UA-65882359-1

20/12/2013

Replay du "miracle suisse", émission géostratégique

Replay de cette excellente émission de "Un oeil sur la planète" (France2)   passée très tard, trop tard lundi 16 décembre à 22h55. Tout le monde n'a pas pu la voir.

"A proportion égale la Suisse fait mieux que l'Allemagne(...) la réussite est basée sur son système de formation (...) une des clefs: sa démocratie directe"...."innovation ""flexibilité de l'emploi" Ca c'est juste l'introduction....Taux de chômage de 3% : le plus bas de l'Europe...

Elle est actuellement disponible. Profitez de la regarder !

http://pluzz.francetv.fr/videos/un_oeil_sur_la_planete.html

Fortement conseillée en replay. Attention elle dure  une heure 33 .

A la voir, les Suisses peuvent être fiers et faire un accroc à leur modestie habituelle d'ailleurs soulignée dans l'émission.

Ils peuvent se laisser aller... Ce n'est pas de l'auto-promotion: intéressant car des journalistes...non helvètes ont posé leurs caméras. Analyse des dizaines de raisons du succès basé" sur un résultat simple: une société dans laquelle chacun trouve sa place au passage par un mode  d'éducation pragmatique réaliste, souple ouvert sur les professions, les filières.

Tout système a ses points noirs et bien évidemment il ne faut pas avoir une vue strictement idyllique de la Suisse. Mais par comparaison les voyants y sont au vert !


EN SUISSE, CELA DISCUTAILLE SEC PUIS LE CONSENSUS EST ACQUIS

Visionnage fortement  conseillé en France aussi pour réfléchir sur ce qui ne va pas dans l'Hexagone, tous clignotants dans le rouge...Pays où  il faudra un jour ouvrir les yeux.

  Donc sa relation catastrophique à l'apprentissage, les résultats Pisa désastreux  pour le mammouth non flexible nommé éducation nationale.

Entre autres problèmes majeurs jamais réglés....Comme cet immense pouvoir concentré aux mains du Président de la république ( plus forte concentration autour d'un dirigeant des pays dits démocratiques)

François Hollande a juste lancé en 2013 trois  conflits externes (ouf!!!!) : Mali, Syrie (stoppé par le revirement de B.Obama) Centrafrique. Alors que l'économie du pays est en berne et qu'un coup de trique fiscal s'est abattu pour justifier de combler les déficits.

Du fait  du prince  sans contre pouvoir ni discussion ni vote au Parlement: ainsi le veulent les institutions de la Vème ! C'est légal. Comme Sarkozy le fit pour la Libye et J Chirac ne le fit pas-son honneur !- pour l'Irak...

Les Institutions politiques  font que le président-chef des armées peut, par le seul fait d'avoir été élu un jour,  décider, lui seul d'un conflit, lors d'un repas entre la poire et le fromage...Sans rendre de compte à personne.

Actuelle intervention guerrière en Centrafrique en totale  solitude et incapacité financière. Une fois sur place, la France réclame aide et argent des....autres. Etonnante procédure de décision et d'action à l'envers  !

Institutions françaises hyper verticales, pyramidales et  toujours empruntes de monarchie...même si désormais cette royauté modernisée est nommée "républicaine". Système fortement bloqué qui génère  des accès de fièvre sociale ( grève,grève..préventives !,  révolutions)

MONARCHIE REPUBLICAINE DE LA REACTION POPULAIRE

En France, le pouvoir en place de droite comme de gauche agit comme bon lui semble  (auto justifié par le fait d'avoir été élu donc s'arrogeant en droit de toutes les décisions même les plus saugrenues )  Puis il observe la REACTION populaire . On y  teste par ballon d'essais puis on recule. Ou on impose. Strictement le contraire de la votation permanente helvète !

Par comparaison, la bataille suisse est économique, celle de gagner des parts de marché... Et sa démocratie horizontale hyper vivante avec toutes ses votations.

A propos, la démocratie véritable  est moins facile à gérer et à vivre que le diktat arrivé d'en haut (comme cette semaine:  la réduction de vitesse sur le périf parisien annoncée par surprise par décision verticale, prenant tout le monde de court).

Autour des votations permanentes presque , les suisses y  passent du temps, cela discutaille sec.

Ce n'est pas facile, le débat.

Mais ensuite la confiance en la justesse de la décision et de facto  le consensus social  sont bien établis, solide comme du rocher de l'Eigger ou les pierres du Niton !

