UA-65882359-1

29/04/2013

WECF à la Une lors de l’inauguration de la Cité de la Solidarité Internationale

 Women in Europe for a Common Future (ONU) fut  sans le vouloir la vedette en ce jour wecf france,onu,cité de la solidarité internationale,ong,charles beerd’inauguration des nouveaux locaux de la Cité de la Solidarité Internationale sis à Annemasse au 13, avenue Zola (rappel : 16/04/13)

 Les femmes étant pragmatiques et concrètes, le  gâteau n'a pas été oublié,  illuminé de ses cinq bougies !

 Raout pas si ordinaire... vue la nature extrêmement institutionnelle des personnalités politiques qui se sont déplacées : Charles Beer, Président du Conseil d’Etat de Genève, Sally Fegan-Wyles (Unitar, Nations Unies) l’Ambassadeur français à l’ONU Génève, Nicolas Niemtchinow, Sylvie Gillet de Thorey du Conseil Régional Rhône-Alpes,  G.F.Leclerc, Préfet de Haute-Savoie, Georges Deléaval et  Christian Dupessey, d’Annemasse Agglo entre autres.

wecf france,onu,cité de la solidarité internationale,ong,charles beer WECF France  par sa présidente Anne Barre était en fait la véritable  puissance invitante.

Normal: elle fut pionnière en s'installant côté France,en 2008. C'est à dire côté législation  européenne. Ensuite rejointe par d’autres ONG.

 LA VOIX DES FEMMES POUR UNE TRANSITION ECOLOGIQUE

 Appel : WECF, ce  réseau de 150 organisations féminines environnementales est toujours en recrutement de bénévoles !

Ses Pôles d’action : eau+assainissement, énergie+climat, agriculture+biodiversité, santé+environnement, droits+genre.

 Femmes et hommes politiques de premier plan ont donc tenu à inaugurer la Cité de la Solidarité Internationale, signe de l'importance des enjeux.wecf france,onu,annemasse,grand genevecité de la solidarité internationale,ong,charles beer

Et l’air ce jour là, à Annemasse, à quelques mètres de l’arrivée du futur CEVA ( 20 mn de Cornavin prévus en 2014) respirait le Grand Genève, cet indéfinissable consensus franco-suisse qui regarde l'avenir dans le même sens.

 Ce nouvel "esprit de Genève" qui intègre  les données cantonales, municipales  régionales, internationales.

La dualité franco-suisse promeut les ONG genevoises dans le monde désormais   sous deux versants : le côté suisse et le  français.

(L'atmosphère  ne sentait pas les miasmes du célèbre "Robert le frontalier" !)

 Les responsables présents ont évoqué à la tribune, chacun à son tour, la place grandissante que les ONG civiles vont prendre à l’avenir dans la gouvernance mondiale.

 Ils appellent de leurs vœux la plus grande intégration entre la place internationale de Genève et son arrière base hexagonale aux portes de la ville.

 Le discours de Charles Beer évoquait la bonne « articulation » entre les territoires. Il usitait du  terme de « trait d’union » . Union de deux diplomaties, au sens où l’union fait la force, 1+1=3.

 wecf france,onu,annemasse,grand genevecité de la solidarité internationale,ong,charles beerPour revenir aux actions de WECF, rappelons que le 25 avril dernier était célébré « Equal Pay Day »

OUI. Encore  en 2013, les femmes gagnent moins que les hommes à travail égal. Un pourcentage allant quelquefois au-delà d’I/3.

Du travail en perspective pour changer les mentalités.

Courage, Anne et son équipe évidemment ...masculino –féminine !

                                               Sylvie Neidinger

                                                                                       

25/04/2013

Peau de murs n°1. Annemasse. Du végétal.

Nouvelle rubrique à propos du VISUEL URBAIN  baptisée : PEAU DE MURS.

rubrique peau d emurs
















Après la rubrique Graph'Urbain-Street Art qui expose les créations graphiques verticales, expressions artistes souvent éphèmères, il s'agit ici de rendre compte du  foisonnement des idées d'architectes.

Cette profession enrobe les façades contemporaines de  formerubrique peau d emurss/matières inédites.  Un nouveau territoire visuel à rendre compte, intéressant.

D'où que soient les bâtiments ... 

  

                                          Sylvie Neidinger

   Peau de murs n°1-/13, avenue Emile Zola. F-Annemasse.  Traitement: végétalisé. Mais ....bien sec !



                             Rubrique Peau de mur

01:51 Publié dans U-Peau de mur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rubrique peau de murs, urbanisme, architecture, façades | |  Facebook | | | |

22/04/2013

Le Prix Pulitzer à un sniper! Reporter de guerre sale.

