UA-65882359-1

04/12/2016

Le "Hollangate" de Davet/Lhomme: du journalisme de salon facile avec une "gorge profonde" bavarde !

Renoncement. Le président Hollande veut éviter l'humiliation des primaires perdues. Il se retire dans un  discours au ton ému mais toujours un brin  enfantin.ndale,spectre,hollande démission,#hollande,#catoncaton

Sa famille l'incitait à agir ainsi. Un échec  illustrant son incapacité à se représenter. Comme un fruit trop mur qui tombe tout seul.

Le mort-vivant décrit par la presse américaine se retire du jeu politique d'action.

Le  fantomas de l'Elysée qui se présentait lui même en spectre (bigre) quitte la scène. Il n'aura plus à 'éteindre les lampes de l'Elysée le soir"...

Les deux journalistes Davet et Lhomme auteurs du livre " un président ne devrait pas dire cela", ces deux compères à l'aspect austère, toujours vêtus de noir, tiennent leur exploit puisque leur livre précipite effectivement le renoncement.

Indéniablement, la sortie du livre de méchancetés gratuites distribuées par derrière à tous, dont ses "amis" socialistes proche,s a précipité sa chute pile dans la période précédent une déclaration éventuelle normalement dédiée au rassemblement.

Sa relation trop exagérée avec la presse apparait au grand jour. Overdose.

  Et son narcissisme inouï avec. Hollande avait été élu en partie contre le narcissisme sarkozyste. Or ce normal est apparu aussi déglingué  de ce côté. Voire pire.

La réalité de son pouvoir liste une  longue litanie de scandales : démarrage  avec  le tweet, Cahuzac, etc,  l'explosion de la fiscalité,  la déchéance, pour finir les atteintes au secret défense, dans la presse évidemment.

Au delà,  tous les signes de décomposition politique de ce quinquennat raté virent au rouge. Jusqu'aux policiers devenus manifestants...La dette qui explose, le chômage de masse.

Il part.

Le couple de journalistes jubile du renoncement du Président à se représenter et vient crier sa joie devant les médias.

                    INCROYABLE  PRESIDENT  HOLLANDE: SA PROPRE  DEEP THROAT  !

 

Fabrice Lhomme croit tenir ici  son hollandegate. Il dit clairement avoir comme modèle professionnel le watergate justement.

Ces journalistes travaillent en paire, exactement le format du watergate ! L'affaire d'espionnage politique date de  1972-1974.

Deux journalistes du Washington Post,  informés par un inconnu surnommé Deep Throat (« gorge profonde »), publient plusieurs révélations, en particulier sur les liens des cambrioleurs avec la Présidence et  les financements irréguliers de la campagne de Richard Nixon.

Le président américain va démissionner! Le gloire absolue  du journalisme dit d'investigation: se payer un président démocratiquement élu.

Plus fort que le peuple...

Les "Dupond et Dupont" du Monde ont en tête le modèle de journalisme dit d'investigation.

Particularités, leur non neutralité.

Ils sont politisés,  appartiennent à la sphère de gauche/ extrême -gauche.

A l'école de Edwy Plenel (Médiapart) avec qui ils ont travaillé, ils s' acharnent à lever des lièvres  en tapant exclusivement sur la droite (voir leur bibliographie )

"On forme un couple complètement obsessionnel, toujours proche de l’overdose de stress. On en est devenus malades tous les deux. » (Fabrice Lhomme, Libération, 19 novembre 2014)

François Hollande les a justement volontairement choisis sans méfiance parce qu'ils appartiennent à sa sphère.

Les propriétaires du journal le Monde lui sont proches.

Davet/Lhomme tapent hyper fort sur Sarkozy : le président pense naïvement qu'il bénéficiera d'un traitement de faveur de leur part, apparaissant par contraste comme formidable.

(titres : Sarko m'a tuer" etc?) Davet, Lhomme et Hollande unis dans une obsession anti-sarkozyste.

Jusqu'à ce livre qui produit le résultat inverse et contribue à la mise sur la touche du président socialiste !

Au delà de l'anti -sarkozisme qui les réunissait les deux journalistes sont bien restés journalistes. C'est leur force ici. Ils ont appliqué la règle de la non relecture et ont choisi un titre parfait "ce qu'un président ne devrait pas dire".

C'est la part excellente de leur livre qui est devenu de toutes façons historique pour la vie politique française. Effectivement à l'origine d'une affaire d'Etat.

Au delà de ces constatations, on ne valide pas le reste....

En effet les deux compères se parent de la gloire d'un journalisme d'investigation. Or c'est totalement faux !

         PAS DE JOURNALISME D'INVESTIGATION ICI MAIS UN     JOURNALISME DE SALON !

