UA-65882359-1

25/01/2017

Le film d'horreur de "l'Inquiétant Mr Trump"

N'ayant pas vraiment  commencé son mandat 2016, Donald Trump vient d'enregistrer son slogan pour... 2020!!

usa great.JPG

Il le tire d'un film d'horreur.

http://www.20minutes.fr/monde/2002043-20170125-video-trum...

Il a lui même scénarisé le mode d'annonce: comme dans une téléréalité.

Inquiétante amérique car il s'agit du réel et non d'un scénario..

Un documentaire de l'émission "le monde en face" (la 5)  évoquait hier L'inquiétant M Trump, homme politique ultra violent.

"Keep america great" (qui arrive après "make america great again") est un slogan bizarre car l'Amérique est déjà grande et puissante.

Que va   faire des USA cet homme d'affaire psychorigide, flamboyant, cheveux  couleur orangée lors de la primaire, qui place toute sa famille au pouvoir, carrément?

Il commence par déclarer la guerre aux médias.

A ceux en tous cas, qui entendent faire leur job et ne pas se laisser prendre à sa com' mais présenter les faits... même quand la réalité ne va pas dans son sens.

Vouloir faire taire les médias avec violence parfois, est un signe évident de mode dictatorial de gouvernance d'une Amérique profondément destabilisée.

Psychorigide, revanchard, il insulte à tout va sur le mode de celui qui aurait bu un coup de trop. Il présente le monde comme noir "un foutoir " dit-il.

Il entend destabiliser économiquement jusqu'à ses propres voisins ( Mexique, Canada) ne comprenant pas que les rendre plus pauvres c'est créer les conditions de la migration... qu'il déplore par ailleurs.

Inquiétant populisme au pouvoir.

 

 

                                                     Sylvie Neidinger

 

 Suite: les américains se précipitent sur le livre 1984 de Georges Orwell qui évoque le contrôle de l'info par  un Etat.

07:19 Publié dans P-Pays-USA, P-Politis.BAZOOKA-TRUMP | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : trump, trumpette, film d'horreur, slogan2020, usa, georges orwell, 1984 | |  Facebook | | | |

Commentaires

Le titre de votre blog est Le film d'horreur de "l'Inquiétant Mr Trump"

Vous êtes en plein dans le « populisme journalistique » M. Trump n’a jamais voulu faire taire un média et encore moins avec violence. Il leurs demande d’être objectif et d’arrêter de le faire passer pour un crétin. Voir les articles du Temps qui s’occupe plus de sa mèche blonde que de sa politique ou de la TDG avec ses photos qui pourraient le faire engager aux cirques KNIE. On ne parle même pas de l’Hebdo dont les articles brillent par leur « droiture et objectivité ».

M. Trump a été élu par les américains et on ne peu pas dire que la presse l'a beaucoup aidé au contraire de Mme Clinton.

M. Trump en veut effectivement à la presse et on ne peut que lui donner raison.

Les photos dans la presse présentent M. Trump faisant une grimace ou une mimique dévalorisante. On n’a jamais vu une photo de Mme Clinton dans une telle situation et pourtant ce genre de photos ne manque pas.

Lors de sa campagne les discours de M. Trump ont toujours été coupés sur des phrases choques, mais on n’a jamais vu un discours entier à la télévision.
Ce président a un programme. Que font les journaux ils révèlent que les points négatifs sans donner d’explications. Quelques rares journalistes ou économistes ont parlé de ce programme avec quelques notes positives. Ils ont vite été remis en place.

Un titre repris par le plupart des journaux était : LE MONDE SELON TRUMP ». Pas un seul article présentant le pour et le contre. Toutes ces « articles fondés » démontrent la grande intelligence des « bons journalistes » et l’immense stupidité du peuple qui ne vote pas « convenablement ». (Magnifique exemple de manipulation).

Enfin M. Trump est inquiétant selon votre blog ? Pour quel motif ; parce qu’il défend sa politique. C’est son rôle et c’est pour cette raison qu’il a été élu. Il exerce son mandat selon les règles de la démocratie américaine.
A ce propos, il est dommage que vous n’adressiez pas les mêmes critiques à M. Erdogan.
Quant à l’ultra violent M. Trump, que dire de Mme Clinton et de son oligarchie qui aurait intensifié les «bonnes relations » avec la Russie et la mondialisation avec l’aide de M. Sorros et Cie tout en favorisant l’OTAN qui protège surtout l’intérêt de certains groupes financiers. (Je vous laisse réfléchir aux bénéficiaires de ce beau programme).