La photo est magnifique.  Elle vient de  recevoir le 15 avril dernier la distinction américaine la plus pulitzer.GIFvalorisante du monde de la Presse: le prix Pulitzer 2013 catégorie photo, l'une des 14 sections du Journalisme, par l'université de Columbia.

Il a été attribué à Javier Manzano, un  indépendant d'origine mexicaine pour un  cliché issu du siège d'Alep, sa première pige AFP, en plus.

Info issue du terrain. Le courage de se rendre sur place, sa prise de risque individuelle.

Le  directeur adjoint du service photo de l'Agence France Presse  pour le Moyen-Orient et le Maghreb, Hassan Mroue, affirme avoir reçu du free-lance  ce cliché au premier jour de sa collaboration. Il se rappelle de l'avoir immédiatement qualifiée de "chef d'oeuvre"

prix pulitzer,photo-journalisme,manzano,usa,syrie,rebellesu

La photo est esthétiquement intéressante, très construite avec les raies de lumière entrant qui contrastent avec la kalash en "rayon"sortant.

Elle pose pour autant un énorme problème moral puisqu'elle valorise le sniper, le tireur de l'ombre, celui qui, bien caché et protégé par son mur, tire dans le dos ou en traître !

Curieusement aucun commentateur  n'a signalé la chose.

Parce que les snipers en question sont des rebelles syriens, ceux que  l'Otan et les pays du Golfe  installent, soutiennent, financent et arment ???

Le "canardeur" qui snipe n'avait jamais été positionné   médiatiquement avant cela en tant que vedette à la Une de toute la presse internationale ! Il semble que cela soit une première.

La chose  démarre  avec le conflit syrien. Car effectivent en plus de ce  cliché et prix accordé à   Javier Manzano,  quelques reportages tv sur les snipers d'Alep  sont passés récemment à l'heure de grande écoute  tournés.. derrière les murs !

Ils valorisaient ces individus cachés fiers de compter leurs trophées de chasse  [note de la blogueuse: hyper surprise par  cette nouveauté en matière d'information, j'avais à chaque fois bondi de 20 cm de ma chaise et noté les identifications de  chaînes TV, la date et l'heure mais ne retrouve plus ma note papier pour les citer ici. Complément d'info à venir]

revelles 2.GIF

Le tireur de l'ombre avait jusqu'alors mauvaise réputation. Les médias ne le valorisaient pas.

Désolée de le faire remarquer dans cet article, mais à peu de choses près,  la  définition du sniper (oui, inventons le terme de  "sniprisme ") correspond exactement  à celle du terrorisme. L'un fait exploser des bombes globales, l'autre par tir de précision. Dans les deux cas par surprise. Et  terrorisant les populations civiles concernées.

*Le sniper dans l'univers du  conflit militaire: Comme à Beyrouth dans les années 80, il a symbolisé les  problèmes des combats modernes de type "guerilla urbaine". Avec une terminologie négative. On a parlé de "libanisation"comme prototype de guerre civile où votre rue, celle de votre  boulanger et de votre  boucher devient un  abattoir du hasard.  Mort par surprise.

Ensuite, historiquement, le  conflit yougoslave ( avec le siège de Sarajevo)  a continué à véhiculer cette problématique du tireur embusqué (film Tirs de snipers à Sarajevo sur Sniper Alley).

*Le sniper dans l'univers civil L'évènement majeur le plus récent est celui  qui a traumatisé toute une ville en octobre 2002. John Allen Muhammad, le tireur fou  exécuta depuis son véhicule 10 personnes à Washington DC. Un film a été tiré en 2003 de ces 23 jours de terreur sur la ville : D.C. Sniper: 23 Days of Fear  (Sniper : 23 jours de terreur sur Washington en français.) 

Sans oublier le célèbre précédent, l'assassinat du président américain John Fitzgerald Kennedy le 22 novembre 1963 lors d'une visite officielle à Dallas, où il fut abattu par le sniper  Lee Harvey Oswald.

SPHERE MEDIATIQUE MILITARO-CIVILE

 *Globalement dans l'univers strictement  militaire, la présence du sniper comme outil de combat n'est pas une surprise.  Il y a bien longtemps que le code d'honneur en matière de destruction de l'Autre a disparu. Les politesses de la chevalerie du Moyen-âge sont rangées aux oubliettes.

Point n'est besoin d'invoquer Machiavel et son Prince, ni le Chinois  Sun Tsu et son Art de la guerre (1er traité historique, du VIème av Jc. 孙子兵法, pinyin : sūn zǐ bīng fǎ, littéralement : « Stratégie militaire de maître Sun »)

On fait confiance à l'être humain pour avoir tout inventé pour détruire son ennemi. Jusqu'à le manger dans certaines tribus traditionnelles ! 

Dans  le monde moderne, un conflit se multi-décline par:  de la bataille lourde, du renseignement, de la bataille de l'ombre, de la guerre économique, psychologique , de l'usage de snipers, de la torture etc. 

