UA-65882359-1

18/12/2017

Image puissante de photo-journalisme: Ibrahim Abou Thouraya handicapé devient symbole palestinien

C'est  une photo d'école de photo-journalisme.

Parce que le sujet est un cas d'école.

Ibrahim Abou Thouraya palestinien qui continuait son combat malgré son handicap lié à son ...combat pour son pays la Palestine vient d'être abattu d'une balle dans la tête.

Du coup, son décès démultiplie son action. Car il devient symbole d'un pays qui lutte sans relâche, même jambes coupées.

La diffusion mondiale de la photo est massive. La puissance d'un simple cliché, ici  redoutable.

Sa puissance virale me fait penser à celle sur le Vietnam de Kim Phuc petite fille  par Nick Ut. Elle avait lourdement secoué les consciences autour de la guerre du Vietnam  en 1972.

                              PALESTINE HANDICAPEE

Sa mort le rend célèbre.

 Cette photo " de guerre" du handicapé qui continue à lutter sur ses moignons est tout simplement stupéfiante.  La première du genre. Car un handicapé suite à blessure de guerre n'est, normalement, plus au front.

Ce cliché  est puissant comme pour la fillette napalmée, car il a valeur de symbole pour la situation générale de la Palestine, non reconnue comme Etat en 2017 (malgré les résolutions de l'ONU), handicapée d'être coupée d'une partie d'elle même depuis 1948.

Lourd dossier pour lequel  Trump vient de mettre de l'huile sur le feu en quittant les sentiers du droit international. L'éloigner de la solution à deux Etats. En grande solitude mondiale.

Et faire entrer Thouraya en colère. Pour la postérité.

 

                                                                         Sylvie Neidinger

Un haut commissaire  de l'ONU se dit "choqué"

L'adolescente Ahed Tamimi à la vidéo virale arrêtée par l'armée israélienne

(crédit image capture La photo tirée de l'Express est très pixelisée)

photo journalisme,photo de guerre,kim phuc,kim ut,vietnam 72,handicap,handicapé,jambes coupées,palestine,israel

photo journalisme,photo de guerre,kim phuc,kim ut,vietnam 72,handicap,handicapé,jambes coupées,palestine,israel

 

 

Commentaires

Contrairement à l'époque du Napalm la notre est gavée d’images, celles ci n'ont plus d'impact que sur ceux qui adhèrent de toute façon à la cause.

Écrit par : Maendly Norbert | 18/12/2017

Répondre à ce commentaire

En 1972, la photo de la fillette touchait le GRAND PUBLIC par magazines people interposés. Au delà des seuls vietnamiens.


Le processus est même ici. Le cliché est plus que viral dans le monde arabe et/ou musulman, chez les handicapés aussi concernés par la photo comme vous le dites. mais cela va bien au delà. C'est le décès de la personne par balle qui active en plus le process de diffusion.

Écrit par : Sylvie Neidinger | 19/12/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.