UA-65882359-1

05/02/2017

Risée mondiale en réponse aux "tweeteries trumpesques"

L'humour est une excellente réponse aux clowneries trumpesques, aux tweeteries qui servent d'exercice du pouvoir.

La caricature la plus forte sortie cette semaine est évidemment la Une du Speigelgh.JPG avec Trump ayant décapité la Liberté (statue)

Incroyable symbole publié dans un journal allemand ( pays qui a subi une attaque frontale du président américain).

Le caricaturiste Edel Rodriguez est un américano-cubain. Il dit ne pas apprécier la fin des libertés programmée par  celui qui dirige l'Amérique.

 

" Edel Rodriguez montre Donald Trump tenant d'une main la tête de «La Liberté éclairant le monde» et de l'autre un couteau ensanglanté. En bas en droite est seulement écrit «America first» («L'Amérique d'abord»), le mantra du nouveau président américain."

Une caricature hyper provocatrice " à la Charlie"  qui en perturbe plus d'un...

Iconoclaste.

Mais qui perturbe vraiment ?? La caricature du Speigel ou la folie de Trump? Il pratique un  exercice du pouvoir d'extrême-droite qui a obligatoirement un impact sur le monde entier donc nous tous...

 

La seconde photo humoristique est celle de la ministre de l'environnement suédoise qui se moque des mises en scène type téléréalité de 3ème zone dans le Bureau Ovale et particulièrement celle qui concerne les femmes.

der spiegel,caricature,trump ennrisée mondiale,trump,droit des femmes,femmes,isabella lövinIsabella Lövin (cela ne s'invente pas c'est son nom!) se prend en photo avec uniquement des femmes dans un bureau  pour se moquer du président US entouré d'hommes pour signer un décret mettant en jeu le corps de femmes.(troller dit un article)

Trump signe un décret avec uniquement des hommes sur des droits de la femme. Elle met en scène la réponse par des femmes uniquement.

C'est terrible pour les Etats-Unis: leur président devient un objet de risée mondiale.

L'humour est une arme terrible. Et qui ne se contrôle pas, celle là.

                                                             Sylvie Neidinger

 

 

 

 Humour web anti Trump : la vidéo suisse

«Nous avons les plus belles femmes du monde. Notre pays est sûr: il n’y a pas un Mexicain à l’horizon. Comme vous, M. le président, nous adorons l’or. On a fait fondre celui des juifs, comme on fait fondre le fromage dans les caquelons. Et nous aimons les Russes, nous avons bâti Saint-Moritz pour eux.» Grinçante mais irrésistible, la vidéo, déjà visionnée plus de six millions de fois en à peine quatre jours, fait un carton sur les réseaux sociaux.
Produite par le programme alémanique SRF Comedy et intitulée «Switzerland Second», elle s’inspire du clip «The Netherlands Second» (Les Pays-Bas seconds) produit par une émission satirique hollandaise . Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de répondre au slogan protectionniste de Donald Trump «America First» par la dérision et l’humour noir.
Portée par une voix imitant celle de Trump et reprenant ses superlatifs, la vidéo vante en anglais les charmes de la Suisse. Le tout avec des arguments susceptibles de plaire au président américain. «Les femmes nous ont laissé leur interdire de voter jusqu’en 1971, voire 1990, c’était génial!» La vidéo précise que la Suisse déteste l’Union européenne et que l’atout au jass (Trumpf en allemand) se veut un hommage à Trump. Faisant un improbable parallèle entre le drapeau suisse et l’écusson du Ku Klux Klan, cette drôle de promo en arrive à la loi des soins abordables Obamacare, que Trump veut abroger: «Remplacez-la par Exit. Cette organisation, géniale, vient vous tuer si vous êtes vieux et malade. » 

crédit images =capture des sites web cités

Commentaires

Excellente cette caricature publiée dans le Spiegel !

Donald Trump, par ses décisions imprévisibles, est un risque majeur pour la stabilité mondiale.

Bon dimanche quand même !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 05/02/2017

En Hongrie ou je vis actuellement il y a un premier sinistre (le président, lui, n`a qu`un pouvoir symbolique) grand admirateur de Trump ainsi que de Poutine. Lui-meme gouverne a la Trump depuis six ans qu`il est au pouvoir, c`est a dire de maniere absolument élitiste, nationaliste, macho et anti-immigrés. Il loue aussi les vertus du protectionnisme mais ne peut guere l`appliquer car la Hongrie ne fabrique presque plus rien, les usines sur place étant celles des multinationales venus profiter des tres bas salaires, de la dérégulation (protection du travailleur et de l`environnement au point zéro) et d`un impot sur le bénéfice des grandes entreprises quasi symbolique. Le résultat de cette politique est une pauvreté endémique ainsi qu`une criminalité chronique (cambriolages, assassinats, corruption...). Les services publiques (surtout santé et éducation) sont a l`état de ruine. Avec Trump a a la barre, qu`est-ce qui va épargner une pareille destinée aux USA? La carte du protectionnisme économique? Le trumpisme, c`est le degré zéro de la justice sociale et un poker économique qui risque fort de ne profiter qu`aux milliardaires et aux accrocs du boursicotage mais il semble que les américains doivent en passer par la pour comprendre que recette miracle en politique = au mieux escroquerie, au pire dictature.

Écrit par : jean jarogh | 05/02/2017

"Isabella Lövin (cela ne s'invente pas c'est son nom!) se prend en photo avec uniquement des femmes dans un bureau pour se moquer du président US"

Ridicule! La famille de Trump est composée de plus de femmes que n'importe quel président des Etats-Unis!

Il a entièrement raison de s'adresser DIRECTEMENT à son peuple par des tweets que par des journaleux!

Quelle honte cet acharnement de ces mauvais coucheurs de Démocrates!
Vous auriez vraiment préféré la Clinton Madame? Quoi d'étonnant que la presse suisse qui respire à gauche se prête à ce lynchage... Mais vous?

Écrit par : Patoucha | 11/02/2017

Bonjour !!!! En réponse...Je respecte infiniment la presse. Surtout quand elle est fait son travail basé sur des faits vérifiés ( la règle c'est trois vérifications) et moins quand elle fait la curée.
Désolée de ressentir Trump comme dangereux pour son propre pays et par conséquences pour le reste du monde.
Son élection est incontestable mais la question se pose de sa capacité à gouverner. Les premiers jours sont sidérants.
C'est une histoire effectivement qui concerne les américains et leurs choix sur lesquels je ne me suis pas positionnée évidemment, n'étant pas américaine moi même.
Pour autant les USA étant La puissance mondiale on est en droit de se poser des questions partout dans le monde sur cette gouvernance qui effraie les milieux économiques par ses incertitudes sur les capacités du président élu. Entre autres

Écrit par : Sylvie Neidinger | 12/02/2017

Wait and see

Écrit par : Patoucha | 12/02/2017

Les commentaires sont fermés.