 Sur leur site de présentation les  deux " se la pètent"

"Ce livre est une affaire d’Etat. Cinq années passées à traquer la vérité des faits, d’un homme, au cœur du pouvoir suprême. 

Voici le récit d’une enquête acharnée, d’une confrontation inédite entre deux journalistes d’investigation et un chef d’Etat, François Hollande. Une étrange relation, émaillée d’agacements réciproques et de fortes tensions.  
A l’arrivée, des révélations incroyables, des secrets éventés, des déclarations stupéfiantes. Jamais un président de la République n’avait été  poussé à se livrer, à ce point. 
Langue de bois proscrite, conseillers restés à la porte, relecture refusée.  
François Hollande n’aurait pas dû «  dire ça » ? 
En tous cas, nous, nous devions l’écrire."

Effectivement c'est devenu une affaire d'Etat.  Le couple  tient son "hollandegate"

Mais pas avec la méthode qu'ils décrivent "Traquer la vérité des faits" "enquête acharnée""étrange relation"...c'est totalement surjoué !!!

Il s'agit d'un journalisme de salon, pas d'investigation.

Le livre de confidence est une pièce de théâtre. Le président a lui-même mis en scène son action politique dans ce verbatim par lui voulu et initié.

Le président, corbeau de la farce  bavarde trop et laisse lui même tomber son fromage que davet-lhomme ne font que récupérer sans effort.hollandegate,hollande,journalisme de salon,davet,khommr,watergate,deept throat,renoncement,l'homme,le monde

 Le couple Davet Lhomme a devant lui une grenouille gonflée dont ils n’ont qu’à tendre un sac, leur micro pour recueillir l’oxygène "expiratoire".

En l'occurrence , le dernier souffle avant décès politique.

Oui, les deux renards de la fable sont face à un corbeau qui tient en son bec un fromage. Il suffit de complimenter un peu le volatile et le camembert tombe !

 

Tel un monarque  il met en place sa chronique du pouvoir pour le quinquennat . D’où la soixantaine d’entretiens programmés de 2012 à 2016: c'est énorme .

 

blog neidinger,com'politique,stupidité,hollandegate,journalisme d'investigation,davet-lhomme,vème république,journalisme d'inquisition,françois-deep throat

Narcissique, omnipotent, se croyant plus intelligent que tous, il choisit deux journalistes dits «  de gauche » ayant travaillé à Médiapart et au Monde.

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Chanson_de_geste

C'est quelque part la 'chronique du roi ' médiévale, la chronique de son règne, que Hollande a confiée à deux hussards du journalisme. Une grave erreur de casting.

Il n’y a PAS de travail d’enquête !

Dans une grande 'stupidité',  Hollande  aura été lui-même la gorge profonde accélérant sa propre chute.( le terme de stupidité provient de la presse catalane  lors de la parution du livre)

Une centaine d'entretiens (un nombre hors norme) signifie  de nombreux  déjeuners et réceptions à l'Elysée. Il y a pire comme "enquête rentre dedans" , pire comme contre enquête offensive !!!!!

Davet-lhomme, ces donneurs de leçon de journalisme ont ici une déontologie douteuse. Décalée . Ils ont joué à copain-copain.

De plus, beaucoup d'entretiens se sont   passés à leurs domicile privé où ils ont invité le président de la république, devant un match ou autre pizza partie.

C'est bien la première fois  que j'entends qu'un journaliste invite à son domicile et  à plusieurs reprises le sujet d'une enquête : du journalisme de salon ! Cela ne se fait pas.

Pour ces robespierre du "journalisme coupeur de tête" le choix du lieu et le nombre des interviews pose un  problème net de déontologie !

La seule action purement journalistique est d'avoir évidemment fermement refusé la relecture et on le répète trouvé un bon titre.

Le livre est  détonnant de par la nature de la gorge profonde: un président de la république atteint de "logorrhée verbale"  s'est auto-éliminé !

Un malade qui a besoin littéralement de se mettre en scène en faisant décrire son action par un tiers médiateur.

C'est dans l'usage dévoyé que le président Hollande  fait de leur relation  que le livre devient historique par son impact destructeur.

En aucune manière par la supposée enquête des deux journalistes Davet/Lhomme.

