UA-65882359-1

20/02/2016

Brexit...exit

Nombreux sont ceux qui pensent désormais que la sortie du Royaume-Uni, ce pays qui négocie autoritairement et "à la carte",  sera bienvenue.

Il vient d' obtienir par chantage des dérogations non réciproques.

Rappel du résultat: le Royaume-Uni pourra discriminer des citoyens européens sur l'accès à certaines prestations tout en sachant que les 27 autres pays ne pourront pas appliquer une telle règle aux citoyens britanniques présents sur leur sol !

Idem pour la City et ses banques non assujetties aux mêmes règles.

Alors que formellement, je cite marianne:restant dans l’Europe (si les électeurs britanniques le décident lors du référendum qui aura lieu, a-t-on appris ce samedi, le 23 juin), Londres gardera toutes les prérogatives d’un pays membre éminent : aucune réunion formelle d’aucune institution de l’UE ne peut avoir lieu sans la présence de représentants de la Grande-Bretagne : les juges britanniques de la cour de justice européenne, par exemple, tranchent les litiges relatifs à l’euro ou à l’espace Schengen, ou à la charte des droits européens, ou a l’espace de justice européen, alors que l’Angleterre est exempte d’appliquer ces volets des traités. C’est vrai aussi pour le Parlement européen, le conseil écofin (la zone euro est « informelle »)… Etc "

                                            LA CHANCE DU BREXIT... POUR LES 27

Le futur vote... anti-européen (?) lors du référendum du 23 juin prochain par le  peuple britannique qui veut le beurre et l'argent du beurre, les avantages d'un grand marché sans les inconvénients, contrôler la zone euro sans en faire partie et autres contradictions à l'avenant sera donc  une chance...pour l'Europe.  

De nombreux britanno-sceptiques naissent  de la dernière séquence bruxelloise.

Quand un dirigeant, tout seul, Davis Cameron force les 27 autres, devant les caméras du monde entier.

Ses arrivées tonitruantes...

Ne manquait que le colt ....

Dans un égoïsme absolu et nombriliste alors que les discussions devaient porter sur la crise migratoire.

Dirigeant  souverainiste pour lui mais en même temps libéral... pour les autres que surtout il entend... diriger. Comment les 27 chefs d'Etat ont-ils pu laisser faire?

Ceci dit, le futur vote va permettre de clarifier une bonne fois pour toutes la relation ambigüe( que certains voient comme... hypocrite) du Royaume-Uni.

Une dame de 80 ans me disait hier que l'Angleterre ne peut être en même temps dedans et dehors.

C'est évident.

   Brexit... Exit.                                                                       Sylvie Neidinger

 

 

 

SUIVI D'INFOS

http://www.franceinfo.fr/fil-info/article/brexit-je-me-de...

http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/02/24/pour-la...

http://www.lesechos.fr/monde/europe/021739520956-macron-m...

 

21:55 Publié dans P-Politis International | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : brexit, exit, royaume uni, sortie, zone euro, europe, britanno-septiques | |  Facebook | | | |

Commentaires

STATUT spécial du UK: l'accord anti-brexit est un foutage de gueule monumental des 28 membres de l'UE
où le UK non membre de la zone EURO obtient 1 droit de contrôle sur les décisions UE dont financières ... avec des arguments pas piqués des vers £& US$, tels

- la nécessité de faire "jeu égal" en matière de régulation financière et bancaire. Il donne le droit à au Royaume-Uni de superviser les établissements financiers et les marchés "pour préserver la stabilité financière"...

- le UK obtiendrait des protections pour la City contre toute discrimination des pays utilisant la monnaie unique (UK pas en zone EURO !!!!) estimant que l’UE reconnaissait «pour la première fois» qu’elle avait plusieurs monnaies (plusieurs EUROS donc)

- Souveraineté du UK dans l'UE:
* Le UK est explicitement dispensé de l’obligation de former avec les autres membres de l'UE une « Union toujours plus étroite »: l'un des piliers de construction de l’UE qui figure actuellement dans ses textes fondateurs.

* Le UK veut également obtenir un système de « carton rouge » qui permettrait à un groupement de parlements nationaux !!!! d’opposer un veto à toute législation européenne

Entre Cameron et Junker, on se demande qui se fout le plus du monde
mais ce qui en ressort est un ticket UK gagnant dans cette guerre des marchés financiers US-UK contre l'UE contre le CHF & co

http://www.lemonde.fr/international/article/2016/02/19/brexit-donald-tusk-annonce-un-accord_4868772_3210.html

Écrit par : divergente | 21/02/2016

Les commentaires sont fermés.