                                                                                          Sylvie Neidinger

Hashtag #uoslp

Commentaires

Bonjour Sylvie,

J'ai regardé cette émission ... depuis le centre de la France et sur mon ordinateur, pour ne pas déranger mon hôtesse, Française, scotchée sur une autre émission ...
Je pensais initialement écrire un billet à ce sujet, mais y ai renoncé, par réserve pour les louages tressées à la Suisse par un média français. C'est vrai qu'on n'est si peu habitués en Suisse à une telle posture médiatique française à l'égard de notre pays, qu'on se sent presque gêné. Pourtant, je n'ai pas relevé d'erreurs ou d'inexactitudes dans ce reportage. Juste peut-être d'avoir présenter M. François Garçon professeur à l'EPFL (mais aussi à la Sorbonne ...), comme citoyen français, ce qui est exact, sauf qu'il est aussi titulaire de la nationalité suisse. Je signale en passant que François Garçon a écrit il y a quelques années un livre intitulé "Le modèle suisse" (étrange similitude avec le titre du reportage de "France 2" ...), dont il s'est vendu probablement plus d'exemplaires en Suisse qu'en France, pays auquel il était bien évidemment initialement destiné.

Pour conclure ce qui m'a plu dans ce reportage, c'est que pour une fois, on sortait des clichés habituels sur la Suisse telle qu'on s'obstine à vouloir la voir en France. Une Suisse qui ne vivrait que grâce à la fraude fiscale, à la criminalité financière, etc. Une Suisse bardée de coucous, de chocolat, de montres et de banques ...

Bref, même s'il ne faut pas tomber non plus dans l'angélisme, car tout est loin d'être parfait en Suisse, l'émission de "France 2" a un peu remis l'église au milieu du village me semble-t-il.

Je vous souhaite de passer de bonnes fêtes !

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 20/12/2013

Bonsoir @Jean. Très intéressante votre remarque sur les sources du documentaire autour de François Garçon et de son livre. Pas étonnant: il y a une base structurée à un tel tournage qui au final dure une heure et demi. Enorme en termes télévisuels
Il est vrai que les Suisses ne sont pas en attente des commentaires sur eux-mêmes en positif ou en négatif.(=c'est le commentaire reçu d'un commentateur que je ne peux malheureusement passer car il contient une attaque ad nominem contre un individu précis )
Un reportage qui balise plusieurs secteurs, des journalistes qui se déplacent en Suisse pour interroger les chefs d'entreprise, les élèves...c'est de toutes façons intéressant: il n'y avait pas d'erreur et pas de cliché.
D'accord 100 % avec votre point de vue. C'est du bon boulot. S'il s'adresse à un public français au moins il sort des clichés !
Passez de bonnes fêtes Jean !

Écrit par : sylvie neidinger | 20/12/2013

OK, voici une version expurgée :
Très bonne remarque ce matin sur RSR, à propose de frontières : que ce soit en positif ou en négatif, les Français ont une idée très fausse de la Suisse. Et le drame pour nous, c’est que tous les médias de Suisse romande ont dans leurs rédactions une majorité de journalistes français qui répercutent ces idées fausses. Après toute une carrière de trente ans en Suisse, un journaliste français continue d’être parfaitement inculte sur la vie politique suisse : par exemple un certain qui partait en campagne dans 24 heures contre les JO aux Grisons avant que les citoyens de ce canton ne se prononcent sur ce sujet. C’est ce genre de comportement d’une rare cuistrerie qui montre que les relations franco-suisses sont vouées à l’échec et à l’incompréhension jusqu’à la fin de l’humanité.
En tout cas, il est important de bien souligner que tout ce qui est dit dans ce reportage, pour une fois favorable, n’a pas plus de valeur que les reportages défavorables.

Écrit par : Géo | 20/12/2013

Erratum !
Avec mes excuses pour la coquille, ce participe passé qui m'a échappé :

" ... Juste peut-être d'avoir présenté ..."

Bien évidemment !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 21/12/2013

-Merci @Géo pour votre point de vue bien affirmé pour le débat d"idées donc respectable. Bonnes Fêtes à vous aussi!
Le problème des rédactions que ce soit en Suisse comme en France c'est surtout qu'elles se vident des ....journalistes.
Plans sociaux, un article rédigé qu'un groupe balance dans tous ses journaux, mutation numérique etc..Les chiffres réels de la profession sont effarants. Dans l'autre sens M Cuenod par exemple tient un bon blog nommé "un plouc chez les bobos" où il se moque doucement des parisiens entre autres. Parler du pays voisin ne fait pas de mal selon moi Surtout si cela est exact et/ou traité avec humour.

