UA-65882359-1

06/06/2014

D-Day. Omaha Beach. Hommage à Leonard Neidinger

6 JUIN 2014: 70ème anniversaire du Débarquement.

"Hommage à", "Tribute to"  Leonard Neidinger, Houston, Texas.

Témoignage.

Born Nov. 10, 1920, in New York, he served during WWII in the U.S. Army with the 1st Infantry Division. He was a veteran of numerous campaigns, including the D-Day Invasion. He was a self-taught, licensed professional engineer with a distinguished career in electrical engineering, devoting 43 years to the M.W. Kellogg Company. Leonard was an avid camper, gardener, woodworker, artist, and family historian.

                                                    HEIMAT

Mutuellement fans d'histoire familiale, lui et moi  avions pu :

1) entrer en contact grâce à  la magie d'un intranet par le simple fait de porter le même nom et la curiosité de chercher à comprendre pourquoi.

2) se poser la question de l'origine géographique  sans en avoir aucune idée au départ. L'Allemagne, certes mais où dans ce vaste pays ?

2) ensemble découvrir que nos ancêtres  était frères en...1720 !

Au XVIIIème siècle une importante émigration économique a touché  le Bade-Wurtenberg en direction de l'ouest:  France, Luxembourg,  Belgique...Voire le grand ouest jusqu'aux Etats-Unis.

Quelle chance d'avoir pu, avec Leonard,  parcourir ensemble cette piste d'investigation qui mena à un petit village au sud d'Heidelberg: Elsenz où existe toujours une branche locale portant le patronyme, celle de Hermann.

Notre Heimat à nous, comme un travail opiniâtre, accompli en commun par courriels mais aussi par courriers papiers qui traversaient l'atlantique dans les deux sens.

Créant de la complicité. On a pu se nommer "cousins" à la fin, une fois le travail accompli. En reconnaissance mutuelle.  Ce, avec un évident brin d'humour.

Il n'y a pas de mensonge. Certes anciens, les chromosomes partagés sont bien réels !

Leonard m'avait offert, voyageant par dessus l'atlantique par voie postale,  le... Giono de l'homme qui plantait des arbres. Rire de recevoir cet  ouvrage en langue anglaise car les forêts du pays de Giono sont un peu  les miennes, en vrai, de temps en temps, avec l'accent provençal, le vrai. Il l'ignorait.

Nous étions finalement dans cette "chasse aux ancêtres", deux complices plus arboriculteurs et inspecteurs de ...canopées qu'adeptes de la réunion-cousinade.

                                               OMAHA BEACH

Sa volonté de pratiquer la généalogie  s'apparentait de fait  à une force vitale de comprendre nos racines. De transmettre. Un défi à la mort qu'il a vue de près.

Pour moi, ce fut  l'immense honneur de communiquer avec un.... vétéran de Omaha Beach, si simple, si gentil.

D'une génération différente, nous étions bizarrement sur la même longueur d'onde.

Il est parti trop tôt pour connaître la suite de l'histoire: la  source du nom se situant tout au sud du Bade-Wurtenberg à Neidingen (Beuron. Arrondissement de Sigmaringen)

Aux bords du Danube, dans la phase de sa naissance.

La vie aurait dû  permettre aux deux improbables "complices de généalogie", connectés par les moyens modernes  de parcourir ensemble, à pied, ces villages de Bade-Würtenberg: Elsenz,  Neidingen.

Observer ensemble ces flots mythiques. Dommage ...

Une Forêt Noire et un fleuve de légende  pour ceux qui éloignés- voire fort éloignés, Leonard vivant à Houston, Texas- se prenaient à rêver autour de ces racines germaniques nouvellement découvertes.

                                       DES VAGUES D'HOMMES

Mon rêve secret était de  le retrouver, lui, Leonard  pour qu'il me parle plus précisément du D-Day- notamment  de cette eau salée tout aussi mythique.

Cela restera un rêve....

Après "nos" découvertes de racines, il était effectivement venu en Europe. Pèlerinage en Allemagne et en ..Normandie ! Je n'avais malheureusement pu me déplacer en cette période  pour le rejoindre. Ni le rencontrer en vrai. Dommage. Mille regrets.

Le vétéran qui avait réellement vécu le Débarquement portait probablement des souvenirs  ultra concrets. Ceux d'une eau froide?  Lorsqu'on a débarqué face au feu de l'ennemi se souvient-on plutôt de  l'eau (dangereuse) ou de l'air tout aussi dangereux ??

Une eau bizarre comme le dit à cette heure-ci, 11h26 précises aujourd'hui  le 6 avril 2014 Barack Obama à Colleville-sur-mer, Normandie :

Car faite de "vagues et vagues" d'hommes.