Sans oublier le contrôle des infos militaires  par  médias interposés, les orientations des  opinions publiques civiles.... Tout ce que l'on peut nommer la " sphère médiatique militaro-civile"

*Or, l'univers médiatique civil est dit lui, "grand public" Toute la famille, les enfants sont réunis devant le petit écran qui normalement suit des normes de déontologie.

Bien évidemment tout le monde apeut avoir accès par internet au pire du pire (tortures etc.)  Mais normalement pas sur les médias traditionnels,  ceux pour qui le Prix Pulitzer est attribué.

Selon moi, cette année,  en valorisant le tireur traître on passe un cap (im)moral.  Une nouvelle  frontière s'installe sous nos yeux  dans notre "morale collective "

Analyse : Elle tient de la notion du  commanditaire et de la responsabilité du"donneur d'ordre", de la chaîne de commandement et de la nature de l'acte.

Oui, un bombardement militaire qui lâche des obus sur des populations civiles totalement impuissantes n'ayant même pas le temps de courir  à un abri est   un acte  tout aussi lâche que celui du sniper. Par l'effet de surprise, par  la disproportion et l'impuissance à pouvoir réagir.

Mais l'espace aérien reste un espace obligatoirement contrôlé par les grandes puissances et leurs systèmes d'écoutes, leurs radars, drônes.... Les Lois internationales de la Guerre vont alors entrer en jeu : les autorisations ou non ...Les conflits vont  se régler devant une instance supra-nationale : l'ONU et son Conseil de Sécurité.

Par exemple récent,  les Russes ont peu apprécié les bombardements Otan massifs en Libye. Ils l'ont fait savoir. La chose est publique, la  source des tirs identifiable. Avec l'aérien ou le sous-marin, les grandes oreilles militaires de tous bords -les dites orielles d'or...- sont à l'écoute permanente. Pas si aisé dans les contexte urbains de villes: Alep : plus de 1,5 million d'habitants.

Dans une ville, n'importe quel illuminé peut prendre un kalash et tirer en cachette sur les passants. Qui est en responsabilité de ce tireur dans un  contexte dégradé de guerre où la population désorientée ne sait plus trop qui fait quoi ?

Une Libanaise me racontait récemment comment, adolescente à Beyrouth, elle fut prise dans le viseur d'un sniper au milieu d'une voie. Il l'a ratée,  sa chance. Pour elle avancer ou reculer était aussi dangereux. Intelligente, elle a joué au chat et à la souris en mettant deux heures pour traverser en passant d'un obstacle à l'autre ( carcasse, béton cassé...) dans des laps de temps différents. Quelle chance elle a eu,  sachant la devise des snipers : "un tir, un mort"!

JOURNALISME TRASH

Horreur au pied de son immeuble : avec  les snipers,  on entre dans l'anarchie sur le terrain, dans la sale guerre civile au coeur des cités, anonyme.

Quel statut du  sniper camouflé ? Un militaire qui tire dans le dos ou un délinquant de droit commun ? Sur qui le sniper tire ?

Jusqu'où va son critère de sélection de la cible  ? Ici, la jeune fille beyrouthine qui va acheter son pain.Pourquoi ? Parce qu'elle est d'une  communauté qui ne plait pas au sniper?

Parce qu'elle n'est pas du bon côté du trottoir? Un trottoir serait pro-sniper et le trottoir d'en face anti ??? Quel enfer pour les populations civiles ???

Facilité pour se venger d'un voisin qui dérangeait par un  assassinat de l'ombre sans responsabilité du tireur. Processus  de désintégration sociétal. Sans ONU. Sans contrôle.

OUI une limite morale est franchie à mettre en vedette ceux qui pratiquent le "tir caché  dans le dos"

De quelque bord que ce  soit.  Il n'y pas un cas où c'est bien et l'autre où cela ne l'est pas.

Le prix Pulitzer 2013 valorise les snipers cachés. Le prix Pultizer 2014 va-t-il valoriser la torture?

Une limite déontologique du Reportage de guerre a été franchie cette année avec le conflit syrien et les snipers.

Elle n'est pas la seule.

Ce conflit est vendu comme pro-démocratie par les occidentaux qui en réalité installent un islamisme radical wahhabite. Pour mieux contrôler les réserves énergétiques déjà connues ( celle de l'Est ) et les immenses réserves de pétrole qui viennent d'être détectées sur la Côte méditerranéenne  syrienne.

Observation : nos médias ici,  suivent ces orientations géo-stratégiques militaires.

OUI, on peut parler de Journalisme trash, ou de reporter de guerre sale.

Pourquoi le sniper est-il effectivement immoral, immonde ( car il l'est effectivment !!!!!) lorsqu'il terrorise Washington ou tout autre lieu. Mais  moral à Alep? 

