UA-65882359-1

25/11/2017

RH:20% de salaire de moins parce que femme, du vécu. Vague féministe justifiée

Je témoigne avoir moi-même gagné 20 % de moins que mon collègue de travail masculin dont je partageais le bureau et embauché deux ans après moi.

Il avait sans le faire exprès laissé traîner sa feuille de salaire.

1/5ème c'est énorme. Une journée de clopinettes.

Ma réaction à l'époque fut d'entrer en une sombre colère. 

Mais pas une colère ouverte. Non.

J'avais alors essayé de doser mon énergie pour travailler....20 % de moins.

Cela a de toutes façons généré un malentendu, la chute du zèle professionnel ayant surpris. C'était un journal mensuel parisien.

 

               IMPRESSIONNANTE VAGUE FEMINISTE

La révolte récente qui s'est emparée des femmes de par le monde occidental est assez impressionnante. Elle a ses excès (la mise au pilori médiatique) ses ayatollah mais elle ne sort pas du néant, ni de l'imagination.

On pense la source de cette vague de colère issue de l'affaire US Weinstein. Cela avait démarré avant.

Dans le monde francophone, le buzz  a démarré avant il me semble, avec les affaires Baupin,  et l'affaire Flavie Flament contre David Hamilton 

L'animatrice  vient de signer un excellent documentaire intitulé Viols sur mineurs: mon combat contre l'oubli.

La Suisse n'a pas de prescription en matière de dénonciation pour viol. La France, oui. Les mineurs étaient ici les modèles photo de 12/13 ans qui passaient à la casserole du célèbre photographe anglais dans les années 70sur la Côte d"Azur.

Le prototype de la fabrication d'images de très jeunes filles nues que le fou dit hamiltonien ( basiquement de la buée sur l'écran) rendait "esthétiques".

Le film La Consolation est tiré du livre de F Flament qui a dénoncé plus de 30 ans après.

L'homme,  pédophile sur jeunes filles en fleur,  s'est suicidé après ces révélations.

Divers tags ont surgi dont  #balancetonporc , cet appel à la délation médiatique. "Balance" ce n'est pas un programme très digne, on a beaucoup balancé lors de la seconde guerre mondiale.

C'est assez nauséeux si la désignation est ad hominem...

C'est acceptable si les pratiques sont dénoncées.

Aujourd'hui , un blogueur de la TDG  indique dans son post qu'il faut prendre le temps pour les hommes d'écouter ces paroles de femmes.

Au delà de l'excès actuel, de la violence du mode opératoire de dénonciation des hommes  (qui peut légitimement choquer hommes et femmes.) on  note que les femmes qui se révoltent peuvent être leurs mères, soeurs, et  filles...

                                                                            Sylvie Neidinger

 

 

Commentaires

Correctif à votre affirmation "La Suisse n'a pas de prescription en matière de dénonciation pour viol"

Conséquence de l'initiative populaire et de la marche blanche, l'imprescriptibilité des actes d'agressions sexuelles ne concerne que les mineurs de 12 ans (lutte contre la pédophilie & pornographie enfantine)
art. 123b de la Constitution fédérale: "Imprescriptibilité de l'action pénale et de la peine pour les auteurs d'actes d'ordre sexuel ou pornographique sur des enfants impubères"

Les délais de prescription pour viols quant à eux sont fixés à 15 ans,
art 190 CPS, à partir de la majorité
cf. site lavi de Gve
http://www.centrelavi-ge.ch/index.php?q=victimes-que-faire/violences-sexuelles/que-faire-specifiquement-en-cas-de-viol-ou-de-contraintes

Écrit par : divergente | 26/11/2017

Répondre à ce commentaire

Merci pour ces excellentes précisions. SN

Écrit par : Sylvie Neidinger | 28/11/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Je me permets juste, à la lecture de vos articles, et en toute humilité, de vous transmettre, ci-dessous, l'adresse de mon blog au sujet de la Femme dans l'Histoire, et du véritable féminisme bien compris.
Peut-être aurez-vous la curiosité d'aller y jeter un œil.
https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.fr/
Cordialement.

Écrit par : Étirév | 29/11/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

En lisant le titre et le début de votre billet je me suis dit: « Enfin une preuve concrète? » Je préconise de longue date de comparer les fiches de salaire. Les différences salariales sont principalement dues aux types de métiers et au volume d’heures travaillées par les hommes et les femmes. Ici c’est donc une situation intéressante.

Toutefois j’aimerais aller plus loin que la mention de deux fiches. J’aimerais:

comparer les libellés des fiches afin d’y découvrir d’éventuelles mentions justifiant ou non cette différence;
étudier en détail les parcours et anciennetés des deux personnes, ainsi que leurs résultats, afin d’y déceler les éventuelles raisons de la différence;
demander à l’employeur, le cas échéant, d’expliquer cette différence.

Sur les 5-6% de différence globale restant après soustraction des éléments structurels (et non discriminants), il faut étudier s’ils sont fonction du sexe.

Des différences de salaires peuvent aussi être consécutives au volume de travail. Mais pas seulement: l’envie d’un employeur de s’attacher les services d’un employé qu’il juge particulièrement intéressant pour son entreprise, peut l’amener à le payer non pas selon une échelle fixe mais en tenant compte que d’autres entreprises pourraient également vouloir se l’attacher. C’est dans la presse comme dans le sport: le vedettariat, s’il correspond à un mérite personnel ou à une image attractive pour le média, est mieux payé que l’anonymat.

Écrit par : hommelibre | 02/12/2017

Répondre à ce commentaire

@Homme libre.
Vous soulignez ici ce que j'aurais du faire à l'époque. Mener une véritable enquête au lieu d'auto-réduite mon activité de 20% .
Avec à la clef, un comparatif de données objectives.
Mais d'un autre côté concrètement je ne vois pas comment faire.
Une fiche de salaire est une donnée personnelle.
J'avais vu celle du collègue car il l'avait laissée traîner sur le bureau. Tout autre cas est impossible. Aller photocopier sa fiche et s'en prévaloir aurait été illégal.
Autre difficulté concrète. Une fiche de paie c'est trois lignes en général peu informatives du Contenu du travail.
Ce n'est pas sur cette base que le comparatif stricto- senso peut se faire.
Du point de vue légal en plus, accorder un salaire à un individu non fonctionnaire ( où des grilles de salaire impératives peuvent exister) n'est pas une science exacte. Du point de vue juridique, l'employeur fait ce qu'il veut. Il peut, pour attirer quelqu'un lui offrir un salaire qui sera supérieur à ceux pratiqués dans sa boîte.
Complexe !

Écrit par : Sylvie Neidinger | 03/12/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.