UA-65882359-1

25/06/2016

"Gueule de bois" au ROYAUME-DESUNI

Lendemains d'ivresse "nationaliste" et de  victoire du camp  Brexit: la tête tourne pour les britanniques, désintégrés.

Les conséquences du Non à L'UE s'invitent immédiatement  avec la baisse de 10% de la livre en quelques heures, Ecosse (Nicola Sturgeon, 1er ministre)et Irlande qui évoquent leur  indépendance (unification de l'Irlande demandée par le Sinn Fein), Espagne qui veut récupérer les 7 km carrés  stratégiques de Gibraltar, les accords du Touquet remis en cause par les nordistes qui réclament que les anglais gèrent leur frontière chez eux et non sur le territoire français...

La boîte de Pandore des conséquences en cascades absolument non maîtrisées voire non apparentes  est ouverte.

Le  vote fut net pourtant, sans ambiguïté avec un écart de  plus de un million de voix.

Enorme problème sociologique: les villes et les jeunes (à 3/4) ont misé sur l'Europe, les campagnes, les retraités, les personnes âgées ont voté non.

Jeunesse en colère. Britanniques expatriés inquiet. City de Londres aux abois.

La campagne fut violente avec tout un raout anti européen, une haine  de fiel marqué par l'assassinat d'une jeune mère de famille, député (Jo COX) par un nationaliste d'extrême droite.

Ce, alors que la Grande -Bretagne bénéficiait d'un régime de faveur de l'UE et d"un" rabais" suivant le langage des boutiquiers!

 

                               POPULISME MENSONGES ET AMATEURISME

 

Incroyable. Sur les trending topics de google la recherche la plus forte au Royaume-Désuni au LENDEMAIN du vote est "qu'est ce que l'UE ?"

Question: ils ne pouvaient pas se renseigner AVANT???!!!!

(preuve qu'un référendum est faussement une bonne idée démocratique, c'est un choix  politique caricatural, en fait !)arguùent faux.PNG

A ce manque d'info, le N°1de Ukip Mickael Farage avoue hier un mensonge dans la campagne de son camp autour des 350 millions de livres/semaine que le Leave aurait soit-disant permis de rétrocéder au système social de la NHS.

Avec l'Europe, la Grande-Bretagne a  toujours eu cette relation de  boutiquier qui compte ses sous, de '"petite monnaie".

Comme au temps de Thatcher qui voulait sa monnaie "back"...

Les britanniques et leur vision de petits épiciers...

 

                             CAMERON A-T-IL EU RAISON ?OUI/NON

La démarche du référendum semble une voie démocratique.

En l'espèce, les enjeux étaient trop lourds pour une réponse par oui ou non, entre populismes, petits mensonges etc..

Le référendum est en réalité un piège démocratique.

Tous les excès furent permis ici.  Boris Johnson n'hésita pas à comparer l'UE à Hitler ....!

Bruxelles et les européens étaient lancés à la pâture publique comme le diable qui empêchait la Grande -Bretagne de redevenir le superbe Empire Britannique dans son superbe isolement mais toujours à la manette pour tout contrôler....chez les autres.

Un incroyable pêché d'orgueil qui se retourne magistralement  aujourd'hui.

Alors Cameron ???

Il entre dans l'histoire mais pas comme lui l'entendait. Avec le mauvais rôle.

Tous les problèmes à venir lui seront reprochés, c'est évident.

Il a fait prendre un risque inouï pour des petites questions de politique intérieure.

Les européens sont d'ailleurs actuellement  à nouveau étonnés, une fois  le vote OUT décidé, de voir Cameron vouloir décider du timing de sortie comme bon lui semble. C'est exactement cette attitude pénible  qui a marqué les relations GB-UE depuis l'origine. Boris Johnson dit ne pas être pressé lui non plus . Une façon de "tirer un max" des futures négociations ...

In c'est In, out c'est out.