Incompréhensible. Non pas le phénomène sniper, l'homme ayant toujours inventé à la fois  le meilleur et le pire. Incompréhensible : le néo-journalisme trash grand public.

                                                                                                 Sylvie Neidinger

 

 Rubriques du blog Neidinger  concernées par cet article: Série Syrie-Surya et Journalisme-Journalistes

                                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19/04/2013

Le vieux parler genevois sur Gallica

Intéressés par l'ancien dialecte génevois ? Je vous signale un ouvrage de 1827 en libre lecture sur le site numérique Gallica de la BNF.               

Autres articles liés au thème:

Mais que reste-il du patois genevois ? TDG  rédigé en 2009

Hymne de l'Escalade. En dialecte, variété du franco-provençal. Document issu de l'Université Laval (Que) Canada.

Ite Missa  est. La messe est dite pour le genevois qui a disparu comme langue vivnate.  Il semblerait à  lire les Québecois que leur parler comptemporain garde encore  des traces de locutions du dialecte genevois !
                                                                                        Sylvie Neidinger


vieux parler genevois,bnf,gallica

17:00 Publié dans A-Genève-Histoire générale, A-GeneVie, A-Helvetia | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : vieux parler genevois, bnf, québecois, gallica | |  Facebook | | | |

17/04/2013

Le salut du journalisme : hyper-local ou en hyper-web-proximité?

La chaire "Convergences, Laboratoire du journalisme numérique" basée à Grenoble P1080091.JPG(Sciences-Po, GEM et Supcréa) proposait récemment un Forum de réflexion sur le thème de la mutation médiatique face à la digitalisation.

Quelques suisses invités n'avaient pu faire le déplacement.

Réponse, docteur ?

Article disponible sur le site du Club de la Presse 38

Dont ma  conclusion suite aux diverses interventions :

"Il ne s’agit  pas pour les médias d’aller conquérir la niche géographique locale la plus infime....

Hyper local n’est   pas un stade infra du local,  lui-même supposé  placé  sous le régional.

Avec la webosphère, les anciens codes  hiérarchiques sont cassés.

 L’info est consommée par un « consommateur en proximité médiatique » qui de ce fait se sent « en communauté d’intérêt, de sujet, de thématique »

Qu’il habite à 2 km ou à l’autre bout de la terre, il ressent une grande  proximité phatique, empathique.

En fait l’hyper local, c’est juste de l’hyper  lointain connecté !"

C'est en tous cas ce que les blogs TDG nous enseignent ! Au nombre de 400, ils sont normalement en référence avec la région lémanique franco-suisse. Leurs thématiques retenues tournent autour du genevois pour partie et de grands thèmes à la Une. Elles montrent en tous cas une réelle  communauté locale de lecteurs.

Mais pour une part seulement !dijonscope,sabine,torres,chaire convergences,journalisme

Les blogueurs sont surpris de recevoir des courriers de l'autre bout de la planète issus de personnes qui se sentent tout autant en ...proximité !

                 Sylvie Neidinger

 

 

 

sur la photo:Sabine Torres, unique actionnaire de Dijonscope, une pure"pure-playeuse", véritable "patronne de presse"localisée en région Bourgogne.

Elle réclame non pas des subventions mais une égalité de traitement par les pouvoirs publics: une TVA à 2,1 % comme la presse et non à 19,6 %pour son site en ligne.

A 18 ans, cette journaliste ...pure et dure(qui ne participe ni aux cocktails-presse ni aux voyages de presse invités, ni au journalisme de communiqués)  avait déjà lancé son  premier site internet...

Après avoir adopté pour Dijonscope la formule gratuite puis l'abonnement payant, elle affirme aujourd'hui que "si le lecteur ne me suit pas, je ferme" Réaliste et courageuse ! SN

Rubriques du blog Neidinger concernées : Journalisme, journalistes /Blogosphère#web@com

15/04/2013

Syrie-Surya: Stalingrad ?

Rubrique Syrie-Surya sur blog Neidinger SIDERATION

deir zoor syrie.GIF

syrie-surya,sideration

Bataille de Stalingrad, parmi les batailles urbaines les plus violentes de l'Histoire

 photos=capture d'écran

                                      RUBRIQUE PROCHE-ORIENT SERIE SURYA

08:19 Publié dans H-Histoire avec un H, P-Proche-Orient.Surya | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie-surya, sideration | |  Facebook | | | |

14/04/2013

Street Art n°6. Street Park, Genève: modèle théorique!

 Lieu: Genève face au Stade Servette/centre commercial La Praille.  Dénomination: Street Park. Expression: plurielle. Catégorie: modèle "théorique"...parfait !

Rubrique Street Art, du blog Neidinger.

geneve,servette,praille,street park,street art
Dans Street Art, il y a Street, la rue..... RUE.













