UA-65882359-1

31/05/2013

Hommage de Genève à Jean Starobinski au Palais Eynard

 Le Palais Eynard avait lancé un clin d’œil au ciel, ce mercredi 29 mai à 18 h30. Et les cieux   bien compris le message, par une magnifique ambiance vespérale qui  imprégnait le parc des  bastions...jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genèvejean starobinsky,sami kanaan,ruthdrifuss,mrl,genève

Dynamique amplifiée par l’intéressante  tension entre un fond d’air frais, des corps qui s’ingénient à déclarer les beaux jours ouverts et une luminosité solaire inespérée !

La Genève politico-culturelle honorait ce jour là Jean Starobinski, de la célèbre «  Ecole de Genève »  Critique Littéraire si fameuse dans le monde des lettres.

A l' invitation de la MRL, Maison de Rousseau et de la Littérature.

 Genève représentée à  l’échelon de l’Etat par la présence introductive du Conseiller Sami Kanaan. Voire à l’échelon Fédéral indirectement par celle de sa première  Présidente (1999)   Madame Ruth Dreifuss.jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

Le  Conseiller d’Etat  à la Culture   souligna combien l’hommage se  devait d’être rendu en ce magnifique  Palais Eynard, lieu construit sur l’emplacement d’un ancien bastion.

 UNITE DE LIEU MAIS FORT HEUREUSEMENT PAS DE TEMPS !

 L’unité de lieu de la  pièce de théatre dix-huitièmiste qui s’est jouée ce soir là fut  essentielle.

Jean Starobinski prit la parole pour dire combien l’honneur  rendu en ce lieu précis  le touchait. Il a avoué que enfant, il adorait venir jouer en voisin,  au football aux pieds du Palais. Et combien il  a commencé sa formation intellectuelle par d’intenses lectures à la Bibliothèque, juste en face.jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

[ Bibliothèque  où sa première fiche de lecteur est aujourd’hui précieusement conservée  ]

De facto : l’unité de temps n’avait plus de sens dans ce contexte: c’est bien de l’épaisseur d’une vie qu’il s’agit. En l’occurrence commencée de 1920. Voire même avant. Puisque  L'écrivain  a démarré  par évoquer sa biographie.

Au commencement …était le père qui décida  de quitter la Pologne, il y a un siècle  pour venir étudier la médecine à Genève. Vertige du temps écoulé : les "années  lycée"de son fils Jean datent  de... 1936 !

jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

 

 Deux spécialistes de son œuvre entouraient ce soir là Jean Starobinski de leur compétence. En réalité de leur affection puisqu’il les a qualifiés d’amis: Martin Rueff et Jean-Claude Bonnet.

jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genèveCe dernier a pris la parole pour souligner que le célèbre critique, écrivain, essayiste, spécialiste du XVIIIème siècle ne fut pas trop  influencé par la mode années 80  qui mettait en exergue les écrits libertins. Jean Starobinki est resté dans du lourd et du solide : Rousseau et Diderot !

« Le premier, un  introverti, véritable homme des livres, le second , un  extraverti homme des feuilles » comme l’a si élégamment souligné le genevois.

Après le Tricentenaire de la naissance de Rousseau, rideau est désormais ouvert sur le Tricentenaire    de... Denis Diderot né le 5 octobre 1713.jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

L’occasion de relire tous les ouvrages que Jean Starobinski lui a consacrés.

Pour mieux comprendre, de l'intérieur, en tête à tête avec le célèbre critique  !                                                                                                                    Sylvie Neidinger

 


jean starobinski,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève*Post scriptum. En fin de la conférence enregistrée ( enregistement à venir ici dès que publié)  le public n’avait  pas trop osé casser la magie des mots prononcés et poser de questions. Finalement lors du cocktail qui a suivi, j’'ai demandé à Jean Starobinsky si le fait d’être à la fois homme de lettres et médecin portait  un signification particulière ?? En effet, certains médecins-écrivains  théorisent leur double –compétence. Point de cela. Il a répondu très simplement par une négation qui reclassait son ordre de préférence «  la médecine n’était pas mathématique à l’époque comme elle l’est devenue aujourd’hui » Et laissé comprendre que ce métier lui a surtout permis de vivre au démarrage. De bien vivre sa passion des Belles Lettres de facto. Avec une malicieuse conclusion" la rigueur scientifique d'un côté et l'intuition poétique de l'autre".

*Nota. Le Conseiller  Sami Kanaan a évoqué dans sa présentation le soutien de l'Etat de Genève aux lettres.jean starobinski,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève Un soutien quelquefois direct vis à vis par exemple d' un éditeur. Ce qui n'est pas évident pour tout le monde...L'homme politique n'a pas caché l' existence de véritables débats avec ses homologues de la zone suisse alémanique "qui ne voient pas du tout les choses comme nous" Lui  assume tranquillement la position de l'aide culturelle active.SN.  

*Lire article de ce blog consacré à Rousseau le  jour du Tricentenaire à Genève : Banquet républicain à Genève. Lettre à Rousseau, premier Indigné.


                                                           Rubrique GeneVie

jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

 

 

13:50 Publié dans A-GeneVie, A-Helvetia, LIRE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean starobinski, sami kanaan, ruth dreifuss, mrl, genève | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.