Exprimer des critiques concernant M. Trump et son gouvernement, c’est tous à fait normal et souhaitable mais il faut le faire sur le fonds et non sur la forme. Des remarques déplacées et pour le moment sans fondement sont futiles, voire de l’enfantillage de mauvais perdants.

Écrit par : Boccard | 25/01/2017

Répondre à ce commentaire

Vous êtes sur que ce ne sont pas les medias qui ont déclaré la guerre par leur inconditionnel et partisan soutien a Oballari ?

Écrit par : Eastwood | 25/01/2017

Répondre à ce commentaire

Je ne me positionne pas dans le comparatif avec le PASSE ( Obama, Clinton)...mais avec le présent (inquiétant) et le futur (inquiétant).

Les journalistes ont dans leur fondamentaux professionnels de vérifier l'info.
Trump utilise les réseaux sociaux où la subjectivité et le buzz sont de mise.
Il confond gouverner les USA et une téléréalité.

Son attaque violente contre Merkel et l'UE est inacceptable, son intervention pro brexit est inacceptable.
Il allume des mèches de guerre, se mêle de tout, tout en prônant l'isolationnisme pour son pays. Il n'est pas normal, ce type !

Écrit par : snk1960 | 25/01/2017

Répondre à ce commentaire

"Psychorigide, revanchard, il insulte à tout va sur le mode de celui qui aurait bu un coup de trop."

En êtes-vous certaine Madame?

Après le couple Trump, les médias s’attaquent à leur fils Barron, 10 ans !
Publié le 24 janvier 2017 - par Nicolas Kirkitadze


Raciste, sexiste, homophobe, malhonnête, instable, violeur, incestueux, adultère, fraudeur, évadé fiscal, déserteur pendant la Guerre du Vietnam… En un an et demi, aucune accusation ne fut épargnée à Donald Trump (à part, peut-être, celle de cannibalisme et de sorcellerie), le milliardaire a vu son nom traîné dans la boue par les médias et autres experts en expertise.

Non contents de vilipender le candidat (puis président) Trump, c’est sur sa femme que se déchaîna la crasse de ces autoproclamés défenseurs du Camp du Bien. Accusée tour à tour d’être une femme vénale, de s’être prostituée ou encore d’être entrée illégalement sur le territoire étasunien, Melania Trump a été la cible des pires propos sexistes. On ne compte pas les insinuations sur son côté superficiel : elle serait une greluche n’ayant aucune idée de son rôle de First Lady. Le silence criant des féministes est à noter.

Ce n’était pas assez pour ces petits journaleux aux mains frêles. Il leur fallait absolument donner raison au regretté Lino Ventura qui, dans une célèbre réplique écrite par Michel Audiard, déclarait : « Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît. »

La dernière tête de Turc des médias n’est autre que le jeune Barron W. Trump, l’enfant du couple présidentiel. Nous précisons qu’il est à peine âgé de dix ans. La rumeur fut lancée quelques jours après l’élection du 8 novembre. Une vidéo postée sur Youtube nous montre un Barron Trump levant les yeux au ciel lors d’un discours de son père. D’aucuns y ont fait une corrélation avec les symptômes de l’autisme. Il n’en fallait pas plus pour allécher les tabloïds avides de rumeurs crasses qu’ils dénichent dans les bas-fonds du mensonge.

Si la polémique s’est calmée après que la First Lady a démenti le supposé autisme de son fils et menacé de poursuivre l’auteur de ladite vidéo (qui a été supprimée par ce dernier) les rumeurs sont reparties de plus belle après la cérémonie de l’investiture présidentielle.

On y a vu un Barron Trump tantôt fatigué, tantôt surexcité, bâillant quand son père prêtait serment, jouant en plein direct avec ses neveux et nièces. Les réseaux sociaux se sont alors enflammés. Certains internautes allant jusqu’à la moquerie et au harcèlement. Les médias français n’ont pas été en reste et ont repris en masse ces allégations, à l’instar de magazines tels que Marie-Claire, Femme Actuelle et autres feuillets représentatifs de la presse jaune.

On ne peut que demander ce qui pose problème, dans le cas même où le jeune Barron serait effectivement atteint d’autisme… Ces belles âmes qui se déguisent en vagin pour s’opposer à Trump sont-elles choquées à la vue d’un petit garçon autiste ? Les parents d’enfants handicapés apprécieront.

Ensuite, sur quoi se basent ces allégations ? Sur quelques bâillements, quelques gestes d’inattention, des jeux d’enfants devant les caméras… On pourrait y prêter attention s’il s’agissait d’un jeune adulte ou d’un adolescent, mais Barron n’a que 10 ans ! Depuis un an et demi, il vit au rythme effréné d’un père candidat à la présidence des États-Unis et l’accompagne dans la plupart de ses déplacements. De plus, il réside à New-York, où il est scolarisé. C’est donc en avion qu’il a dû se rendre à Washington en compagnie de sa mère, pour assister à la prestation de serment par son Président de père. Et quel enfant de dix ans ne serait pas ennuyé d’être assis pendant plusieurs heures à écouter des discours portant sur l’économie et la géostratégie ?