 

                                                                          Sylvie Neidinger

 

Le reine d'Angleterre ne lui rendra pas son invitation. Il fut malpoli avec elle lors de la réception en France.

crédit image capture d'écran de site web cité

 

 

Blog-Série n°13 du #BlogNeidinger sur Hollande-le spectre, Président de la République

 La série aborde le sujet sous divers angles d'approche apportant à chaque fois un éclairage.

n°1- Blog-série n°13 sur Hollande-Caton Président de la république

n°2-Hollande, décérébré insulte REELEMENT les pauvres "sans dents"

n°3-La France est gouvernée par un spectre

n°4-Sémiologie: la photo officielle du Président Hollande est bien...spectrale

n°5-Hollande, la chienne et le chien de sa chienne

n°6-Marianne: comment Hollande se joue et se moque de la symbolique républicaine

n°7-François Hollande, Président timbré, avec sa Mariannechenko !(reprise du 16/07/ 13)

n°8-Logorrhée Hollande: la France a besoin d'un médecin pas d'un malade

n°9- Conf"de presse elyséennes 100% surannées (reprise de septembre 2014)

n°10 Hollande rate la photo Obama: il parlait avec un journaliste

n°11-Carlos Ghosn met magistralement Hollande/Macron en échec et mat

n°12 Hollande; photo de dos (!)  de fin de mandat. Inverse exact de la photo officielle!

n°13-Hollande, "Caton" sous Mitterrand: grand et petit machiavel

n°14-Hollande (malade?) organise le voyeurisme de lui-même par médias et par morts interposés

n°15 Leonardo, bouffon (reprise du 19 10 2013 )

n°16 Hollande dit que "ses femmes lui coutent cher. (reprise du 28 01 14)

n°17 Hollande destitué? Listing de l'illégalité contenue dans les blablas du Président

n°18 Hollande "président-patron" de la gauche je cite " la plus bête du monde"...

n°19 Hollande livre lui, des "Secrets Défense" mais élimine brutalement le Général Piquemal de l'Armée

n°20 Gaspard Gantzer: la com' de l'Elysée à "4% Hollande-4% sex"

n°21 FRANCE; LE SECRET DEFENSE EST ATTEINT ...POUR L'AVENIR

n°22 Le 14 novembre 2016, Hollande ne sait toujours pas qui il est

n°23 La Justice ouvre bien une enquête contre François Hollande pour violation du secret défense!

n°24 La COLERE  tranquille et massive de la droite contre "Hollande-Deschanel" et sa politique de gribouille

n°25 Hollande commet son harakiri suite à la sidération autour des confidences

n°26 Le "Hollangate" de Davet/Lhomme: du journalisme de salon facile avec une "gorge profonde" bavarde 

 

Présidentielles 2017: Blog-série n°14 du #blogneidinger

Commentaires

Très bon billet,Sylvie. Merci de votre propre perception et de votre analyse. La gorge profonde, oui évidemment. Un président ne devrait pas mettre en jeu la prostitution de sa propre présidence...même si financièrement il n'a rien demandé aux journalistes assis devant la télé, le foot, et la pizza...en compagnie du Président de tous les Français. Quelle indécence présidentielle ce triolisme! On peut faire mieux. Mais difficilement pire. Le pouvoir n'est pas un lieu où la liberté personnelle se dévoile comme dans un roman auto-biographique. Au lieu des failles dévoilées par un écrivain qui tente la sincérité, nous avons le voyeurisme invraisemblable d'un président qui parle des assassinats ciblés comme s'il parlait de croissants au petit-déjeuner.

On tape déjà sur la figure de l'écrivain qui se dévoile trop et qui met en jeu son intimité. Que dire de ce Président si ce n'est qu'il y avait bien erreur de casting dès le départ.

Écrit par : pachakmac | 06/12/2016

http://academie-francaise.fr/discours-de-reception-de-m-andrei-makine
"Malgré l’abrutissement programmé des populations, malgré la pléthore des divertissements virtuels, malgré l’arrivée des gouvernants qui revendiquent, avec une arrogance éhontée, leur inculture. « Je ne lis pas de romans », se félicitait l’un d’eux, en oubliant que le bibliothécaire de Napoléon déposait chaque jour sur le bureau de l’Empereur une demi-douzaine de nouveautés littéraires que celui-ci trouvait le loisir de parcourir. Entre Trafalgar et Austerlitz, pour ainsi dire. Ces arrogants incultes oublient la force de la plume du général de Gaulle, son art qui aurait mérité un Nobel de littérature à la suite de Winston Churchill. Ils oublient, ces ignorants au pouvoir, qu’autrefois les présidents français non seulement lisaient les romans mais savaient en écrire. Ils oublient que l’un de ces présidents fut l’auteur d’une excellente Anthologie de la poésie française. Ils ne savent pas, car Edmonde Charles-Roux n’a pas eu l’occasion de leur raconter l’épisode, qu’en novembre 1995 le président François Mitterrand appelait la présidente du jury Goncourt et d’une voix affaiblie par la maladie lui confiait : « Edmonde, cette année, vous avez fait un très bon choix... » "

Écrit par : contribution | 15/12/2016

Les commentaires sont fermés.