UA-65882359-1

05/10/2017

Macron, président vulgaire, insulte sa population. Tout ...comme Trump: ils se ressemblent !

Beaucoup voient du Sarkozy en Macron. Le supposé côté "président des riches", bling-bling, people, l'absence de sur-moi qui lui fait dire n'importe quoi, sans filtre.

Quoique Sarko se tenait un peu mieux que Macron...

  L'ancien président s'était certes fendu d'un "cass"toi pov'con"  adressé à un individu, comptait karchériser des quartiers entiers. C'était comme incontrôlé.

Des dérapages...mais finalement relativement limités en nombre sur le quinquennat.

Sarkozy avait une expérience politique certaine. Il avait pris la tête de son parti avant la conquête du pouvoir présidentiel. Aucun doute sur sa légitimité.

  Macron le néophyte lui, insulte régulièrement des catégories entières  de population, ceux qui ne sont pas énarques ni hauts fonctionnaires, banquiers, people, philosophes  etc. Qui finalement ne sont rien. Dixit.

Il plane à 5000. Seul avec Brigitte.

Il présente un inouï mépris de classe, dans ses "sorties de route" ultra fréquentes, provocatrices et inquiétantes pour la démocratie...

Du préjugé social à la louche.

Les ouvrières seraient  analphabètes, les gens du nord alcoolos, les comoriens des noyés en puissance, les femmes africaines des pondeuses d'enfants, les fénéants...Bizarre comme mode d'expression politique !

Un président doit régler les problèmes du pays avec le consensus maximal.

Son vocabulaire  vulgaire détonne, de  "foutre le bordelà "les gens qui ne sont rien" (expression sans vocabulaire  insultant mais d'une violence sociale  rare.)

Il semble méconnaître le fonctionnement des médias? D'une manière évidente dire "foutre le bordel" à propos d'ouvriers menacés de licenciement dans la Creuse,   terre relativement désertifiée va créer le buzz et se SUBSTITUER à l'info qu'il comptait transmettre: ici l'apprentissage.

Ou trop le connaître ?

Deux solutions :

1) il le fait EXPRES. Alors le président de la république joue à la téléréalité. Indigne de sa fonction.

2) cela lui échappe. Alors il est en roue libre, psychologiquement parlant. Indigne de sa fonction, aussi...

En tous cas cette attitude le dessert et brouille son image. D'une part il veut jouer au roi de France ou sa version Empereur et rendre la dignité  à la fonction.. Mais d'un autre côté il évoque ceux qui "foutent le bordel".

 

                      TRUMP, MACRON: MEME NARCISSISME PATHOLOGIQUE

 

 Macron ressemble  probablement plus encore à Trump qu'à Sarko par le maniement régulier d'insultes 1) devant médias alors que 2) les deux sont présidents et  3) par des diatribes dirigées entre autres contre la..... population qu'ils représentent.

Rappel  Trump a carrément  nommé certains sportifs américains "fils de pute"la semaine dernière. D'une élégance rare.

Les latinos, il n'aime  pas trop, les afro-américains pas trop, les Porto-Ricains, pas trop non plus, les écolos pas du tout..

Problème, ces "sorties" régulières qui stigmatisent, avec un vocabulaire de gros mots contredisent l'exigence de présidentialité liée à la fonction.

Macron et Trump ont également en commun un narcissisme aigu.

Le profil narcissique est une caractéristique de nombreux dirigeants et leaders. En soi c'est un possible moteur d'action potentiel de la part de ceux qui croient hyper fort  en leur étoile perso...Un plus, un atout positif.

Problème,  chez ces deux dirigeants le narcissisme semble pathologique. Il dépasse les bornes.

De fait, tout ce qu'ils engagent eux serait... merveilleux ( Trump parle ainsi de lui-même et décrit son action en des terme dignes de contes de fée kitchs)

Macron s'est modestement auto-comparé au Christ et à Jupiter, dieu des dieux et à bien d'autres... dont Napoléon, celui qui voulait mettre au pas l'Europe par la guerre.

Jupiter comme toute déité qui se respecte châtie tout autant qu'il accorde ses faveurs. Macron châtie bien.

Sa pensée serait si complexe que les commentateurs n'ont rien à commenter. Ces dires signent un délire grave sur la représentation verticale que le président français se fait de lui-même.

Comme Trump, il bat le pavé chaque jour. Il communique, sur le terrain. Au risque du dérapage incontrôlé (comme l'expression "ils foutent le bordel" enregistrée en Corrèze). Incapable de se remettre en cause il accuse les journalistes. Facile..

                                                  LEUR MONDE FAKELAND

Le fonctionnement narcissique repose sur une dualité. Tout ce qui va bien vient de l'individu.

Pour Trump comme pour Macron , tout ce qui ne va pas vient évidemment des autres,  des collaborateurs, des ministres, des députés, du parti et surtout  du monde baptisé " fakes", hautement représenté par la presse selon leur vision déformée. Les deux hommes ont en commun d'abhorrer et d' agonir les journalistes.

Du coup Trump et Macron n'ont aucun problème de sur-moi, de conscience. 

Ils sont en roue libre pour insulter à tout va.

