UA-65882359-1

18/03/2014

Est/Ouest. Syrie et Crimée. Toujours chercher la piste énergétique!

Crimée, Syrie: lieux de confrontation Est-Ouest...

Or, dans les deux cas:  présence d' hydrocarbures, de gaz convoités par l'Occident et...les Russes.

Argument jamais évoqué par les médias muets sur le sujet.

Bien évidemment, les lectures des évènements contemporains sont  complexes, plurielles....

Mais bizarrement jamais la prise de possession des ressources pétro-gazières n'est évoquée par les journalistes pourtant si insistants à décrire les situations de ces zones de confrontations au coeur brûlante de l'actualité.

L'intervention directe occidentale de l'histoire récente s'est faite en Irak puis en Libye, contrées aux sous-sols si riches, désormais en anarchie et partition.

Les enjeux de l'histoire immédiate concernent le OFF SHORE.

Pour l'Ukraine/Crimée (russophone) ... La Mer noire, non seulement  est lieu de passage des gazoducs. Mais véritablement un champ pétrolier a été  récemment découvert  au large de la  Roumanie/Ukraine/Crimée/Russie:

http://lejournaldusiecle.com/2014/03/03/ukraine-lamericain-exxonmobil-exploitera-les-hydrocarbures-de-la-mer-noire/

http://fr.reuters.com/la crimée veut gazprom pour exploiter les hydrocarbures

                                          ***

Concernant la Syrie, les pays de l'Otan sont fort intéressés certes par sa situation de carrefour de trois continents, par les traditionnels champs pétroliers du Nord-Est (Khamichlé et autres) 

Ces derniers ont d'ailleurs déjà été détachés par les rebelles islamistes jihadistes souvent non syriens, ces  "amis des hydrocarbures de la Syrie"  avec l'aide logistique active de l'Otan. Et de gros dégâts sur les populations sunnites locales des villages entourant les puits...

Mais il y a plus. Tel le gaz découvert récemment (dès 2009-2010)  au large  des côtes méditerranéennes orientales dont la syrienne.

 Des sociétés australiennes commencent d'ailleurs à s'installer... en face, à Chypre pour envisager l' exploitation de la zone off shore côté chypriote..

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/04/11/20002-20130411ARTFIG00542-malgre-les-tensions-chypre-mise-encore-sur-le-gaz-pour-s-en-sortir.php


Ces ressources de la Méditerranée occidentale intéressent les occidentaux au plus haut point, américains en tête.

D'où les coups de boutoirs de l'OTAN  en Syrie par islamistes interposés, dès 2011.

Dont ceux soutenus par l'Arabie Saoudite et le Qatar. Ce deux pays producteurs interviennent à double titre 1) pour installer un islamisme wahabite inconnu dans ce pays 2) pour raisons gazières.

 Or, la Syrie tourne dans l'orbite russe depuis des dizaines d'années.

Le mauvais camp pour les occidentaux. Et ce "gazprom", un empêcheur d'extraire en rond..Du commerce en roubles en plus ! Pas  en dollars.

Russie autre géant du gaz.


                 XXIème SIECLE: CONTRÔLE ENERGETIQUE GAZIER


Le XXème siècle était pétrolier, le XXIème sera gazier.

Le scénario programmé (NED) est bien de modifier la gouvernance moyen-orientale en profondeur pour accéder plus aisément au terrain.

Les occidentaux  ont apporté  leur soutien aux rebelles dés le début. Ce depuis les frontières turques et libanaises."Dégage". En réalité: "Dégage pour que nous nous installions côté énergétique" évidemment. Le reste: la gestion politico-religieuse de "bilad el sham" devant revenir aux "Amis des monarchies du golfe".

Un échec à ce jour. Le verrou russe a fonctionné. Jusqu'à quand?

Un échec humain avec ces milliers de morts des deux côtés (forces loyalistes et rebelles) et de déplacés en ...millions. Une guerre religieuse importée. Ces destructions patrimoniales irréversibles.

Toutefois un échec pour l'Otan. Car le gouvernement syrien a signé le 25 décembre 2013 dernier  un contrat de prospection ....avec la Russie (Soyuzneftegaz Company. )

http://www.europe1.fr/International/Accord-Russie-Syrie-de-prospection-petroliere-1753771/


        SILENCE MEDIATIQUE OCCIDENTAL SUR LES ENJEUX ENERGETIQUES

C'est exactement cette prospection qui intéressait l'occident !

Mais l'info est passée en brève le jour le Noël , non relayée.

Or, comment peut-on comprendre  les conflits  criméen, syrien sans intégrer  les molécules de gaz ou pétrole à l'analyse globale qui implique les relations Est-Ouest, les  Brics et la Chine ??

Comment ne parler que d'un supposé "printemps" alors que la matrice actuelle du conflit Est-Ouest est clairement nourrie par la nature des enjeux gazo-pétroliers à capter.

Comme une structure d'explication évidente, mais  invisible, silencieuse.

Car dire au grand public que l'on va installer en Syrie une démocratie - en réalité une démocratie islamiste radicale !- n'est pas affirmer ouvertement que l'on se bat, en réalité, pour le contrôle mondial des richesses.

En confrontation Est-Ouest directe.


                                                               Sylvie Neidinger

Suite : Tout l'est côtier de la Méditerranée est zone géostratégique de gaz non encore exploité, en devenir. Ce, avec  des quantités importantes. Il fait déjà l'objet de conflit de frontières maritimes.

http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110714trib000636248/le-gaz-provoque-des-tensions-entre-israel-et-le-liban

Les ressources gazières d'Israël sont déjà bien identifiées : Léviathan, Tamar, Aphrodite.

http://www.lesclesdumoyenorient.com/Le-gaz-en-Mediterrane...

Pour le Liban et la Syrie, la prospection est à faire.

Ce gaz oriental est vu comme source diversifiée gaz pour l'Europe justement en place du gaz....russe !fr.reuters.com/article/frEurope

Les commentaires sont fermés.