Pourquoi devant le stade Servette/centre Praille (Genève) le Street Park peut-il être qualifié de "modèle théorique"?

P1060718.JPGParce qu'il  il a fallu pas moins de 8 voies routières pour donner structure à cet espace !

Deux double-voies "en plafond" ( autoroute d'accès au Quartier Praille) et un  double-voies de chaque côté.

Espace enchassé, construit par tous ces accès routiers.

Les graphs de cet univers dédié aux sports urbains sont plaqués  sur les PILIERS qui supportent  structurellement  la 4 voies.geneve,servette,praille,street park,street art

P1060724.JPGAucun graph ne ressemble à l'autre. Expressions plurielles, artistes divers.


P1080036.JPG

Sur un pilier : une expression personnelle  révoltée.


De celui qui, taguant illégalementent,  se voit infliger des travaux d'intérêt général. Il rédige autour du drapeau suisse:"pour avoir fait un peu trop à fond 3 mois de peinture illégal petit séjour à chandollon et travail d'intérêt général"*

Ce qui pose le problème du Street Art, qui s'immisce dans les interstices fonctionnels urbains - ici un drôle d'espace  difficilement aménageable.

  Interstices également entre légalité et illégalité.

Visiblement au Street Park, pas  de problème d'autorisation, c'est ok ! 

                                     Sylvie Neidinger

Champ-Dollon= prison.Le grapheur qui s'exprime a dû y aller fort ....


P1080041.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1080023.JPG 

 

 

 

 

 P1080015.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 P1060726.JPG

P1060729.JPG

 

P1060720.JPG

P1060719.JPG

 

P1060721.JPG

P1060730.JPG

P1060727.JPG

12/04/2013

Oubli numérique ? « Google/Face » et...Geneanet contre Bruxelles.

Des acteurs a priori antinomiques se retrouvent dans le même camp face à l'Europe.

Geneanet, le célèbre portail-gratuit- de généalogie lance une pétition contre le projet d'oubli numérique qui pose le problème du traitement des données donc des...Archives, notre mémoire collective.

Il rejoint en cela les poids lourds que sont Google et Facebook.

Le dossier est compliqué. La Commissaire européenne Viviane Reding  veut protéger les données personnelles des internautes qui relèvent de sa compétence territoriale.

Au printemps, le Parlement de Strasbourg se saisit de la question avec, déjà  plus de 3000 amendements  déposés,  signe d’un intérêt politique.

La précédente Directive date de l'âge préhistorique du net, en  1995.

L'actualisation en cours consisterait à  poser le même cadre juridique à  tous les pays européens concernés. Aucun problème sur ce point.

La polémique enfle avec le projet spécifique du " droit à l'oubli numérique" réclamé aux multinationales du net Google et Facebook.

 

Selon  un site en ligne  "il s'agit pour la commissaire européenne qui défend son adoption depuis 2010 d'obliger les réseaux sociaux et moteurs de recherche à supprimer les données personnelles ou photographies d'une personne lorsqu'elle en fera la demande."

Un contenu publié par la personne et qui ensuite  ne veut plus. Ou mis en ligne par un tiers et que la personne veut voir supprimer :

"par ailleurs les entreprises qui éditent des sites internet devront recruter des responsables chargés du respect des données personnelles. La portabilité des données privées (images, listes de contacts) d'une plate- forme sur le web est incluse aux propositons de révision de la législation européenne sur la protection des données"


Ce droit  à l’oubli part d'une bonne idée. Et semble une évidence pour tous ceux qui veulent encore croire que l’on puisse un peu maîtriser sa web-vie.

 En réalité, elle suscite une controverse là où on ne l’attendait  pas. Puisque le monde des chercheurs du passé, les généalogistes archivistes monte également au créneau .

 

HISTORIENS EGALEMENT CONTRE LE PROJET DE LOI REDING !!!

Le grand portail gratuitde la genealogie  Geneanet  n’y voit que du mal également :oubli numerique,web- vie, viviane reding,commission européenne,geneanet,google,facebook

"Une nouvelle pétition vient de voir le jour, et non des moindres : en effet, il s'agit d'un projet de règlement, à l'échelle de l'Europe, visant à "supprimer ou ano­ny­mi­ser les don­nées per­son­nel­les". Si le cadre de ce projet est établi dans le but de respecter le "droit à l’oubli", il engendre cependant une aberration : la fin des archives telles que nous les connaissons. Plus d'archives, cela signifie tout simplement des livres d'histoire aux pages blanches : plus de souvenirs, plus de traces de nos ancêtres, plus rien de ce qui constitue, tout simplement, la mémoire de l'Humanité, avec ce qu'elle a de négatif, certes, mais aussi avec ce qu'elle a de beau.Ce projet absurde doit être dénoncé, et GeneaNet s'associe pour cela à l'Association des Archivistes Français qui a lancé une une péti­tion citoyenne : « Citoyens contre le pro­jet de règle­ment euro­péen sur les don­nées per­son­nel­les ».

