UA-65882359-1

17/11/2015

Fondation Chirac, le Prix de la Paix 2015 à Latifa Ibn Ziaten, mère de victime

 Le prix de la Fondation Chirac pour la Paix sera remis dans deux jours le 19 novembre 2015 -comme chaque année, au Théâtre Levi-Strauss du Musée du Quai Branly- en présence de Jacques Chirac et de François Hollande, normalement prévus.

Le  président socialiste s'était déplacé pour les éditions  2014 et 2013 accompagné souvent de moult ministres pour assister à l'évènement qui réunit un aréopage politique et diplomatique de haut vol. Et pas seulement.

Amitié corrézienne ? Hommage au "vieux lion"?

Surtout intéressant pour l'actuel de venir associer son image à celle du  toujours si populaire  ancien président.

                                         UNE MERE COURAGE

 

C'est une mère courage, Latifa Ibn Ziaten qui reçoit le Prix de la Paix 2015.

 http://www.fondationchirac.eu/prevention-conflits/le-prix...

Son fils militaire avait été victime du terrorisme: première cible de  M Merah.

Choquée de voir l'image de ce tueur positivée par la jeunesse des "quartiers", elle fonde  l’Association Imad Ibn Ziaten pour la jeunesse et la paix dont le but est de promouvoir la laïcité et le dialogue interreligieux. 

Elle transforme le décès violent de son fils en moteur d'une action de prévention

Hyper d'actualité.....

                                           PREVENIR LES CONFLITS

 

Les deux présidents réunis présentent un profil antinomique côté gestion de crise.

*Jacques Chirac refusa de  faire entrer son pays dans le bourbier irakien.

Pas de cette manière en tous cas ...

Un choix  traduit par son ministre de Villepin à l'ONU le 14 février 2003. Discours applaudi par l'Assembée, fait rarissime.

Les évènements lui ont donné raison.

Sa position non interventionniste, si inconfortable alors vis à vis des alliés américains qui la fustigèrent massivement à l'époque est aujourd'hui saluée, reconnue.

L'élimination brutale de l'état irakien a délité cette société et créé un vide dans lequel s'est immiscé l'état islamique.

*François Hollande, très va-t-en guerre a lui, ouvert plusieurs fronts au Mali (certes pour gérer la crise chaos,  issue de la politique offensive sarkoziste en Libye et protéger les intérêts au Niger) en Centre Afrique, en Syrie.

Interventionniste au point d'indisposer certains militaires haut gradés qui cassent le consensus et s'expriment sur les moyens même de cette politique que le pays n'a pas.

Un interventionnisme  bon pour le commerce: jamais la France n'aura vendu autant d'armes Un record.

Cela ne  suffit pas. Hier lors du Congrès à Versailles, François Hollande profite des attentats pour  demander à modifier la constitution afin d'attribuer.... encore plus de pouvoirs civils en temps de crise à l'exécutif.

Donc à lui même aujourd'hui.

Ce, alors que la 5me  République est celle qui déjà donne le plus de pouvoirs au Président.  Plus que dans toutes les démocraties.

L'opposition refuse cette demande.

Pas très...paisible tout cela.

La prévention des conflits version Jacques Chirac lorsqu'il était au pouvoir est un combat plus modeste, moins valorisant que de se parer du costume de "chef de guerre", bien plus difficile  à mener.

Surtout dans un contexte de crise.

Surtout dans un contexte de guerre.

Par principe.

                                                          Sylvie Neidinger

                                    

Les commentaires sont fermés.