UA-65882359-1

26/01/2017

L'HEBDO, encore un magazine papier qui disparait

La presse écrite s'efface (presse du verbe "presser"... une feuille papier avec un peu d'encre)

Dernier en date: le magazine romand l'Hebdo. Et sa trentaine de collaborateurs avec...

Ils ne se recaseront pas ou difficilement dans la presse, car justement elle disparait par ailleurs.

Effacement progressif  du métier de journaliste, celui qui a pour norme de vérifier une info par des sources différentes.

De nombreuses réactions  évoquent "un coup dur pour la pluralité":

http://www.swissinfo.ch/fre/l-hebdo-cesse-de-para%C3%AEtr...

http://www.swissinfo.ch/democratiedirecte/apr%C3%A8s-la-m...

 

http://www.laliberte.ch/news/suisse/un-coup-dur-pour-l-eq...

Témoignages attristés :

ici listing des journaux suisses disparus: http://blogres.blog.tdg.ch/archive/2017/01/26/mort-de-l-h...

http://www.hebdo.ch/les-blogs/dessemontet-pierre-la-suiss...

A l'heure où le président US tape sur la presse tradi pourtant l'un des piliers de la démocratie (si elle peut s'exprimer) et  à l'heure où beaucoup se remettent à lire 1984 (Georges Orwell) il est effectivement pénible de voir un média suisse s'évaporer ainsi.

          INTROSPECTION SUR NOTRE PROPRE SOUTIEN A LA PRESSE PAPIER

Nous ne pouvons échapper à une une introspection sur notre "consommation d'info".

A titre personnel, j'achète de moins en moins d'info papier (certes de nombreux livres en revanche) alors que le journalisme est mon métier.

Quelque part là est l'explication.

Ce 'non acte' d'achat multiplié par le nombre pénalise la presse papier et valorise d'autres modes d'info.

Beaucoup vont lire leurs infos sur google (oui) et  facebook (pas moi) 

Avec ce dernier, ils entrent de fait dans  un autre monde car l'algorithme de Marc Zuckerberg n'est pas de type informationnel mais de type marketing.

Vous y êtes identifié en fonction des navigations précédentes et rangé dans des cases  de profils (homme/femme, âge , réseau d'amis facebook etc..)

Le logiciel vous délivrera alors une info sur des thèmes pré-déterminés que vous êtes supposé vouloir lire et non sur l'actualité véritable.

C'est donc la fin annoncée de l'information ouverte, par définition plus démocratique et ouverte l'ère des données marketing, de com'.

 

                                                                            Sylvie Neidinger

 

                                         

Les commentaires sont fermés.