Il  commence à  être demandé de rapidement mettre en oeuvre la sortie et de ne plus entrer dans les négociations de marchands de tapis!

Bruxelles s'agace.

JC Juncker est clair ( article du point) :"Sortir de l'Europe, "ce n'est pas un divorce à l'amiable, mais après tout, ce n'était pas non plus une grande relation amoureuse". C'ette sortie de Jean-Claude Juncker montre assez l'exaspération de Bruxelles devant l'attitude de Londres. Car après avoir signifié à l'Europe sa décision de rompre, la Grande-Bretagne se montre peu désireuse d'accélérer le départ effectif de la maison commune. Ce qui agace prodigieusement le président de la Commission européenne, qui a exigé que Londres dépose "immédiatement" sa demande de quitter l'UE. "Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement britannique a besoin d'attendre jusqu'au mois d'octobre pour décider si oui ou non il envoie la lettre de divorce à Bruxelles. J'aimerais l'avoir immédiatement", a-t-il déclaré."

Juncker remet les pendules à l'heure. Il critique directement David Cameron et son ambivalence:

"Quand on peste du lundi au samedi sur l'Europe, il est difficile de passer pour un Européen convaincu le dimanche", a accusé M. Juncker. Pour le président de la Commission européenne Bruxelles ne porte "aucune responsabilité" dans les résultats d'un scrutin voulu par M. Cameron "et non par le Parlement européen, la Commission ou le Conseil européen".

 

Le président du Parlement européen, Martin Schulz, avait jugé « scandaleux » le choix de M. Cameron de ne quitter ses fonctions qu’en octobre. « Tout un continent est pris en otage » par cette décision, a-t-il déclaré vendredi à la chaîne allemande ARD.


 

    La mise en réserve immédiate des députés et fonctionnaires européens britanniques est également réclamée. "Il ne faut pas leur faire de cadeau" est-il demandé !

                                SALUTAIRE  CLARIFICATION

Au sein de l'Union Européenne la sidération règne en ce premier jour de résultat.

Pour autant, certains affirment que ce vote a permis de clarifier les positions imbuvables des britanniques des dernières années ni dans l'euro, ni dans Schengen, avec avantages financiers mais voulant imposer leur vision et rythme.

Comme effectivement autour de l'euro.

Une monnaie qu'ils n'avaient pas adoptée mais qu'ils se plaisaient à  gérer impérativement depuis la City de Londres (Euribord)

Le Royaume-Désuni qui s'est endormi en se rêvant maître unique  de son destin et de ses petits sous, maître du monde de l'Empire sur lequel le soleil ne se couche jamais... se réveille face à une incertitude qui sape les fondements de son Etat, un premier ministre qui démissionne, en plus.

Grande-Bretagne: splendidement auto-isolée. royaume désuni,brexit,irlande,ecosse,gibraltat,ue,europe,orgueil,jo cox,cameron,thatcher,boris johnson

Pour l'Europe, le mérite de la clarification est puissant.

A la fois pour repenser l'Europe autour d'un noyau dur et au delà les autres (27 ) à réfléchir sur les éventuels élargissements.

La phrase du jour du ministre allemand des affaires étrangères FW Steinmeier évoque  la PAIX et la STABILITE.

"Les six membres fondateurs de l'Union se retrouvent aujourd'hui à Berlin pour des pourparlers post-Brexit. Je suis sûr que ces États vont envoyer comme message qu'on ne laissera personne nous prendre notre Europe, ce projet de paix et de stabilité".

                                                Sylvie Neidinger

 

royaume désuni,jo cox,brexit,irlande,ecosse,gibraltat,ue,europe,orgueil

L'Ecosse veut des négociations directes avec l'UE

 HUMOUR SUR LES RESEAUX SOCIAUX:

royaume désuni,brexit,irlande,ecosse,gibraltat,ue,europe,orgueil,jo cox,cameron,thatcher,boris johnson

....cherche de mariages blancs pour passeport !

 

crédit images capture d'écran sites web cités en lien

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.