UA-65882359-1

31/10/2017

500 ans de protestantisme fêtés aujourd'hui 31 octobre 2017. Notamment à Grenoble

Le 31 octobre 2017 fait date pour l'histoire du protestantisme. Un demi-millénaire pile ! protesrtantisme,500 ans,grenoble,martin luther,guillaume farel,calvin,pierre bolle,françois boulet,patrick cabanel; anniversaire

En ce jour de 1517,  Martin Luther, moine allemand affichait  sur la porte de l'église du château de Wittenberg (Saxe) ses 95 thèses contre les indulgences et leur commerce par l'Eglise catholique : la Dispute.

Globalement les médias hexagonaux, à part quelques articles souvent arrivés en fin de journée sont passés  à côté de cet anniversaire extraordinaire de "500 ans jour pour jour"La tv surtout. Toutefois quelques articles sur le thème dont celui de   l'express.

protesrtantisme,500 ans,grenoble,martin luther,guillaume farel,calvin,pierre bolle,françois boulet,patrick cabanel; anniversaireLes protestants de Grenoble ont marqué l'évènement en ce jour précis  avec  une initiative, la conférence-visite du "Grenoble protestant" par l'historien et très enthousiaste,  professeur agrégé d'histoire François Boulet et par Olivier Cogne, directeur du Musée dauphinois. Ce, en partenariat avec l'église protestante unie de Grenoble et le comité d'organisation "Luther et les 500 ans de la Réforme.

La visite terminera son spectre historique à la deuxième guerre mondiale.

Un demi-millénaire balayé en trois heures.

 

Grenoble est très tôt au contact des nouvelles idées ....dès  1523.

Moins de 5 années pour passer de Wittenberg au dauphinois.

Quelques  fondateurs dont un certain Pierre de Séviville (orthographe à vérifier) Guillaume Farel  issu du  gapençais voisin, lequel fera venir Calvin à Genève. Grenoble suivra plutôt cette tendance calviniste. Evocation de du protestantisme grenoblois et de tout le Dauphiné...le Triève, Mens, Tréminis, le Diois. Dont un vaudois au nom inconnu. Rappel des échanges  avec Vaud sont instaurés depuis le moyen-âge. Un lyonnais Aimé Maigret,

Apprendre que la ville fut 100 % protestante.... trois semaines durant avant de connaître une puissante contre-réforme, étonne.

Grenoble est une ville importante. Troisième parlement autonome de France après Paris et Toulouse.

La ville va compter une Chambre de l'Edit pour gérer les relations religieuses. Cette Chambre va avoir compétence jusque sur Provence, Languedoc et Bourgogne. Elle sera supprimée en 1679 à la veille de Révocation de l'Edit de Nantes.

Grenoble ne connaîtra pas de Saint-Barthélemy, cet évènement français qui interpelle aujourd'hui encore l'historien François Boulet.

Cet évènement qui a vu une tuerie de voisin à voisin. Pas d'inconnu lors de la prise d'une ville; Du voisin avec qui on vit depuis toujours !!!

Grenoble sera toutefois impacté par ce massacre. Les protestants prennent peur;

Et soit abjurent, soit commencent le départ vers le nord par Genève, jusqu'en Allemagne , Hollande voire en Afrique du sud.

La perte de ses forces-vive par l'hexagone....

A noter, ce blog avait déja rédigé quelques articles sur ce trajet huguenot, Fort-Barraux etc.

                                       RUE VIEUX-TEMPLE DISPARU

Les trois heures de conférence-visite érudites  ne se résument aisément.

Visite in situ  fort complète avec même celle du   premier Temple  disparu dont la rue continue à porter le nom. Aucune image n'en reste. Il se dit qu'il était l'un des plus beaux de France. Ensuite, la pérégrination passe par le  ntsmb, nouveau théatre de Sainte-Marie-d'en-bas ...Son directeur/artiste Antonio Placer évoque son lieu culturel, "église laïque ouverte à tous".

Un colloque il y a un an avait éclairé le sujet du protestantisme dauphinois en hommage au chercheur Pierre Bolle. Bonne nouvelle : les données seront bientôt être accessibles car prochainement publiées.

