UA-65882359-1

23/01/2015

Les balises de la liberté d'expression: ne pas insulter

Il est de leur liberté que de s'exprimer contre! Avec  des avis divergents dans cet "après Charlie".

¤Le Pape pose trois  balises:"1-La liberté d'expression est un "droit fondamental", a-t-il souligné. 2-"Tuer au nom de Dieu" est une "aberration". Mais la liberté d'expression n'autorise pas tout et elle doit s'exercer "sans offenser", a-t-il martelé. Car "si un grand ami parle mal de ma mère, il peut s'attendre à un coup de poing, et c'est normal. 3- On ne peut provoquer, on ne peut insulter la foi des autres, on ne peut la tourner en dérision!", a-t-il insisté. 

L'insulte est une limite évidente, mais contradictoire car  difficile à définir, justement  où est le curseur de... limite entre la blagounette et l'insulte reçue comme telle ?

Deux réactions de blogueurs -certes moins célèbres que le premier cité ! :

¤La blogueuse Ines El-Sikh sur TDG analyse le dilemme posé aux musulmans sommés de "s'excuser" individuellement pour un acte qu'ils n'ont pas commis. S'excuser, c'est s'accuser dit-elle.  Analyse développée  qu'elle titre "Je ne suis pas Charlie".

¤Le blogueur Olivier Emery qui affiche son évangélisme  insiste pour dire qu'on ne peut rire de tout "blesser gravement le sentiment religieux de nombreux hommes et femmes n’est pas un comportement relevant d’une bonne éducation. C’est une faute morale, une transgression des bons usages entre êtres humains. C’est agir comme un « journal irresponsable »; car si l’on peut - et l’on doit - rire de presque tout, on ne peut pas rire de tout. La preuve ? On ne rit pas d’une personne handicapée. On ne rit pas de la Shoah. On ne rit pas de la tuerie de hier et du deuil abyssal qui frappe aujourd’hui les proches des victimes."

Nota Le journal satirique parisien attaqué affiche... justement être un "journal irresponsable"dans sa Une.

¤ Defeil de Ton, fondateur de Charlie qui les avait quittés donne un avis là aussi très différent de ce qu'il est 'politiquement correct" de dire en France sur Charb, en ce moment. Avis publié dans l'Obs, repris dans la presse étrangère  "Je t'en veux vraiment Charb. Paix à ton âme." L'ancien dessinateur du journal, âgé de 80 ans, n'est pas tendre avec son ancien collègue : "Je vais être désagréable avec Charb. Il était le chef. Quel besoin a-t-il eu d'entraîner l'équipe dans la surenchère ?

Parti une première fois du journal satirique en 1975, puis en 1992, Delfeil de Ton, alias Henri Roussel cite également Wolinski,  déjà inquiet au moment de l'incendie volontaire des locaux du journal, en 2011 : "Je crois que nous sommes des inconscients et des imbéciles qui avons pris un risque inutile. C'est tout. On se croit invulnérables. Pendant des années, des dizaines d'années même, on fait de la provocation et puis un jour la provocation se retourne contre nous. Il ne fallait pas le faire."...

¤ Nombreux journaux de la presse anglo-saxonne (GB, USA) ont  refusé de publier les caricatures pour ne pas choquer leur  lectorat.

¤Aujourd'hui des centres culturels français sont brûlés dans le monde, au Niger. Les églises locales brûlées, chrétiens attaqués, ces gens n'ayant rien à voir avec les caricatures si parisiennes...

                                                                                                   SN

 

Suite Lorant Deutsch pas d'accord avec les nouvelles caricatures et qui dit pourquoi.

11:43 Publié dans P-Politis Décryptage sémiologique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : liberté d'expression, pape, lorant deutsch | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.