 

Le monde du Passé, des Historiens rejoint les geeks de la net économie !

Tout ceci pour comprendre que nos données personnelles , individuelles, très convoitées... valent de l'or !                                                                  

                                                                  Sylvie Neidinger


Geneanet.org

Nos données mobiles intéressent.


Rubriques du blog Neidinger concernées : Journalisme, journalistes /Blogosphère#web@com


08/04/2013

Le turbulent destin de Jacob Oberlin

L'ouvrage, rédigé en allemand, avait reçu le Prix du livre Suisse en 2011,obertin seuil 001.jpg

sous le titre "Jacob beschliesst zu lieben".

Mars 2013: il vient de sortir, en langue française.

Très Mitteleuropa, le roman décrit sous forme littéraire une histoire de migration familiale.

Au coeur du  XIXème siècle, les ancêtres du narrateur Jacob Oberlin quittent la Lorraine pour le Banat.

Une épopée chez les germanophones de Roumanie.

florescu 001.jpg

L'auteur Catalin Dorian Florescu, né à Timisoara en 1967 devient citoyen suisse.


Il exerce aujourd'hui  comme psychothérapeute.

L'écriture du livre est alerte, humoristique.

Tout commence par un terrible orage. Normal "le diable se cache de Dieu. Plus il a peur, plus il soulève la terre et les airs avec force."

L'orage est aussi familial avec ce père qui surgit en 1924 . Et qui avait largement pactisé  avec le diable!

Le premier mort ne s'était pas fait attendre.

Peut-être était-ce l'effet du schnaps ?"Ca brûle dehors mais son cerveau nage"... dans la célèbre boisson.

Jakob, son village de Triebswetter où les cloches sonnent à la voléee tout  au long  du récit: truculent!

Mais sous la plaisanterie sourde une angoisse existentielle. On croise marchand de chevaux et voleurs d'or. Les camps de concentration aussi.

Retour menteur de déportation. C'était pas vrai. Le coquin de fils de Jakob  en profite avec un tout petit remord, tout de même. On le couvre de cadeaux, de nourriture, en mémoire de ceux qui ne reviendront jamais.

"La peur de rester éternellement un étranger chez soi (p351) était reliée par une autre peur, celle de n'être qu'un étranger dans un lieu dont on ne savait même pas correctement prononcer le nom.

"Certains pour s'occuper commencent à déterrer leurs morts.  Johanna justement avec sa boîte..."

                                                                                                       Sylvie Neidinger

Le turbulent destin de Jacob Oberlin par Catalin Dorian Florescu . Editions du Seuil. Collection Prohelvetia. Isbn 9782021064629

 Complément :

Le Banat, région germanophone de Roumanie

 

 

 

 

17:40 Publié dans A-Helvetia, LIRE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : catalin dorian florescu, jacob oberlin, seuil | |  Facebook | | | |

07/04/2013

Mesdames: alors, votre Amour 2013 au Salon Swiss eCom?

Amour du digital, s'entend. Web.2.0 plus exactement.palexpo,geneve,salon swiss ecom2013,femmes

La question de votre faible participation au salon genevois de la nouvelle communication avait été posée en 2012 dans mon article de blog du 1er mai 2012   -ici partiellement reproduit pour illustrer:

geneve,salon swiss ecom2013

                                                                    @@@@@@@@@@

En résumé : aucune intervenante féminine aux conférences  à l'édition  2012 du Salon de la Suisse romande ! D'où le ton humoristique retenu pour  l'article.

Mesdames. Allez vous enfin vous investir dans les NTIC en 2013  au Salon du e Commerce, webmarketing,  digital le  30 avril à Palexpo Genève?

En attendant, vous pouvez vous inscrire au Salon  en avant-première gratuitement.

Info pratique Sans pré-inscription préalable, l'entrée sera payante ensuite !

Vous...féminines et masculins, évidemment.

                                                                                                                                              Sylvie Neidinger

      e COM Genève 2013 : programme et inscription gratuitepalexpo,geneve,salon swiss ecom2013,femmes

06/04/2013

Design d'objet: une clef USB tentacule qui remue!

La pieuvre s'introduit dans vos  données personnelles.design,usb-pieuvre,thinkgeek,réseaux sociaux

Non, je ne parle pas de la mafia. Mais d'un objet traité "design" au résultat si rigolo, si  surprenant que je le propose ici.

Un produit ThinKGeek [la marque est citée  alors que mon blog n'est strictement pas commercial car c' est réellement novateur et tendance] le usb Squirming Tentacle.

Bon produit pour les geeks que nous sommes devenus !