Signe de décomposition politique que de voir précisément ces profils là: 1) avoir été élu pourtant inconnus en politique . Donc non testés par les voies démocratiques avant l'élection majeure : la présidentielle.

2) élus dans une ambiance délétère, populiste.

 3) diriger  de cette manière  leur Etat et ainsi des affaires du monde...

Les deux ont en commun de ne pas appartenir au sérail politique.

Le danger de personnages jamais élus, donc jamais testés  "sortis de nulle part" pour prendre le pouvoir suprême par fulgurance.

 

                                                                Sylvie Neidinger

 

23:27 | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : trump, macron, sarkozy, insultes, narcissisme pathologique, fakeland;vulgaire | |  Facebook | | | |

Commentaires

Avec si peu de tact à défaut de culture, il reste à savoir si, le collège d'affairistes milliardaires qui avaient fabriqué Macron qu'ils ont fait élire président, va continuer de lui prodiguer autant de générosité. Il me semble que l'habileté et le tact, pour ne pas dire diplomatie, sont, tout de même, les principales qualités attendues de sa part.
Si Macron a fait illusion pendant la campagne, il ne cesse de désillusionner l'électorat et ses supporteurs les plus fervents. Ceux qui avaient voté pour lui, se taisent aujourd'hui et s'appliquent à se faire oublier. C'est peut-être mieux ainsi pour eux.
Macron. Homme des planches d'un théâtre, une star hyper-cosmétisée de la série télé-réalité, on a confondu sa réplique apprise par cœur pour la circonstance avec le véritable verbe pensé d'un homme responsable d'où ses grossièretés découvertes aujourd'hui. Un imposteur à l'égal de Hollande. (Hollande:L'imposteur. Un livre de Jacques Cotta).

Mais qui faut-il blâmer?
Les Français qui l'acclamaient ou l'Imposteur lui-même? A sa décharge, c'est un homme de mauvais goût avec de mauvaises fréquentations affairistes, un Acteur d'un mauvais script, à présent, il ne fait qu'exécuter ce que les Français attendaient de lui: Mentir! Au public et à lui-même. Les vérités sur le terrain du quotidien sont un autre fait, une autre affaire bien dissociée et les conséquences sont, à bien des égards, irrémédiables comme celle de négliger cérébralement un effort stratégique. L'OPA entre Alstom et Siemens Transports en est une belle illustration parmi d'autres. A eux deux, ils viennent d'enlever d'un seul coup de dents, un gros morceau de la pomme qui fut un fleuron, un pouvoir et une fierté de l'Hexagone. Il faudra s'attendre au dépeçage de la France pendant que Macron nous raconte ses historiettes. L'exaspération de tous les milieux ne sera plus très loin.


Toute la France vivait de longs mois dans l'irréalité... Elle en avait été ivre! Elle avait fumé de la moquette mais elle va se réveiller.
Sa prochaine acclamation sera: Macron! Démission!

Écrit par : Beatrix | 07/10/2017

Répondre à ce commentaire

Totalement d'accord avec vous ! Macron sombre inconnu a pris le pouvoir à la hussarde par Unes de magazines people et affaires de justice opportunistes contre ses adversaires en pleine campagne.
Il n'est pas lui à blâmer. Il a joué. Il a gagné.

Mais bien blâmer ce qui l'a mis en place et ceux qui ont voté pour lui!

Je connais plein de gens (des mamies retraitées mais pas seulement) qui ne se sont pas posé de questions à l'époque. Mon blog , mes conversations personnelles signalait que ce type en se comparant au christ, à Jeanne d'arc était un peu dérangé, ses hurlement en meetings, son autoritarisme très inquiétants.

Aujourd'hui je n'hésite pas à remuer le couteau dans la plaie chez ces personnes.

Elles vont payer la CSG alors que lui fait payer à la France 26 000 euros pour 3 mois de maquillage, un congrès de Versailles inutile juste pour Sa gloire à 300 000 euros et le reste de ses dépenses ( ses nombreux déplacements souvent inutiles)

Écrit par : Sylvie Neidinger | 07/10/2017

Répondre à ce commentaire

Macron inconscient? Macron la trahison? Macron le fanfaron? Macron la marionnette?

Je fais irruption juste pour signaler une intéressante interview d'un économiste M. Quatrepoint, sur l'OPA d'Alstom Transport pour le mariage d'affaire entre Siemens et General Electric.
Stratégiquement, les Américains ont bien profilé le leadership économique allemand à leur service. L'Allemagne, c'est un peu le mandataire liquidateur de l'industrie Européenne. Elle semble bien être mandatée par Washington. Du moins, elle est téléguidée - le capitalisme germanique ne demande rien moins que de pouvoir déglutir tous les fleurons qui ont fait la puissance de l'Europe afin d'assouvir sa faim de gloire après septante ans de diète.

http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2017/09/28/31007-20170928ARTFIG00240-fusion-alstomsiemens-la-france-ne-peut-rester-une-grande-puissance-sans-une-industrie-competitive.php

Écrit par : Beatrix | 10/10/2017

Répondre à ce commentaire

@Beatrix Merci de votre contribution.
J'ai lu l'article, fort intéressant.