500 ans gre 001.jpgPlusieurs expositions marquent cet anniversaire. L'une au Musée Dauphinois consacrée au prince protestant  François de Bonne, Lesdiguières.

"Issu de la petite noblesse du Champsaur, François de Bonne (1543 - 1626), duc de Lesdiguières, connaît une ascension fulgurante. Chef de guerre des protestants du Dauphiné au temps des guerres de Religion, il contribue à la toute fin du XVIe siècle à la pacification de la province et à l'application de l'édit de Nantes. Militaire, fin politique, proche d'Henri IV, il concentre les pouvoirs au début du XVIIe siècle tel un « prince » dans la capitale dauphinoise. Bâtisseur, il modifie considérablement la physionomie urbaine de Grenoble à cette époque. Sensible aux arts et aux lettres, il fait appel à des artistes français et étrangers pour ses propriétés dauphinoises et son hôtel particulier à Paris."

L'autre expo est  visible à l'Hôtel de Ville. Hier 31 était le vernissage, date évidemment très forte.

De cette visite j'ai appris le définition du terme "huguenot" visiblement de l'allemand EIDGENOSSEN soit carrément un ...schismatique !!

Huguenot, ote
Nature : s. m. et f.
Prononciation : hu-ghe-no, no-t'
Etymologie : On a donné un grand nombre d'étymologies de ce mot. Voyez celle qui est rapportée à l'historique de hugon, et qui, avant d'Aubigné, est donnée aussi par Pasquier : On a commencé de donner à tout le nouveau monde de ceste faction le nom et tiltre de huguenaux ; d'autant que la premiere descouverte que l'on en a faite a esté en la ville de Tours, où ils ont opinion qu'il y a un rabast [esprit] qui revient de nuit, qu'ils appellent le roy Hugon, et y appelle l'on dès pieça hugenaux tous ceux qui sont de la secte de Calvin, pour faire leurs assemblées et conventicules de nuit comme si en cecy ils fussent disciples et sectateurs de cest esprit, Lett. t. I, p. 180. Voyez aussi l'étymologie que donne Castelnau ci-dessus. D'après de Brieux, un orateur protestant commença ainsi sa harangue : Huc nos venimus, huc nos..., et resta court ; de là Huguenot. Tout cela est sans fondement. Une étymologie plus vraisemblable qu'on a indiquée est le mot allemand Eidgenossen, confédéré, de Eid, serment, et Genosse, compagnon ; la forme aignos dans les Mémoires de Condé l'appuie. Mais on a objecté que le sens n'était pas favorable à cette étymologie, confédérés s'appliquant mal à une secte religieuse ; que ce mot ne constituerait pas un terme d'injure comme les calvinistes l'envisageaient eux-mêmes, et qu'il ne pourrait s'appliquer qu'aux Suisses protestants, qui pourtant n'ont jamais porté ce nom ; eidgenossen est le titre que se donnent les citoyens de la Suisse, tant protestants que catholiques. Ce fait donne, on peut dire, la certitude à la conjecture de Mahn, qui sans le connaître, a dit que huguenot est un diminutif de Hugues, et que le nom, en tant que terme d'injure, se rattache à quelque hérétique de ce nom. Ce mot, au sens de calvinistes, paraît se trouver pour la première fois sous la forme de huguenaulx, dans une lettre du comte de Villars, lieutenant général en Languedoc, du 11 novembre 1560 (voy. VAISSETTE, Hist. du Langued. t. V).

                                                            Sylvie Neidinger

anniversaire,protesrtantisme,françois boulet,500 ans,grenoble,martin luther,guillaume farel,calvin,pierre bolle

 

*Autre historien du protestantisme français, Cévennes etc. Patrick Cabanel

*Célèbration à Wittenberg avec Angela Merkel, fille de pasteur

 

crédit images photos neidinger

 

Commentaires

Bonsoir !

Apparemment vous êtes la seule à avoir rappelé ce fait historique majeur, cette date du 31 octobre 1517, sur les blogs de la TdG. Je vous en félicite et vous en remercie !

