UA-65882359-1

19/01/2018

Tendance friperie : le cycle mondial de nos vêtements

Intéressante que cette  l'émission  de Arte Reportage (à voir en replay) sur le trajet mondial du vêtement avec une question: mais que deviennent les habits que nous déposons dans les conteneurs de récupération ?

Surprise de découvrir une filière mature hyper organisée

Des usines au Maroc et en Tunisie qui trient et  lavent (les chaussures).

Anecdote, la surprise de voir la masse de foulards Hermès et cravates de luxe, récupérés en friperie par un passionné...

Le plus léger repart vers l'Afrique sub-saharienne. D'où paradoxalement est cultivée une  partie du coton utile à la confection du vêtement  neuf.

Au Sénégal  trois types de sources cohabitent au service de la population : le vêtement traditionnel, le vêtement chinois bas de gamme et la... friperie.

Les gants de ski y sont même les bienvenus: ils servent de gants de protection sur chantier!

Des créateurs en Tunisie  s'expriment sur la base variée de tout ce textile importé qu'ils réinterprètent.

                                              TENDANCE FRIPERIE

 

A savoir, le trajet ne s'arrête pas dans les pays à plus faible revenu économique.

Les ré-importateurs, l'oeil collé sur les catalogues de mode Elle et compagnie, font directement leurs commandes ...aux usines de tri nord-africaines en fonction des tendances à venir!

Car certains vêtements de marques connues ou vintages sont économiquement valorisés en.... repartant en boutique de friperie branchées en Europe.

Ainsi se referme la boucle de la ceinture du vêtement !

On a sous les yeux un incroyable circuit  économique mondial intégré.

Il se joue intelligemment des différences des niveaux de vie pour que tout le monde y trouve son compte.

Les sectorisations sont intéressantes à découvrir, en fonction du climat, des niveaux de vie..

Au final les tonnes de vêtements ne partent  pas en déchetterie dans le monde occidental plus riche.. C'est l'essentiel.

Le process de retraitement est  économique, écologique. Hormis l'intégration des énergies pour transporter ces tonnes autour de la planète.

Car le rebus peut même  repartir au Pakistan en fin de chaîne où il sera transforme en tapis de bain ou autres.

Tout se calcule. Le positif de la valorisation, le négatif de l'empreinte carbone.

Ce reportage surprend.

 

 

                                                                                       Sylvie Neidinger

Annexe :

Je suis moi-même surprise d'avoir dans mes placards des nappes coton  datant du début XXème siècle, juste transmises dans la famille que l'on a peine à jeter..

Juste pour dire combien les objets si neutres et si muets ont cette force de perdurer.

Les grand-mères ont disparues et leurs objets perdurent...

La "résistance" du vêtement est à la base de cette mondialisation du recyclage.

 

chiffon.GIF

Commentaires

En effet, émission extrêmement intéressante sur un sujet dont la plupart d'entre nous savions rien. Notamment le fait que l'industrie des textiles est la deuxième plus grande source de solution après celle du pétrole.
J'espère que tous le écologistes adaptent leurs usages à cette réalité.

Écrit par : Mère-Grand | 19/01/2018

Répondre à ce commentaire

Oui Mère-Grand. Si possible nous devrions tous donner nos vêtements à recycler!

On peut essayer en premier lieu de donner en direct ce qui est d'excellente qualité ou spécialisé, genre des vêtements de ski ou d'enfants mais à la condition de connaître et de savoir si la personne l'accepte pour ne pas froisser.

Le don direct est encore mieux. Il évite le long trajet pour un usage immédiat.
Mais tout le monde n'accepte pas de prendre des vêtements. C'est délicat. Il faut demander avant et connaître la position.

C'est donc souvent bien accepté pour un usage précis (ex les enfants qui grandissent vite et de facto des vêtements vite obsolètes mais encore bons)
Certains n'hésitent pas à dépasser l'inconvénient de "récupérer" Surtout quand il s'agit de vêtements de qualité ou de marque souvent chers.

Même avec des moyens financiers certains des familles disent avoir une "attitude écologique" justement qui les fait... accepter. Comme dans une famille où les cousins se refilent les objets éventuellement !

Car en "intra familial" entre cousins, cela fonctionne en général assez bien.

Rien n'est figé. Les mêmes qui acceptent de recevoir achètent aussi et redonnent.

En second lieu, pour ceux qui ne veulent se casser la tête à savoir à qui donner ( on voit plus haut que c'est compliqué) ...mettre au conteneur semble très logique au regard effectivement du CYCLE de récupération du reportage.

Écrit par : S Neidinger | 20/01/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.