Il y a sur les relations USA/ Allemagne une autre analyse qui est mienne.
Au contraire celle de l' indépendance de l'Allemagne vis à vis des USA pour intégrer à l'Europe le partenaire russe (gazprom) ce qui ne plait pas aux premiers et explique la goujâterie de Trump vis à vis de Merkel.

Sur Alstom et sa vente-démolition à GE, il faut voir du côté du PDG français Patrick Kron.
Ici le rapprochement avec Siemens laisse le montage entre européens. Ce qui est selon moi une bonne idée.

Écrit par : S Neidinger | 10/10/2017

Répondre à ce commentaire

@Sylvie,
J'ai eu aussi ce sentiment il y a quelque temps déjà. Malgré ce, j'ai aussi eu une forte impression que M. Merkel et son staff balancent entre deux stratégies. Tantôt se montrer très liés à l'économie américaine, tantôt démontrer leur velléités d'indépendance pour d'autres alliances comme avec les Russes. Mais dans ces valses hésitations, la France, censée édifier l'Union Européenne avec l'Allemagne, semble ne plus savoir sur quel pied danser alors qu'elle croyait faire danser les autres au sein de l'OTAN. Elle finit donc par faire des erreurs en chaîne et trébucher. Les présidents se succèdent mais la vision de la France au milieu des autres nations n'a plus de continuité.

Je cherche, moi aussi, à voir clair dans les situations qui ont pu être la source de ces erreurs. Pas facile! Tout ce que l'on peut en dire, ne ramènera pas ses bijoux à la maison.

autre son de cloche: https://www.lesechos.fr/24/04/2015/LesEchos/21926-029-ECH_alcatel-lucent---l-epilogue-d-une-longue-agonie-industrielle.htm

Pour rebondir sur votre remarque. Comment Fraue Merkel peut elle intégrer l'UE dans sa stratégie, alors que la politique extérieure de l'UE contredit et contrarie ses efforts spécifiques? Ne fût ce qu'à travers les politiques de la coalition occidentale américaine d'agresser encore et encore, tout à tour, le Moyen Orient et l'Asie Mineure, sans parler de sa dénégation vis-à-vis de la Chine qui est une réalité politico-économique contemporaine invaincue et devenue incontournable.
On a tort de considérer ces pays comme des parias alors qu'ils sont un atout pour les pays les plus en pointe du développement. Au lieu de les associer, on veut les soumettre. En cela, la Chine a montré nos erreurs par la preuve. La volonté de soumission tue et ne crée rien.

Peut-être un jour, cela arrivera. Lorsque les Occidentaux auront compris que le monde multipolaire est moins vulnérable et est le seul moyen de stabilité et de sécurité pour tous les peuples, donc logiquement pour eux-même, leur paradigme changera, les nations redéploieront leurs richesses intellectuelles mises en berne, les peuples les moins bien lotis pourront commencer à construire le cadre de leur propre développement et cesser leurs guerres tribales. Je suis convaincue que ces grands pôles de puissance, de progrès technologiques et scientifiques couplés à leur essor économique - des moyens de travail indispensables et d'auto-protection - ont un rôle à jouer dans la stabilisation et la répartition par irrigation de toutes les ressources, et ce serait bien qu'ils puissent le faire beaucoup plus ouvertement pour que tout participant puisse en retirer des bénéfices et devenir lui-même relais et acteur dans ce projet civilisationnel.
Nos craintes d'occidentalistes de la Rome conquérante, devraient s'évanouir dans une sincère remise en question sur le fond, indépendamment de la présence des hyperpuissances. S'ils ne le font pas, le long terme leur donnera tort.

Un tournant pour Macron, un tournant pour la France.

Observons le tournant actuel que doivent prendre les Émirats Arabes. Les autres puissances doivent s'impliquer dans lesdites médiations pour les acquérir ensemble à la cause et à la nécessité de paix globale.
A ses ventes d'armes, on se demande si la France le veut vraiment.
S'il y a dissensions entre Émirats, c'est que leurs visées sont fortement divergentes et leur vision respective du monde autour d'eux doivent trouver des ajustements fonctionnels adéquats au milieu de la forêt d'alliances de circonstance, ce qui ne va pas de soi parce qu'il faut alors tout négocier avec ceux qui leur ont donné pouvoir et identité, le pétrole n'y suffisant plus. L'histoire nous dit qu'il faut rendre les terres et la raison aux peuples qui les travaille lorsque la gouvernance a été artificielle et illégitime. Le système autocratique, monarchique et dynastique ne peut survivre aux évolutions planétaires. L'Arabie Saoudite, le Qatar et d'autres dans ces régions, sont dans ce cas. Ils devront déposer les armes et participer - avec le peuple - à la construction de nouvelles institutions capables d'apparaître et de dialoguer souverainement avec les autres:les besognes de sous-main sont une véritable prison qui aliène la parole.

Écrit par : Beatrix | 10/10/2017

Répondre à ce commentaire

Merci @BEATRIX pour cette longue analyse intéressante, bien écrite, bien informée.

Écrit par : S Neidinger | 11/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.