Qu’il soit ou non autiste, là n’est pas la question. Cet acharnement lâche et médiocre sur un enfant de dix ans révèle la bassesse de certains médias qui ne reculent devant rien pourvu que cela nuise au président étasunien. On imagine la polémique si les soutiens de Trump avaient fait de même avec les filles du président Obama.

Nicolas Kirkitadze

Qu'est-ce que ce gamin est beau!

On n'est jamais sali que par la boue!

Écrit par : Patoucha | 25/01/2017

Répondre à ce commentaire

Les commentaires continuent à être situés dans le passé à vouloir comparer avec Obama et/ou Clinton...Rappel c'est le passé on parle de Trump pour son présent et son futur !!!!!


Le problème de Trump est qu'il n'accepte pas la critique .
Or gouverner c'est être l'objet de critiques de toutes façons. C'est un poste difficile. Tout le monde ne peut supporter ces pressions.
Trump en est -il capable? A priori cela démarre mal. Il n'en a absolument pas le profil psy.

Son fils effectivement n' a pas à être victime de moqueries; on a le droit de bailler à 10 ans !
Attention à la confusion Cette attaque importante et anormale part des réseaux sociaux et d'une "humoriste " suspendue depuis

(https://fr.news.yahoo.com/malgr%C3%A9-excuses-%C3%A0-propos-blague-153600353.html))

Les médias signalent ensuite ces faits.
Ce gamin a baillé lors de la cérémonie du serment or, c'est le moment "historique ", sacré de la nation américaine ce qui a donné une image décalée. non parfaite, une image de la vraie vie quoi lors du moment sacré de la nation américaine.


Le protocole dans ce genre de cas peut éloigner les proches qui sont sur place mais pas dans le champ direct de la caméra
Les personnalités politiques en général protègent leur famille en ne les exposant pas.
Trump les expose et les place très proches de lui: on ne voyait qu'eux presque autour de la bible...
Mais ici l'enfant ks'il avait été éloigné k en aurait voulu plus tard de ne pas avoir été sur la photo. !

Il y a une symbolique à lire derrière tout ceci. car Trump lui, installe sa famille beaucoup plus qu'à la lumière de caméras le jour de l'investiture mais carrément au gouvernement.

Il devra donc s'attendre à quelques remarques et quelques enquêtes sur le mélange de ses affaires, de son business et la pratique de président.
Beaucoup d'encre va encore être coulée...

Écrit par : sylvie neidinger | 26/01/2017

Répondre à ce commentaire

La maison blanche demande à juste titre à ce que l'enfant ne soit pas attaqué
https://m6info.yahoo.com/barron-trump-la-maison-blanche-appelle-a-le-laisser-tranquille-073826733.html

Écrit par : Sylvie Neidinger | 26/01/2017

Répondre à ce commentaire

Beaucoup de gens ont pu dire à l'avance qu'Obama serait l'homme de la paix au point de lui décerner le prix Nobel. Or Obama est allé au Caire et son discours à ouvert les vannes de la violence dans le monde musulman. Obama a stigmatisé la violence raciale au USA en la mettant en exergue plutôt qu'en cherchant les voies pour l'apaiser. Obama ne mérite pas son prix Nobel.

De nombre d'hommes d'Etat, on a dit au moment de leur accession au pouvoir des choses qui se sont révélés des fantasmes sans fondement. Rappelons nous de Reagan le cowboy, de Juan Carlos roi d'Espagne incapable, de Hitler le rédempteur, pour ne citer que ces quelques exemples. Avec du recul, on constate que les médias nous ont trompé et surtout qu'ils n'avaient pas fait leur métier en allant chercher les sources.

Alors, je prends ce qu'on dit de Trump avec des pincettes de doutes. Aujourd'hui, on nous ressasse les manifs anti-Trump mais ce type a été élu démocratiquement et comme dans tout vote, ceux qui perdent sont mécontents. Pourquoi ne parler que des mécontents au point de laisser entendre qu'ils sont les bons et lui le méchant ?

Bien sûr, j'ai aussi des doutes sur lui. Mais nous avons devant nous une nation qui a respecté son système politique. Maintenant, attendons, observons, participons sans mettre de bâtons dans les roues. Nous jugerons des résultats.

Écrit par : archi-bald | 26/01/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.