UA-65882359-1

18/05/2016

France: le ras-le-bol des policiers cibles

Les policiers n'en peuvent plus.

Fatigués de la longueur de l'épisode de manifestation contre la loi girouette dite  "travail" qui au milieu ne correspond plus du tout  à ses  débuts et ne satisfait plus personne !

A devoir gérer, de jour et de nuit (debout) la contestation boboïde -mais pas seulement-  issue des rangs d'une gauche en totale décomposition et des oppositions internes fortes avec l'extrême-gauche.

Le gouvernement, certaines mairies  très laxistes ont pendant un mois et demi  laissé faire  accordant même des locaux, de l'eau, de l'élec !

Où l'on apprend un mois et demi après le début de l'occupation de la place de la République à Paris, que les sonos vont être finalement interdites... après 22h30.

Ah bon parce que avant cette date les grosses  sonos  étaient alors autorisées... après 22h30.....au coeur de la capitale!!!???

Un gouvernement  qui avait refusé jusqu'à très récemment aux policiers l'usage des canons à eau, l'arrestation ou assignations à résidence  des fauteurs de troubles identifiés malgré les masques (acte très récent: cette semaine)

Autorités qui ne donnaient pas de consignes d'encadrement  claires aux policiers, ou en décalage par rapport au timing des  exactions selon les dires des syndicats policiers (dont Alliance).

                                            AFFICHES ANTI-FLICS

Le syndicat CGT en perte de vitesse -donc en mal d'électoralisme racoleur - a produit des affiches violemment anti-policiers qui en ont rajouté une couche.

Elles fustigent les dérapages policiers, certes non conformes,  issus eux-mêmes de la violence extrême des manifestations, certes. Mais au passage stigmatisent les policiers.

Les syndicats lycéens et étudiants chauffant les esprits au point de blocages et d'incendies de lycées. (illégal)

Des organisations qui  mettent de l'huile sur le feu.

Cette semaine: un  passage en force de cette loi mal ficelée, certes constitutionnel, avec le 49.3,  chiffres désormais connus de tous relance la contestation.

                                    GUERILLA URBAINE FASCISANTE

Les médias  nomment les fauteurs de troubles "casseurs" mais jamais par leur véritable désignation politique: antifas et/ou anarchistes et/ou autonomes.

Un journal avait même commencé à parler de"casseurs de banlieue" avant que cette rhétorique  du glissement de désignation de cible ne cesse d'elle-même car trop grossière ici, pour ces manifestations politisées d'extrême-gauche.

Ce qui n'empêche pas les casseurs de tout poil, de tous pays ou quartier aussi de venir  s'agréger.

Ces " justiciers non identifiés" , qui se cachent derrière des foulards ou masques pour détruire les centre-villes, les voitures sur leur passage se targuant de leur "bon droit"  à tout casser, sont en réalité ... fascisants. Quels qu'ils soient !

Car ils prennent la démocratie et le vivre ensemble en otage.

Le montant chiffré cumulé des dégâts est impressionnant.

Chienlit.

La ministre de la culture  fustige l'annulation aux cérémonies de Verdun du concert du rappeur Black M et ne dit pas un seul  mot, au même moment sur la casse violente du centre ville de Rennes.  Ce rappeur pouvait évidemment venir chanter n'importe quand à Verdun mais pas pour cette période commémorative de ceux qui ont donné leur vie pour la France en 14-18.

En effet, Black M avait dans bien dans certaines chansons insulté...la France. Les associations d'anciens combattants commençant à évoquer leur boycott, avant l'annonce de l'annulation.

Stupéfiant. Comment, même autour des commémorations de 14/18, cette période forte du sacrifice d'une génération lors de la 1er guerre mondiale, un  évènement mémoriel normalement fédérateur, les socialistes (mairie de Verdun et ministère) ont réussi à semer la zizanie nationale!

 Un président de la république gonflé à l'azote, en apesanteur, hors sol qui clame à tout vent que tout va bien, que son quinquennat est formidable alors que le réel n'a jamais été si opposé à cette logorrhée.

Acte d'autopromotion, autosatisfaction  et de communication très provoquant en complet décalage..

Au milieu du barnum politique et syndical ambiant  les policiers, dans leur fonction régalienne sont pris en tenaille.

Un policier dit n'avoir jamais été confronté à ce niveau de violence.

Policiers épuisés par cette forme de guerre intérieure politisée devenue guérilla urbaine.

 

                                                                         Sylvie Neidinger

 

*Les individus hyper politisés ne veulent pas simplement "casser du flic " mais ...tuer. Ils sont dans la mouvance de l'extrême gauche. Ici une manifestation anti fa ultérieure:( juin 2016)

http://www.metronews.fr/info/mort-de-clement-meric-le-def.../]

 CQFD Le 19 mai, jour de protestation: une voiture de police est incendiée avec ses occupants à l'intérieur !

http://www.ladepeche.fr/article/2016/05/18/2346780-loi-travail-manifestation-inedite-policiers-contre-haine-anti-flics.html

 

 http://www.francesoir.fr/culture-musique/renaud-son-messa...

 LE 13 JUIN 2016 ASSASSINAT ABJECTE D'UN COUPLE DE POLICIERS A LEUR DOMICILE

http://www.lepoint.fr/faits-divers/deux-policiers-des-yve...

Une oeuvre de Street Art stigmatise la police à Grenoble, subventionnée par les impôts. Le maire écologiste la défend.

13:55 Publié dans A-Genève-Musées: Ariana,MAH, Tavel, P-Politis France | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : police, france, ras-le-bol | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.