 Attention cela ne va pas plaire au chef ( du bureau) si nous nous amusons au travail avec cet objet parfaitement inutile.

Lorsqu'il est connecté le tentacule de pieuvre bouge!

L'art et la manière de rendre un inanimé animé.

La photo publicitaire qui met en scène une femme nous laisse ajouter le son: beurk.

Forte réaction féminine qui puise dans l'inconscient devant cette tentacule mobile....

On va s'amuser dans les bureaux les lundi matin ou free-friday !

 A noter, cet intéressant trajet de l'info. Elle m'arrive par Twitter [@sylvieneidinger]

Issue d'un blog Nouvelles Technologies et retwittée par d'autres.

Je la "redistribue" par le "blog Neidinger"

Logique de réseaux sociaux et de nouveau médias. 

 Tendance geek jusqu'au bout des ventouses cette clef USB vivante !     SN

design,usb-pieuvre,réseaux sociaux

 

design,usb-pieuvre,ThinkGeek,réseaux sociaux

04/04/2013

Bérézina: vidéo de la reconstitution en Gruyère par les Cent-Suisses

Ils sont toujours 100 !

En mémoire, ils ont participé à la reconstitution historique de la bataille de la Bérézina le 25 novembre 2012 à Villars-sous-mont (château de Gruyère). 

Voir video de 20 minutes publiée par le Cercle des Cent-Suisses, l'organisateur,  VIDEO ICI

 Cette  institution est  déclarée "d'utilité publique cantonale et fédérale". Basée à Genève, elle  se propose de perpétuer l'histoire et la culture suisse. gruyère,berezina,villars-sous-mont,commémoration,cercle cent-suisses

100 ? Voir la chronique sur leur site

"Les Cent-Suisses ont été créé en 1481. La "Compagnie des Cent Hommes de guerre Suisses de la garde" fut la première troupe permanente de suisses engagés au service du Roi de France. Sous le nom de "Cent-Suisses", elle survécut jusqu'à la révolution. Parallèlement fut fondé en 1616 le régiment des Gardes-Suisses puis vers la fin du XVIIème siècle une dizaine d'autres régiments de même nationalité. Recrutés dans leurs cantons d'origine par des officiers suisses, ces soldats au service de l'étranger s'engagent pour 6 ans (...) à toutes les cérémonies de la monarchie, les Cent-Suisses assurait la "garde du dedans", intérieure au palais, le régiment des Gardes-Suisses celle du dehors."                                                                SN

                                                                                                      

03/04/2013

Bérézina 1812-2012. Plus de 7000 morts helvètes. Relecture Suisse avec les Editions Cabédita

L’interminable hiver 2012/2013 qui n’en finit pas avec ses froideurs inédites n’a-t-il pas tout simplement marqué le souvenir de l'hiver 1812 ? Celui qui vit l’enlisement des troupes napoléoniennes du côté de la Bérézina dans le cadre de la campagne de Russie ?berezina2012,editions cabédita

 Les Editions Cabédita ont marqué l’anniversaire de  cet épisode tragique de l’histoire ouest- européenne par une publication. « La Bérézina : Suisses et Français dans la tourmente de 1812 »  

Le document ajoute à historiographie générale la version de la  Suisse, ce pays  non pas   «guerrier » mais » « ce pays de guerriers » qui s’engageaient alors dans les combats des Autres.

On parle de quatre régiments helvètes carrément disparus...

Soldats capables de la « furie du désespoir », pontonniers et 2ème corps  qui ont permis le passage sur la rivière et évité humiliation de la Grande Armée.

A quel prix ? Rien que pour  les Helvètes,  une estimation à plus de 7000 pertes, 400 survivants, seul ce dernier chiffre étant certain. [selon les ouvrages de 5000 à... 10 000 morts suisses] Le chiffre global du retour dans l'Empire français fut de 5 %.

 Le livre qui décrit cette ancienne bataille biélorusse est publié dans la collection bien nommée  « Archives vivantes » L’ouvrage, très riche en informations est aussi un guide de voyage pour ceux qui par loisir pérégrinent in situ  sur les champs de bataille.

 Eric Caboussat a l’histoire active !

Il fonde sa maison d’édition en 1988  dans le petit village de Bière sur la base de ce slogan imparable: « connaitre son histoire aide à prendre les bonnes décisions. »

berezina2012,editions cabéditaCe véritable « militant de l’Histoire avec un grand H »  indique dans l'Introduction :« en tant qu’éditeur et délégué du Souvenir napoléonien pour la Suisse, je suis heureux d’être l’initiateur d’un projet de livre à double détente puisqu’il nous offre plusieurs grilles de lecture de cette tragique campagne. Il est étonnant d’ailleurs que cette expédition réunissant vingt nations et qui va entraîner le bouleversement de l’Europe toute entière n’ait jamais été perçue que sous l’angle russe  ou à travers le prisme français, les autres protagonistes étant relégués à de la simple figuration. Croates, Italiens, Suisses et Polonais font nombre mais restent des seconds rôles. C’est cette perspective que nous avons voulu rompre ici. »

Les troupes Suisses s’illustrent dans ces combats des 26 au 29 novembre 1812: un désastre humain. Hommes brûlés par les morsures du froid glacial à moins 28°, sans équipement, sans nourriture.