Le journal télévisé de la RTS de ce soir, 31 octobre 2017 à 19h30, a daigné y consacrer 2 minutes et 16 secondes exactement. Pas une de plus ! Alors que dans ce même journal, on nous a rabâché une fois de plus la dynastie valaisanne et les méfaits footballistiques des Constantin, père et fils, ainsi que le football en général, 2 minutes et 18 secondes durant. Pas une de moins !
Sur le journal télévisé de 20h00, ce soir sur "France 2", pas un mot sur la Réforme !

Interviewé il y a quelques temps par Le Figaro, le philosophe Robert Redeker affirmait : "Dans l'ère du vide, les footballeurs prennent la place des héros". Triste constat en vérité, lorsqu'on mesure aujourd'hui les bouleversements et les apports de la Réforme dans de multiples domaines, sans même parler de théologie : la littérature, la musique, la culture en général, l'humanisme, l'éthique, la démocratie, l'économie, etc. Sans la Réforme, le découpage politique de l'Europe eût été totalement différent et la Suisse n'existerait peut-être pas, du moins pas dans ses frontières actuelles.

Pour en revenir aux Huguenots, j'étais sur leurs traces il y a une dizaines de jours à Neuchâtel. C'était le thème d'une visite guidée par un pasteur et historien féru de la question. Selon lui, l’étymologie se réfère au terme Eidgenossen adapté phonétiquement à la langue française. Et puis faut-il le rappeler, si Guillaume Farel est né à Gap en Dauphiné, il est mort à Neuchâtel où sa statue se dresse face à l'entrée de la Collégiale, où il figure brandissant la bible. Farel a prêché dans pratiquement toute la Suisse romande et au-delà, à Montbéliard, à Bâle et à Strasbourg notamment.

Bref si Paris valait bien une messe pour Henri IV, la Réforme vaut mieux que les 2 minutes que la RTS y a consacrées ce soir !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 31/10/2017

Répondre à ce commentaire

@Jean J'en suis stupéfaite . Avant d'avoir lu votre commentaire j'ai ajouté spontanément une phrase dans l'article sur l'absence de signalement par les médias.
Votre commentaire confirme.

Quelques articles de presse écrite numérique en fin de journée. C'est peu et carrément inouï au plan informationnel.

J'étais sur France ce jour là et peux témoigner de ce DESERT de l'info.
Vous témoignez vous de la situation similaire en Suisse avec 2 mns sur la RTS suisse et rien sur les RS ni même les blogs de la Tribune de Genève ( à part mon article, sous réserve...)
Genève, Rome calviniste...?

J'ajoute en confidence- qui n'en est donc plus - que si je porte en moi une branche protestante de Berne, passée par Vaud, celle d'une arrière grand-mère, le protestantisme n'est donc pas ma confession actuelle.
Et pourtant il m'a semblé tellement important, alors que j'avais mille autre choses à faire de pouvoir suivre ces pérégrinations protestantes hier à Grenoble en compagnie d'historiens, pasteurs, directeurs de musées, directeur de théâtre, etc...

Ils sont actifs eux, localement pour faire resurgir tout un pan de l'histoire.

JOURNALISTIQUEMENT hier 31 octobre 2017 devait donner en info prioritaire cet incroyable anniversaire du demi-millénaire date pour date. Au lieu de quoi on a été abreuvé des élucubrations confuses d'un certain putschdemont infantile, qui n'assume rien, fuyard après avoir allumé le feu en Catalogne.

Un certain DESERT journalistique gagne du terrain.
La base des métiers de l'info est la hiérarchisation des infos

Écrit par : Sylvie Neidinger | 01/11/2017

Répondre à ce commentaire

Le terme Schismatique sied à merveille à mon âme de descendante Huguenote d0ailleurs on apprend très vite à vivre retiré car à peine accepté il se passe quelque chose nous obligeant à nous remettre en cause personnellement
On peut dire que dés la fin de la guerre il fut pour beaucoup d'entre nous une raison de haine féroce de la part d'enfants de confession catholique
De fait lors des réunions d'anciens élèves pas un d'entre nous ne fut invités ,le schisme aura été radical
Bonne journée

Écrit par : lovvejoie | 01/11/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.