UA-65882359-1

15/12/2015

« Beyrouth mon Amour" ...si durablement détruit ! Duo d’artistes chez Analix Forever, Genève

Jeudi dernier avait lieu le vernissage chez Analix Forever au 2 rue de Hesse de l’expo consacrée à la capitale libanaise autour de deux regards plutôt complémentaires que duels.

Emmanuel Régent, ce français invité  sur la goélette scientifique Tara y accosta enbeyrouth,wadi abou jamil,barbara polla,analix,said baalbaki,emmanuel régent,gregory buchakjian,g m masucci,reconstruction,dessin,lithographie 2014. Il présente aujourd’hui les dessins liés à ce périple, tous en noir et blanc.

Ici, les ruines de Beyrouth soit le volet 2 après le premier volet nommé Les Nuits de Meltèm.

 Said Baalbaki originaire du pays vit à Berlin. Il expose pour la première fois à Genève  ses lithographies en noir et blanc. Elles sont structurées autour d’un Livre nommé « Wadi Abou Jmil » du nom de son quartier d’enfance.beyrouth,wadi abou jamil,barbara polla,analix,said baalbaki,emmanuel régent,gregory buchakjian,g m masucci,reconstruction,dessin,lithographie

 On devrait parler de quator en fait puisque deux autres invités  interviennent  autour de la galériste Barbara Polla sur le projet. 

Le napolitain Gianluigi Maria Masucci  fait flotter ses "draps  de fenêtres" sur le mur en face de Analix avec sa vidéo nommée « déclaration d’amour ».

Enfin, Grégory Buchakjian, photographe, historien d’art qui accompagne, par ses textes, le travail de Baalbaki.

Un véritable lamento:

« La Méditerranée.

Une femme était assise dans un fauteuil métallique sous le porche.

« Je vis ici » disait-elle.

beyrouth,wadi abou jamil,barbara polla,analix,said baalbaki,emmanuel régent,gregory buchakjian,g m masucci,reconstruction,dessin,lithographie« Ceci est ma maison. Je suis partie pendant la guerre, je suis revenue.”

...

Ils ont effacé le littoral.

Ils ont effacé les cafés d’autrefois.

Ils ont même effacé les traces de la guerre.beyrouth,wadi abou jamil,barbara polla,analix,said baalbaki,emmanuel régent,gregory buchakjian,g m masucci,reconstruction,dessin,lithographie

...

Expulsé de sa maison, un gamin arriva dans la Vallée avec sa famille.

Il grandit ici.

Il fut témoin de la guerre.

Il fut témoin des ruines.

Il fut témoin de la reconstruction.

...

À la fin, il ne reste plus rien – tout disparaît à la fin."

....Si, un quartier ultra sécurisé pour happy fews!

 

        VILLE, GUERRE, RUINE, RECONSTRUCTION, TEMOIGNAGE

 

beyrouth,wadi abou jamil,barbara polla,analix,said baalbaki,emmanuel régent,gregory buchakjian,g m masucci,reconstruction,dessin,lithographieRégent et Baalbaki, l’un local et l’autre venu quelques jours seulement humer l'air beyrouthin; l'un produisant sur pierre l'autre sur papier, se rejoignent en fait  dans leur démarche!

Ils ont en commun dans leur regard toute absence d être humain dans ce rendu d’après-guerre.

Une façon en creux de dire combien l’ancien monde a disparu.

Ce alors que Emmanuel Régent est hyper connu pour ses oeuvres  emplies d'humains avec ses "personnages en files d’attente"...

Ici règne le silence du  béton, du métal et de la poussière.

 Un message hyper lancinant, voire angoissant  lancé par ces artistes avec leurs structures d’archi vides de tout habitant. 

Cruel urbanisme de l'apocalypse dans ce  proche-orient victime de bouleversements majeurs: Palestine, Liban, Irak, Egypte.

Aujourd'hui la Syrie  aux villes ruinées, coeur de l'actualité chaude.

 beyrouth,wadi abou jamil,barbara polla,analix,said baalbaki,emmanuel régent,gregory buchakjian,g m masucci,reconstruction,dessin,lithographieUn quartier tel que Wadi Abu Jamil se voit détruit et c’est tout l’ univers cosmopolite proche-oriental de communautés si diverses et vivant côte à côte qui s'évapore. Avec ses mosquées, églises et synagogues, ses arméniens, assyro-chaldéens etc...

 « Ils » ont effacé le littoral, les cafés d’autrefois et même les traces de la guerre…regrette Buchakjian.

Oui,  l’urbanisme de la reconstruction remodèle la société avec une déperdition de la diversité culturelle.

Monde englouti.

Précisément dans ce quartier Wadi Abu Jamil poussent aujourd’hui des résidences de luxe sécurisées repliées sur elles-mêmes. L’anti-thèse de ce que signifie le vivre ensemble de cette façade Est Méditerranéen.

Un blog évoque ces destructions silencieuses bien postérieures aux combats violents.

                                       DUO SAUTE FRONTIERE

 

Barbara Polla ne sait pas combien elle est elle même en duo-duel; puisque à quelques encablures rhodaniennes aval, à Lyon, le paysage beyrouthin est l'objet de conférences et expositions à la Maison de l'Orient et de la Méditerranée.

En fait , le "coeur de métier" de la MOM !

Ici le podcast de l'intervention  de Nicolas Jacob-Rousseau, maître de conférences à l’université Lumière Lyon 2, laboratoire Archéorient
  De la terre à la ville. Crises et trajectoires paysagères au Liban vues par la photographie. XIXe - XXIe siècles"
http://www.univ-lyon2.fr/culture-savoirs/podcasts/cycle-j...

 Encore visible, l'expo à la MOM L'homme et le paysage au Liban"uniquement sur RV en raison de vigipirate.

 

Beyrouth, notre amour...

                                                          Sylvie Neidinger

 Sur le blog de Barbara Polla

Analix Forever

2, rue de Hesse

CH 1204 Genève

 

crédit images photos Neidinger+1capture d'écran

Les commentaires sont fermés.