Leonard  savait la température de l'eau.  Il avait vécu le débarquement  sur la côte. Tout comme les Alliés, Britanniques, Canadiens, Néo-Zélandais, Australiens et autres nations sur d'autres plages.

C'est son secret qui ne se partage pas. Survivant du carnage. Bloody Omaha.

A l'époque de nos courriers, les USA entraient  en guerre en Irak. Nous cherchions à comprendre l'actualité. Il évoqua au début le "devoir moral" de son pays d'entrer dans ce conflit.

Pas d'accord, je répondais que  cela ne règlerait pas forcément les  problèmes posés. Il fut moins assuré ensuite, comme la majorité de ses concitoyens sur ce conflit là.

Echanges épistolaires passionnants...Notamment des réflexions pas toujours du même avis  sur la guerre dans le monde contemporain car toujours à la croisée d'enjeux géostratégiques.

Mais toujours en accord, en union  sur la notion de Paix.

Une certitude nous réunissait. Le constat que, qu'elle que soit notre opinion, ces problématiques d'entrées en guerre dépassent totalement  les individus !

L'histoire fait des pieds de nez aux vies individuelles.

En l'occurrence, d'origine allemande, le soldat américain Neidinger allait combattre des allemands. Certes  une Allemagne qui avait alors viré de bord.

Leonard, lui, était forcément plus conscient que tout le monde de ce que "Sacrifice individuel" signifie pour une cause commune- ici la lutte contre le nazisme, donc la liberté.

Il a survécu. Il a fondé une famille. Graines d'arbres.

Hommage à Léonard.  Du fond du coeur.

                                                           Sylvie Neidinger

http://www.lepoint.fr/histoire/en-direct-debarquement-6-juin-1944-13-heures-rommel-quitte-l-allemagne-pour-la-normandie-06-06-2014-1833036_1615.php

Commentaires

@Sylvie Neidinger merci pour ce témoignage il est vrai qu'après un long pèlerinage en ayant humé l'air des plages Normandes,regardé ces immenses et impressionnants cimetières ,visité tous les musées et surtout vu le mannequin du Para resté croché au toit de Sainte- Mère l'Eglise tout ceci permet d'avoir une vision complètement différente du monde dans lequel nous vivons tous
toute belle journée pour vous

Écrit par : lovsmeralda | 06/06/2014

Bonsoir Sylvie,

Très intéressant votre billet et très bel hommage, d'autant plus que l'histoire de ce soldat vous concerne personnellement puisque vous partagez le même patronyme que Leonard.

Je me passionne moi aussi pour la généalogie et compte également parmi mes ancêtres un ressortissant du duché de Würtemberg, né à Vaihingen. C'est à Héricourt en 1769, dans le Pays de Montbéliard, territoire francophone et protestant, qui appartenait alors au Duché de Würtemberg, que le prénommé Jacob Frédéric épousa une petite-fille du célèbre pasteur Samuel Méquillet.
Le couple émigra ensuite dans la Principauté de Neuchâtel, un territoire également francophone et protestant, qui n'était pas encore suisse et dépendait alors directement du Roi de Prusse depuis 1707.

Jacob Frédéric avait francisé son nom lors de son mariage, chose courante à l'époque, sans s'imaginer qu'il compliquerait les recherches de l'un de ses descendants ...
C'est ainsi que je me bats aujourd'hui avec les registres paroissiaux de l'Eglise évangélique du Würtemberg en recherchant son acte de baptême avec pour seule piste l'homophonie ...

Mes propos sortent un peu du sujet et n'ont rien à voir avec le débarquement. Veuillez m'en excuser ...

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 08/06/2014

@Jean d'Hoteaux Votre remarque est très légitime. La généalogie est à la base de l'article. Léonard et moi même avions évité le pathos du "cousinage" pour plutôt "mener l'enquête historique" en binôme.
La récompense étant de comprendre que son ancêtre est frère du mien en ...1720.
Concernant votre branche d'Héricourt, que c'est compliqué: plusieurs écritures du nom, plusieurs pays. Pas étonnant dans les zones frontalières entre Suisse, Allemagne et France !!
Le Bade Wurtenberg a connu une très forte émigration du XVIIIème siècle dont je n'ai pas tout compris : problème de démographie, pauvreté, histoire religieuse.....
Une chose est certaine, sur nos blogs respectifs, nous cherchons dès que possible à comprendre les histoires...dans l'Histoire.

Bonne journée Amitiés

Écrit par : sylvie neidinger | 10/06/2014

Les commentaires sont fermés.