UA-65882359-1

18/02/2017

Psychanalyse du Brexit ou le rêve du retour impérial.

Le Royaume -Uni se replie sur lui même en évoquant sa grandeur passée.

L'image qu'il porte sur lui-même, victorienne, date des XVIIIème et XIXème siècles.

Toute la problématique du brexit se base sur le mythe d'une Angleterre au centre du Monde (avec  libre échange à tout va et son Empire maritime) et non sur sa réalité actuelle.

Ou réalité future.

Elle pense en quittant l'UE revenir automatiquement à ce passé.

C'est un pari osé.

 

 

Je signale cet article sur le thème qui signale que cet état d'esprit témoigne plus d'un déclin que d'une avancée:

https://www.franceculture.fr/emissions/le-tour-du-monde-d...

https://www.nytimes.com/2017/02/15/opinion/theresa-mays-e...

 

                                                           SN

07:17 Publié dans P-Politis International | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : brexit, gb, ru, période impériale, déclin psychanalyse | |  Facebook | | | |

Commentaires

Oui mais : que pensez-vous de l'Union européenne, que personnellement je qualifierais d'Empire franco-allemand ? Vous pensez qu'il est agréable d'être un sujet des franco-allemands ? Je n'ai rien contre une Europe unie et démocratique. Une Confédération européenne, si vous voyez où je veux en venir...
Mais on en est loin. Très loin...

Écrit par : Géo | 18/02/2017

Cette idée de grandeur n'a pas durée.
Tel un vassal, l'Angleterre a présenté ses hommages à Trump.
A vrai dire elle n'a pas le choix, son économie en dépend.
En quittant l'Europe, elle a du avaler sa fierté.

D'une Europe avec ses règles, mais ou elle avait son mot à dire, elle est passé à des courbettes face aux puissants de ce mondes. A n'en pas douter que les courbettes face à la Russie dépendra des relations entre les USA et Russie.

Pour les naïfs qui soutiennent le populisme, ils voient de leur yeux que ce sont les puissants qui mène le monde.
Une entité européenne est donc nécessaire pour ne plus être un vassal d'une puissance quelconque.

Les pays qui sont/seront seul, sont sous le bon-vouloir des puissant.

Écrit par : motus | 18/02/2017

Depuis quand, et par qui, l'indépendance est elle considérée comme une tare au point de la confondre avec du repli sur soi ?

Écrit par : Eastwood | 18/02/2017

Les commentaires sont fermés.