UA-65882359-1

29/03/2017

Brexit: aujourd'hui le D-Day pour un Royaume-Désuni en déni passéiste

Theresa May enclenche aujourd'hui le brexit par un courrier à l'UE.

Les menteurs de la campagne pro-brexit,  les Farage, Johnson etc. sont aux abonnés absents.

L'initiateur David Cameron sera lui, jugé par l'histoire.

Hier  "la" premier ministre était en Ecosse pour demander à Mme Strugeon de rester solidaire alors que la PM se moque du vote anti-brexit local comme de sa paire de collants. Déni.

 

 

                                     GRANDE-BRETAGNE EN DENI PASSEISTE IMPERIAL

 

Elle évoque régulièrement certes le futur mais surtout le passé voulant créer des accords de libre-échange mondiaux... comme avant.

Les références au passé glorieux d'une Angleterre impériale, sur laquelle le soleil ne se couche jamais émaillent implicitement ses discours et ceux de la droite populiste.

L'extrémisme ambiant peut virer au racisme. Des résidents  européens (pas les sujets des anciennes colonies, c 'est un signe) en ont pu subir des scènes de ce genre. Ils témoignent dans la presse. 

Il semble que le réveil face à ce déni britannique de réalité soit douloureux.

Le scénario de l'implosion du Royaume-Désuni, avec une Irlande du Nord qui se remettait à peine d'un conflit interne guerrier, le scénario d' un appauvrissement du pays est très crédible.

L'UE semble elle, libérée d'un partenaire qui bloquait souvent le système: à commencer par envisager désormais une défense intégrée européenne.

Et remettre Trump et son Otan à sa place.

Les cartes sont rebattues.

 

                                                                          Sylvie Neidinger

 Innombrables articles sur le sujet...

http://www.ladepeche.fr/article/2017/03/29/2545988-d-day-...

Premier chantage britannique de Mme May L'Europe répond illico.

http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20170329.AFP0279/brexit-le-royaume-uni-lance-le-processus-de-sortie-de-l-ue.html

Commentaires

Heureusement que les jeunes pro-européens précisent qu'ils sont pour une autre Europe.
En attendant, je suggère qu'on écoute la sagesse des peuples qui demandent du temps au temps pour assimiler les concepts.
Car au final, ce n'est pas d'une Europe forte dont nous avons besoin, mais d'une conscience universelle de nos besoins et nos envies, à tout un chacun, et du respect qu'implique la réciprocité.
Je doute qu'un monde harmonieux ne se crée par des intentions politiques qui sont plutôt le reflet des intérêts du moment de ceux qui tiennent les rennes.

Écrit par : Pierre Jenni | 29/03/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.