02/08/2015

Pilotage statistique de blog: nouvelle donne TDG

La Tribune de Genève a modifié ses conditions et ne fournit plus de statistiques aux  blogueurs depuis le 1er août, hier.

Ils sont invités à s'inscrire sur Xiti ou Google Analytics.

Je n'ai eu le temps de  faire l'opération  à temps  et ô drame, ai dû perdre 2 jours de stat: 1er et 2 août.

Pas  grave....

Pourtant en novembre 2013, je notais  combien la mesure est importante. Et l'absence de stats fournies par  TalkSpirit gênait alors.

http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2013/11/03/y-a-un-bleme-toujous-pas-de-statistiques-de-blogs-explicatio.html

La blogueuse  M.Vallette signale cet article aujourd'hui dans sa réaction du jour aux modifications imposée par TDG..

Mais, selon elle, les accros aux stats seraient le fait des petits nouveaux. M Mabut dans un article était dans cette même position.

Pas exact selon moi !!

Car...tous les blogueurs  sont intéressés par les retours chiffrés!

Elle- même aussi  finalement puisqu'elle dit bien apprécier l'outil GA.

Ne serait ce pour connaitre le retour d'un article/ un autre, le plus lu du blog etc.

Je réponds ainsi par un commentaire posté sous son article:

 "Madame bonjour,

Vous citez mon ancien article de novembre 2013. Je dois préciser que je n'étais pas à l'époque une nouvelle blogueuse comme votre écrit peut le laisser penser .
Et que le fait de s'intéresser aux volumes n'est pas du tout significatif d'être... débutant !

( M Mabut disait la même chose, dans un article, à savoir que les sensibles aux chiffres sont ...les débutants)
J'avais déjà une  assise de lectorat.
Et reste toujours intéressée par le retour chiffré qui mesure dans le détail l'intérêt produit par un thème plutôt qu'un autre etc. C'est comme le lait couvé sur le feu. Surtout quand la courbe est ascendante.

En fait TOUS les blogueurs sont sensibles au lectorat, s'ils ont la clarté de le reconnaitre. Ce que votre article du jour montre d'ailleurs vous concernant avec vos chiffres de juillet et votre a priori favorable pour Google Analytics comme outil.
Mon blog Neidinger: chaque jour, chaque mois est différent. Le nombre de pages varie ces derniers temps dans la fourchette 55/69 000 pages lues par mois (chiffres TDG- Blog Spirit).
C'est peu et beaucoup.
Surtout quand cela n'est pas un coup d'éclat mais un niveau "fond de roulement" avec toujours une tendance croissante. Car plus on écrit d'articles avec mots clés, plus cela clique, cela s'empile.
En même temps, on n'est pas obligé de jouer à la course à l'échalote... du nombre.

Quand je publiais un article par jour, j'étais positionnée en haut de la liste "blogs les plus lus"de Tribune de Genève.
Et maintenant je ne veux plus prendre le temps de cet article quotidien par choix.

Le rang de facto a baissé.

Les chiffres sont intéressants à connaître! Les statistiques restent essentielles.
Cet univers des néo-médias formé par nos "petits blogs" taille bien des croupières aux médias institutionnels ne serait-ce que par le "temps de lecture accaparé".

Ces chiffres c'est à la fois peu et... beaucoup !

                                                                            Sylvie Neidinger

 

 

 

19:45 Publié dans BLOG-#@WEB | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : web, blog, chiffres, lectorat, google analytics, xiti | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bonsoir !

" Mais, selon elle [la TdG], les accros aux stats seraient le fait des petits nouveaux. M Mabut dans un article était dans cette même position. "

" Pas exact selon moi !! "

Je partage tout à fait votre avis. L'intérêt pour ces statistiques qui reflètent l'audience d'un blog, est particulièrement important pour les blogueurs en recherche de visibilité. C'est notamment le cas des femmes et des hommes politiques, celles et ceux qui exercent un mandat et/ou qui en sollicite un, particulièrement en périodes électorales. Leurs blogs leur permettent de lancer des idées et d'en tester la réceptivité auprès de l'opinion publique. Pour ces gens-là, c'est un moyen d'exister. même si ce n'est pas le seul. Dans une moindre mesure, c'est aussi le cas des journalistes pour assurer leur notoriété.

Mais comme le dit Mireille Vallette, il n'y aurait aucun intérêt à poursuivre la rédaction d'un blog, une activité chronophage et parfois ingrate, si le lectorat devait significativement et durablement baisser.

