UA-65882359-1

23/10/2015

Rétropédalage sur les mineurs: la France rétablit l'autorisation de sortie de territoire

En catimini, sans tambour ni trompette médiatiques, l'Assemblée Nationale rétablit une disposition prise par le gouvernement socialiste dont l'abandon en automne 2012 et appliquée en 2013 fut  et reste un scandale.

Il redevient à nouveau nécessaire à un mineur d'obtenir l'autorisation parentale pour sortir du territoire.

Les mauvaises langues disent que le gouvernement de François Hollande avait ainsi volontairement  ouvert la porte aux départs de mineurs vers la Syrie  à l'époque.

Repositionner l'info dans le contexte qui  entre temps a changé, la France ayant fait un virage sur ce point.

A savoir, précisément   en 2013, Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères vantait le "bon travail" des djihadistes d'Al Nosra...

 De si "bons travailleurs" nécessitaient un apport de "main d'oeuvre"??

http://www.francetvinfo.fr/politique/l-assemblee-retablit-l-autorisation-de-sortie-du-territoire-pour-les-mineurs_1118855.html

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/10/08/l-autorisation-de-sortie-du-territoire-pour-les-mineurs-retablie-par-l-assemblee_4785840_1653578.html

Entre temps, le tribunal administratif de Paris a rejeté la requête ( en juin 2015) d'une mère ayant perdu un enfant mineur:

"Le tribunal administratif de Paris a rejeté en juin la requête d’une mère lui demandant de condamner l’Etat pour ne pas avoir empêché son fils mineur de partir combattre auprès des djihadistes en Syrie, car les parents n’avaient pas déposé une demande d’interdiction de quitter la France."

 Là réside  justement le problème: la sortie des mineurs était bien légale dont inattaquable  !
 L'Etat français a lui même par cette disposition législative - volontairement ou non car  le résultat est le même-  facilité les départs  de mineurs vers la Syrie en automne 2012.
 
D'où le rétropédalage en douce et... sans que l'info n'ait fait la Une.
 
                                                                                             Sylvie Neidinger

 

Les commentaires sont fermés.