est heureux, il fait ce qu'il aime. Et surtout il dit avoir réussi à rester vivre sur place dans sa région !

Écrit par : Sylvie Neidinger | 15/02/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.