Si l'on écrit, c'est avant tout pour s'exprimer sur des sujets qui nous interpellent et nous intéressent, pas pour rechercher de l'audience.

Bien à vous !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 02/08/2015

Bonjour Jean,
Bien évidemment, celui qui prend le temps d'écrire sur son blog veut partager des idées et s'attend à être lu.
Il va de toutes façons devoir "affronter" une notoriété "nouvelle donne" puisqu'il va être hyper googlelisé qu'il le veule ou non. Qu'il soit politique ou non. Il s'expose de facto.
Au delà de son ego (éventuellement en forme ou en baisse suivant les chiffres??? par forcément!) au delà de son ego anecdotique finalement, les statistiques permettent au blogueur une meilleure connaissance du lecteur (origine géographique) et surtout une très bonne vision du type d'article qui intéresse ou pas. Un vrai retour, en fait.

Le nombre de commentaires pourrait-il être un bon indicateur de lectorat, hors stats comme on pourrait le penser de prime abord ?

En fait non. Exemple concret. Mon article le plus cliqué depuis l'origine du blog en 2011 et qui est toujours n°1 chaque mois( la "vedette") est atypique, hyper long, historique et avec peu de commentaires: surprenant !
http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/tag/yeniche.

Seules les stats ont signalé dans ce cas le nombre hyper important de clics.
Remarque .La presse papier n'a pas des outils si fins à disposition que le digital...
Plus encore que les politiciens ce sont ceux qui font du commerce en ligne qui scrutent toute la cuisine d'arrière base à fond : le SEO. SN

Écrit par : sylvie neidinger | 03/08/2015

Les blogs me font penser à un Facebook pour les grands. Je rejoins Jean sur notre besoin de nous exprimer sur des sujets qui nous interpellent et nous intéressent, mais si nous écrivons c'est par besoin/envie d'être lu.

J'ai publié mon premier billet sur Hey taxi ! en juin 2007 dans le cadre de mon mandat à la tête des taxis genevois et n'ai découvert l'outil statistique que des années plus tard. Je n'ai jamais vraiment su l'utiliser, un peu par manque d'intérêt. Il était important pour moi d'expliquer à ceux qui seraient intéressés par le sujet le fonctionnement interne de la profession.

Par la suite, dans le cadre de ma campagne au CE, j'ai ouvert un deuxième blog, Post Tenebras Lux. Là j'aurais dû m'intéresser à l'outil statistique afin d'affiner ma stratégie puisque je comptais sur les nouveaux outils numériques pour toucher un public souvent abstentionniste.

Par curiosité, je jette parfois un coup d'oeil. Mais je ne céderai pas à la tentation de migrer chez l'hégémonique et presque incontournable Google.
J'avoue avoir renoncé à utiliser le moteur de recherche Swisscow qui ne régate définitivement pas dans la même cour et je culpabilise la moindre d'avoir cédé à cette facilité.

Aujourd'hui j'ai pris du recul et interviens beaucoup plus rarement, lorsqu'un sujet m'interpelle fortement. Je n'ai donc pour ainsi dire plus d'audience. Je prends plus de temps pour participer aux autres contributions au travers des commentaires.

Mais au final, si le silence est souvent complice d'horreurs, trop parler est suspect et lassant. Par ailleurs je m'interroge sur tous ces journalistes en puissance qui parlent souvent avec beaucoup plus de bagage que les professionnels dans les domaines qui les concernent et qui ne coûtent rien.
C'est tout un domaine qui est en train de basculer. Après Amazon pour les livres, puis Uber pour les taxis, nous sommes les témoins ébahis d'un changement profond de paradigme sociétal passionnant.

Écrit par : Pierre Jenni | 03/08/2015

Bonjour,

(Commentaire identique sur les blogs de Mireille Vallette et de Sylvie Neidinger)

Les statistiques sont au blogueur ce que les mesures d’audience sont aux journaux. La presse informe ses lecteurs des variations de son lectorat et compare les médias entre eux. C’est normal. De cette information peuvent découler des modifications rédactionnelles ou graphiques. Et puis un journaliste doit apprécier de savoir qu’il est lu et que son travail trouve un écho et un retour. Par contre il serait gênant que la presse n’écrive ensuite plus que pour l’audience.

