UA-65882359-1

02/02/2015

SNCF, la cyber-surveillance et le code Nf-kb

Il est évident qu'après les sanglants attentats parisiens, la France est sur le qui-vive. A juste titre. Mais cela dérape quelquefois.

Est évoqué ici un fait divers récent REEL qui m'est rapporté par une connaissance fiable, qui connait directement l'individu. Affaire dont les journaux évidemment n'ont pas entendu parler car il n'y a pas eu  de suite judiciaire.

Le cas est très symptomatique dans sa banalité.

Un jeune  étudiant prend le train il y a quelques jours , à Grenoble. Lequel s'arrête brusquement à une gare non prévue (non citée ici volontairement).

Monte une autorité de sécurité  (gendarmerie ou police, j'ai oublié de faire préciser ce point) Le jeune se voit brusquement plaqué à la paroi. 

Il ne comprend rien. On lui dit "pourquoi prends-tu en photo des sites sensibles?" Il montre son téléphone qui est en... panne de batterie.

Il se souvient alors qu'il avait, une demi-heure plus tôt sorti son téléphone pour le faire fonctionner, mais  en vain, car ...sans batterie. 

Sorti peut être alors que le train longeait une  installation dite  "sensible"??

En l'occurrence l'ESRF: european synchrotron radiation  facility. CEA (Grenoble)

Un site certes sensible mais  longé tous les jours par ...des dizaines de trains puisque  construit le long d'une ligne SNCF.

Egalement   longé par une nationale et une autoroute en plus de la voie ferrée.

La dite installation peut donc être photographiée des milliers de fois par jour par des milliers de gens.

Ensuite,   l'individu s'est vu demander:"c'est quoi les écrits avec des  codes".

Il hallucine.

Dans le train, le jeune, inscrit en fac de médecine étudiait ....son cours sur les lymphocytes Ng-kb.

Que conclure de cette affaire ?

Les services de sécurité,  sur les dents, font leur job, réactifs à la moindre alerte, le plan vigipirate étant évidemment en cours.

 Mais aller jusqu'à faire arrêter un train pour un cours de lymphocytes...


L'étudiant avait-il été dénoncé pour "comportement anormal " imaginaire par un passager du train ?

Problème, il ne se souvient pas de voisins de wagon hors normes ou au profil  calomniateur, ni  proches de lui au point de pouvoir lire l'intitulé du cours Ng-kb.

                                CAMERAS ACTIVES?

Doit-on conclure que les caméras qui équipent les trains ne sont pas seulement passives (visionnées a posteriori en cas de problème) mais actives au point de zoomer et de déclencher une intervention ?

C'est à la fois rassurant mais surtout signe d'un contrôle généralisé.

La France touchée par les attentats sur son sol perd-elle la tête? Non pas pour usage de caméras mais ici précisément pour dérapage ; une stigmatisation rapide  sur critères orientés. Ici un supposé "look " qui serait de facto "suspect"??

L'Hexagone  confond de facto un jeune étudiant en médecine en train de réviser paisiblement ses Nf-kb dans un train avec un ...dangereux personnage.

 Délit de "physique"??? Donc de catégorisation.

Le jeune en question s'en remettra. S'il veut exercer le difficile métier de médecin, il doit être en capacité de résistance au stress et fort mentalement.

Mais son "aventure ferroviaire" est édifiante.

                                                      Sylvie Neidinger

 

                          ******************************

 

 

            HYSTERIE COLLECTIVE SUR STEREOTYPE

 

 

             Février 2015. Plusieurs associations dénoncent actuellement une hystérie collective autour  de discours entendus la semaine dernière à propos des banlieues,  dans les médias, de la bouche de politiciens ou d'analystes qui évoquent sans complexe, sans honte bue, des "ethnies", " des "tribus", des peuplades" (cf Christophe Barbier dans C dans l'air du 19/01/15 et  Denis Jeambar à Politique Matin du 23 /01/15 etc...)

Au nom de la laicité, en plus !

Comme au bon vieux temps du colonialisme. Se rappeler que la   laïcité XIXème version Jules Ferry  évoquait les races supérieures.

        C'était au siècle passé. Ferry reflétait  son temps.

Il est sidérant d'observer  les responsables politiques se remettent aujourd'hui dans les postures idéologiques du XIXème siècle. (Se rappeler effectivement l'hommage controversé de François Hollande à Jules Ferry en mai 2012 comme premier acte de gouvernance....)


 Le Premier ministre Valls évoque lui de son côté une "politique de peuplement" rien de moins!  Cette terminologie  rappelle de  sombres moments  de l'histoire ne règle rien et provoque.

Hystérie à la TV mais aussi sur le terrain. Des agressions individuelles sont signalées. Certaines mortelles : un père de famille marocain tué récemment à son domicile de plusieurs coups de couteaux. L'affaire a été peu médiatisée puisque l'on a dit que "l'agresseur n'avait pas toute sa tête."

La justice a la main lourde suivant les standards internationaux contre des enfants de ....8 et 9 ans convoqués devant la PJ pour propos tenus dans la cour de l'école. Les parents portent plainte en retour.

Amnesty International  interpelle directement les autorités politiques de la France  pour des dérapages récents et dénonce le fait que a liberté d'expression y soit à géométrie variable. Son président le 20 janvier: La liberté d’expression ne doit pas être réservée à certains. L’heure n’est pas à l’ouverture de procédures inspirées par des réactions à chaud, mais bien plutôt à la mise en place de mesures réfléchies qui protègent des vies et respectent les droits de tous »John Dalhuisen.

 

Une grande hypocrisie , une perte de boussole règne dans tout le suivi post attentats: un Etat  qui demande à faire entendre par la  police des enfants de 8 ans ( qui racontent n'importe quoi dans la cour de l'école)   et  omet de rendre des comptes sur la politique française  en faveur des jihadistes en 2012 et 2013 au proche-orient tient effectivement d'une hypocrisie politique sans nom.

                                                                 Sylvie Neidinger

 

 

Les commentaires sont fermés.