UA-65882359-1

23/03/2014

Souriez, vous êtes filmés, scrutés, scannés, scrollés, écoutés...

Pour faire suite à l'article CyberFrance en espionnage  qui montre combien l'hexagone n'est pas en reste avec la NSA....cette petite réflexion.

Qui ne concerne pas que la France d'ailleurs.

Le citoyen moderne est  effectivement  suivi à la trace dans l'espace public depuis le réveil jusqu'au coucher, caméras de surveillance et/ou de reconnaissance faciale partout (péages d'autoroutes, transports en commun etc...)

Par l'usage des cartes bleues. Et le reste.

Cela devient gênant effectivement quand l'intrusion se fait dans son espace privé par écoute des  téléphones persos ou lecture de la messagerie internet.Voire la caméra sur le portable  et semble-t-il l'écran TV !

Pourquoi le citoyen ordinaire devrait-il  être gêné par cette cyber-surveillance alors qu'il n'a rien à se reprocher ????

On lit cet argument ça et là.

Et pourtant si!  Il  est  bien perturbé.

                                                 VOLETS FERMES !!

Monsieur ou Madame Tout le Monde, à la nuit tombée, va évidemment fermer ses volets.

Monsieur et  Madame Ordinaire ne fait rien de mal. Se meut dans son appartement, prépare le repas, lit, range, lave, repasse, mange, étudie, regarde sa télévision.

C'est banal. Parfaitement partagé avec son voisin. Et le voisin de son voisin.

Pourtant, les volets sont bien volontairement   fermés.

Pour bien dire que le regard de la rue ne peut s'immiscer à l 'intérieur. Il dérange.

Idem pour internet et les mobiles ! Inacceptable surveillance par la complicité active des opérateurs. Un insupportable oeil orwellien .

Scruter l'intimité par les services d'Etat- voire des sociétés privées sans lien juridique avec le citoyen- fait entrer la-dite  société dans un régime qui alors ne se nomme plus démocratie.

                                                                             Sylvie Neidinger

                                                                

Commentaires

Notre association libertaire des Dissident(e)s de Genève (DDG) avait prévu et déclaré vouloir combattre les intrusions contagieuses de cette espèce à ses articles 4) litt. b) et c) de ses statuts adoptés dès 2008:
Qui se rallie à l'esprit et à la lettre de nos statuts DDG est bienvenu(e) pour participer à notre campagne de résistance.

Écrit par : jaw | 24/03/2014

Madame Neidinger


"Scruter l'intimité par les services d'Etat fait-elle entrer la-dite société dans un régime qui ne s'appelle plus démocratie"? Oui... mais que dire des citoyens qui, par complaisance, indifférence ou négligence contribuent à jeter par-dessus bords acquis démocratiques durement acquis?! Face à une telle INERTIE CITOYENNE pourquoi nos autorités n'en feraient-elles pas à leur guise, à leur gré: pourquoi nos autorités se gêneraient-elles... Comment pourraient-elles ne pas mépriser complaisance, indifférence, inertie citoyennes?!

A quoi nombreux citoyens répondront que la vie est désormais bien trop stressante et stressante, épuisante au point de couper, "geler" toute envie de ou pour s'engager politiquement... ce que l'on reproche aux femmes, notamment. Mais après journée professionnelle, seconde activité au foyer, coatching scolaire, etc.,?! Sans personnel de maison? Ras le bol, coucher, dodo (Amours)?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24/03/2014

je suis ébahie à chaque fois que le monde politique est montré du doigt
mais comment faisaient les anciennes générations qui pourtant croulaient sous le travail,femmes compris
L'Etat en l'occurrence de plus en plus sollicité ne peut plus répondre à toutes les exigences ce qui fait le beurre des sectes ,gauchistes et justement de tout ce dont parle l'article
Remarquez dans le temps c'était des voisins forts complaisant qui jouaient aux délateurs .On les voyait jamais mais ils savaient tout.C'était les ancêtres des satellites actuels
Mais peut-être avons nous eut de la chance malgré la dureté de la vie chacun y mettait du sien,les politiciens étaient tous gradés à l'Armée,les médecins tous politiciens et peu à peu tout ce petit monde a été remplacé par la technologie ,alors cherchez l'erreur
Au fait quand est-il de la responsabilisation du citoyen ?il en existe encore qui préfrent vivre sans natel après expériences négatives ,qui n'ont pas d'iphon ou pad,préférent le dialogue oral au virtuel et se plaignent beaucoup moins que d'autres ,comment se peut-il?
Et surtout qu'on ne me dise pas que c'est aller vers la décroissance,l'économie fonctionnait très bien avant l'arrivée de tout ce virtuel ,foutoir nocif comme dirait De Gaules

Écrit par : lovsmeralda | 24/03/2014

Les commentaires sont fermés.