Un blogueur investit de son temps, de ses convictions, de son éventuelle notoriété. Il s’expose. Il contribue parfois à l’information sous des angles non abordés ailleurs, ou propose des sujets inédits. Le portail de la Tribune de Genève est à ce titre multiple, varié, ouvert.

J’assume que le fait d’être lu est une forme de reconnaissance personnelle, c’est depuis le début un étonnement, et j’en sais gré à ceux et celles qui me lisent régulièrement et à ce portail qui m’accueille avec une liberté que je n’ai trouvée sur aucun blog français. Je ne prends pas les statistiques comme une approbation de mes idées ou analyses mais comme un intérêt pour les thèmes que j’aborde et la manière dont je les aborde. Le fait d’être bien suivi ne m’impose aucune contrainte particulière. J’écris ce que je veux, comme je l’entends, en respectant certaines limites même s’il m’arrive de les repousser. Je me corrige progressivement, j’évolue sur et par mon blog. Je me permets aussi de déplaire, je prends parfois des risques dans ce sens. J’accepte la contradiction si elle ne vire pas trop à l’attaque ad hominem. Je livre aussi parfois des choses plus personnelles, pour ouvrir un langage, mais je garde mon jardin secret pour moi et mes proches.

La fin des statistiques de ce portail me fait perdre un repère auquel je suis habitué. Depuis le début juillet j’ai branché mon blog sur trois sources de statistiques: Xiti, Le compteur.fr, AFS analytics. J’hésite a prendre encore Google Analytics, j’ai une résistance à cette source, je ne sais pas exactement pourquoi.

Pourquoi trois sources? Parce que je les ai testées et que j’ai constaté des résultats différents de l’une à l’autre! Aucune ne donne les mêmes chiffres ni les mêmes détails que les autres. Mais quelque soit la source les chiffres sont inférieurs à ceux donnés anciennement par le portail Tribune. J’ignore le pourquoi, et au fond cela m’est un peu égal. J’écris d’abord parce que j’en ai envie, parce que j’aime écrire, pour participer aux débats de société, pour susciter le débat ou la controverse, pour apporter parfois une contre-information, pour recevoir aussi d’autres éclairages que le mien. Et comme pour Mireille Valette, sur certains sujets, ce blog est parfois aussi un lieu de combat.

Donc, sans en être esclave ni même les regarder quotidiennement, j’apprécie les statistiques. Je me souviens de la première fois où j’ai passé le cap des 1’000 visites en un jour. C’était il y a longtemps à l’occasion d’un billet sur Hilary Clinton. J’étais épaté! Je suis heureux d’avoir trouvé une petite place sur ce portail d’une ville de province. Certains blogs parisiens cassent la baraque. Je mentirais en disant que je ne souhaite pas élargir mon audience. J’ai un désir de croissance et un goût de la compétition. Cela se fera ou non (je ne suis pas acharné à cela) mais pas forcément par ce blog. Et si cela ne se fait pas c’est que le ciel ou les humains en auront décidé autrement.

Chacun est important là où il est.

Écrit par : hommelibre | 03/08/2015

Merci de ces longs commentaires explicatifs, @Pierre, @Jean, @Hommelibre.

Comme quoi les blogueurs ont aussi l'envie d'exprimer l'aiguillon qui les pousse à bloguer, la façon dont ils entendent bien le faire, les retours chiffrés qu'ils en attendent (ou non!)

Concernant @Hommelibre il a souvent été "blog le plus lu" de TDG. De mémoire, M Mabut, le "référent" des blogs TDG le citait dans un article comme atteignant des chiffres hyper importants. Chiffres qui en tous cas étonnent la presse classique.

Comme le souligne Pierre à propos de amazon, uber, ou .... les blogs:"nous sommes les témoins ébahis d'un changement profond de paradigme sociétal passionnant."

On n'a effectivement pas idée des changements que va signifier la révolution numérique ou digitale en cours sous nos yeux effectivement ébahis.

Ebahie , je le suis par la pratique du blog. Lorsque par exemple je lance un article de blog et que une heure après j'ai un commentaire qui arrive de l'autre bout du monde ( ceci, visible par l'adresse IP, encore une possibilité technique) quelquefois des commentaires chauds venus de du Mali ou de NY. On entre dans un débat ...global carrement à l'échelon planète: bizarre pour nos petites vies qui veulent juste partager quelques idées !

Écrit par : sylvie neidinger | 04/08/2015

Saine réaction intuitive de résistance hommelibre.

Écrit par : Pierre Jenni | 04/08/2015

Les commentaires sont fermés.