UA-65882359-1

01/10/2017

Terrorisme sur le parvis de St Charles avec le cri jihadiste

Exactement là où cet article de juillet évoquait les rencontres photographiques d'Arles décentralisées dans les gares, dont celle de St Charles et son parvis, les discussions impromptues, sympas,  autour des affiches.... un terroriste de l'idéologique mortifère a assassiné aujourd'hui  deux jeunes filles (17 ans, 20 ans) à Marseille en début d'après-midi de ce  dimanche.

L'une égorgée attaquée par ...derrière. C'est dire le courage de ce genre d'assaillant.

La parfaite définition du terrorisme: car strictement tout le monde peut un jour fréquenter une gare et se sentir "terrorisé"

L'assassin semble-t-il a crié "allah akbar", le cri jihadiste.

Ce cri  que l'on entendait au journal de 20 h  dans tous les reportages que nos médias allaient produire en Syrie dans les années 2012/2013.

Les journalistes occidentaux suivaient alors les rebelles islamistes qui attaquaient l'armée régulière.

Les combattants islamistes  -alors très amis de la France, du Royaume-Uni etc.- ne pouvaient envoyer un mortier sans hurler ce cri à l'écran.

Il faudrait reprendre toutes les archives télévisuelles de nos médias occidentaux pour comptabiliser le nombre de Allah akbar entendus dans les reportages.

Jusqu'aux snippers, ces lâches qui tirent dans le dos  qui étaient valorisés ! et enregistrés avec ce cri jihadiste à chaque tir.

C'était glaçant pour ceux -dont je fais partie- qui savaient quelle réalité se cache avec ce cri de guerre religieuse.

Colère froide face à un monde médiatique en flagrant délit de propagation d'une idéologie mortelle en totale inconscience..

Ce blog avait "fait son job" et dénoncé. Rare à le faire à l'époque. Grande solitude à l'époque.

Après quelques assassinats de journalistes à Alep puis l'instauration de l'EI, ce que ce cri signifie a enfin été compris en occident pour le plus grand nombre..

Surtout ...quand il est revenu en boomerang pour accompagner les assassinats ici.

Comme aujourd'hui pour deux très jeunes filles qui allaient prendre leur train.

                                                     Sylvie Neidinger

 

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/10/02/31003-20171002ARTFIG00267-jeannette-bougrab-malgre-l-attentat-islamiste-de-marseille-le-deni-continue.php

 

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.