UA-65882359-1

13/02/2013

Hollande, trop fun, en délicatesse avec l’électorat catholique

 Aucun Président de la République ne peut être élu en France sans le vote chrétien dont le catholique qui va bien au-delà des pratiquants. Les églises se vident mais ceux qui gardent un lien avec cette religion sont légion. C’est un socle basique dans ce pays autrefois qualifié de « fille aînée  de l’Eglise » (romaine)

En mai dernier, ils furent nombreux à accorder leur vote au candidat socialiste, excédés  par les …excès sarkozistes, largement décrits, on n’y revient pas.

Aujourd’hui, les cathos sont largement stupéfaits, sidérés, surpris de découvrir chaque jour que Dieu fabrique,  combien ils sont malmenés de direct -comme désignés !- par l’actuelle Présidence.

Le blogueur Cuénod comme bon nombre d'auditeurs a relevé la récente moquerie du Président Hollande qui ne « compte pas envoyer de candidat ( !) à l’ élection du Pape ». 

La scène est filmée. Voir la video en pied de sa note ( à 22 minutes et 15 secondes):Article :François Hollande se moque du pape: comme c'est vilain


Devant les caméras. Devant  un chef d’Etat en visite, Jonathan Goodluck, du Nigéria, le locataire de l’Elysée  « rassure » le monde entier de  ses intentions.

En fait, on doit  comprendre de cette parole présidentielle qu’aucun membre du Parti socialiste,  ni Arnaud Montebourg ni le premier ministre Ayrault ou autres ne seront proposés comme Pape ??!!!!??

 Malheureusement, la petite moquerie de salon devient insulte à la liberté de conscience ! Car le discours officiel  d’un chef d’Etat est parole …d’évangile : il a un impact profond.

Sauf à croire que François Hollande s’amuse à faire de la contrepétrie « pour le fun ». Alors qu’il est élu chef d’Etat.

En découlent deux voies sans issue :

1)      Soit il est un Président Plaisantin donc trop léger pour sa fonction.

2)      Soit la plaisanterie est volontaire. Le Président Hollande se gausse de l'élection du chef spirituel d'un milliard d'humains sur la planète.

 Humour mal venu d’autant que cette scène s’ajoute à un contexte déjà chargé dans l'hexagone.

Celui des  paroles agressives du Ministre du logement, Mme Cécile  Duflot à propos des supposés biens religieux  non mis à la disposition des SDF alors que l’église est un des acteurs majeurs de l’aide aux plus démunis. Un des rares en permanence sur le terrain. Organisation qui ne clame pas sous les toits son action . Mais qui agit. Et tout le monde le sait.

Les électeurs catholiques n’avaient pas non plus prévu cette  loi pour le mariage homosexuel qui complexifie et opacifie la notion de famille. Trois sortes de livrets de familles, le terme de père et mère disparaissant…Et derrière la location des ventres, donc la marchandisation des corps. Les députés PS en rajoutent médiatiquement : deux s’embrassent. Une troisième  veut débaptiser l’école dite maternelle, trop « genrée » selon elle.

Les Femen qui viennent de violenter Notre-Dame bénéficient semble--il d'une large mansuétude. Les Autorités sont restées largement silencieuses ou avec réaction tardive comme le déplorait Monseigneur Jacquin. Ce groupe "commando violent au sein nu" a ouvert récemment un local en France alors qu'elles ont été refusées ailleurs en Europe. Local base pour commettre leurs exactions.

 L'évolution de l’actuelle gouvernance est une surprise majeure pour cet électorat qui avait été séduit par le discours rassurant du candidat Hollande en comparaison avec l’agitation de N Sarkozy.

La palinodie désormais célèbre et scrutée à la loupe du  « Moi -Président »  déclinée tout en assurance et   bonhommie  lors du débat télévisé était un engagement vers une pratique plus conforme aux attendus. Notamment celui de ne pas stigmatiser des catégories de population comme Sarkozy le fit, de ne pas bouc-émissairiser. De ne pas dresser des catégories de français les uns contre les autres a fortiori en période de crise.

 Or, la  pratique réelle de ce  pouvoir est de  toute autre nature. Hier, François Hollande, dans sa fonction régalienne à la tête d’un Etat laic vient médiatiquement de se  « payer la tête de la nomination papale » Avec le sourire, en plus.

 Surprenant. Aucun chef d’Etat n’est en droit de faire rire  d’une  religion ni du judaisme, ni de l’islam, ni de la chrétienté, ni du boudhisme.

 La liberté de conscience de chacun de penser et croire en ce qu’il veut doit être garantie dans un Etat démocratique sans se voir moquée. Par qui ? Ici par le ...chef d’Etat !

Sylvie Neidinger

 

Commentaires

"Aucun chef d’Etat n’est en droit de faire rire d’une religion"

Ah, vraiment ? Qui a décidé ça ?

Écrit par : Dirait-on pas la grande palmeraie de Tizi-Ouzou ? | 13/02/2013

Les commentaires sont fermés.