UA-65882359-1

17/10/2013

Taxes...rétroactives: les chefs d'entreprises hurlent leur ras-le-bol.

Lu dans l'édition Rhône-Alpes du Journal des entreprises, N°312. Octobre 2013.

TitreRas-le-bol des patrons. Les raisons de la colère!

Extrait de la voix des patrons rhônealpins présentés comme ulcérés:

*Page 3.Témoignage N°6:

CICE et dette. Pierre-Nicodème Taslé, Bee-Buziness (Isère)

"Le crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) est un gadget de plus. Cela ne règle rien puisque les 20M euros que le gouvernement nous donne d'une main sont repris de l'autre. Cela rajoute simplement de la complexité aux entreprises, aux experts-comptables et conseils qui doivent monter les dossiers. Au final, cela n'apporte pas grand chose si ce n'est un coût supplémentaire pour les entreprises. Il aurait été préférable de baisser les charges. Quand à la dette, la vraie question est : nos politiques ont-ils intérêts à diminuer? La réponse est non! Ces gens vivent sur le dos de la dette, ils n'ont donc aucun intérêt à réformer le système qui les fait vivre. Demander aux politiques de réduire leurs dépenses, c'est comme si vous demandiez  à un chef d'entreprise de diminuer un chiffre d'affaires!"

A cette lecture, un chef d'entreprise  commente et précise ce que le terme "politique" ici employé signifie: les collectivités territoriales, la fonction publique, globalement   l'Etat français qui, malgré la décentralisation  ont gardé  toutes leurs prérogatives.

Et de conclure: les haut-fonctionnaires, éloignés du terrain économique réel chargent  la barque de l'entreprise comme jamais dans l'histoire.

Effectivement la "décentralisation pour simplifier" s'est traduite en France par une multiplication de niveaux décisionnels. En toute déconnexion de responsabilités les uns vis à vis des autres, en plus !

*  Dans le même magazine, on trouve en page 10 directement une illustration du témoignage de M. Taslé  par le cas réel vécu  d'un autre de ses homologues, Bernard Antoniazzi, autour d'une taxe rétroactive du Conseil Général du Rhône,  dont les chefs d'entreprises n'étaient pas.... informés. Et donc la somme non budgétisée. Colère :

Titre :"Le coup de gueule de Bernard Antoniazzi, directeur d'Agis Tarare président du Club entreprise Tararévolution.. Ce sont les emplois qui partent en fumée"

Extrait d'article: "(..) mi-août, l'on nous informait que nous étions assujettis à une nouvelle taxe locale, le VTA, versement transport additionnel suite à la création d'un syndicat mixte(..) Cette taxe étant applicable à compter du 1er juillet  aux entreprises de plus de 9 salariés du pays de Tarare.(..) Je suis tombé de ma chaise. Je n'avais jamais entendu parler de cette nouvelle taxe. Idem: les autres adhérents. Je suis indigné sur la forme et sur le fond. Sur la forme parce qu'on n'envoie pas un courrier nous enjoignant  de  mettre nos bordereaux  en règle sans information préalable. On reçoit un courrier de l'URSSAF le 20 août  nous informant d'une nouvelle taxe entrée en vigueur le 1er juillet. C'est n'importe quoi. On marche sur la tête. Ces fonds n'ont été budgétisés par aucune entreprise. Nous n'avons pas été alertés !(...)

Pour ce patron, cela représente tout de même 35 000 euros. Il paiera évidemment. Mais dit que cela se fera au dépend des embauches.

Une taxe de plus. Ici, pour la création d'un nouveau "syndicat mixte"  entre le département du  Rhône et la communauté d'agglomérations de Villefranche-sur-Saône.

Une nouvelle tranche du mille feuille administratif français obèse qui au lieu d'être mis au régime se voit ajouter des couches de crème.

Douceurs que doivent payer ici les chefs d'entreprises. Et dans d'autres cas, les particuliers (taxes d'habitation et foncières).

La France n'est pas simplement dans une instabilité fiscale mais bien dans  une Taxes-Folie.

Le monde de l'ENTREPRISE est bien celui qui  créé des EMPLOIS. Aujourd'hui il paie ses TAXES.

                                                                                                    Sylvie Neidingerjournal des entreprises,cg du rhône,bee-businessrhone-alpes,tarare;




Révolte quotidienne
















 Encore une nouvelle taxe pour les entreprises ! (18/10/2013):

lepoint.fr/auto-addict/business/encore-une-nouvelle-taxe-sur-les-vehicules-de-societe-18-10-2013

http://www.europe1.fr/Economie/A-quoi-sert-un-portique-ecotaxe-

http://www.20minutes.fr/ledirect/1238853/20131019-finistere-nouvelle-manifestation-contre-ecotaxe-pres-portique

Les députés drogués aux taxes

    Colère des Français:

/www.lepoint.fr/economie/les-agriculteurs-se-mobilisent-contre-l-ecotaxe-22/10

cela gonde.rapport des Préfets      

-l-etat-le-plus-bete-du-monde

Caricature Sylvie Neidinger du 10/12/2012. A l'époque c'était une taxe sur les oeuvres d'art.

journal des entreprises,cice,bee-businessrhone-alpes,france

19:46 Publié dans P-Politis France | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : journal des entreprises, cg du rhône, bee-businessrhone-alpes, tarare; | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.