Intéressante relecture avec la loupe helvète,  à la fois par la méticuleuse description des évènements dans leur précision historique  et par le  regard contemporain re-posé sur  les faits :« Un silence de plomb  a pendant des mois entouré le sort des régiments suisses en Russie. Aucune nouvelle ne parvenait du septentrion de l’Europe. Et la censure se chargeait d’interdire toute mention  » (p135) «  Hôpitaux devenus épouvantables charnier » (p126)

Soldats tombés par milliers. Retour inimaginable de souffrances car « la sortie de la Russie ne signifiait pas la fin du calvaire. » p130.berezina2012,editions cabédita

 Mais le chapitre le plus surprenant est probablement celui consacré à la Confédération Suisse (1803-1813) Il peut étonner les nationalistes contemporains de tous poils avec ce titre de chapitre: « Napoléon Bonaparte refonde la Suisse»

Paradoxal, ce rôle de la France voisine autour de l'Ancienne confédération !

 « Nous partons de la petite Suisse pour mieux cerner le caractère exceptionnel de cette gigantesque campagne qu’il fallait appréhender dans sa globalité »

Oui, Eric Caboussat est un "hyper- suisse" ! Au sens où il part effectivement  de la dimension  locale (Bière-Vaud-Romandie) Mais  pour mieux se connecter à de complexes relations intra-européennes.

Ce, dans l' ouvrage en question. Egalement dans sa démarche entrepreneuriale d'éditeur romand.

Car son champ d’action s'étend particulièrement sur la région Rhône-Alpes, la Suisse romande, la Franche-Comté, la Bourgogne et l'Alsace, soit une  frange-Est de la francophonie.

En zone de diffusion, certes. Mais aussi en zone de création littéraire. Editeur bien installé sur deux jambes...

Originales, au final, ces connexions "interrégionales supranationales" d'un éditeur...étonnant.

                                                                                               Sylvie Neidinger

 « La Bérézina : Suisses et Français dans la tourmente de 1812 »par Thierry Choffat et Alain-Jacques Czouz-Tornare. Editions Cabédita 2012 Isbn 978-2-88295-629-3

 La maison d’édition CABEDITA, Bières. www.cabedita.ch

berezina2012,editions cabéditaUne philosophie soutend la démarche éditoriale. Cabédita publie chaque année une trentaine de livres (pas qu’historiques…) Soit une vente de 60 à 70 000 livres

Une  formidable usine à revisiter l’histoire, la littérature avec le  vocabulaire entrepreneurial voire de stratégie militaire: équipes organisationnelles, cohérence éditoriale, avec même une « task force": une force d’intervention rapide  sur un ...sujet précis !

 Il dit lui même  avoir  "investi un créneau" celui du " littéraire consacré à l’histoire, la mémoire, le patrimoine et les traditions."

 

Complément:

*Gruyère célèbre seule les 200 ans de la Bérézina Le Matin

*une bataille vieille de 200 ans unit et divise la Suisse swissinfo

*Dans le canton de Fribourg, la ville de Villars-sous-Mont, en Gruyère est la seule à rendre hommage aux morts suisses. La Gruyère et la Bérézina

*1812, la Bérézina des Suisses, victimes du  duel entre deux empereurs Les observateurs.ch

*Centre d'Etudes Napoléonniennes; Bérézina2012.

berezina2012,editions cabédita

 

02/04/2013

Viols: pays émergents encore sous l'eau

No comment.

Inde:

-viol colletif et meurtre  d'une étudiante dans un bus web

-viol d'une fillette de 7 ans web

-viol collectif d'une touriste suisse web     

-viol d'une fillette de 5 ans, police inerte web

-décès d'une fillette de 4 ans après viol web

-décès d'une fille de 11 ans brûlée et violée web

-viol dans une école web

-viol et meurtre d'une fillette de 3 ans web

-viol double et exécution par brûlure web

-violée de brûlée vive web

-viol collectif ordonné par le chef de village web

-touriste violée web

Brésil:

-viol collectif dans un bus d'une touriste américaine web

 -viol     collectif à Bombay web

                            ****

Les touristes désertent l'Inde web

Brics ou moyen-âge? Futurs géants économiques ?   Noyés !          Sylvie Neidinger

07:43 Publié dans FEMMES et Post féminisme, P-Politis International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : inde, bresil, viol, pays émergents | |  Facebook | | | |