UA-65882359-1

23/03/2014

CyberFrance en espionnage

Sur le thème du cyber espionnage, l'actualité se concentre cette semaine, en France.

*Au delà de l'affaire des écoutes de Sarkozy et son avocat.... Leur nombre, la méthode, les autorisations...Qui ont ulcéré toute la profession d'avocat. Une affaire judiciaire à l'instruction dont quelques bribes sont diffusées dans la presse, en violation du secret d'instruction. Dossier non encore terminé.On n'a pas tous les éléments à ce jour. Difficile de commenter à ce stade.


*Au delà de l'article 13 de  la loi de programmation militaire voulue par le gouvernement Hollande et  votée en décembre 2013 par les députés  qui déjudiciarisera toute écoute et laissera n'importe quel organisme français s'introduire dans les vies privées et sans rendre de comptes à personne....Ultra dangereuse pour les libertés individuelles.cybersurveillance,orange,babar,france,canada,algérieMais une loi pour valider les pratiques illégales qui se pratiquent... déjà.

Deux autres cas sont signalés cette semaine :

*Le programme Babar qui surveille des Etat francophones, Algérie, Canada et autres

*La coopération entre services secrets français DGSE et Orange. Maintenant que cela est confirmé cela redonne du sens au passé.

Ces informations sont issues des révélations Snowden (document GCHQ) services secrets britanniques

Il m'a été rapporté personnellement que certains abonnés -français ordinaires de la vie ordinaire mais dont le nom est à consonance étrangère - ont  vu effectivement leur lignes Orange brutalement en dérangement. Et pour la remettre, s'entendaient  poser des questions ultra personnelles par le personnel technique de la dite société.

Questions   que normalement dans un état de droit, on ne pose jamais.

Du genre, s'ils avaient un nom à consonance étrangère: des questions sur leur origine, combien d'ordinateurs connectés etc. Les numéros de PC étaient demandés ! Le SAV  demandaient  même pour le simple rétablissement d'une ligne internet  à ce que les ordinateurs de la maison soient connectés pour voir si la "connection "fonctionnait bien...

Autant de questions non légales en France, évidement.

Renseignement pris depuis, ces personnes ont changé d'opérateur suite à cette curiosité ma placéeClientèle commerciale perdue. Les limites du genre pour un opérateur privé que de dépasser son droit. Or chez les autres opérateurs les relations étroites avec la DGSE sont identiques!

Orange en travaillant directement pour les services secrets  a pris le risque de mettre à mal son image. L'entreprise a pu perdre au passage quelques clients peu contents (dont ceux de l'affaire des lignes en dérangement) .

Globalement mauvaise donne pour les libertés individuelles que ce  Babar et la volonté de la France de surveillance au delà du légal.

Tout finit par se savoir.

Les doigts pris dans le pot de confiture. Cela colle.

                                                                                      Sylvie Neidinger


Crédits Images/capture d'écran/site web/Huffington Post.ca

Les commentaires sont fermés.