-Merci @Jean pour vos exigences d'orthographe parfaite. Je suis moi-même toujours en demande de toute correction de faute qui aurait échappé. Dans une rédaction l'article est relu plusieurs fois par d'autres avant publication. Sur blog, on rédige vite et sans regard externe. Mais l'avantage magique du web on peut toujours corriger Sur papier la coquille est définitive.

Écrit par : sn | 21/12/2013

Désolée d'y mettre un bémol mais 150'000 français c'est largement sous-estimé. Genève en a déjà plus de 100'000, plus tout l'arc jurassien jusqu'à Bâle, plus les cantons de Vaud et Valais! (pourquoi nos routes frontalières sont saturées...au fait?) Merci aux Votants oui à Schengen!

Puis de notre côté, les personnes interrogées parlent bien de leurs niveaux très moyens de compétences.
Et ici on nous fait croire, et la presse le relaye si bien, que nous avons un besoin impératif des français, notamment, pour leurs hauts potentiels de compétences qui ne se trouveraient pas chez nous, dans nos 140'000 chômeurs et plus!

Ce n'est pas parce que l'on nous passe la brosse à reluire, qu'il faut tout gober sans esprit critique!?!

Les journalistes de France 2 (pas étonnant que cela soit cette chaîne justement)font de la propagande "gentillette" pour de la poudre aux yeux en étant parfaitement complices des autorités françaises afin qu'elles puissent mieux faire leurs sales combines sur d'autres plans.
(l'attitude mielleuse de Moscovici avec EWS, et leur justice avec les banquiers suisses....seulement ceux de notre pays...bizarre, mais voir plus bas!)

Juste au passage, La France a fait le versement de 276 millions à la Suisse
de ses arriérés d'impôts. En étant vigilent vous aurez remarqué que sur le mail que Broulis a reçu il y avait valeur au 30.12.2013 donc l'argent n'est pas encore là, et tous les journalistes RTS majoritairement français parlent d'un "versement" effectif!

D'accord, je n'ai pas confiance! Mais depuis falciani et consorts qui sont venus investir des emplois, notamment dans nos banques, pour voler des données afin d'en faire bénéficier le fisc de leurs pays aujourd'hui, je pense que la confiance béate est à bannir. Mieux vaut bien réfléchir sur les vraies intentions cachées. (Ca peut aussi être une belle devanture pour encourager encore plus de français à venir en Suisse).
N'oubliez jamais que l'UE veut absolument l'adhésion de la Suisse, comme les states d'ailleurs. Ca devrait vous parler puisque se sont ces deux pays principalement qui essaient de nous mettre à genoux.

Écrit par : Corélande | 21/12/2013

A propos d'une bonne émission qui permettra aux français de mieux connaitre notre pays, vous écrivez un mauvais billet qui permettra aux suisses de moins bien connaitre la France. Qualifier l'intervention française de guerrière est réducteur. Que dit l'ONU? D'autres forces africaines,débordées, ne sont elles pas sur le terrains? Ne faut il pas protéger et augmenter la présence d'organisations humanitaires? Ne faut-il pas sécuriser la situation dramatique pour la population, les femmes et les enfants étant en première ligne face à l'horreur? Et bien d'accord, la suisse siège à l'ONU. Exigeons donc de nos diplomates qu'ils demandent un vote pour le retrait des forces françaises. Après, on reparlera de l'image de la Suisse!

Écrit par : sancho pensa | 21/12/2013

Une dernière remarque à propos du livre de François Garçon "Le modèle suisse". L'ayant lu peu après sa parution en 2008 ou 2011 (?), je ne serais pas surpris d'apprendre qu'il ait inspiré le reportage de "France 2", pour ne pas dire qu'il lui a servi de "modèle" (?). En effet, la similitude des thèmes abordés dans les deux cas est frappante.

Les références du livre en question :
http://www.amazon.fr/Le-mod%C3%A8le-suisse-Pourquoi-beaucoup/dp/2262027951

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 21/12/2013

@Sancho qui pense. "Mauvais billet" c'est votre point de vue. Toujours cette partie des commentateurs qui s'autorisent à démolir et ne tiennent pas de blog eux-mêmes. Mais je le répète c'est votre point de vue. Dont acte.
Ma réponse identique donc sera pour vous très mauvaise ...
Trois engagements en moins d'un an c'est énorme. La France comme gendarme de l'Afrique mais pas un centime et un matraquage fiscal. Et définitivement, une méthode à l'envers: s'engager sans partenaire sans accord puis demander ensuite aux autres de payer la facture; F Hollande s'est vu hier accordé un cinglant non de la part des européens.

http://www.ladepeche.fr/article/2013/12/21/1780099-centrafrique-la-france-est-encore-seule.html

Etre tout seul sur une opération signifie que cela ne va pas quelque part.

