UA-65882359-1

30/11/2015

Les Services de Renseignement victimes de la diplomatie. Et du reste.

Le 20 novembre dernier, l'interview de Bernard Squarcini ancien directeur de la Direction Centrale du Renseignement  (2008-2012) à Valeurs Actuelles, organe certes très droitier a fait effet de petite bombe informationnelle en France  au point d'engager des députés d'opposition à demander des comptes au gouvernement de M Valls à l'Assemblée Nationale.

Et de demander une commission d'enquête

Extrait de cette interview "Comment travaillent nos services, alors ?

Nous sommes contraints de faire appel à des partenaires étrangers qui nous donnent les informations qu’ils souhaitent. Sans ces errements idéologiques, peut-être pourrions-nous éviter que des drames se produisent.

Vous avez proposé à votre ancien service il y a deux ans de lui transmettre une liste des Français qui combattent en Syrie. Pourquoi a-t-il refusé ?

Il y a déjà deux ans, les services syriens m’avaient effectivement proposé une liste des Français combattant en Syrie. J’en avais parlé à mon ancien service qui en a rendu compte à Manuel Valls. La condition des Syriens était que la France accepte de coopérer à nouveau avec leurs services de renseignements. On m’a opposé un refus pour des raisons idéologiques. C’est dommage car la proposition était une bonne amorce pour renouer nos relations et surtout, pour connaître, identifier et surveiller tous ces Français qui transitent entre notre pays et la Syrie. Résultat : on ne sait rien d’eux et on perd beaucoup de temps en demandant des informations aux agences allemandes, qui sont toujours restées sur place, mais aussi jordaniennes, russes, américaines et turques. On n’est absolument plus dans le concret."

De tous les pays occidentaux, le gouvernement Hollande/Fabius est  depuis 2012 le plus acharné contre le gouvernement syrien et son allié l'Iran, restant si proche  de ses alliés islamistes du Golfe.

Au risque d'une solitude croissante.

L'affaire se corse quand Bernard Squarcini révèle le refus de Manuel Valls de recevoir des infos sur les jihadistes français en raison justement de ce  positionnement idéologique. Sachant qu'un des tueurs de Paris était supposé sous surveillance depuis 2010 !

Et autres incompréhensions  internes dans l'hexagone: l'absence de COORDINATION des renseignements, le juge Trévidic spécialisé anti-terrorisme changé de service pour les affaires... matrimoniales, la concurrence entre DGSI (préfecture de police) et  SDAT (sous direction anti terroriste)..

                           RENSEIGNEMENTS EUROPEENS NON COORDONNES

Cette difficulté des Renseignements en interne   se vérifie aussi au niveau des échanges externes  intra-européens. Chacun suit un peu sa politique. Logique: on échange ses petits secrets entre amis très proches de façon aléatoire.

Normal: l'Europe politique n'existe pas.

                                          DIFFICILE DONNE MIGRATOIRE

A cela s'ajoute la nouvelle donne migratoire qui depuis septembre rend le travail des Services secrets carrément  impossible.

Comment gérer???

Les migrants  franchissent les frontières en masse d'une manière qui interloque. Comme si les frontières n'existaient pas. Donc... comme si les états régaliens n'existaient plus.

Ces populations fuient les zones de combat ou  recherchent des opportunités économiques.

Ces marcheurs inédits (plus grand exode depuis la seconde guerre mondiale en Europe) ne sont pas, évidemment  a priori membres des mouvances terroristes.

Mais on ne sait qui entre. Ni même d'où ils viennent car nombre d'entre eux mentent sur leur nationalité pour accéder.

Les terroristes peuvent passer aisément avec ces flux migratoires, ce que les attentats de Paris ont démontré.

                                          TROP DE DONNEES TUE LES DONNEES

Autre problème: le grand contrôle des populations et la collecte du renseignement tout azimut qui nuirait .

Selon William Biney un  ex-espion américain qui met en garde la France depuis Strasbourg"Vous suivez le chemin qui mène à l’échec que les Etats-Unis ont tracé": l’ancien officier de renseignement de la NSA William Binney, présent à Strasbourg pour le Forum mondial de la démocratie, ne ménage pas la France et sa stratégie pour lutter contre le terrorisme (...)Il était présent mercredi dans la capitale alsacienne pour s’exprimer sur le thème «Surveillance, quel est le bon dosage?», dans le cadre du Forum de la démocratie organisé par le Conseil de l’Europe autour de la question «Liberté versus contrôle», d’une actualité brûlante après les attentats de Paris. "

Ce lanceur d'alerte avait démissionné de la NSA estimant que la surveillance de masse opérée par les états est inopérante. Elle massifie les données et empêche de voir les détails qui comptent.

Jamais Etats n'auront eu aussi facilement accès à des millions de données privées et jamais ils ne se sont sentis si vulnérables face à une attaque surprise au fusil  ou aux ceintures bricolées au coût dérisoire.

                                                                   Sylvie Neidinger

 

AVANT: difficile pour les Renseignement de détecter.Gonflé! L'un des kamikazes assassins du Bataclan s'était entraîné à.... l'ANTP association nationale de tir de la Police. Il n'y a pas d'erreur de la part de cet organisme qui justement n'a pas agi en discrimination. L'homme était alors chauffeur de bus au casier vierge.Un boulot ! 

En fait, les analyses misérabilistes qui annoncent que certains passent à l'acte tellement ils sont discriminés en France n'ont pas non plus raison. L'impact d'une certaine pratique religieuse est un élément majeur d'un multi faisceau d'explications.

APRES: Services de Renseignement démunis, sous le fait accompli !: Le retour en Syrie d'un tueur en traversant les frontières sans embuche !

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Les commentaires sont fermés.