C'est pas une fracture sociale mais un gouffre.

Imprimer

L'actualité sociale hexagonale met en exergue la dichotomie qui coupe le pays en deux.  Certes le gap entre entre droite/gauche, public/privé etc...est connu.

Cette semaine,  en même temps, deux conflits caricaturalement opposés :

1- AIR FRANCE: une grève dure de salariés,nommé les "seigneurs"  les pilotes et leurs syndicats SNPL  ou SPAF, aux salaires très hauts et en état de bloquer une entreprise complète dont les petits salariés non grévistes. Ils refusent totalement toute évolution de l'entreprise vers le low-cost. Alors que toutes les compagnies du monde s'y mettent. Protègent les avantages acquis.

Les pilotes détruisent leur outil de travail de l'intérieur. Allégrement.

Le reste du monde effrayé par l'attitude des pilotes d'Air France.

Un syndrome à la  Pan am, cette entreprise aérienne qui au final a coulé, n'est pas exclu.

Observer les médias qui se précipitent devant la moindre des interventions de ces salariés qui pérorent....en uniforme. Le premier ministre les qualifie d'irresponsables.

2-LES MARAICHERS BRETONS: ils viennent de commettre un acte délictueux avec la destruction -inacceptable - de bâtiments publics. Une jacquerie. Ces indépendants  disent ne pas du tout avoir été entendus   sur les problèmes spécifiques du   monde de la petite entreprise, des indépendants.

Dans un contexte de surproduction de légumes, de concurrence à la baisse des produits espagnols, s'est ajouté la part politique donc un choix gouvernemental qui les pénalise eux, avec l'embargo russe en réponse à l'embargo français.

S'ajoute probablement à leur présente  colère, les dépenses de l'Etat -en crise économique-pour les opérations externes de gendarme du monde qui se monteraient à un milliard ???

Autant de réalités qui passent mal chez les indépendants et entreprises dont le réel sur le terrain correspond à  une augmentation des taxes et charges sociales contrairement au discours gouvernemental de la baisse.

220 millions de pertes pour l'entreprise aéronautique dues aux pilotes à ce jour pour l'actuelle grève. Du beurre....

Entre les grévistes salariés syndiqués, rémunérés 15 000 euros par mois en fin de carrière,  qui veulent le beurre et l'argent du beurre et les agriculteurs indépendants pressurisés de charges et liés aux  marchés trop approvisionnés,  en déficit, et aux futures petites retraites alors qu'ils ont cotisé lourd toute leur vie: c'est pas une fracture mais un gouffre.

   Sylvie Neidinger


La rebellion des enfants gâtés du ciel cesse après 14 jours de grève et 280 Millions Euros de pertes-(dimanche 28 septembre)fracture sociale,morlaix,maraichers,france,air france,avantages acquis

Un conflit perdant perdant.:( Le Monde)
"Cela s'appelle un fiasco : après une grève d'une durée exceptionnelle – quatorze jours – , les quelque 4 700 pilotes d'Air France ont décidé, dimanche 28 septembre, de mettre un terme à leur mouvement. Comme l'a reconnu, lucidement, le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), largement majoritaire, « les conditions du dialogue social ne sont pas aujourd'hui réunies ». On ne saurait mieux dire ! C'est au point que ce syndicat et la direction de l'entreprise ne sont même pas parvenus à conclure un protocole de fin de conflit. Dans ce fiasco, tout le monde est perdant. Air France, d'abord, dont le redressement attendu des comptes est lourdement hypothéqué par ce conflit. Aux quelque 280 millions d'euros de pertes sèches dues aux annulations de vols s'ajouteront les dédommagements non négligeables des passagers et des voyagistes. Quant à l'image de la compagnie, elle est sévèrement abîmée, pour les dizaines de milliers de voyageurs français ou étrangers"

Incroyable : les pilotes grévistes réclament leurs salaires  !

Crédit images/capture d"écran/ site web le monde/article en lien

Les commentaires sont fermés.