UA-65882359-1

14/06/2016

TOUT A FAIT HOMME. Le bonheur, c'est le désir !

Barbara Polla a rédigé deux ouvrages depuis celui-ci publié en 2014. Un par an, quel tonus….

Mais c’est bien de TOUT A FAIT HOMME  que je désire parler aujourd’hui.

 Cet ouvrage  est l’alter ego du livre  TOUT A FAIT FEMME de 2012 (aux Editions Jacob)

Soit, le  copain du premier bouquin, son mari, son amant, sa tendre moitié, son p’ti gars. Son Jules, son Julo, son fidèle ou son infidèle.

Son mec quoi.

 L’auteur  rêvait d’entrer dans la peau d’un homme. Juste pour ressentir. Et donner à ressentir.tout à fait homme,barbara polla,rubrique genevoise,genève,genre

 Elle le fait par écriture interposée. Et sur la base apparemment sérieuse d’un questionnaire (p 228)

 Durant une période de huit mois environ,  la guêpe a capturé dans son escarcelle un vivier de 200 individus du sexe masculin, de différents milieux sociaux, en Suisse, France, Italie et aux USA.

 Questionnés, auscultés dans leur âmes et  petits secrets,  jusqu’au bar du TGV Lyria Genève-Paris!

 Normal chez cette genevoise originale et inclassable.

Vous la croyez médecin, homme politique ? N’oubliez pas la galeriste (Analix Forever, à Genève), la business woman, la « féministe anti conformiste», l’écrivain, la chercheuse CNRS en sciences médicales, la mère de ….quatre filles et des nombreux fils qu’elle n’a jamais eus.

 Une grande dame, au fond. Bien que le terme de  « dame » ne lui aille pas du tout au teint…

Dans sa grande curiosité militante, elle cherche à comprendre la part de l’autre genre que chacun porte en lui.

                 CONFIDENCES MASCULINES

 Les hommes  lui ont laissé leurs confidences à l’oreille. Même leur politiquement incorrect, "socialement" incorrect plutôt.

A savoir: le masculin dissocierait nettement le plaisir de la chair, du sentiment.

Dans le fond, "il"  lui dit (avoue…) pouvoir tromper  sa femme sans  avoir nullement le sentiment de la  trahir. Car  désir n’est pas amour.

 Elle les écoute attentivement (p 7) « Ces dernières années, on a beaucoup écrit sur les hommes. Des pères manquants aux fils manqués, du divin fripon à Homo eroticus, des mythes aux études sociologiques, des hommes en crise aux hommes-femmes, aucune analyse, aucune théorie ne semblent leur avoir été épargnées. Et pourtant leur mystère perdure. »

 

IMPROBABLE COUPLE, VRAIMENT ?

 Une planète noire  du non-dit des hommes  qu’elle tente de décoder par le biais de leurs confidences.

 L’écriture de B. Polla est franche. Toujours cette page 7 :

« l’homme ce partenaire, celui que je ne comprends pas, celui qui depuis toujours excite ma curiosité, le père de mes enfants, mon amant-mes amants- mon père, mes frères, mes amis très chers, mes modèles parfois, mes adversaires aussi, mes fils que je n’ai jamais eus, tous ces jeunes gens que je me plais à observer,tous ces hommes avec qui j’ai travaillé, construit réalisé des projets, des livres ;

tous ces hommes que j’ai rencontrés et passionnément observés à l’école, au collège déjà, à l’université, dans les amphithéâtres et les salles de cours puis en tant que médecin et chercheur, (…)en politique et dans la rue, dans mon lit et devant leur miroir, aux côtés de leur mère et à son chevet en désir, en séduction, en tendresse, tous ces pères amoureux de leurs enfants et parfois excédés par eux, tous ces hommes qui m’ont parlé parce qu’ils aiment être écoutés(aucun n’a refusé) cet homme singulier donc aujourd’hui qu’est-il ?que veut-il ?

 Et qu’attend-il de nous femmes, interlocutrices, maîtresses, partenaires. Nous femmes avec lui dans un couple, ce couple improbable »

                           PRO- HOMMES

 Son constat à elle: leur soif de liberté.

Un  livre... « pour » les hommes plutôt que « sur » les hommes !