Écrit par : sylvie neidinger | 21/12/2013

Madame Neidinger, veuillez m'excuser si l'expression "mauvais billet" vous a blessée. L'intention n'était pas de démolir. En fait, j'ai été extrêmement touché par un reportage de l'émission "envoyé spécial" qui montre la situation catastrophique à Bangui. Quand il faut agir dans l'urgence,dans ce cas avec l'accord de l'ONU, pour des raisons humanitaires il faut le faire.
La Françafrique, c'est évidemment critiquable, surtout que l'histoire nous montre les magouilles que recouvre ce mot.
Mais utiliser le drame actuel pour condamner le pseudo gendarme de l'Afrique me trouble moralement. Et le non Européen est surtout cinglant pour les victimes de ce conflit. Ne rien faire serait la solution?

Écrit par : sancho pensa | 21/12/2013

@ Corélande :

Permettez-moi d'apporter quelques démentis et précisions concernant votre commentaire ci-dessus.

1° L'ouverture du marché du travail suisse aux ressortissants de l'UE, qu'ils soient résidents ou frontaliers d'ailleurs, n'a rien à voir avec les accords de Schengen, mais avec les "ALCP", autrement dit les "Accords de Libre Circulation de Personnes" que la Suisse a signés avec l'UE. Les accords de Schengen quant à eux ont supprimé le contrôle systématique des personnes aux frontières des Etats. Cette confusion entre "ALCP" et "Schengen" dans le public est malheureusement fréquente, mais les deux accords visent bien des objectifs distincts. Voir ici les "ALCP" :

http://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/19994648/201309010000/0.142.112.681.pdf

2° Les statistiques sur le nombre de frontaliers actifs en Suisse et son évolution sont accessibles sur le site du "BFS - Bureau fédéral de la statistique". Voir ici :

http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/03/01/new/nip_detail.html?gnpID=2013-274

Selon le "BFS", on dénombrait très exactement 276'386 frontaliers actifs sur l'ensemble de la Suisse à fin juin 2013, dont 145'470 Français, soit 53% de l'effectif total. Dans le canton de Genève, ils étaient 68'677 à la même période.
Remarque : les ressortissants suisses résidant en France voisine et travaillant en Suisse ne sont pas comptabilisés dans les effectifs ci-dessus. Ils seraient environ 20'000 dit-on.

3° Concernant Falciani, c'est la HSBC qui l'a embauché et personne ne lui a mis un pistolet sur la tempe pour qu'elle l'embauche. Il va de soi que la HSBC s'est bien plantée avec cet individu qui s'est révélé être un escroc et non pas le chevalier blanc tel qu'on nous le présente en France. Falciani a agi par cupidité et non par patriotisme désintéressé.

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 21/12/2013

@Sancho Pensa, merci de votre retour
Votre point de vue se tient. J'ai d'ailleurs publié votre commentaire malgré les réserves sur un point.
Le problème que vous soulevez, un massacre à Bangui et la méthode pour juguler est difficile. Que faire? Intervenir ou non?
Cela peut être de l'ingérence aussi. Ou mettre de l'huile sur le feu de la part d'une armée européenne vue sur place comme de "blancs". L'armée française au Rwanda avait pris position pour un camp à l'époque.La sale guerre de religion qui sévit au Nigeria est absolument atroce aussi...Et le listing très long. Nous sommes nous, tranquilles devant nos sapins. Les causes des conflits sont souvent géo-stratégiques (ressources naturelles etc) Je comprends votre sentiment d'impuissance "collective."pour l'Afrique.
Tout ceci pour revenir à nos moutons. Le président français a des pouvoirs démesurés que les Suisses n'accepteraient pas dans leur démocratie. Bonnes fêtes. Esprit de Noël !

Écrit par : sylvie neidinger | 21/12/2013

Merci @Jean pour les précisions factuelles et la référence de l'ouvrage très très probablement à l'origine du docu.

Écrit par : sylvie Neidinger | 21/12/2013

Les commentaires sont fermés.