Pour les comprendre, elle parle aussi…d’elle… qui adore tout autant qu’eux son immense LIBERTE (plus libre que Barbara tu meures…)

 

 

                 FEMME, FEMME, FEMME

Je vais juste  pointer ici   les trois éléments  de léger  désaccord (désolée Barbara) classés sous le titre  FEMME FEMME FEMME…

 

 

1-Peu apprécié le titre du chapitre 6 « Homo erectus ».

Barbara Polla cède ici  à une facilité de « communication » Elle  quitte sa peau  de scientifique  (médecin chercheur).

 Car, l’argumentaire de son chapitre évoque l’homme erectus, en "érection"(vir-ale, sociale, architecturale, phallique au citrate de sildénafil-viagra etc..)

Précision: tout anthropologue, historien dira  que la période de l’humanité liée à l’homo erectus n’est pas une spécificité masculine ! Il n’y avait pas un homme "en érection" en recherche de la position  verticale et une femme couchée au paléolithique inférieur il y a 1,5 millions d’années…

Le genre humain nommé  "homo erectus" était mâle et femelle, évidemment. Toute la logique érectile  du chapitre tombe de facto. Flapie.

2- Les étoiles...anecdote. L'auteur rapporte la question, mignonne, poétique de l’enfant qui demande d’où il vient, des étoiles ? Belle manière de nommer selon elle les testicules.

Mais à y réfléchir on "vient" à la fois d’un spermatozoïde de fabrication récente et d’une « vieille »  ovule qui porte l’âge de la mère !

Le féminin nait avec son capital d’ovules. L'âge réel du bébé en fait c'est Naissance + Age de la mère (par cette cellule initiale antérieure.)

 Le coffre-fort naturel, précieux patrimoine de l'humanité,  c’est  donc les testicules stellaires et le ventre maternel, tout aussi poétique.

 

 3-CONTRACEPTION Barbara, un peu négative  sur le couple tradi, monogame (cf horrible terme de « s’encoupler ») relaie en fin d’ouvrage l’exaspération  du pt’it gars dont la copine a décidé de garder l’enfant par lui fabriqué accidentellement.

Voire, l'auteur prend sa défense.

Pas d’accord....Bien évidemment la naissance de l’enfant désiré par sa mère et son père unis semble  le schéma idéal.

Mais si la femme « tombe » enceinte (aïe elle tombe!) il semble évident qu’elle est libre de son corps notamment en vue de procréer. Donner la vie. Elan vital. Tout du moins dans nos  sociétés démocratiques post contraception.

Le géniteur non consentant n’a  alors que ses yeux pour pleurer.    Game over !

 Sinon cela reviendrait à dire, Barbara, que la contraception cette  invention « libératrice de la femme » n’est pas au service de la femme et de ses choix mais devenue au service de ...l’homme qui ne veut pas engendrer.

Derrière la libération de la femme, il y avait la libération de l'homme.  Mais pas sur tous les  plans, ni  à 100%.

 Elle met au monde si bon lui semble, non ?

Il n’est pas d’accord le chéri ? Depuis  des millions d’années, l’homme a transmis sa semence.

Il continue…même à  son corps défendant.

OUI, il "risque"toujours d'être père...

Dame nature.

                          CONFIDENTE

                                                                         

 Pour finir, Barbara Polla a  dialogué avec l’homme qui est en elle. Avec les hommes, aussi.  Avec  tous ses fils préférés. Avec son père, peut-être, ce "premier homme". 

L'écrivain  a relayé dans cet ouvrage  les petits secrets et récriminations de ce petit monde testostéroné.

Ils aiment les femmes plus jeunes, le risque, la moto, quelquefois le polyamour, leur impossible monogamie soit-disant  anti-biologique.

Ils en ont marre de se faire critiquer et  lui ont bien exprimé leurs griefs (p.207)

 L'auteur a relayé l'info.

Elle a  défendu dans son  ouvrage  le beefsteack de ces homos erectus devenus  sapiens dans la version du genre masculin.

En bonne copine.

Ouvrage fort intéressant qui donne à réagir.

 Surtout,  Barbara Polla se délecte ici  à désirer…le désir.

Triangulation du sentiment.

Ainsi, elle les scrute dans son chapitre nommé  « le désir des hommes »

 Son livre (je viens d’écrire par erreur  "son "libre" et corriger!) regorge d’éléments de discussion qu’il est impossible ici  de tous commenter.   Il faut vraiment le lire.

 

 

                                                                Sylvie Neidinger

Les commentaires sont fermés.